Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Journée mondiale de lutte contre le paludisme: créer une dynamique vers l’élimination

Actualités OMS - 25. avril 2016 - 2:10
an après que l’Assemblée mondiale de la Santé s’est engagée à éliminer le paludisme d’au moins 35 pays d’ici 2030, l’OMS publie à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme un rapport montrant que ce but, bien qu’ambitieux, est atteignable.

Ton Droit du Travail vaut bien une Grève Générale ! Acte 3

Infos Mille babords - 24. avril 2016 - 23:26

Depuis le 9 mars, partout à travers le pays, de fortes mobilisations se tiennent pour obtenir le retrait de la loi Travail. Des millions de salarié-e-s, de chômeurs et chômeuses, de précaires, de lycéen-n-e-s, d'étudiant-es sont mobilisé-e-s, descendant massivement dans la rue. Ils et elles prennent les places et se tiennent debout pour libérer la parole, exprimer une nouvelle pratique politique faite de démocratie directe, revendiquer un autre monde : plus de solidarité, de justice sociale, de liberté et d'égalité, de partage et de démocratie. Une volonté collective de sortir de l'exploitation et du capitalisme !

Malgré ses gesticulations, ça gaze pour Gattaz !

Malgré les arrêts de travail, le nombre de plus en plus important de travailleurs et travailleuses rejetant cette politique faîte au seul bénéfice des actionnaires du CAC40 (en cinq ans les profits des entreprises du CAC 40 ont progressé de 35%, soit 411 milliards d'euros !) et des adhérent-e-s du Medef, le gouvernement s'entête à user de la matraque et de la répression : des centaines voire des milliers d'interpellations et de condamnations dans tout l'hexagone, notamment à des peine de la prison ferme. L'exemple des Goodyear n'aura donc pas suffit, la révolte gronde. Le gouvernement gaze pour Gattaz !

Parce que nous valons mieux que ça !

Pour la CNT, il ne doit s'agir que d'un début et seule la grève reconductible permettra de gagner sur nos revendications : retrait de la loi travail, amnistie civile et pénale pour les militant-e-s du mouvement social, augmentation des salaires, amélioration des conditions et baisse du temps de travail, levée de l'état d'urgence, elles sont nombreuses ! Tout comme sont nombreux les innombrables cadeaux fait au patronat : plus de 30 milliards d'euros d'exonérations de cotisations sociales, et 35 milliards d'euros dans les poches du patronat avec le pacte de responsabilité (affaiblissant ainsi les caisses de sécu, de retraites, de chômage....Même compensée par des versements par l'État, le manque à gagner est de 3 milliard d'euros), destruction de l'Hôpital public avec 22 000 suppressions de postes programmés, réforme mortifère de l'assurance chômage, vote des députés FN, LR et PS en faveur du secret des affaires au Parlement européen, scandale Panama Papers et fraude fiscale massive (pendant que les révolté-e-s finissent en taule), intervention armée un peu partout sur la planète (Dassault et Lagardère se régalent pendant que les peuples crèvent la dalle ou par balle), n'en jetons plus, la coupe est pleine : elle déborde même si on ajoute la montée de l'extrême droite et l'alignement gouvernemental sur ses thèses les plus nauséabondes notamment en matière sécuritaire ; comme le dit si bien Frédéric Lordon, il s'agit de lutter contre la Loi El Khomri et son Monde et là grève générale est le seul moyen pour se faire !

La grève reconductible ? Oui c'est possible ! Elle est même indispensable !

La CNT appelle ses syndicats et sections syndicales à tisser des liens directs avec les organisations syndicales s'inscrivant dans la lutte sociale pour le retrait de la loi EL KHOMRI et à initier des assemblées générales d'entreprises ou de branches partout où cela sera possible afin d'organiser la reconduction de la grève dès le 29 avril.

La CNT appelle à la convergence des luttes !

LA CNT


La CNT 13 appelle à participer à la
Journée nationale de grève et de manifestation contre la loi Travail à Marseille
le jeudi 28 avril 2016 à 10 h 30, rendez-vous au bas de la Canebière, devant le carroussel

Toutes et tous en grève et dans la rue le 28 avril contre la loi Travail !
http://www.cnt-f.org/video/videos/52-interpro-retraites-salaires-secu-rtt/615-greve-loi-travail-28-04-16


Après le TNT de Toulouse, le TnBA de Bordeaux, le CDN de Caen, le hTh de Montpellier, c'est autour du théâtre de l'Odéon à Paris d'être occupé

Infos Mille babords - 24. avril 2016 - 22:43

Après l'occupation de théâtre à Toulouse (TNT), Bordeaux (TnBA), Caen (CDN), le centre dramatique national humain trop humain (hTh) de Montpellier, c'est au tour du théâtre de l'Odéon à Paris d'être occupé depuis 18h30 ce dimanche. Deux banderoles ont été déployées sur la façade : "De l'argent il y en a, construisons de nouveaux droits" ; " Pas de droit du travail sans droit au chômage".

