Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Agrégateur de flux

Les "bastions sociaux", une mutation de l'extrême droite ?

Infos Mille babords - 13. avril 2018 - 20:00

Depuis quelques mois en France se développent des lieux dans des centres urbains où se rassemblent des groupes d'extrême droites qui prennent la dénomination de "bastion social". A l'origine, ces groupes s'inspirent des pratiques de la CasaPound, formation politique fasciste italienne qui s'est développée dans les villes grâces à des centres sociaux. Le département des Bouches-du-Rhône n'y échappe pas puisque deux antennes issues de la dissolution du GUD et des éléments de l'Action Française Provence tentent de s'implanter en plein centre ville d'Aix ainsi que près du Vieux Port. Une conférence assurée par VISA 13 - Vigilance et initiatives syndicales antifascistes - d'un débat.

VISA 13 est une déclinaison départementale du réseau VISA (Vigilance et initiatives syndicales antifascistes) qui regroupe des sections syndicales et des militants syndicalistes de la CGT, de la FSU, de SOLIDAIRES et de la CNT-SO dans les Bouches-du-Rhônes, tous soucieux de faire barrage aux incursions de l'extrême droite et plus particulièrement du Front National sur le terrain social.

La conférence débute à 19h30.

Prix libre (adhésion à l'Équitable Café)

Le site de VISA13 : https://visa13.com/
Le site de VISA (national) : http://www.visa-isa.org/

https://www.facebook.com/events/1221227434646297/

Réunion du collectif Exploités-Enervés

Infos Mille babords - 13. avril 2018 - 19:00

Réunion d'organisation du collectif pour lutter contre l'exploitation et le système capitaliste.

Gouvernement après gouvernement, réforme après réforme, nos conditions de vie sont de plus en plus dures. Difficile de payer ses factures à la fin du mois. Difficile de s'opposer aux patrons qui nous exploitent, à l'augmentation de la productivité pendant que les salaires stagnent ou baissent. Difficile de se défendre quand la CAF nous traque, quand Pôle emploi nous coupe les vivres...la liste des galères auxquelles on se heurte est longue et ne cesse de s'allonger. Alors, à quelques RSAstes, travailleurs, chômeurs... on a décidé de s'organiser pour se défendre – et même dès que c'est possible reprendre l'offensive face au système capitaliste – et on a formé un collectif : Exploités-énervés.
Nous pouvons nous regrouper et nous organiser, que ce soit pour débloquer une situation individuelle (menace d'expulsion, RSA coupé, patron qui refuse de payer des heures...) ou pour mener des luttes de plus grande ampleur par la diffusion d'informations autonomes, par la grève, les manifestations, les occupations, le sabotage, ou un mouvement social comme lors de la loi travail en 2016, par exemple. Nous montrer solidaires et unis entre exploités, remettre en cause l'ensemble de la société de classes, participer aux luttes sociales, tout cela est un premier pas primordial pour aller vers une autre société, débarrassée de l'exploitation, de l'État et de toute oppression.

https://exploitesenerves.noblogs.org/

Malgré l'abandon de l'opération annoncé hier, nouvelle opération massive sur la zad

Infos Mille babords - 13. avril 2018 - 11:08

Depuis ce matin 6h30, des dispositifs policiers très importants se sont redéployés en différents points : d81 de la rolandière à la saulce jusqu'à la wardine, fosses noires et lama fâché, et autour de divers autres lieux et routes. Ils ont encerclé au moins la Wardine, la Grée et essaient de rentrer dans les lieux. La préfecture prétend que le but de cette opération serait de faire des arrestations. Après avoir enfin annoncé hier soir la fin des opérations d'expulsions, le gouvernement veux maintenant se venger de celles et ceux qui ont protégé la zad et résisté pour sauver les lieux de vie.

Appel à venir sur place et à agir depuis chez vous

Plus d'infos : https://zad.nadir.org/spip.php?article5472

Palestine : contre l'occupation, boycott-désinvestissement-sanction

Infos Mille babords - 12. avril 2018 - 19:29

Alors que débute la deuxième semaine de mobilisation pour le droit au retour des réfugié.es sur leurs terres, l'armée israélienne a promis de recommencer à tirer dans la foule. Contre le colonialisme, contre la répression, Palestine vivra !

Le vendredi 30 mars a été lancée, à Gaza, une mobilisation palestinienne pour réclamer, la levée du blocus et le droit au retour des réfugié.es spoliées de leurs terres par Israël depuis 1948.

