Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Charte & Rapport d'activité 2015 et d'orientation pour 2016

LA CHARTE DE RADIO GALÈRE

Après avoir obtenu la légalisation des radios libres, après voir mené une lutte acharnée pour faire vivre nos projets alternatifs, critiques et différents sur les ondes , nous avons réussi à obtenir l’attribution d’une fréquence pour un projet authentiquement associatif, libre, indépendant et interculturel . ( Ce projet résulte de la proposition acceptée par tous de fusion des trois radios " Soleil Provence, Treize et Provisoire "
UNE RADIO LIBRE
Indépendante de tout parti politique, église, puissance financière et qui entend créer sur Marseille et sur les ondes un espace de liberté ...

Autonome :

Elle se dote de moyens financiers conformes au caractère non lucratif de la loi sur l’audiovisuel du 29 Juillet 1982, conforme aussi à l’éthique d’indépendance de l’association : elle crée ses propres initiatives de financement ( souscriptions, cartes d’auditeur, vente de programmes, cotisation, fête ...) et elle demande les subventions des services publics.

Démocratique :

l’Assemblée Générale de la radio, composée de tous ceux qui ont la carte d’animateur, est l’instance statutaire et décisoire; là se discutent les rythmes, l’orientation, les objectifs de la radio; c’est elle qui élit et contrôle les structures de gestion.

Ouverte mais responsable :

La radio tient à un fonctionnement limpide et souple, une structure pluraliste, qui veut éviter la bureaucratisation et qui tend, au travers de toutes ses initiatives, à favoriser la prise de responsabilité .Libres dans l’élaboration des émissions dont le principe a préalablement été soumis à l’approbation de l’Assemblée Générale, les animateurs ne sont pas jugés à priori, mais la discussion autour des sujets et bilans des émissions est vivement recommandée ...
La radio refuse les spécialisations figées: les " rentes de situation " et s’appuie sur la complémentarité et la solidarité pour développer et faire avancer le projet dans son ensemble .
UNE RADIO D’EXPRESSION

Une radio interculturelle :

Il existe à Marseille une véritable mosaïque de communautés différentes ainsi que des phénomènes de rejet, voire de racisme . La radio ne vise ni à devenir une juxtaposition de ces communautés, ni à l’expression de l’une d’elle, ni à fortiori à être l’expression de toutes.
Elle ouvre grand sa porte à chacun, elle favorise l’expression des différentes cultures, mais elle vise à faire se rencontrer, se confronter les différentes et les identités . C’est une radio conviviale, interculturelle .

Esprit de tolérance :

la radio souhaite parvenir à une expression fondée sur la diversité des opinions, elle respecte et favorise l’expression de tous sur la base de l’accord avec la présente plate forme, et dans le respect des statuts . Dans ses relations aux auditeurs, elle suscite un rapport actif : le droit à la prise de parole su l’antenne es ouvert à chaque débat, la radio s’implique et intervient ...
Auditeurs et animateurs ont le droit de réponse .

Dimension associative :

Il existe dans la région Marseillaise une multitude de groupes, d’associations, qui éprouvent le besoin de s’exprimer; existe aussi, de manière informelle, des courants de pensée, des mouvances sociales, porteuses de révoltes, de ruptures, de projets ...
La radio agit avec et en direction d’elles, favorisant les interventions, la participation aux émissions ...
La radio doit être un lieu de rencontre et d’échange . Elle doit être le lien.

Diversité :

En conclusion, la radio développe les différents styles correspondants au pluralisme social, culturel, idéologique et politique de son projet, dans le respect mutuel.
C’est un espace de tolérance, un lieu d’expression, un lieu de création... et elle n’hésite pas à être aussi un lieu de divertissement .
UNE RADIO ALTERNATIVE

Pour les droits de l’homme :

La radio s’engage contre tous les systèmes d’exploitation et d’oppression, pour l’émancipation de l’humanité, pour le droit des hommes et des femmes !
Pour témoigner des luttes, des moments de résistance des solutions de tous ceux qui ont sont écrasés, de leur combat, de leur rêve d’une autre société, d’un monde différent . C’est une radio qui n’a pas peur de se pencher sur les problèmes de la planète et d’en parler : que ce soit ici en occident ou dans le tiers monde .