Nous, chômeurs, étudiant.e.s, précaires, salariés en poste ou en formation et intermittent.e.s de la culture et d'ailleurs, avec ou sans papiers, occupons ce lieu public pour signifier notre complet désaccord avec les "négociations" en cours de l'assurance chômage comme avec le projet de loi travail.

Comme bien d'autres, les salariés du théâtre de l'Odéon ont fait grève contre le projet de loi travail les 9 mars et 9 avril dernier.
Ce 28 avril de nombreux salariés seront à nouveau en grève contre la loi travail dans tout le pays.
D'ici là, partout, des actions vont avoir lieu. Au vu l'obstination de ce gouvernement, la mobilisation va se poursuivre et s'approfondir.

Les négociations de l'Unedic prévoient de priver les chômeurs, précaires et intermittents de 800 millions d'euros, alors même que la majorité d'entre eux ne sont pas indemnisés.
Ces coupes budgétaires brutales sont préconisées par le gouvernement. Et la plupart des partenaires "sociaux", Medef en tête, avalisent déjà cette orientation catastrophique.

La CFDT et le MEDEF ont prévu de réaliser proportionnellement davantage d'économies à l'encontre des intermittents que des autres chômeurs (cf. lettre de cadrage du Medef). L'État serait prêt à verser au pot plusieurs dizaines de millions pour compenser en partie les économies faites sur les annexes 8 et 10. Ces rustines, ne règlent rien. Un tel financement "réservé" ne serait rien d'autre qu'une manoeuvre de division destinée à prévenir la mobilisation de l'ensemble des concernés.
La mobilisation en cours contre la loi travail a commencé à faire savoir que le droit du travail resterait attaqué en permanence tant qu'un droit au chômage ne serait pas instauré. Voilà pourquoi, l'État doit abonder pour tous les caisses de l'assurance chômage et leur trouver de nouveaux modes de financement.

Poursuivons la mobilisation !

Chômeuses, étudiant.e.s, précaires, salariés en poste ou en formation et intermittent.e.s de la culture et d'ailleurs, avec ou sans papiers, occupants du théâtre de l'Odéon


Des nouvelles de l'occupation en cours (24 avril 21h40 :

20h Des négociations ont débuté avec la direction du théâtre. Nous demandons à rester jusqu'à mardi matin, à pouvoir organiser une assemblée générale lundi soir et à disposer dans le théâtre d'un lieu de travail permanent pesant la mobilisation en cours. Ces demandes remontent au ministère...

20h20 C'est fort rapidement qu'ils nous rétorquent que rien de tout cela n'est acceptable, sauf, peut-être, d'avoir un lieu pour travailler. Nous demandons un écrit qui acte ces déclarations.
Ils nous proposent également de quitter les lieux et de revenir demain pour une assemblée éventuelle... Nous répondons être décidés à rester.

20h40 Il commence à faire froid sur le balcon du théâtre, nous avons obtenu une salle pour nous installer.

Catastrophe du Rana Plaza au Bengladesh3 ans après, nous n'oublions pas !

Infos Mille babords - 24. avril 2016 - 15:22

Le 24 avril 2013, l'effondrement de l'immeuble Rana Plaza, dans les faubourgs de Dacca capitale du Bengladesh, avait provoqué la mort de 1136 ouvrièr-es du textile, parmi lesquels une majorité de femmes, et fait près de 1500 blessé-es. Ce drame fut le pire accident industriel de l'histoire du pays et l'un des plus graves qui se soit produit dans le monde.

Cette tragédie a montré au grand jour les conditions de travail déplorables des 4 millions d'ouvrièr-es du secteur textile alors que le Bengladesh, deuxième plus grand exportateur mondial du secteur, fabrique à tour de bras des vêtements pour les distributeurs occidentaux : Auchan, Carrefour, Benetton, Mango, Primark, HM et Walmark. Ces marques vendent à une clientèle occidentale des vêtements confectionnés dans des conditions de grande insécurité.

Les pressions pour minimiser les coûts de production, pour augmenter les marges bénéficiaires, pour faire baisser les prix, ont un coût, la vie des travailleur-ses pauvres du textile.

41 responsables ont été inculpés, un Fonds d'indemnisation mis en place sous l'égide de l'OIT est estimé à 40 millions de dollars. Des associations - Sherpa, Peuples Solidaires, Collectif Ethique sur Etiquette - se sont portées parties civiles afin de déposer une plainte pour pratiques commerciales trompeuses contre Auchan et ses soi-disant engagements éthiques.