Lors de cette journée, des manifestations pacifiques ont convergé aux abords de la clôture érigée par Israël. A la fin de la journée, 18 manifestants sans défense ont été tués par les snipers israéliens, qui en ont aussi blessé par balles des centaines d'autres.

Ce crime s'ajoute aux nombreux précédents meurtriers liés à la colonisation Israélienne. Colonisation qui refuse d'accorder le minimum de considération aux droits des Palestiniennes et des Palestiniens, y compris le droit à la vie.

Alternative libertaire condamne la politique criminelle d'Israël, dénonce les encouragements américains à cette politique et le silence de la communauté internationale. En tant qu'anticolonialistes réclamant le droit des peuples à disposer de leur libertés, nous nous joignons aux voix protestant contre l'occupation, et soutenons la Marche du retour des six prochaines semaines, tout en rappelant que cette mobilisation palestinienne est populaire, et déborde les forces politiques au pouvoir.

Alternative Libertaire soutient le mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) lancé par la société civile palestinienne en 2005, et appelle à ce que le mouvement BDS soit amplifié. Les dernières attaques coordonnées de la diplomatie israélienne contre la campagne BDS en Europe et aux États-Unis montrent que cette méthode de lutte, qui a fait ses preuves à l'époque de l'apartheid en Afrique du Sud, peut représenter un redoutable pouvoir de nuisance.

En cette deuxième semaine de la mobilisation palestinienne, et à l'annonce par Israël du maintien de la consigne de tir sur les manifestantes et les manifestants, nous nous joindrons aux appels aux rassemblements pour dénoncer ces crimes.

Vive la lutte du peuple palestinien contre l'occupation !

Alternative libertaire, le 8 avril 2018

Quand Gaudin vend les écoles au privé

Infos Mille babords - 12. avril 2018 - 19:00

Sud Éducation 13, la CNT-SO 13, la CGT Éduc'action et la librairie Transit co-organisent une conférence sur le thème des PPP le jeudi 12 avril à 19h au local de Solidaires avec Nicolas de la Casinière, journaliste et auteur du livre Services publics à crédit.

La mairie de Marseille vient de décider le recours au partenariat public-privé (PPP) pour la construction et la rénovation de dizaines d'écoles de la ville. Cette opération juteuse pour les entreprises du BTP s'avèrera catastrophique pour les caisses de la municipalité et livre les écoles aux intérêts privés.

Nicolas de La Casinière, auteur de Services publics à crédit, et spécialiste de la question des PPP nous expliquera à quel point ce système inventé outre-manche s'est montré désastreux pour les collectivités territoriales qui l'ont utilisé.

Voir le site du collectif : http://marseille-contre-les-ppp.fr/
contact chez marseille-contre-les-ppp.fr

Migrants, situation et acteur en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Infos Mille babords - 12. avril 2018 - 18:00

12 avril 18 heures Table-Ronde
Faculté des Lettres Amphi 6
Migrants, situation et acteur en Provence-Alpes-Côte d'Azur
avec les associations de La Roya et du Briançonnais, des réfugiés et un spécialiste des migrations Afrique Europe

Programme EGM Aix

« Le mirage et la pierre » & Jerada, ce lieu

Infos Mille babords - 11. avril 2018 - 19:00

« Le mirage et la pierre »
Documentaire d'essai / de Lo Thivolle et Ouahib Mortada

France / 2014 - 16'. Production Numéro Zéro

À Jerada au Maroc, il y a des mines de charbon. Et il y a des mineurs qui apprennent sur le tas.Il y a une forêt de pin à côté du stade de foot. Et il y a des éclats de vie entre les trous sombres et la lumière profonde.

Jerada, ce lieu
De Abdelkader Benhar-Traduction de Ouahibb Mortada

Jerada est une ville minière située dans le Maroc oriental, à 60 km au sud de la wilaya d'Oujda, près de la frontière algérienne. La région a hérité des charbonnages d'un patrimoine d'une valeur inestimable. La ville elle-même est témoin d'une histoire industrielle et sociale particulière qui remonte au protectorat français.
En 2000 la mine fut fermée et la cité ouvrière entièrement démolie. Frappée par la crise Jerada s'est peu à peu vidée de sa population (environ 60.000 habitants). Parmi ceux qui n'ont pu quitter la ville, beaucoup sont astreints à des pratiques dangereuses de survie comme l'exploitation clandestine du charbon.