Pour la communication sociale :

à travers la radio s’expriment les caractères contradictoires et multiples d’une réalité locale étouffée, en donnant la parole aux opprimés, aux cultures différentes . A ceux qui habituellement ne l’ont pas .
Pour vivre ces projets alternatifs, faire connaître et produire la culture alternative, musicale, artistique, sociale, reflet de ces mouvements .
UNE RADIO D’INTERVENTION

A contre courant :

contre les phénomènes d’exclusion, contre le racisme et le sexisme, pour briser les silences honteux : par exemple pour le droit des immigrés pendant les municipales.

 

Rapport d'activité 2015 et d'orientation pour 2016

0- PREAMBULE

L'association GALERE se donne les moyens d’être un lieu d’accueil, d'expression et de vie associative qui mène une activité importante en direction des quartiers et de leurs habitant-e-s. Les valeurs que notre charte revendique sont l’éducation populaire et la communication sociale comme outil de lutte contre les discriminations.
On ne peut pas résumer l'association à sa seule activité radiophonique (Radio Galère 88.4 et 8C en DAB+) puisque la part de l'action sociale menée sur le terrain (mais aussi en interne) est de plus en plus importante. Cette pratique,
réelle préoccupation de l'association, se traduit dans les actions comme dans les comptes, mais surtout dans les émissions et les diffusions radiophoniques offrant à chacun-e, et souvent à ceux qui n'y ont pas accès, un espace d'expression et de formation où les talents les plus divers peuvent se découvrir et s'exprimer.
Nous développons une mobilité dirigée volontairement vers les groupes d'activités impliquant localement associations et habitant-e-s. Une attention particulière est portée aux femmes et aux jeunes souvent écarté-e-s des espaces de paroles. L'utilisation des technologies nous permet de réaliser des streaming, des directs avec notre studio mobile facilitant l'accès à certains sujets, lieux et/ou personnes, recréant du lien là ou il n'y a plus ou peu...

1 – UN MEDIA LOCAL LIBRE PARMI D'AUTRES

Radios libres, presses indépendantes, associations de citoyens sont nécessaires pour diffuser une information
détachée des grands groupes qui pèsent sur le monde. En 2015, s'est installée dans nos programmes une émission mensuelle «La presse libérée» co-animée par CQFD, Radio Zinzine et Le Ravi. Elle traite des objectifs, des expériences et des difficultés des «médias pas pareils». En janvier, nous avons accueilli à l'antenne et dans nos locaux le collectif «DTL !» venu présenter un réseau de radios associatives argentines. Nous avons aussi suivi la quinzaine des convergences citoyennes menée par «La Plateforme», laboratoire de réflexion et d'information. Un lien fort s'est établi avec la web télé du plateau, média de proximité impliqué à la Plaine. En 2016, les amis du Ravi viennent mensuellement dans l'émission d'Odile. D'autre part, Radio Galère produit elle-même ses infos dans des créneaux matinaux, de mi-journée ou du soir. Merci à Christine, Riton, Etienne, Odile, Aziz, Tifenn, Anthony et son équipe, Théo, Houssen et Alex...

2- DE NOMBREUX PARTENAIRES

Nous avons tissé un réseau de partenaires fidèles. Précieux relais et porte-voix d'une réalité de terrain qui échappe à la plupart des médias, que sont les centres sociaux de la Rouguière, des Flamants ou encore avec Le Comité Mam'éga et l'Alliance Savinoise... mais aussi le MRAP, le Collectif 13 Droits des Femmes, le Cieres, Amnesty International, ATTAC, l'Equitable Café, Fokus 21, Data, l'Embobineuse, pour n'en citer que quelques uns.
Nombre de nos partenaires se situent dans les quartiers populaires, par leur biais ou de notre propre chef, nous y sommes présents et à leur écoute. La radio est un outil de communication sociale, nos partenaires tels que l'IMF, le CEMEA association d’éducation nouvelle et d’éducation populaire l'ont compris et nous intègrent dans leurs
activités. En 2015, nous les avons accueillis pour des sessions de formation à l'outil radiophonique, qui se reconduiront en 2016.