Malgré tout cela, la situation ne s'est pas beaucoup améliorée : les salaires excessivement bas – 68 dollars par mois) ont été très insuffisamment augmentés ; les travaux de rénovation tardent a être réalisés ; dans de nombreuses usines les travailleur-ses ne peuvent pas évacuer les lieux en sécurité en cas d'incendie ou d'accident ; les machines sont hautement inflammables. Depuis le drame du Rana Plaza, les incendies et les explosions continuent de dévaster le secteur. Plusieurs témoignages de salarié-es attestent que les machines à coudre sont dangereuses, brûlantes, et prennent feu. D'autres informent que 700 personnes par étage travaillent dans leur usine.

Cette logique des marges bénéficiaires démesurées au détriment de la santé, de la sécurité et de la vie des femmes et des hommes qui travaillent, est mortifère et criminelle.

Nous exigeons :
• Que les multinationales de la confection soient responsables des sous-traitants qui leur permettent de faire des bénéfices considérables ;
• Qu'elles soient responsables du sort des salarié-es qui fabriquent les vêtements de leurs marques, quant aux conditions de travail et de sécurité ;
• Que des salaires décents leur soient versés ;
• Que le respect de la vie des femmes et des hommes est et doit être la priorité sur la rentabilité et les bénéfices.

En FRANCE, en EUROPE ou ailleurs DANS LE MONDE, le souci des conditions de travail, les droits des travailleur-ses, le respect des droits humains, sont au cœur d'un monde qu'il est urgent de construire.

D'après le communiqué de la MMF Midi-Pyrénées et associations toulousaines

La librairie Transit s'agrandit

Infos Mille babords - 23. avril 2016 - 19:25

Notre librairie associative existe maintenant depuis plus de trois ans.

Grâce à toutes celles et tous ceux qui en sont devenus les habitué-e-s, à celles et ceux qui nous ont aidés dans les moments difficiles, grâce à Michel son unique salarié et à tous les bénévoles, nous avons pu tenir le coup. Aujourd'hui on peut dire, depuis quelques mois, que notre situation s'est stabilisée même si elle reste précaire.

Si vous êtes passé-e-s nous voir vous avez pu constater combien nous étions à l'étroit par manque d'espace de travail et de rencontre.

Une opportunité d'agrandissement du lieu vient de se présenter. Elle nous permet de récupérer un espace, afin de pouvoir vous recevoir dans de meilleures conditions, faire des réunions, organiser des projections,des rencontres, créer un espace de travail.

Bien sûr cela a un coût, d'environ 310 € supplémentaires de loyer par mois, plus l'électricité et le chauffage en hiver. Nous avons hésité mais avons décidé de faire ce pari, tant les conditions de travail et d'accueil nous semblaient de plus en plus difficiles.

Pour y parvenir nous comptons, bien sûr, sur une amélioration des ventes grâce à l'augmentation des activités, mais aussi, encore une fois sur votre soutien sous toutes les formes : commandes et achats, propositions de tables extérieures, coups de main, adhésion à l'association.

Nous voulons en effet, à cette occasion, renforcer le caractère associatif de notre librairie en vous demandant de faire partie des « ami-e-s de la librairie transit » grâce à une adhésion de soutien à partir de 10€. Ce qui nous permettra de nous rencontrer et de proposer un espace ouvert à chacun-e pour s'impliquer un peu plus dans nos activités s'il ou elle le souhaite.

Nous lançons également une souscription exceptionnelle avec l' objectif de récolter, 5000€ d'ici le mois de septembre et ainsi anticiper plus tranquillement l'avenir. Vous pouvez d'ores et déjà souscrire à hauteur de vos moyens ici

En vous souhaitant une riche et belle journée et au plaisir de vous (re)voir très bientôt.

Les ami-e-s de la librairie Transit

http://transit-librairie.org
45 Bd de la Libération 13001 Marseille
04 13 04 02 60
Du mardi au samedi
De 14h à 19h
contact chez transit-librairie.org

Nuit Debout

Infos Mille babords - 23. avril 2016 - 17:00

Présence des 1336, ex Fralibs !

17h Ateliers, musique
19h Prises parole
21h Projection de Merci Patron !

Dégoogling-Testing Party ! Libérons Internet !

Infos Mille babords - 23. avril 2016 - 17:00
Le 23 avril 17h - 20h à DATA Libérons nous des géants du net (GAFAM),venez tester les alternatives avec Marsnet !Informations et échanges sur les dangers des loups du web, démonstration et tests des alternatives libres et éthiques



Le 23 avril 2016 de 17h à 20h
A DATA, médiathèque - fanzinothèque, - 44 rue des bons enfants, 13006 Marseille
Dans le cadre de Libre en fête,
Animé par Assodev-Marsnet

Faites circuler dans les réseaux sociaux libres ( Framasphere, Diaspora, Salut à Toi / Libervia, Movim, friendica ) :
15 et 23 Avril Dégoogling-Testing Party ! Libérons Internet ! Débat - Atelier animé par Marsnet - Libre en Fête à Marseillehttp://degoogling.marsnet.org

  • Conférence-débat : les dangers des services "gratuits*" qui font de vous un produit, démo d'alternatives libres et éthiques
    • Et si on dégooglisait internet ?
  • Test des alternatives et entraide : apportez vos ordi ! :
    • Testing de Services Alternatifs Libres Ethiques, Décentralisés et Solidaires
Libérons nous des big brother - big business - big data du net, et construisons ensemble un internet LIBRE !