Jerada, ce lieu est une mine d'information importante pour ses enfants, tous ceux qui ont vécu et travaillé dans cette cité, ettous ceux qui s'intéressent à ce patrimoine et plus généralement au Maroc.

Ouahib Mortada (traducteur)

Convergence sur la zad dimanche 15 après une semaine d'expulsion

Infos Mille babords - 11. avril 2018 - 18:53

Comité NDDL
mercredi

La zad résiste toujours alors qu'elle est cet après-midi encore attaquée sur plusieurs points, avec plusieurs nouvelles destructions de maisons.
Les expulsions ont repris en plein pique-nique avec des centaines de personnes de tous âges Les attaques de la police ont fait de nombreux blessés.

grands rendez-vous ce week-end à Nantes et sur la ZAD
samedi 14 - grande manifestation contre les expulsions de la zad à Nantes - rendez-vous 16h30 place du cirque
dimanche 15 - convergence sur la zad le dimanche après une semaine d'expulsion pour répondre sur le terrain à l'opération d'expulsion

//// pour rappel sur les derniers faits de cet après-midi :

Alors qu'un pique-nique rassemblait ce midi des centaines de personnes venus de toutes la région sur le "camp des cheveux blancs", les gendarmes ont violemment gazé et envoyé des grenades sur la foule joyeuse et multi-générationnelle réunie sous le soleil au son de la musique. De nombreux blessés sont à compter sur des personnes de tous âges.
Simultanément, ils sont en train de se déployer en nombre impressionnant et d'attaquer deux nouvelles zones : d'une part autour du lieu d'habitation "la Grée", maison historique de la zad ; et d'autre part aux alentours du carrefour de la Saulce, entouré de nombreux habitats.

L'autre Mai, Nantes mai 68

Infos Mille babords - 11. avril 2018 - 18:30

Alors que le gouvernement est à marche forcée pour une offensive de grande ampleur, l'idée germe parmi beaucoup d'entre nous d'une mobilisation générale capable de cristalliser le mécontentement et d'inverser la situation. Cinquante années nous séparent de la plus grande grève du mouvement ouvrier en France, et si certains appellent sans cesse de leurs vœux la liquidation de l'héritage de mai 68, tandis que d'autres préfèrent en fourvoyer seulement le sens politique et social, nous vous proposons une soirée cinématographique avec à l'affiche L'autre Mai, Nantes mai 68.

Ce documentaire nous replonge, témoignages à l'appui, dans l'effervescence des évènements durant lesquels ouvriers, paysans et étudiants se sont liés ensemble. L'occupation de l'usine Sud-Aviation joua un rôle précurseur dans le mouvement de grève générale. Le comité central de grève, baptisé la « Commune de Nantes » constitua un instrument d'une haute portée symbolique. A « Nantes la rouge », les contestataires les plus radicaux prirent d'assaut la préfecture à deux reprises... Devant la détermination, le préfet demandait l'autorisation d'ouvrir le feu.

Ce film donne un éclairage pertinent sur cette mobilisation exceptionnelle, et peut, d'autant plus, nous éclairer sur les évènements et les enjeux actuels.

Voici la bande d'annonce :
https://vimeo.com/139403376

Nouvelles orientations pour promouvoir l’allaitement maternel dans les établissements de santé du monde entier

Actualités OMS - 11. avril 2018 - 17:25
L’allaitement au sein de tous les nourrissons jusqu’à l’âge de deux ans permettrait de sauvait plus de 820 000 enfants de moins de cinq ans chaque année.

Tou-te-s les jeunes à l'école !

Infos Mille babords - 11. avril 2018 - 15:00

Depuis octobre, près de 200 jeunes sont sans solution de scolarisation à Marseille.
La direction académique a enfin réagi, les jeunes de plus de 16 ans vont être scolarisé-e-s dans l'urgence...
MAIS pour trois mois seulement, et après ?
MAIS ils n'auront que 10h de cours par semaine, alors que leurs camarades en ont 3 fois plus.
ET il n'y a toujours aucune solution pour les dizaines de jeunes de moins de 16 ans, qui n'auront pas d'affectation avant septembre faute de place.
La loi française stipule que la scolarité est obligatoire, la direction académique est hors-la-loi.

Nous demandons que tou-te-s les jeunes soient scolarisé-es dans de bonnes conditionsJeunesse non-scolarisée, jeunesse en danger !Rassemblement mercredi 11 avril à 15h devant l'Alcazar

Premières signatures : RESF13, Al Manba soutien migrant-es 13, SUD-Education 13, CNT-SO, des enseignant-es...