3- NOS ACTIONS EN POLITIQUE DE LA VILLE

Notre action «Marseille Ouvre-Toi», c’est la parole donnée aux associations de quartiers et acteurs de terrain depuis nos locaux ou sur place, souvent en direct. Nos actions peuvent prendre la forme d'émissions, d'ateliers, de plateaux radios...

3.1- Des émissions

Les émissions mensuelles réalisées avec l'Alliance Savinoise rendent compte des effets de la rénovation urbaine sur le cadre de vie. La parole des habitants et habitantes de la Savine, recueillie par Alex donne à entendre une autre image des quartiers populaires aussi appelés prioritaires. De même pour le travail effectué par Gilles de l'émission «La Turbine» et animateur au Centre Social de la Rouguière. L'histoire et les luttes menées dans ces quartiers sont racontées par ceux qui les ont vécues. L'émission mensuelle des «Échos de la Busserine» est réalisée depuis des années en direct du Comité Mam'éga sous la responsabilité de Sidi. Ces émissions se poursuivront en 2016.
Nous poursuivons les émissions réalisées par les stagiaires en alphabétisation du CIERES dans le cadre du projet REGAL (traduction de ce projet : l'émission mensuelle «itinéraire bis»), mais aussi de TETRACCOR et de l'AMCS,
jeunes ou adultes, travailleurs sociaux ou personnes en difficulté. Mais encore, en collaboration avec le MRAP13, des ateliers dans les collèges visant à combattre les discriminations. En 2016, toutes ces émissions sont reconduites.

3.2- Des ateliers

La réalisation des émissions évoquées ci-dessus passe par des ateliers radiophoniques : préparation d'interviews,
reportages, élaboration de thématiques... La radio participe à des actions en lien avec des centres sociaux, des
centres de formation, l'éducation nationale. En 2015, des ateliers sont menés au collège de la Belle de Mai par
Tifenn avec des classes FLE, enfants apprenant la langue française. Ateliers reconduits en 2016. Un projet avec l'Epide, centre de formation et d'insertion professionnelle pour les 18-25 ans se met en place.

3.3- Des plateaux radio

Les 6 et 7 juin 2015, un week-end de concertation citoyenne est organisé par l'Alliance Savinoise en partenariat avec
le centre social de Font-Vert, le centre social des Flamants, le Centre social de la Busserine, les Pas sans nous... La
radio était présente avec un plateau en direct de la Savine sur deux jours : le premier était consacré au forum
associatif et le deuxième au bilan de la concertation. Le 27 novembre, un plateau est organisé par le Centre Social de
la Rouguière avec les habitant-e-s de la cité sur le thème de la solidarité et du partage en direct sur le 88.4.
Les 10, 11 et 12 juillet 2015, l’association «Caressez le potager» organisait un festival dans le jardin de la Bagatelle
aux Caillols. Un plateau radio relaie l’événement en direct deux heures par jour, les participants s'y succèdent à
l'antenne. Même principe pour la Fête du plateau à la Plaine, les 9 et 10 septembre 2015 s'y organise un débat sur la
gentrification du centre ville et le palmarès du festival du polar marseillais en direct. En 2016, de nombreux directs
sont prévus : à la Rouguière pour la fête de quartier et la sortie du 2ème numéro de leur Gazette, média papier écrit
par les habitant-e-s. Nous participerons aux rencontres Quartiers Libres à La Rose, et à la fête du Vivre ensemble dans
le 13 et 14ème. La collaboration avec la télé du plateau continue, un direct a récemment eu lieu.au DarlamIfa

3.4- La parole des habitants et surtout des habitantes

Dans les quartiers existent de nombreuses associations de femmes se rassemblant autour d'activités communes,
améliorant leur vie quotidienne par un lien d'échange et de solidarité comme Shebba à la Busserine, L'Alliance
Savinoise à La Savine avec qui nous faisons régulièrement des émissions. S'y exprime la vie quotidienne des
quartiers populaires. Les produits issus des ateliers soutenus par la Politique de la Ville entrent pleinement dans une
stratégie de reconstruction de lien social et s'inscrivent dans le temps. Ces éléments sont cités à titre d'exemple car
l'action connaît une traduction quotidienne sur nos ondes. Les acteurs des quartiers populaires nous sollicitent. Les
temps difficiles nécessitent un temps de parole, un espace d'expression. Nous avons conscience de l'importance pour
toutes et tous, du maintien, comme du développement, de nos activités sociales. C'est ainsi que nos portes et nos
programmes sont ouverts à tout le monde excepté à ceux et celles qui y porteraient une parole discriminante.