Google, Facebook et cie sont effectivement très tentants à utiliser : attractifs, pratiques, sympas, et utilisés massivement.

Mais il s'agit de réseaux et services commerciaux, privés, fermés, centralisés et privateurs de liberté, gratuits en échange de la vente de nos données à des fins lucratives (notamment nos adresses mails, nos médias, et ceux de nos correspondants ainsi que chacune de nos actions sur le net que leur mouchards [cookies] enregistrent).

Les principaux dangers sont l'exploitation et la perte de contrôle de nos données, une menace pour nos libertés et notre vie privée, la dépendance à une poignée de multinationales, le pistage de nos données étant aussi la porte ouverte à leur exploitation par des services gouvernementaux comme l'ont prouvé les révélations de l'affaire Snowden.

Il existe des alternatives libres, décentralisées, ouvertes, éthiques et solidaires, qui nous permettent de garder le contrôle de nos données, de garantir le respect de la vie privée et la liberté d'expression. Ces alternatives, encore peu connues, sont de plus en plus simples, pratiques.

Voici quelques pistes :
le projet degooglisons internet de Framasoft
les services en ligne libre framasoft
la liste des alternatives (framasoft et les autres)
les projets framasoft de services en ligne libres et éthiques
les services en ligne libres de marsnet (marseille)

* En donnant gratuitement nos données et celles de nos correspondants, nous en perdons le contrôle et contribuons à enrichir les sociétés qui les exploitent.

Aux travailleurs et aux travailleuses du rail

Infos Mille babords - 23. avril 2016 - 14:40

C'est avec enthousiasme que nous avons reçu l'appel à une journée de grève des cheminots. D'abord repoussée aux calendes grecques (le 3 mai, le 11 mai,...), l'entrée de la CGT cheminots en lutte est une bonne nouvelle.

Pourquoi cet enthousiasme ? Parce que nous sommes des travailleurs précaires, isolés dans le monde du travail, comme c'est le lot de pas mal de travailleurs de la SNCF : SOCORAIL, services de nettoyage, objets trouvés et autres secteurs en sous-traitance. Pour eux comme pour nous, la grève, c'est bien plus qu'un enjeu syndical, c'est tout ou rien. Pour nous, se mettre en grève, ce n'est pas que perdre de l'argent, c'est aussi risquer le licenciement, c'est repartir de zéro si on perd. Et pourtant cette perspective nous fait de moins en moins peur.

C'est que nous, prolétaires qui n'avons pas de pays, nous commençons à tirer des leçons de la crise. Tout le monde va passer au moulinet de l'austérité : Espagne, Grèce, Irlande, Italie, Portugal, Grande-Bretagne... la défaite partout, les salaires au rabais, le salaire indirect (Sécu, chômage, retraites...) sabordé, peu importe le parti au pouvoir, quand bien même il s'agit de la gauche ou la "vraie" gauche (Syriza). Nous voyons la défaite de tous ces mouvements comme l'échec à mettre de l'enjeu, à mettre tout en jeu. A dépasser le blabla, les concertations et les indignations des "Nuits Debout" et du mouvement "Indignado" espagnol.

Aussi nous sommes ici pour vous manifester notre soutien, pour la lutte à venir. Ce soutien est humain, matériel, il peut être parfois financier même si nous sommes largement dans le rouge. Il est surtout évident pour nous que la meilleure aide que nous puissions apporter à votre mouvement, sera de nous mettre en grève nous aussi. 
Et pour cela il faut bouger les lignes.

Les cheminots le savent : ce n'est pas de la direction que tomberont les appels à la grève reconductible. Ce 26 avril est une petite victoire sur le calendrier de l'enterrement de la lutte. Mais il faut agir au plus vite. Ne pas se laisser faire par les logiques corpos si fortes, quand on a pas d'Assemblée de site avec tous les travailleurs de la gare, comme à Marseille.

Alors, oui, tou-te-s en grève le 26. Mais tou-te-s en grève le 28 aussi. Un préavis a été posé par les syndicats.

Nous savons aussi que beaucoup pensent que la lutte des cheminots contre le décret socle risque d'être minorée par un large mouvement. A ceux là nous répondons qu'au contraire, l'élargissement de la grève est la condition sine qua non de la victoire.
D'abord parce que ce serait se mentir de penser que le RH0077 protège tous les travailleurs de la SNCF. A quoi sert de défendre un statut, si ce statut n'est plus la règle ? Combien de vos collègues sont recrutés après l'âge de 30 ans pour être placé hors statut ? Combien de boîtes de sous-traitance, combien de CDD bloqués par des concours ? Combien de déréglementations ?