L’OMS s'inquiète de la suspicion d’attaques chimiques en Syrie

Actualités OMS - 11. avril 2018 - 12:00
On estime qu’au cours du bombardement de Douma samedi, 500 patients se sont présentés dans les établissements de santé avec des signes et symptômes correspondant à une exposition à des produits chimiques toxiques.

Contre le projet Euromed aux Crottes

Infos Mille babords - 11. avril 2018 - 11:00

Rassemblement le 11 avril à 11h devant la mairie du 15-16.

Le collectif On se laisse pas faire qui intervient par rapport aux agissements
d'Euromed dans le quartier des Crottes rencontre le maire du 15-16 pour un rendez-vous à la mairie à 11h et nus appelons à un rassemblement de soutien à nos demandes (relogement dans le quartier des expulsés et expropriés) pendant ce rendez-vous.

La semaine stupéfianteDrogues, libertés… on en est où ?

Infos Mille babords - 10. avril 2018 - 19:00

Une proposition portée par des associations de réductions des risques (ASUD Mars Say Yeah, le Bus 31/32, AIDES Marseille, le Tipi...), le Planning Familial 13, et d'autres associations qui animent des espaces de convivialité, lieux d'éducation populaire et de diffusion culturelle sur la Plaine, le Cours Julien, à Notre-Dame du Mont (Dar Lamifa, Vidéodrome 2, Manifesten et l'Équitable Café).

Programme

Samedi 7 avril, de 18 à 20h à l'Équitable Café
Ouverture de la semaine et vernissage de l'exposition “Ekimoz” d'Abdelghani Djafri

Présentation et lancement de la Semaine Stupéfiante, à l'occasion d'un vernissage de cette exposition autour de la vision du photographe sur la société et le quotidien d'usager-es. Regard et reflet de l'âme.

Mardi 10 avril, 19h à l'Équitable Café
« La guerre à la drogue est un échec »

Une soirée autour de l'histoire de la guerre à la drogue, de la construction de la santé communautaire, et les modèles alternatifs à la répression, sous la forme d'un exposé de Caroline Izambert et de Chloé le Gouëz de AIDES, suivi d'un temps d'échanges, de retours, questions et partage d'expériences.

Mercredi 11 avril, 19h à Manifesten
« Usager-es et Usages des Drogues en milieu carcéral »

De l'autre côté des murs : addictions, réinsertion, réduction des risques...
Derrière les murs… Quelle place, quels enjeux autour de la réduction des risques et du soin en prison ? Table ronde en présence de professionnel-les du CSAPA des Baumettes, de Marie Dos Santos, socio-anthropologue et Dominique Blanc, médecin généraliste et tabacologue au sein de la prison des Baumettes.

Jeudi 12 avril, 19h au Planning Familial
Projection/Débat : « The World of Humans who use Drugs »

Du côté des usager-es... Une journée dans la vie de huit personnes, dans sept villes, dans sept pays différents du monde, du matin jusqu'au soir. Ils ont toutes et tous quelque chose en commun - toutes et tous consomment des drogues. Mais cela ne suffit pas à les définir. Toutes ont leur personnalité, leurs histoires et leurs ressources uniques...

Vendredi 13 avril, 19h à Dar Lamifa
« Toxico toi même ! »

Conférence Populaire autour de la Toxicophobie

sur inscriptions en écrivant à toxicophobie chez equitablecafe.org (40 personnes maximum)
prix libre (venez même si vous êtes pauvres)

Comment les sentiments négatifs à l'égard des personnes usagères de drogues peuvent-ils prendre racine dans une construction sociale collective et s'actualiser malgré nous dans nos représentations et actes du quotidien ?
L'association la Mèche propose une Conférence Populaire, pour tenter d'amorcer une déconstruction de nos préjugés, et envisager un autre rapport aux drogues et aux personnes qui, entre autres choses, en consomment.

Samedi 14 avril...

... de 15 à 18h à l'Équitable Café
« Écoute Collective de Paroles d'Usager-es »

Un temps informel, ouvert, pour découvrir une sélection d'archives sonores, émissions de radio, pour entendre les mots des premier-es concerné-es.