3.5- Un projet inter-quartier

Les liens tissés dans différents quartiers et les thématiques communes aux uns et aux autres, nous ont amené à
penser un projet inter-quartier où la parole se croise, les gens se rencontrent. En pleine organisation des conseils
citoyens promulgués par les préfectures, interroger la participation des habitant-e-s à l’amélioration de leur cadre
de vie n'est pas simple. Où et comment cette participation existe-t-elle ? ou pas ? et pourquoi ? Pour aborder ces
questions et les multiples réponses qui en décollent, pour tenter d'aborder la complexité de cette réalité, l'idée est de
rassembler sur un plateau radio, différentes initiatives citoyennes déjà existantes dans différents quartiers populaires et
d'en parler.

4- UNE FETE

En 2015, nous avons organisé un grand bal masqué à la veille du carnaval de la Plaine. Plusieurs chorales
convergeant sur Marseille pour cette occasion ont animé vocalement cette soirée déguisée tandis qu'une scène
accueillait des groupes locaux. Cette soirée à prix libre a rassemblé plus de 1 000 personnes ami-e-s de la radio. Un
véritable succès. Pour 2016, Florent et l'équipe de la Turbine ont lancé une dynamique de fête de soutien : un concert
de hip-hop à l'automne. En amont, des repas de soutien à la Cantine du midi voient le jour pour permettre la mise en
route de ce projet.

5- UN PROGRAMME RADIOPHONIQUE

5.1- A caractère culturel

En 2015, nous avons pu maintenir les créneaux des émissions thématiques et des magazines portant sur le cinéma,
avec l'équipe «Enquête d'un cinéma» et «Ciné bobine», sur le théâtre avec «Arts et cultures» et sur la littérature
avec «Livres et amies» et «Hyper soup». En 2015, une émission BD voit le jour avec «le cri du Pulp». Nous avons
été partenaire de la sortie nationale du film «La fête est finie» de Primitivi. Nous avons retransmis au mois de
septembre, le spectacle de la compagnie La Rumeur, «Eldo Radio» en direct de la plage de Corbières à L'Estaque.
Des réalisateurs, des metteurs en scène, des acteurs, des écrivains, se seront comme toujours succèdées sur
l’antenne. Dans un rapport bien compris avec les salles de concert, les théâtres, les cinémas, la radio annonce les
initiatives des acteurs culturels issus de tous les quartiers de la Ville et des villes environnantes, jusqu'à la petite
association pour faire connaître leurs buts et leurs actions. Des invitations sont parfois proposées aux auditeurs-trices.
L'«agenda culturel» et «Ustaza» l'agenda des cultures arabes balaient hebdomadairement l'actualité culturelle de la
région. Ceci confirme Radio Galère comme acteur incontournable de la vie culturelle régionale. En 2016, Christine
Hollard quittera Marseille et arrêtera donc son émission «Arts et Cultures».
La politique musicale qui nous menons privilégie dans les playlist comme dans les émissions «La Turbine»
«Kest'écoute», «Sam&Sam», «Te casse» et «Dataplex», une programmation de jeunes artistes et de groupes
locaux marquée par la présence régulière dans les studios, de musiciens, de rappeurs ou d'organisateurs de concerts.
Une large place est laissée aux musiques que l'on n'entend pas ou peu sur les autres ondes : du hip-hop à
l'expérimental en passant par le musette, le métal, la poésie sonore, le punk, le funk et le zouk, la country. Aurélien
explore les différents univers musicaux dans «Parlons musique» tout comme «Que viva la musica» ou «On n'est
pas bien là». Leurs choix font la différence. «Lapin Kult» mixe les radios. En 2015, «Des Zik Libres» émission
consacrée aux musiques traditionnelles du monde s'arrête malheureusement. Alpha étudiant à l'IEJM, l'école de
journalisme et stagiaire à Galère, a souhaité animer «Africa musica» un créneau sur la musique et la culture afrocaraïbéenne
contemporaine, tandis qu' Abderrahim présente une nouvelle émission «Anlan Wasalan» dédiée aux
musiques méditerranéennes et «La gueule du loop» rapproche poésie engagée et reggae. Crust Mas retransmet
en direct de l'Embobineuse des concerts la nuit de Noël.
Plusieurs créneaux participent à l'aspect multi-culturel de la radio. Ainsi «Voix du Cap Vert», «Punch rétro Caraibes»,
«Diaspora 2ème mi temps», «Kaloubadia» émission sur la culture et l'actualité réunionnaise, «La Voix des
Comores» ou encore «TighriOussirem» émission d'information berbère reflètent la place que la radio donne à
chacun dans sa culture et sa communauté, et à la diversité qui composent la population marseillaise. La radio n'a pas
vocation à être communautaire cependant, elle accueille les communautés kurde, grecque, arménienne, algérienne,
berbère, comorienne, cap-verdienne, antillaise, sénégalaise, italienne, provençale, réunionnaise, latine. L'Ostau dau
País Marselhés a proposé une émission en occitan. Aldo explore la contre-culture littéraire et artistique italienne
dans son émission «Aspromonte». Chaque année nous soutenons l'Africa Fest et Aflam.
Concernant les reportages et documentaires, «En attendant la bombe» de Pascal, «Harragas» de Kamar ou les
«MicroMacro» d'Alex proposent un éclairage de l'actualité marseillaise ou plus lointaine. Des productions de création
radiophonique diffusées au grè des coups de coeur viennent enrichir cette programmation sur un créneau dorénavant
régulier de rediffusions externes. Des émissions de libre parole ou dédicace, créent un lien indéfectible entre la radio
et ses auditeurs-trices dont le bénéfice en terme de convivialité est indéniable. Fatou propose pour 2016, une émission
sur ce qui se passe dans les cuisines : les histoires de cuisines, les traditions culinaires...

5.2- A caractère social et solidaire

Radio Galère, c'est aussi un espace de réflexion et de solidarité, défendant un droit à l'expression des plus pauvres
et des plus démunis. Et même un droit tout court : droit d'exister, droit à la dignité, droits de l'homme et de la femme.
Chaque semaine, «Un peu de dignité» l'émission d'Amnesty International dénonce les violations de tous les droits
humains. Comaguer (Comprendre et agir contre la guerre) nous éclaire sur la situation géopolitique partout dans le
monde avec des dossiers très complets. «Actualités algériennes», «Printemps arabes», «Une heure en Palestine»
suivent l'actualité et l'évolution politique outre-méditerranée, tout comme Emin qui collecte informations et entretiens sur
la situation au Rojava. ATTAC poursuit son grand coup de «Gueule ouverte» en cette année où Marseille accueillait
leurs universités d'été à La Fac Saint-Charles. Citons dans la continuité, l'émission mensuelle de la Luciole : «Handicap
Tribune» animée par des non-voyants, l'émission en direction des prisonniers «Parloir Libre», un deuxième créneau
a été ouvert à la parole des familles des prisonniers et prisonnières. La poursuite du projet «Du son contre les
prisons». Le 17 janvier 2015 s'effectuait une émission spéciale intitulée «Dedans, dehors» sur les lourdes peines.
Un créneau de notre grille accueille l'émission «Prévention Santé Sida». En 2016, «Libre débat» reprend une série
d'émission sur la culture sourde avec la participation de sourds-muets et d'un interprète pour faire le lien.

5.3- Encore et toujours qui lutte contre les discriminations

L'émission bi-mensuelle «Information Femmes» défend l'égalité hommes-femmes, le mensuel «Complot des
Cagoles» devient «Le Gang des gazières» et lutte contre les stéréotypes. «Cas Libre», offre un temps de libre
antenne autour des questions sur le corps et la sexualité. En 2015, La Marche mondiale des femmes a fait le tour
d'Europe, Christine la rejointe, des reportages de 10 minutes ont été diffusés sur nos ondes.
2015 a été marqué par la question des migrants. La radio a relayé les information relatives à ce sujet en lien avec
différents collectifs et associations comme par exemple lors de la retransmission du colloque sur l'immigration
organisé au Centre Social Jacques Brel à Port de Bouc en mars 2015 ou de la soirée de solidarité avec les migrant-es
ainsi que la journée «Immigration et médias» organisée par le DarLamifa. C'est aussi Karine à Vintimille, Kamar,
Tifenn et Matéo au Manba. Pour une meilleure compréhension de l'actualité, nous relayons systématiquement des
informations de personnes étant proches des événements.