Ensuite parce que la loi travail s'appliquera quoi qu'il arrive. Précariser les statuts de base ne se fera pas sans tirer les autres statuts vers le bas. Enfin et surtout, parce que personne ne sortira indemne de la crise. La loi Travail n'est pas qu'une loi scélérate : elle est aussi une loi prévisible, logique, et qui en attend d'autres.
Ce mouvement aura lieu, peu importe son point de départ. Pour nous qui voulons bloquer l'économie, pour nous qui avons vécu les échecer ls des blocages partiels de 2010 et les renoncements syndicaux, il n'y a pas d'alternative : il faut bloques gares, pas un wagon ne doit passer. Ce sera avec vous, ce sera avec nous.

PASSONS À L'OFFENSIVE. ! EN AVANT VERS LA GÉNÉRALE !

Assemblée 13 En Lutte Contre La Loi Travail
/13enlutte.fr/groupe Facebook « 13 En Lutte »

C'est le moment d'amplifier le mouvement et de préparer la grève générale afin d'obtenir le retrait inconditionnel de la loi travail (pour commencer)

Infos Mille babords - 23. avril 2016 - 14:22

Dans tous les syndicats engagés dans la lutte pour le retrait inconditionnel et immédiat de la loi travail (pour commencer), la question de la grève générale et reconductible comme moyen d'action ne semble plus être un tabou. Au-delà des organisations et avec elles, nous pouvons tou.te.s agir pour rendre cette perspective réelle en préparant chacun.e à notre niveau la grève générale. L'objectif de la grève générale : répondre radicalement à la répression et au mépris du gouvernement afin d'obtenir (pour commencer) le retrait inconditionnel de la loi travail.

Une priorité : être massivement dans la rue le 28 avril !

Salarié.e.s, apprenti.e.s, étudiant.e.s en formation professionnelle, stagiaires en entreprise : vous ne savez pas comment entrer en grève ? Vous pouvez trouver des infos sur la marche à suivre en consultant le site internet de 13enlutte ou en nous contactant directement. Si vous hésitez pour des raisons financières, dites-vous que le gain de votre journée de travail vaut bien une lutte contre l'exploitation que vous ou vos proches subirez forcément si la loi passe.

Étudiant.e.s, lycéens et lycéennes : vous avez peur pour vos exams ? Si la grève est massive, il y a fort à parier que les exams soient annulés. Si ce n'est pas le cas les syndicats étudiants vous aideront à faire des recours, 13enlutte peut soutenir cette démarche ! Vous craignez une absence ? Vos profs font grève aussi et il y aura peu de transports !!!

Précaires, intérimaires, chômeurs et chômeuses, retraité.e.s, sans statut : la grève n'est pas le seul moyen de faire basculer le rapport de force. Vous pouvez t'organiser avec nous pour agir à partir de modes d'action variés.

Indépendant.e.s : quelques heures de manifs valent bien le coup pour mettre fin à un projet qui concernera un membre de votre entourage à un moment donné.

Vous ne savez pas avec qui manifester ? Rejoignez 13enlutte dans une ambiance familiale et conviviale ou un autre cortège qui vous est sympathique.

À partir du 28 avril : préparer la grève générale et la mener jusqu'au bout !

Informer et mobiliser dans les entreprises ou les lieux de vie quotidienne. À plusieurs on peut s'organiser et faire face au patron. Internet regorge d'informations critiques sur la loi travail et les manières de lutter. Des tracts informatifs sont libres d'accès sur le site internet 13enLutte, à diffuser librement.

Soutenir les salarié.e.s en grève. Vous pouvez faire des dons aux caisses de solidarité de 13enLutte, de la Nuit Debout ou des syndicats (même 1 euro !). Vous pouvez aussi donner du matériel de grève : du papier pour imprimer des tracts ou des affiches, des conserves alimentaires, des tickets de transport, etc., matériel redistribué aux salariés en lutte.

Demander du soutien matériel ou autre afin d'organiser la grève dans les sites et entrer dans le combat. Si vous avez besoin d'aide pour organiser votre mobilisation, n'hésitez pas à nous contacter. Dans la mesure de nos moyens nous viendrons vous soutenir, comme nous l'avons fait pour d'autres salarié.e.s, pour les étudiant.e.s, pour les lycéens et lycéennes et pour les syndicats désargentés !

Si vous n'appartenez ni à un parti ni à un syndicat ou que vous n'avez pas de lieu où vous organiser, mais que vous voulez vous engager dans cette lutte. Vous pouvez participer aux Assemblées de 13enLutte ou de la Nuit Debout où vous trouverez des collectifs pour entrer dans l'action de terrain.

La grève générale se prépare, s'organise et elle nécessite la solidarité de classe.

Tou.te.s ensemble dans la rue pour (re)lancer et amplifier le mouvement social
28 avril 2016, Préfecture, 10h30

Dimanche 1er mai … ça se poursuit dans la rue !