... 18h à Vidéodrome 2
Les addictions sur grand écran - L'alcool dans The Lost Weekend de Billy Wilder

Premier film hollywoodien traitant l'alcoolisme de manière réaliste et sérieuse, en 1945.
Synopsis : Don Birman, un New-yorkais de trente-trois ans, s'apprête à partir en week-end avec son frère Wick. Wick essaie vainement depuis six ans de désintoxiquer Don de l'alcool. Ce jour-là, il trouve encore une bouteille d'alcool suspendue par une ficelle à la fenêtre…

... 21h30 à Dar Lamifa
Soirée de Fête et de Clôture

Travaux pratiques ! Pour se retrouver, prolonger les échanges, et se réjouir en conclusion de cette semaine chargée :
Live : Drywud & Union Electrique
Programmation de la soirée festive en cours, restez à l'écoute !

Toutes les infos à jour sur la page de l'événement FB
https://fr-fr.facebook.com/events/123045138536491/
et sur les sites de nos structures respectives !

Infos Pratiques
Les lieux où ça se passe :
L'Équitable Café (FB) // 54 Cours Julien, 13006 Marseille
Manifesten (FB) // 59 rue Thiers, 1300 Marseille
Le Planning Familial 13 (FB) // 106 boulevard National, 13003 Marseille
Dar Lamifa (FB) // rue d'Aubagne, 13006 Marseille
Vidéodrome 2 (FB) // 49 Cours Julien, 13006 Marseille

Les autres associations organisatrices :
Le Tipi (FB - pôle festif)
ASUD Mars Say Yeah (FB) // 57-, 59 Rue du Coq, 13001 Marseille
AIDES Marseille (FB) // 3 Boulevard Longchamp, 13001 Marseille
Le Bus 31/32 (FB - pôle festif)
Plus Belle la Nuit (FB)


Note d'intention

Une semaine autour des guerres à la drogue et de leurs conséquences, entre éducation populaire et approches dites communautaires et de réduction des risques…

Au centre comme aux marges de la société, dans l'intimité comme dans le débat public, dans les colloques comme dans les fins de soirée, au centre d'enjeux géopolitiques et relationnels, entre plaisirs et prises risques, répression et désinhibition, tabou honteux et centre des discussions, la question des drogues traverse notre société comme peu d'autres… Et par là, nous, nos lieux de vie, de réunion, de loisirs, de travail.

Ensemble, associations de réduction des risques (drogues et sexualités) et lieux culturels, militants et associatifs du centre-ville, nous proposons, au croisement de nos activités et structures, des rendez-vous publics et réguliers pour en parler, et déplier la question sous ses nombreux aspects, sans chercher l'exhaustivité, en commençant par une semaine, du 7 au 15 avril 2018. Nous chercherons pour ce premier temps fort à comprendre l'histoire et le contexte de cette doctrine politique répressive qu'on a appelé la “guerre aux drogues”, et face à elle, les tactiques et stratégies mises en place pour s'en défendre par celles et ceux qui la subissent : l'histoire parallèle de la réduction des risques et des approches communautaires.

Les politiques publiques liées aux drogues sont des choix de société, et la plupart des pays occidentaux ont mis en œuvre des approches répressives, qui ont depuis longtemps montré leurs limites. En stigmatisant et discriminant des personnes et groupes sociaux qui se trouvent au bout de la chaîne de production, on maximise les risques sanitaires et sociaux des usages, occasionnels ou plus réguliers.
Faire la guerre est aussi, de tous temps, pour les Etats et les intérêts d'une classe dominante un levier puissant de relance économique. Alors, à quoi et à qui fait-on la guerre ? Aux drogué-es ? A toutes les drogues ? Aux producteurs ? Avec la multiplication actuelle des drogues de synthèse, l'idée d'une telle guerre semble plus que jamais vouée à l'échec…

On le voit, le sujet est vaste, et nous chercherons à aborder certains de ces aspects, notamment les questions de genre, la question carcérale, la stigmatisation sociale de la toxicomanie, l'histoire des approches communautaires...

Guerre à la drogue & Santé communautaire

Infos Mille babords - 10. avril 2018 - 19:00

Dans le cadre de la Semaine Stupéfiante

10 avril, 19h00 - 22h30
Prix Libre

La soirée se déroulera en deux partie, une première partie avec une présentation de Caroline Izambert et de Chloé le Gouëz de AIDES autour de l'historique de la guerre à la drogue.
Leur présentation abordera trois aspects de cette thématique, une partie sur l'historique de la répression (au niveau mondial et également au niveau local avec la french connection et l'histoire de héroïne à Marseille), puis sur les contradictions avec la mise en place des politiques de réductions des risques et enfin par des exemples de modèles alternatifs dans une société ou l'usage des drogues serait légalisé et dépénalisé.
La deuxième partie sera un temps d'échange et de débat avec les personnes qui le souhaiterons dans la salle et qui pourront éventuellement présenter la construction de RDR à partir de leurs expériences de terrain.

https://equitablecafe.org/programmation/conference-debat-guerre-a-la-drogue-sante-communautaire/

Quel avenir pour l'humanité ? Le communisme est une nécessité

Infos Mille babords - 10. avril 2018 - 18:57

En 2017 ont eu lieu la première greffe d'un visage, la découverte d'un squelette d'homo sapiens au Maroc vieux d'environ 315 000 ans, l'observation d'une exo-planète (Ross 128 b) susceptible d'abriter la vie et bien d'autres prouesses scientifiques et techniques. Ces nouvelles connaissances témoignent des extraordinaires capacités de notre espèce. Chacun de ces progrès est le fruit de la curiosité et de la recherche de la vérité mais surtout de l'association toujours plus grande du travail manuel et intellectuel de toute l'humanité. Si un chirurgien, un paléontologue ou un astronome peuvent aboutir à de telles trouvailles merveilleuses, c'est qu'ils s'appuient sur des siècles de connaissances accumulées. Plus encore, ils se nourrissent des débats qui ont lieu aux quatre coins du monde et ils usent d'outils résultant de la collaboration de centaines de disciplines et de millions de personnes. Matières premières, usines, laboratoires, robots, routes, avions... la liste des moyens mobilisés sur terre pour construire un seul télescope est infinie. Voilà quelle humanité révèle une nouvelle fois toutes les découvertes de 2017 : une humanité reliée mondialement, un intérêt commun et international, un seul tissu socio-économique aux liens chaque année plus complexes et resserrés.

Mais 2017 c'est aussi, dès le 1er janvier, 39 personnes qui meurent dans une discothèque à Istanbul en Turquie, victimes d'un attentat. 57 à Bagdad en Irak le lendemain, 48 à Azaz en Syrie le 7 janvier. Puis : Gao, Parachinar, Québec, Kaboul, Londres, Saint-Pétersbourg, Barcelone... Le terrorisme a frappé presque chaque jour. La guerre a continué elle-aussi à ravager des pans entiers de la planète. Le Moyen-Orient, tout particulièrement, est devenu une zone de désastres et de souffrances. La population y subit l'impact sanglant de toutes les tensions impérialistes mondiales : seigneurs locaux, puissances régionales, grandes puissances, tous y défendent leurs sordides intérêts à coups de balles et de bombes. Peut-être, le plus frappant dans cette dynamique morbide est le comportement de plus en plus irrationnel de ses protagonistes. L'obscurantisme de l'État islamique et la dimension suicidaire de son projet n'est qu'une caricature extrême de ce qui, au fond, alimente depuis plusieurs décennies la guerre, comme l'est le terrifiant gonflage de torse de Trump et Kim jong-un qui, s'ils ne se menaçaient pas d'apocalypse nucléaire réciproque, serait purement grotesque.

Cette folle barbarie pousse des millions d'êtres sur les routes et les mers. Et si l'Union européenne a vu les arrivées de migrants divisée par deux en 2017, c'est le seul résultat d'une politique anti-immigrés de plus en plus féroce et meurtrière. Barbelés aux frontières, camps de réfugiés, bateaux traquant les migrants d'un côté, militaires armés dans les rues, vidéosurveillance omniprésente, extension continuelle du pouvoir des flics de l'autre, partout l'État policier se renforce, puisant sa légitimité dans la peur.

Peur, repli sur soi, irrationalité... le terreau est fertile pour des mouvements politiques nauséabonds. Le populisme et les indépendantismes sont de ceux-là. Alors qu'en 2011, le mouvement des Indignados en Espagne était porté par un certain sentiment internationaliste (“De la place Tahrir du Caire à la Puerta del Sol de Madrid” était l'un des premiers slogans des Indignés faisant du “Printemps arabe” une source d'inspiration ; et aucun drapeau ni nationaux ni régionaux n'étaient brandis dans les manifestations), 2017 a été marquée par une flambée de l'indépendantisme catalan, révélateur d'une dynamique de repli régionaliste et nationaliste qui s'exprime à travers le monde. Quant au populisme, il engrange les plus bas instincts humains en dirigeant la colère et les frustrations non pas contre un système, le capitalisme, mais contre une poignée d'hommes, “les élites” ou “l'esablishment” (pour reprendre le mot préféré du président américain actuel). D'ailleurs, qu'un tel individu, Trump, soit parvenu à la tête de la première puissance mondiale en dit long sur l'état de déliquescence de ce monde. Même du point de vue de l'intérêt de la bourgeoisie américaine, ses bouffonneries, son inconséquence et sa nature incontrôlable sont un véritable handicap.

Fondamentalement, ce qui explique cette décomposition du tissu social, cette atomisation des individus comme la progression continuelle de l'irrationalité, est l'absence de perspectives. Le capitalisme décadent ne peut offrir à l'humanité que toujours plus de misère et de guerre. Mais même sur ce terrain impérialiste, il ne parvient plus à structurer la société en nations fortes et regroupées en blocs, disciplinées, qui marchent ensemble vers un projet commun : la Guerre mondiale, comme ce fut le cas de 1914 à 1968. De l'autre côté, depuis la fin des années 1980, le rêve qu'un autre monde est possible... la classe ouvrière n'y croit plus. Elle n'a pas vraiment conscience qu'elle existe et semble même avoir oublié son histoire et n'a pas conscience de sa force. Elle ne parvient pas à être la conscience qui guide l'ensemble de l'humanité vers un monde fait de solidarité, de réflexion, de débats comme expressions du combat de classe. Un monde qui tourne non pour le profit mais pour la satisfaction des besoins humains. Sans cette perspective, le no future ne peut que s'imposer et avec lui tous les replis et toutes les haines.

Pourtant, salariés, chômeurs, étudiants précaires, retraités, du public ou du privé, sur un robot d'une usine ou derrière un écran d'ordinateur, toutes ces composantes de la classe ouvrière existent bel et bien encore. Elle n'a même jamais été aussi nombreuse, reliée internationalement et éduquée. C'est elle qui détient les clefs de l'avenir. La classe dominante le sait, elle qui a passé l'année 2017 à dénaturer la signification de la révolution prolétarienne en Russie à l'occasion de son centenaire avec un tombereau de mensonges et falsifications afin de dissimuler que se cache là une source d'expériences précieuses, d'inspiration, de courage et de confiance pour le prolétariat mondial. Qui a, par exemple, arrêté la boucherie de la Première Guerre mondiale ? La vague révolutionnaire internationale !

Non, la classe ouvrière n'a pas disparu ! L'avenir appartient à ses luttes et à son combat historique. D'ailleurs, tel un symbole, la fin de l'année 2017 a été marquée par des manifestations massives en Iran (comme d'ailleurs en Tunisie en ce début d'année 2018) contre la hausse de prix des denrées de première nécessité, dans un pays en guerre et habitué à des répressions sanglantes, rappelant ainsi le courage des opprimés. Cela met aussi face à ses responsabilités le prolétariat des pays centraux, particulièrement en Europe, qui est constitué de travailleurs venant du monde entier, continuellement depuis deux siècles. Ce prolétariat, hautement éduqué et très dense, porte surtout en lui une très longue expérience politique des pièges les plus sophistiqués tendus par la bourgeoisie, ses syndicats, ses organisations de gauche, sa démocratie, etc... C'est lui qui peut et donc qui doit développer le plus largement et profondément sa conscience et son auto-organisation. Pour cela, il doit renouer avec son histoire, retrouver son identité de classe, reprendre conscience de son existence et prendre confiance en sa force collective.

L'humanité est devant cette seule alternative : haine de l'autre ou solidarité, nation ou classe, militarisme ou révolution, barbarie ou socialisme. “Les prolétaires n'ont pas de patrie. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !”

Horam, janvier 2018

internationalism.org

Pour un service public ferroviaire

Infos Mille babords - 10. avril 2018 - 18:30

A partir du 9 avril et pendant 4 jours, l'Assemblée Nationale va débattre du projet de loi "pour un nouveau pacte ferroviaire" : un projet de loi en grandes lignes (sans jeu de mots) puisqu'il s'agit essentiellement d'habiliter le gouvernement à légiférer par ordonnances pour en finir avec la SNCF.

Fermeture de lignes, suppression progressive du statut des cheminots, transformation de l'entreprise publique en société anonyme à capitaux publics, ouverture à la concurrence ... les préconisations du rapport SPINETTA sont la base du projet gouvernemental.

Creuser le déficit, faire semblant de défendre le fret ferroviaire et l'enterrer, présenter les cheminots comme des nantis : la casse a été préparée.
Face à cette « réforme » mortifère, la bataille a commencé pour les cheminots, mais aussi ceux et celles qui défendent les services publics.