5.4- A caractère é ducatif

Un atelier de réalisation radiophonique a été mis en place à l'internat du lycée Marseilleveyre, un rendez-vous
hebdomadaire donnant lieu à l'enregistrement d'une émission mensuelle. L'année d'atelier s'est conclue avec une très
joyeuse émission en direct en juin 2015. Annie-Claude et Max propose une alternative radio aux programmes TV pour
enfants avec «Les diablotins du samedi matin», une émission de contes le samedi matin de 7h30 à 8h.
Des ateliers au lycée Ampère via la Cie Transbordeur avec des jeunes en décrochage scolaire, sont menés par Tifenn.
Nous travaillons en partenariat avec l'association «graine de son» qui effectue des ateliers au collège Belle de Mai et
au lycée Le chatelier à Marseille. Kamar travaille auprès d'adolescents en situation de handicap à l'IME Vert-Pré. Elsa
de l'émission «Hypersoup» travaille au CEMEA, association d'éducation nouvelle et populaire organisant des
formations à l'animation volontaire et professionnelle, propose d'ouvrir une émission avec les stagiaires du CEMEA.
Des sessions de travail se sont déroulées à la radio appréhendée comme un outil d'éducation populaire. En 2016, des
ateliers à Aubagne avec des décrocheurs scolaires et d'autres sessions avec le CEMEA sont prévus.

5.5- Qui s'inscrivent dans la défense de l'écologie

Ça fait longtemps que Galère a pris conscience des enjeux liés à l'environnement, avec la mise à disposition d'un
créneau pour l'association ECOFORUM qui invite de nombreuses associations défendant des projets écologiques. La
quinzaine des convergences citoyennes portait cette année sur la notion de biens communs, nous avons suivi cet
événement qui se déroulait principalement à «l’Équitable Café» dont les débats ont été enregistrés et rediffusés.
Nous nous sommes, comme chaque année, investis dans «Mer en Fête» les initiatives de l'association corse «U
Marinu» pour sensibiliser les jeunes aux problèmes environnementaux autour de la Méditerranée. Dans le même
état d'esprit nous avons effectué un reportage à la MEDCOP sur un projet de fabrication de panneaux solaires pour une
école au Burkina Faso, mené par des lycéens participant au projet «Prenons soin de la planète» et coordonné par
l’association «There is alternative». De même nous avons suivi la GREMME, Grande Rencontre Euro-
Méditerranéenne de Marseille sur l’Eau le 6 février 2015.
L'émission du collectif anti-nucléaire relaie sur nos antennes des informations précises et des sujets de fond sur la
politique énergétique : en mars un plateau en triplex (Zinzine/Galère/Libertaire) organisait une journée spéciale
«Fukushima 4 ans après». Autre plateau en direct lors de l'Alternatiba Tour installé sur le Cours Julien le 27 juin
2015 présentant les solutions alternatives et de transition à la société consumériste actuelle génératrice d'injustices
sociales et environnementales. Nous avons également soutenus la Marche pour le Climat marquant l'ouverture de la
COP21. Le réseau des paysans sans terres Reclaim The Fiels était à Marseille en 2016.

5.6- Qui s'inscrivent dans l'idée du développement local

Le Repaire d'Aubagne qui organise des rencontres-débats sur des sujets politiques et sociaux ainsi que Le collectif
anti-fermeture des accueils Caf, soutenus par de nombreux syndicats et collectifs viennent à l'antenne présenter leur
actualité. Nous suivons chaque année le mois de l'Economie Solidaire et Sociale. «Article 25» relaie les infos
concernant les droits des chômeurs et précaires. Pour 2016, toujours en projet, «Les échos des petits lieux
marseillais», une émission inter-associative relative aux événements culturels et aux luttes sociales relayées dans les
nombreux lieux associatifs marseillais. Une nouvelle émission «L'empreinte du poulpe» interroge et explore le vivre à
Marseille. En 2015, les élections étaient régionales et départementales, nous examinons comme d'habitude les
enjeux et propositions des différents partis, la radio donne la parole à tous les candidat-e-s à l'exception de
l'extrême-droite...