Prochaines AG de lutte à Marseille :

  • mardi 26 avril, 18h , au « Kiosque des Réformés ».
  • dimanche après la manif du 1er mai, La Plaine

www.13enlutte.fr, facebook 13 en lutte

http://www.millebabords.org/IMG/pdf/tract-gre_ve-ge_ne_rale-v2.pdf

Nuit Debout Quartiers Nord

Infos Mille babords - 23. avril 2016 - 14:00

14 h Préparation Nuit Debout
16 h Convergences et mémoires de luttes
18 h Paroles libres dans l'Agora
20 h Grandes tablées de quartier
21 h 15 Projection « Merci patron ! » de François Ruffin


http://www.millebabords.org/IMG/jpg/ndflaments.jpg

f : https://www.facebook.com/groups/1260684377283035/?fref=ts

Action Nuit Debout contre le MEDEF

Infos Mille babords - 23. avril 2016 - 13:30

A 13h30 ce samedi, ne ratez pas la cérémonie de séparation du MEDEF et de l'État.
A Marseille à l'angle Belsunce Canebière et partout en France.

f : https://www.facebook.com/nuitdeboutmarseille/

Il s'agit d'une action nationale dirigée contre le MEDEF. Venez nombreux et munis de tract appelant à la grève générale et reconductible du 28. Notre action s'inscrit dans le cadre du mouvement social dirigé contre la Loi travail.

N'oublions pas Tchernobyl

Infos Mille babords - 23. avril 2016 - 11:00

CADARACHE/ST PAUL LEZ DURANCE (13) - PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

Samedi 23 avril 2016

Rond Point de l'autoroute à Cadarache (St Paul lez Durance 13115)

Rassemblement à 11h pour marquer l'anniversaire de l'accident de Tchernobyl, suivi d'un picnic

04 78 28 29 22

Projection du film « Enfermés vivants », de Félix Gonzales

Infos Mille babords - 22. avril 2016 - 20:30

La prison est une honte collective. On y enferme, on y prive de liberté des individus. On les relègue dans des cellules où la promiscuité, la surpopulation, l'absence de soins, l'absence de perspectives, l'insalubrité, les mauvais traitements....sont la réalité quotidienne.
Et quand la résistance à la soumission, et la révolte s'expriment ce sont des peines sans cesse reconduites qui désespèrent d'une sortie possible. Les familles sont les victimes collatérales de ces enfermements.
Il y aura à se questionner sur le sujet après avoir vu le documentaire de Félix Gonzalès.
Quelle utilité a la prison ?
Est-elle encore nécessaire ?
Elle servait à l'origine à réguler la pauvreté, ne le fait-elle pas encore ? .....

entrée libre

Contact ch.hebdo chez gmail.com

Retour de Palestine

Infos Mille babords - 22. avril 2016 - 20:00

Claire revient de Palestine, elle a participé à la cueillette des olives et partagé la vie des palestiniens

Elle nous relatera son voyage et nous présentera ses photos

Nous ferons une petite loterie pour récolter un peu d'argent pour les médecins de Gaza

Débat hebdomadaire, ouvert à tous

Travailleur de la nuit

Infos Mille babords - 22. avril 2016 - 20:00

TRAVAILLEUR DE LA NUIT

par le collectif Manifeste Rien

Le 22 avril à 20 H aux ABD Gaston Defferre

en partenariat avec les archives départementales des Bouches-du-Rhône

Entrée libre sur réservation : 04 13 31 82 00

D'après la vie de Marius Jacob 1879 – 1954.

Entre roman noir et roman d'aventure, une pièce de théâtre qui mêle histoire locale (un marseillais des vieux quartiers) et histoire nationale (il transforme son procès à Amiens en tribune politique). Marius Jacob a été marin, pirate, typographe avant de financer la révolution anarchiste en braquant les plus riches fortunes de France. A travers le destin extraordinaire de cet homme nous découvrons notre propre histoire de la 3ème république à nos jours, avec les spéculations boursières et les crises économiques ; la naissance du terrorisme et les contradictions de l'Etat d'urgence...

De Jeremy Beschon d'après un texte de Vincent Siano et les recherches de Jean Marc Delpech / Mise en scène : Jeremy Beschon / Avec : Roland Peyron / Lumière : Cyrille Laurent / Musique : Franck Vrahidès et Radio Artefact / Diffusion : Iris Kaufmann - FeM collectiu.