VENEZ VOUS INFORMER ET EN DÉBATTRE
avec Frédéric MICHEL, syndicaliste de SUD RAIL
LE MARDI 10 AVRIL 2018 à 18 h 30
au local d'ATTAC / SOLIDAIRES 29 bd Longchamp.

(Entrée libre dans la limite des places disponibles)

Protéger contre la fièvre jaune près d’un milliard de personnes en Afrique d'ici 2026

Actualités OMS - 10. avril 2018 - 18:00
À l’horizon 2026, près d’un milliard de personnes seront vaccinées contre la fièvre jaune dans 27 pays africains à haut risque avec le concours de l’OMS, de Gavi – l’alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination, de l’UNICEF et de plus de 50 partenaires de santé.

Printemps du film engagé

Infos Mille babords - 10. avril 2018 - 18:00

Initié par le Ravi, Attac Marseille, les Amis du Monde Diplomatique, le Repaire d'Aubagne, la FSU et Solidaires, le festival du « Printemps du film engagé » lance ce vendredi sa troisième édition ! Porté par un collectif citoyen, il propose du 6 au 14 avril chaque soir, ou presque, un court, un film et une discussion avec des réalisateurs, des intellectuels et des acteurs du mouvement social. Avec une question pour fil rouge : "1968-2018, pourquoi je lutte ?"

Toutes les infos ici :
http://www.leravi.org/spip.php?article2985

Programme de la semaine

Mardi 10 avril - Lycée Saint-Exupéry 18h00
Bla cinima, documentaire de Lamine AMMAR-KHODJA (2014, 1h22). En présence du réalisateur.
Débat : « Pourquoi le printemps arabe n'est-il pas passé par l'Algérie ? » Avec Farida SOUIAH (sociologue, AMU/CNRS-LAMES/LabexMed) et René NABA (ancien correspondant AFP pays arabes).
Une soirée soutenue par l'Espace Franco-Algérien et l' Espace Franco-Algérien PACA ainsi que par le Collectif Lounes Matoub.

Mercredi 11 avril - Vidéodrome 2 18h00
A bientôt j'espère, documentaire de Chris Marker (1967, 55 mn).
Débat : « Les formes de luttes de 1968 à nos jours ». Avec Gérard Leidet et Marie-Noël Hôpital (ProMeMo) auteurs de Mai 68 par ceux qui l'ont fait (Editions La Découverte) et des jeunes militants engagés dans les luttes actuelles : Miléna Arvois ( UNL Bouches du Rhône 13), etc.

Jeudi 12 avril – Agora des Galériens 18h30
Demain l'usine, documentaire de Clara Teper (2016, 50 mn). En présence de la réalisatrice (sous réserve).
Débat : « Se réapproprier la qualité de son travail ». Avec Yves Baroni (Scop-Ti), la CGT, Solidaires... Une soirée en soutien à La Marseillaise.

Vendredi 13 – Les Variétés 20h00
Les pieds sur terre, documentaire de Batiste Combret et Bertrand-Baptiste Hagenmüller (2016, 1h22).
Débat : « Les nouvelles formes de luttes » (avec la participation de Jean-François Poupelin, journaliste du Ravi). Avec David Escalier (militant écologiste de Marseille et d'ailleurs), Antoine Richard (Attac Marseille) et un militant d'Alternatiba Marseille.

Samedi 14 – Gyptis dès 16h30
16h30 – 17h30 : « Printemps des minots » Ciné-goûter-philo à partir de 4 ans ! The Immigrant, fiction de Charlie Chaplin (1917, 25 min). Avec Denis de Casabianca du Collectif Les Philosophes publics.

Samedi 14 avril, Gyptis, 19h00 : Clôture & soirée de soutien au Ravi
Terre des roses, documentaire de Zaynê Akyol (2017, 1h26mn).
Débat : Mireille Court & Chris Den Hond, membres de la coordination Solidarité Kurdistan, journalistes et cinéastes, qui ont coordonné La Commune du Rojava. L'alternative kurde à l'État-nation (Critica-Éditions Syllepse, Bruxelles-Paris, 2017).
Projection en avant première du court métrage de Christian Philibert, produit pour les films d'Espigoule, tourné à Reillanne, village peuplé d'irréductibles lecteurs pas pareils, lors d'une fête organisée pour le Ravi !

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"