6- UNE EQUIPE

6.1- De salarié-e-s

Elle permet le lien permanent des divers acteurs qui concourent à l'existence et au maintien de notre média. Pour ce qui
est des emplois de droit commun, l'équipe est composée de Sidi, Etienne, Joachim et Alex. Cette année notre
technicien Doc est parti à la retraite mais reste présent à la radio, Joachim qu'il a accompagné dans son apprentissage
prend le relai. En contrats aidés, nous avons reconduit les contrats de Kamar et de Tifenn. Soit 5 équivalent temps
plein pour 2015 en légère baisse, l'équilibre nécessaire de nos comptes nous a contraint à le réduire.
Les actions de formations ouvertes aux salariés ont été maintenues en 2015. Elles doivent offrir des acquis
transposables dans de nouvelles situations professionnelles et de la polyvalence. Notre OPCA (l'Afdas) a financé en
2015 des formations pour Tifenn (La radio comme outil de médiation éducative à Radio Saint Affrique) et Joachim, notre
technicien, qui s'est vu lui financer une formation sur les conditions de sécurité pour le travail en hauteur. Nous
réfléchissons à un plan formation pour les salariés en 2016.

6.2- De bénévoles

Notre radio est ouverte à tout projet respectant nos valeurs et notre charte et rassemble plus de 200 bénévoles. Les
personnes souhaitant développer leurs connaissances participent à des ateliers de transmission de savoirs se
déroulant régulièrement dans la radio avec une permanence le mercredi à 15h assurée par les salariés, ils sont
ouvertes à toutes et tous, abordent différents domaines, visent à faciliter les activités radiophoniques et associatives.
Une petite équipe de la radio s'est déplacée pour les rencontres de savoir-faire radiophoniques organisées cette année
par Radio Bartas à Florac en Lozère : des échanges fructueux, de nombreux ateliers. L'année prochaine, les échanges
de savoir-faire radiophoniques se dérouleront à Die organisés par la jeune équipe de Radio D-Wa. Dans le même état
d'esprit Radiorageuse organisait à Forcalquier des rencontres radiophoniques féministes. Nous avons signé une
convention avec Radio Dragon qui a obtenu en 2015 sa fréquence du CSA. Joachim sera détaché pour les former à la
maintenance technique de leur matériel.

6.3- Et des moyens techniques mis à disposition de toutes et tous

En 2015, nous bénéficions d'une subvention d'investissement qui nous a permis de sécuriser et renouveler une partie
de notre équipement et de nous équiper pour les ateliers radiophoniques. L’installation d'un studio indépendant de la
régie dans une partie de notre local permet d'animer des sessions de formation ou d'enregistrer plus aisément les
différés.

7- RADIO NUMERIQUE TERRESTRE

Nous émettons sur le 8C en DAB+. Nous retransmettons toujours deux radios en FM à savoir Radio Grenouille et
RCOM, ce qui constitue pour la radio de nouvelles ressources mensuelles. En 2015, nous avons facturé à L'ADN
dont nous sommes membres, des prestations régulières pour le travail et les déplacements de Joachim, notre
technicien qui travaille régulièrement sur le projet RNT ainsi que pour partie, l'usage de notre matériel.

8- CONCLUSIONS

Notre association est constante dans ses choix fondamentaux : la lutte contre l'exclusion et le maintien du lien social.
D'années en années, des liens forts se tissent dans différents quartiers : à la Savine, à Font-Vert, à Frais Vallon, à la
Belle-de-Mai, à La Rouguière. De ce fait, en 2016 se développent de nouveaux partenariats renforçant notre travail de
fond sur le terrain et dans le temps. Une dynamique inter-quartier est en train naître. Sans démagogie, sans
mépris, sans colère dans la volonté de construire ensemble : c'est là, qu'un média comme Radio Galère trouve et
manifeste son utilité, par la mise à disposition régulière d'un espace d'expression et d'idéation. C'est la parole de toutes
et tous qui permet ensuite au quotidien, à chacune et à chacun de se révéler comme auteur positif de son
environnement immédiat dans tous les domaines, social, culturel, politique, économique. Au delà nous incombe, en
cohérence totale avec notre projet général de faire savoir les savoir-faire de nos partenaires.
 
 

 

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"