Mots d'ordre de luttes soutien aux sans-papiers et point de vue révolutionnaire

Infos Mille babords - 22. avril 2016 - 18:21

On entendra, dans ce texte, par point de vue ou position révolutionnaire, non pas une idéologie autoritariste [1], figée et hégémonique, ni l'idée qu'une révolution est en cours, et encore moins que tout se passe lors d'un grand soir. Mais il faut y voir ici plutôt une direction vers laquelle tendre, au quotidien comme dans les moments d'effervescence sociale ; une sensibilité allant dans le sens de la création de processus qui essayeraient de détruire toutes formes de dominations (aussi bien économiques que genrées, racistes que hiérarchiques, étatiques que dans des luttes...) ; une possibilité de remise en question permanente et radicale de ce qui ne va pas dans ce monde de merde mais aussi à l'intérieur de soi-même et des espaces collectifs dans lesquels on vit et/ou on s'organise.
On ne s'attardera ici que sur un des aspects les plus visibles des luttes de soutien aux sans-papiers, migrants, réfugiés...C'est-à-dire les slogans et mots d'ordre souvent repris par ces espaces ; souvent repris comme des évidences aussi bien par des tendances réformistes, citoyennistes, que par une partie de celles révolutionnaires, radicales. L'idée des critiques énoncées ici est de faire apparaître ce qui, selon moi, relève de la contradiction si on se place d'un angle révolutionnaire, et afin d'essayer d'atteindre une cohérence.

« Solidarité avec les sans-papiers »
Être sans-papiers n'est pas une position politique mais bien une situation sociale, à plus ou moins long terme. Soutenir sans exception touts les sans-papiers relève donc de l'action sociale, action qui prend un point de vue humaniste : « Mais ceux-sont des humains quand même ! ».
Souvent, la question de comment se positionne une personne face à ce monde ne se pose plus ; on ne la voit plus qu'à travers son statut social. C'est d'ailleurs, pour certaines personnes, un des fondements de la recherche d'un sujet révolutionnaire qui collerait avec une lecture déterministe de l'histoire [2].
Pour une personne révolutionnaire engagée dans un collectif de soutien à tous les sans-papiers, des contradictions peuvent se poser au contact de gens qui seraient plutôt réactionnaires. C'est par exemple le cas quand arrive une personne qui a joué un rôle répressif dans le pays d'où elle vient tel que flic à la solde de Ben Ali en Tunisie pendant (et avant aussi d'ailleurs) le déclenchement du processus révolutionnaire.
Je ne dis pas qu'il ne faut pas lutter avec des sans-paps face à ce monde de merde ou qu'il faudrait maintenir une méfiance [3] ; mais qu'il n'est, à mon sens, politiquement pas cohérent d'être à la fois révolutionnaire et de se dire solidaire de tous les sans-papiers sans exception. Ce qui importe, je pense, c'est - de lutter, non pas pour, mais, avec les gens, en essayant de ne pas tout axer sur nos différences de positions sociales [4], créant ainsi de nouvelles hiérarchies ; - de tenter de confronter des idées et des pratiques ; - d'être clair sur des positionnements révolutionnaires...
Il est regrettable que les gens rendus illégaux par les états aient souvent si peu de place dans les luttes sur les questions des frontières et des papiers. Ceci dit, leur parole et leur position devrait avoir autant de valeur, ni plus, ni moins, que celle des autres personnes constituantes ce genre d'espaces collectifs de lutte. A tenter de trouver ce qui fait commun dans nos conditions de survie dans ce monde de merde, on a tout à y gagner. Mais ce n'est que mon avis.

« Des papiers pour toutes et tous »
Autre point ; réclamer "des papiers pour tous et toutes", sans englober cette réclamation dans une approche révolutionnaire, ressort d'une approche politique réformiste.
Il est certes plus facile de demander cela que de se battre pour le contraire.
Dans cette approche des choses, il est plutôt question d'attaquer le fait que des gens sont en règle tandis que d'autres ne le sont pas mais pas le système qui produit cette situation. Au contraire, avec celle-ci, « on ne peut en effet que se jeter dans les bras de l'état. C'est alors que l'on fait des rassemblements devant la préfecture afin de lui demander qu'elle reprenne son soi-disant rôle de neutralité d'état providence. » [5] On se scandalise que l'état est dans l'illégalité alors que c'est son apanage de produire des lois et d'y soumettre des populations sans se les appliquer. Si c'est ce monde qui créé des situations de merde, alors ce n'est pas en le maintenant avec une logique de réformes que quoique ce soit va fondamentalement changer.
Il est évident que, dans l'immédiateté de notre contexte social oppressif [6], il faille des papiers et des droits pour tenter de survivre. Il est aussi évident qu'il faille souvent faire pression pour tenter d'en arracher à l'état. Mais on ne peut, si on veut être logique politiquement, se passer d'une critique radicale qui attaque ce monde à sa racine en parlant notamment de l'abolition des frontières et de ce qui les a produites. Des papiers pour tout le monde, oui ; mais surtout – et pas "ou" –, des papiers pour personnes !

« Liberté de circulation »
Ensuite, sur le saint mot d'ordre "Liberté de circulation" ; il s'agit de définir de quoi on parle.
Liberté de circulation dans un monde émancipé de toute oppression, d'accord. Mais, dans la société capitaliste, prôner ce slogan sans l'articuler, de manière tout aussi apparente, avec une critique révolutionnaire en vient juste à dire qu'on est d'accord avec le type de déplacement des personnes qui a cours actuellement dans le monde, c'est-à-dire la plupart du temps de type économique.
Implicitement, on ne se positionne donc pas contre la sur-exploitation chez nous de main d'œuvre docile d'ailleurs – docile car ce n'est pas de la première évidence que de se mettre en grève contre ses conditions de travail quand on n'a pas de papiers, ni de contrat, ou que l'on doit faire régulièrement des démarches pour les renouveler et prouver que l'on est bien intégré – ; ni contre les situations et guerres inhérentes au capitalisme et au néo-colonialisme qui amènent des masses de gens à fuir leur pays alors qu'elles seraient peut-être mieux dans un environnement familier qui ne leur serait pas hostile [7].
Cette liberté de circulation-là, c'est celle des libéraux ; c'est la liberté de circulation des biens et des personnes [8], mais surtout des biens et notamment des personnes-marchandises.
Au final, ce que ce slogan, déconnecté d'une critique radicale, peut, entre autre chose, affirmer, c'est oui à la réification [9] d'une partie du sous-prolétariat mondial.

En guise de conclusion
Pour tenter de finir sur la question, il n'est, pour moi, qu'une seule forme de lutte politique adéquate à une critique révolutionnaire sur ce sujet ; celle de la lutte contre la répression qui frappe les sans-paps articulée avec celle contre ce qui la produit : les centres de rétention, les rafles, les arrestations, les expulsions, le maintien dans des conditions de merde (sur-exploitation, précarité de logement, pas d'argent)... Sans oublier aussi les organes étatiques ou para-étatiques qui la mettent en place, qu'ils soient à l'intérieur des pays telle la police, ou aux frontières tel Frontex [10]. Il y en a aussi à l'extérieur telles les polices dont les gouvernements ont passé des accords avec les pays dits occidentaux, notamment en matière de gestion des déplacements des personnes hors de leur frontières et en direction de l'Europe...sans oublier la passivité, quand ce n'est pas de l'hostilité, d'une grosse partie de la population en la matière.

CSH
Marseille, mars 2016
Texte revu et repris du journal
caennais Brasero (n°3, mars 2012)


[1] Qui use de l'autorité pour oppresser d'autres personnes ou groupes de personnes.

[2] Telle catégorie de gens fera la révolution, c'est intrinsèque à son appartenance sociale.

[3] D'autant que personne n'est parfait, encore moins l'auteur de ce texte

[4] Il n'y a de sujet révolutionnaire que celui qui s'inscrit ou souhaite s'inscrire dans un processus révolutionnaire.

[5] In Petite mise au point, CSH, un incontrôlable de l'AG du 24/06/2013 : brochure posant des critiques sur la lutte contre toutes les expulsions menées à Caen

[6] Ce qu'est le capitalisme.

[7] Contrairement aux pays dits occidentaux, même si un accueil partiel est plus ou moins fait

[8] cf. Le traité de Schengen qui a pour but de développer les flux du capitalisme en Europe.

[9] Transformation en chose (marchande pour le coup) ; chosifier.

[10] Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures.

Présentation de la Baguette Magique #3

Infos Mille babords - 22. avril 2016 - 14:00

Suivez la Baguette Magique sur le site www.awanak.org

*bus 25 arrêt Barnier Giroud

Début du processus d’élection du prochain Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé

Actualités OMS - 22. avril 2016 - 12:28
À partir d’aujourd’hui, les États Membres peuvent désigner des candidats à la direction de l’organisme mondial en charge de la santé publique, première étape d’un processus qui aboutira au vote final à l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2017.

Soutenir Approches Cultures & Territoires

Infos Mille babords - 21. avril 2016 - 22:48

Approches Cultures & Territoires (ACT) est une association à but non lucratif basée à Marseille. Depuis 10 ans, nous travaillons autour de l'histoire et de la mémoire dans le souci de valoriser l'immense patrimoine interculturel de Marseille et de la région. Nos missions : informer et former tous les publics intéressés et/ou concernés.

Mais aujourd'hui, la pérennité de notre structure n'est plus assurée ! Malgré une comptabilité saine, notre association connaît depuis quelques mois des difficultés de trésorerie très importantes. Celles ci sont dues à des retards de paiement de subventions, qui nous fragilisent et nous coupent toute marge de manœuvre dans le développement de nos actions et de nos outils. Le but de ce financement participatif, avec cet objectif minimum de 12.000 euros à atteindre, c'est très clairement de nous aider à tenir le cap dans cette tempête qui est la plus décisive de l'histoire d'ACT.

Lire la suite et soutenir ACT :
http://fr.ulule.com/approches-cultures-et-territoires/

Le site et les actions d'ACT :
http://www.approches.fr/

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE