Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Pique-nique de la fête des réfugiés

Infos Mille babords - 19. juin 2015 - 11:00

Vendredi 19 juin a 11h30

A l'occasion de la fête des réfugiés,

le Centre d'accueil des demandeurs d'asile (CADA) et le Centre communal d'action sociale (CCAS) de Digne-les-Bains vous proposent de partager une petite fête !

Un repas tiré du sac, partagé entre bénévoles et professionnels des associations et avec les usagers réfugiés et en demande d'asile, une occasion de se rencontrer autrement et de partager un temps convivial tous ensemble à déguster les secrets culinaires des uns et des autres !

RDV le vendredi 19 juin à partir de 11h30 au parc Louis Jouvet (bd Gambetta) ou à la salle de l'Ermitage (en face) selon la météo

http://solidarites04.free.fr/

Made In Violence : À l'intérieur même d'un abattoir français

Infos Mille babords - 18. juin 2015 - 20:30
VISUEL : Made In Violence


Le 30 octobre 2014, lors d'une journée portes ouvertes « made in viande », des militant-e-s de l'ALARM (Association pour la Libération Animale de la Région Marseillaise) se sont introduit-e-s dans un abattoir du sud de la France, qui assure une production de 500 000 agneaux par an et qui fournit en viande ovine toute la région sud-est de l'hexagone.

Des images ont pu être filmées au sein même de cet abattoir…

Ces images sont désormais visibles ICI (Lien vers la vidéo)

Dans ces lieux d'enfer, de souffrance et de mise à mort perpétuelles des animaux élevés, emprisonnés, maltraités, transportés et enfin tués pour la consommation de leur corps, où l'on patauge dans le sang des égorgés, où l'innommable odeur de la vie qui s'écoule vient se loger à l'intérieur même des muqueuses pour un infini, où les têtes décapitées ont encore ce regard qui supplie, où la terreur des êtres à qui l'on ôte l'existence retentit sur chaque parcelle de notre peau et de notre conscience, où la tuerie gicle sur les visages et suinte de toutes les parois, où la vapeur jaillissant des ventre éviscérés devient poisse d'horreur, existent aussi les mensonges des exécutant-e-s, les contradictions et la désensibilisation de l'humain-e armé-e ainsi pour accomplir la tâche, le sale, l'immoral, le meurtre.

C'est tout cela qui est montré dans ces images…
C'est en tout cas tout cela que nous voudrions montrer.
UNE IMMENSITÉ DE CRUAUTÉ, DE DOULEUR ET D'INJUSTICE.

2029 (par seconde)
121766 (par minute)
64 milliards (par année)

C'est le nombre d'animaux vertébrés terrestres mis au monde et mis à mort chaque seconde, chaque minute et chaque année dans le monde pour finir dans des assiettes afin de satisfaire le plaisir gustatif des humain-e-s.

Quelque soit le type d'élevage, quelque soit le type d'abattage, la finalité pour des êtres sensibles à qui l'on dévore la chair reste identique : elle est la mort prématurée et préméditée d'un individu et non d'une chose.

LES ANIMAUX NE SONT PAS DES ALIMENTS.
LA VIANDE N'EST PAS DE LA NOURRITURE,
C'EST DE LA VIOLENCE.

FERMONS LES ABATTOIRS !

MERCI DE VOTRE SOUTIEN EN PARTICIPANT A DIFFUSER LARGEMENT CETTE VIDÉO (réseaux sociaux, sites, blogs, forums, lettre-info, presse, médias, etc.)
.


Propos tenu par l'une des exécutant-e-s de l'abattoir :
« Le personnel est formé pour voir si l'endormissement et la saignée ont bien été réalisés ou pas. Si c'est pas le cas, on remet un coup de pinces. »

IMAGE : EXTRAIT 1

Discussion tenue entre une militante et l'un des exécutant-e-s de l'abattoir :

- Militante : « Et les femelles, il arrive qu'elles arrivent avec une progéniture ou pas ? »

- L'exécutant : « Et bien ça arrive ; à ce moment là ça part dans les déchets » (soulignons qu'une autre militante de l'ALARM avait posé la similaire question à une exécutante et que cette dernière a affirmé sans sourciller que « Non, c'est impossible, c'est contrôlé par les éleveurs / « Pas d'erreur ? » : « Non » »…)

- Militante : « Sur le processus de la chaine d'abattage, elle est abattue et c'est en ouvrant que vous vous en rendez compte ? »

- L'exécutant : « Voilà. Ça arrive aussi. »

IMAGE : EXTRAIT 2


Pour être tenu au courant : Rendez-vous sur le site internet de l'ALARM
ou Abonnez-vous à la page facebook !

Des progrès des sciences à une société (encore plus) inégalitaire ?

Infos Mille babords - 18. juin 2015 - 19:30

Conférence / débat animé par Thierry Blin :

Politiste et philosophe de formation, Thierry Blin est maître de conférences en sociologie (Montpellier III). Ses recherches actuelles portent sur les récentes reformulations de nos espoirs et de nos craintes technologiques (transhumanisme, biotechnologies...), sur la question de la nature à travers l'animalisme.

Les transhumanistes prédisent que les êtres humains pourraient être capables de se transformer en êtres dotés de capacités telles qu'ils mériteraient l'étiquette de « post humains ».

Mais plus encore peut-être que les projets de transformation de l'homme, que portent les transhumanistes, ce sont les logiques inégalitaires, voire de domination qu'ils portent qui doivent interroger les politiques et au-delà tous les citoyens que nous sommes.

Voir le bulletin mensuel du comité local Attac du Pays d'Aubagne ICI

* Facile pour se garer tout en haut du Vieux village sur le parking du cimetière

Faut-il renoncer à la liberté pour être heureux ?

Infos Mille babords - 18. juin 2015 - 19:30

La promesse de bonheur faite aux peuples et aux individus constitue, à l'instar des
religions et des idéologies, un opium qui les prive de leur liberté. En les berçant avec la
vieille chanson de l'abondance et du bien-être, en les insérant toujours plus dans des réseaux de surveillance et de contrôle au motif de les protéger des risques et des dangers, le pouvoir démocratique contraint les citoyens à abandonner leurs libertés publiques au profit de l'automatisme des procédures. Les nouvelles technologies installent et légitiment un système politique et culturel qui menace la démocratie et favorise l'impérialisme du marché.

Roland Gori, est professeur émérite de psychopathologie clinique à l'université d'Aix-Marseille et psychanalyste, initiateur en 2009 de l'Appel des appels.
Auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels : La Fabrique des imposteurs, La Dignité
de penser, De quoi la psychanalyse est-elle le nom ?, La Santé totalitaire..
.

Vous pourrez intervenir, débattre, questionner, échanger, partager...

repairedaubagne chez free.fr

Conférence sur le transhumanisme par Thierry Blin

Infos Mille babords - 18. juin 2015 - 19:30

Maître de conférences en sociologie. université Paul-Valéry-Montpellier

Les transhumanistes envisagent un glissement de l'Homme réparé à l'Homme augmenté. Ils prédisent même que les êtres humains pourraient être capables de se transformer en êtres dotés de capacités telles qu'ils mériteraient l'étiquette de « post humains ». Les plus radicaux imaginent pouvoir « transférer » le « contenu de leur cerveau » sur un disque dur, et atteindre ainsi libérés de leur enveloppe charnelle une forme d'éternité.
Nous préparent- ils une société encore plus inégalitaire ?

Mise en ligne de 16 traductions du CATS

Infos Mille babords - 18. juin 2015 - 18:56

Le Collectif Anarchiste de Traduction et de Scannerisation (CATS) de Caen (et d'ailleurs...) refait surface et vous annonce aujourd'hui la mise en ligne de 16
traductions, réalisées en son sein et librement téléchargeables et diffusables. Ces traductions sont disponibles sous formes de PDF téléchargeables sur notre
site à l'adresse suivante http://ablogm.com/cats/.

Nous publions tout d'abord une série de 9 textes traduits de l'anglais traitant de la situation politique au Kurdistan Syrien (appelé aussi Rojava) et des différents
positionnements que l'expérience démocratique en cours là-bas a pu susciter dans le mouvement libertaire international :
Rojava : 3 textes sur un débat toujours en cours : Suite à la parution d'un texte intitulé « Rojava : Une perspective anarcho-syndicaliste », texte assez réticent
vis-à-vis d'un soutien libertaire en faveur du Rojava, deux autres textes ont circulé, l'un écrit par un militant anarchiste turc de l'organisation DAF et un autre écrit
par un militant anarcho-communiste. Ces deux derniers textes prennent le contre-pied du premier et appellent à un soutien franc, c'est-à-dire aussi critique, vis-
à-vis de l'expérience en cours au Rojava. Ces textes sont symptomatiques des vieux débats qui agitent le mouvement anar face à des luttes de libération ayant
un caractère national.
Entretien avec le Forum Anarchiste du Kurdistan sur la situation en Irak et au Kurdistan et sur le conflit avec l'État Islamique : Une longue interview sur la
situation au Kurdistan syrien et irakien, les résistances populaires, la place des femmes dans celles-ci, l'expérience en cours au Rojava.
La révolution sociale balayera le Kurdistan de Turquie tôt ou tard : Un texte d'un membre du Forum Anarchiste Kurde sur la situation au Rojava et l'attitude du
gouvernement turc.
Le Ministre de l'Économie du Canton d'Efrin : Le Rojava défie les normes de classe, de genre et de pouvoir : Une interview qui donne quelques précieux
éléments d'information et de réflexion sur le type de transformations économiques et sociales en cours au Rojava.
Rojava : Fantasmes et réalités : Un texte critique qui démonte certains raccourcis politiques et historiques autour de la situation au Rojava.
Le Rojava : Pauvre en moyens mais riche en esprit : Une interview de Janet Biehl, qui s'est rendu quelques temps au Rojava, sur l'expérience politique et
sociale en cours dans cette région.
Sous l'autorité kurde. Les abus dans les enclaves de Syrie dirigées par le PYD : Une synthèse du rapport d'Human Rights Watch qui fait un point sur la
situation des droits humains au Rojava entre l'été 2012 et l'été 2014.

Nous publions ensuite 7 autres traductions, à caractère historique :
Les martyrs anarchistes de Changsha : Court texte sur la participation active de deux militants anarchistes à l'émergence du mouvement ouvrier organisé en
Chine, dans la région de Changsha, au tout début des années 1920 et sur leur exécution par un seigneur de la guerre lié aux capitalistes locaux.
1944 : La Compagnie Noire et Rouge lors de l'insurrection de Varsovie contre l'occupation nazie : Court texte sur la constitution par les syndicalistes
révolutionnaires polonais des ZSP d'une compagnie combattante lors de l'insurrection de Varsovie et sur les rapports difficiles qu'elle entretint avec la direction
de l'Armée Nationale clandestine.
Ben Fletcher, organisateur pour les IWW : Une biographie d'un organisateur noir des IWW, qui connut la répression et la prison et qui anima le syndicat des
IWW sur les docks du port de Philadelphie, qui regroupait dans les années 1910 et 1920, plusieurs milliers de membres, dont une majorité de noirs, et qui fut à la
fois un modèle d'organisation ouvrière en vue de contrôler les conditions de travail et de syndicalisme interracial dans une Amérique profondément marquée par
la ségrégation raciste.
« Oser parler maintenant quand d'autres grandissent silencieux » : The Messenger, les IWW et les débats sur le radicalisme des Nouveaux-elles NoirEs : Un
article sur l'activité du principal journal radical noir de la fin des années 1910 et des années 20, sur sa proximité avec les IWW et sur les débats politiques autour
de l'émergence de la figure sociale rebelle du « Nouveau Noir » dans les années tumultueuses de l'après Première Guerre Mondiale.
Antonio Martín Escudero, « le Durruti de la Cerdagne » : Un texte sur l'activité et la mort brutale du militant anarchiste Antonio Martin et sur la situation de la
révolution, et de la contre-révolution, dans la région frontalière, donc stratégique, de la Cerdagne.
L'école d'aviation libertaire de Barcelone : Court texte sur la tentative de la CNT-FAI de créer une école militaire d'aviation en vue de doter les milices d'une
force aérienne indépendante, tentative évidemment étouffée par le gouvernement catalan de la Généralité et par le gouvernement central républicain.
Les volontaires internationaux dans les Milices du POUM : Un long texte sur l'histoire des combattantEs étrangerEs dans les rangs du POUM durant la guerre
d'Espagne, leurs origines politiques, leur activité politique et militaire, leur persécution par les stalinienNEs. Le texte est accompagné d'une recension
biographique d'environ 170 volontaires.

Le CATS signale enfin que, grâce à l'initiative d'une personne qui se reconnaîtra et qu'on salue et remercie, 5 de nos anciennes traductions sont désormais
téléchargeables sous forme de brochures pré-maquettées : il s'agit des textes « Les Gardes Noires – Moscou 1918 », « Italie 1918-1922 : les Arditi del Popolo
», « Irak, un siècle de guerre et de rébellion », « Pionnière post-révolutionnaire : L'anarchiste María Luisa Marín et le mouvement des locataires de Veracruz » et
de « La révolte de Wilhelmshaven – Allemagne 1918 ».

Le CATS poursuit, toujours cahin caha, ses activités de traduction de textes. Nous espérons être en mesure de publier une nouvelle série de textes traduits à la
fin de l'année 2015 ou au début de 2016. Ça dépendra de la disponibilité…

Quelques dizaines de textes, assez longs, restent à traduire en anglais (et aussi un peu en espagnol), on continue donc à en appeler aux bonnes volontés,
ayant du temps et de la patience, pour prendre en charge certaines traductions. On peut nous contacter à l'adresse mail suivante : catscaen(a)voila.fr

Salutations anarchistes.

Fascisme et grand capital

Infos Mille babords - 18. juin 2015 - 18:30

Conférence-débat de l'UPR : Charles Jacquier, à propos de Daniel Guérin Fascisme et grand capital

Entrée libre.

Métro Tramway, arrêt Noailles.

Université populaire et républicaine. www.upr-marseille.com

Cercle de Silence

Infos Mille babords - 18. juin 2015 - 17:30

Thème : les « disparus » en Méditerranée

Les Cercles de Silence regroupent des citoyens de tous horizons

de 17 h 30 à 18 h 30

La situation politique de la Turquie, l'enjeu des élections législatives du 7 juin, le HDP, l'utilité des observateurs internationaux.

Infos Mille babords - 17. juin 2015 - 23:36


I. Un enjeu majeur pour Erdogan et son parti l'AKP

Erdogan =
autoritarisme, appuyé sur une police en civil en petits blindés plus puissante que l'armée dont il se méfie. N'importe qui peut être arrêté sans explication (avant les élections dans les villages du Kurdistan AKP, on a raflé des militants du HDP susceptibles de surveiller les urnes) ;
antifemmes ; « Notre religion a défini une place pour les femmes : la maternité. » .
corruption de son entourage et mégalomanie (palais de plus de 1000 chambres, mieux que Ceaucescu).
Instrumentalisation politique de la religion dans un pays à constitution laïque.

Il a réussi à s'aliéner beaucoup de ceux qui lui étaient favorables
les femmes et les laïcs avec un islam de moins en moins modéré et son aide à DAESH.
Un certain nombre de Kurdes qu'il avait séduit à son arrivée au pouvoir en leur promettant une certaine liberté d'exercer leur culture, et avec l'abandon de Kobané qui jouxte la frontière, et surtout l'aide à DAESH avec des milliers de camions d'aide militaire et le refus de laisser passer les Kurdes désireux d'y combattre.
Les écologistes et des démocrates avec la lutte de la place Taksim pour le parc Gezi (où d'ailleurs 70 % des présent(e)s étaient des femmes), et sa répression .
Malgré la trêve unilatérale du PKK (c'est la 4ème depuis 1993), Erdogan bloque les négociations de paix avec Ocalan et les guerilleros du PKK alors que beaucoup en Turquie aspiraient à leur réussite .

Mais comme tout autocrate, Erdogan croyait être réélu triomphalement. Il faut dire que bien que président et donc non candidat , il a fait une campagne appuyée sur presque tous les medias à sa solde ( la Turquie est d'ailleurs le pays où il y a le plus de journalistes en prison.)

Mais aussi un enjeu important pour le HDP

Le HDP (Congrès démocratique des peuples) est certes issu du mouvement kurde , le PKK , dont le leader Ocalan (quoique en prison dans des conditions très dures) a impulsé à partir du marxisme une nouvelle voie à son mouvement : le Confédéralisme démocratique qui rejette le nationalisme et l'État nation pour promouvoir une société coopérative, autogestionnaire, écologique , multiethnique et multireligieuse , où les femmes ont un rôle essentiel.

Mais le HDP qui se présente pour la première fois aux élections en tant que tel a su, à partir de ces principes, construire un parti implanté dans toute la Turquie qui ne soit plus uniquement kurde (un tiers des députés présentés ne l'étaient pas) , où les femmes ont une place essentielle (co-responsables à tous les échelons), rassemblant tout ce qui peut être uni, pour des raisons de fond et non uniquement tactiques (par exemple présenter des candidats des minorités sexuelles ou arménienne ne doit pas rapporter beaucoup de voix !) Le HDP est un grand rassemblement auquel on peut adhérer individuellement, qui regroupe 37 organisations dont 16 partis et qui a des projets pour toute la Turquie (et pas seulement pour le Kurdistan) pour un avenir commun construit démocratiquement qui se veut de paix, de liberté et de progrès humain. Il a a bien sûr deux co-présidents, un homme et une femme mais son président Selahattin Demirtas est un orateur jeune et très habile, sans langue de bois et maniant parfaitement l'humour, qui a su séduire de manière très pédagogique.

Les 10 %

On ne peut être représenté au parlement en dessous de 10 % des voix. Que le HDP fasse au moins 10 % malgré les trucages inévitables voulait dire qu'Erdogan ne pourrait instaurer son régime présidentiel (probablement à vie ) et renforcer ses pouvoirs, et qu'une nouvelle réelle opposition naissait au parlement, alors que jusque là il n'y avait que celle de la guerilla dans les montagnes de l'Est de la Turquie.

En effet les deux autres grands partis parlementaires, le kemaliste (CHP) et l'ultra réactionnaire fascisant (MHP) sont aussi en perte de vitesse .


Le rôle des observateurs internationaux dans ces élections :

Il y avait, avec l'enjeu de ces élections pour Erdogan, des craintes fondées de fraudes massives comme à des élections précédentes , et le HDP a lancé un appel à la présence aux urnes du maximum d'observateurs étrangers. Nous avons apparemment joué un rôle dissuasif par notre présence même.

La délégation marseillaise

2 Italiens et 2 Français dont un journaliste photographe, une femme, d'âges divers.

Arrivés 2 jours avant les élections à Diyarbakir nous avons pu rencontrer au siège du HDP un des candidats (d'ailleurs d'origine arménienne) Ziya Pir, qui nous a expliqué les enjeux de l'élection, et des militant(e)s du parti SP (auquel appartient d'ailleurs la co-présidente du HDP Figen Yüksekdağ) qui nous ont parlé en particulier de l'organisation des femmes dans le mouvement et les quartiers.

A un autre moment, nous avons visité une exposition à Diyarbakir sur la célèbre prison gouvernementale « Diyarbakar n° 5 » où ont été et sont encore emprisonnés de nombreux détenus politiques (1000 prisonniers encore à l'heure actuelle, 100000 prisonniers y ont transité) où des grèves de la faim jusqu'à la mort , des immolations ont eu lieu lors de grèves massives des prisonniers, que l'AKP veut raser « pour y construire un école » et le HDP transformer en mémorial.

Nous avons participé le vendredi d'avant l'élection à un immense meeting en plein air de plusieurs centaines de milliers de personnes de tous sexes et apparences (Il y a avec les nombreux réfugiés kurdes 1 million et demi d'habitants à Diyarbakir), beaucoup d'enfants avec leurs parents, qui dansaient, chantaient, heureux, sûrs du résultat des élections dans cette ville où il est impossible de les truquer sur place.

Voulant semer la panique, deux bombes ont éclaté près de la tribune où parlait Demirtas, ce qui, vu la présence importante de la police et de la surveillance policière permanente de tous, ne peut avoir été fait qu'avec l'assentiment d'Erdogan. 5 morts, 402 blessés dont certains très graves, beaucoup d'amputations.

Romain, le photographe de notre délégation qui était proche du lieu de l'explosion a fait des photos des blessés et des lieux qui sont autant de preuves que ces explosions n'étaient pas accidentelles comme le disaient les premières déclarations du gouvernement, et aussi des photos de la charge avec grenades lacrymogènes et canons à eau contre la foule en désarroi avant même que tous les blessés aient été emmenés dans les ambulances.

Il y avait déjà eu plusieurs morts et 150 blessés dans une cinquantaine d'attaques contre les bureaux du HDP dans toute la Turquie, des provocations afin de déconsidérer le HDP en le faisant sombrer dans une riposte violente, ce qu'il n'a pas fait.

Le jour des élections, nous avons été envoyés, accompagnés d'interprètes courageux (l'une, voilée et résolue enseignait sur les lieux mêmes), dans des petits villages proches de l'AKP autour de la ville de Mus, où les militants du HDP avaient été arrêtés dans la semaine précédente pour qu'ils ne puissent contrôler les élections. Nous avons été rudoyés et expulsés de manière un peu violente (dans l'un avec menaces des armes à feu ) dans deux bureaux de vote à Haskoï, ce qui a fait scandale dans toute la Turquie où les élections ont plutôt été démocratiques dans l'ensemble et où notre présence a aussi permis des recours contre le vol des voix…


Les résultats

Une très forte participation électorale ce qui montre que les électeurs étaient conscients des enjeux.

Des centaines de milliers de Turcs et de Kurdes, non sans courage vu le contexte sont allés voter pour le HDP qui a dépassé les 13 %, ce qui est considéré comme un séisme par les médias internationaux

Il entre au parlement avec 80 député(e)s sur 550 dont 32 femmes.
« Nous avons remporté une grande victoire , les partisans de la démocratie et de la paix ont gagné, ceux qui veulent l'autocratie, qui sont arrogants et se considèrent comme les seuls propriétaires de la Turquie ont perdu » a dit dimanche 7 juin au soir, Selahattin Demirtas.

Erdogan n'a plus la majorité, même s'il a quand même eu 40 % des voix. ( Le CHP et le MHP respectivement 25 et 16 % des voix).
Après 96 heures de silence, il a attribué son échec à l'intervention « impérialiste » des observateurs internationaux !

Et maintenant ?

Si un gouvernement, obligatoirement d'union, n'est pas composé dans les 45 jours après la proclamation des résultats, de nouvelles élections doivent avoir lieu.

Si Erdogan choisit cette solution ou ne peut pas faire autrement, les deux autres partis (kemaliste et extrême droite) ne voulant pas s'allier avec lui, il est évident qu'en cas d'élections « loyales », le HDP se renforcera encore.

Mais il peut choisir la solution du chaos :

Le lendemain des élections, à Diyarbakir, ont commencé les provocations et les meurtres de militants du HDP et de journalistes (6 dès le lundi).
Il ne restait plus qu'un membre de notre délégation à Diyarbakir quand une bande armée à fait une intrusion avec violence dans l'hôtel où nous avions logé ainsi que d'autres observateurs internationaux, cassant et saccageant, tirant à la kalachnikov, déployant le drapeau de DAESH alors que l'importante présence policière (petit tanks et policiers en civil) empêche tout déplacement non voulu par le pouvoir. Et on peut aussi une fois de plus admirer le courage et la maîtrise des Kurdes qui, personnel de l'hôtel et passants accourant en nombre de la rue, les ont encerclés et repoussés à mains nues

Enfin, ce qui se passe au Rojava à la frontière kurde de la Turquie qui permettait jusque là à Erdogan d'approvisionner DAESH en armes, ce qui ne sera plus possible après les succès actuels des YPG, aura une influence certaine.

Christiane

Présentation du contexte politique et social en Turquie et en particulier au Kurdistan.

Infos Mille babords - 17. juin 2015 - 23:35

Revenu en Europe je tente un compte rendu des jours passés dans le Kurdistan turc, entre
Diyarbakir, Mus et les alentours de Mus. Pour nous situer, c'est à l'Est, très à l'est , du moins pour moi. La frontière syrienne est à 150 km à vol d'oiseau et Bagdad est plus proche qu'Istanbul. Je pars de manière non linéaire, des deux conclusions qui me paraissent aujourd'hui les plus évidentes :

1) la vie d'un kurde n'a pas la même valeur que celle d'un européen face aux autorités turques
2) Chaque élection a une histoire et une signification propre qui, pour être comprises,
nécessitent une contextualisation des acteurs, des faits et des enjeux

La Turquie est, avec l'Egypte, l'Etat le plus peuplé qui borde les rives de la Méditerranée : presque 80 millions d'habitants et 50 millions d'électeurs. Parmi eux 90% se sont rendus aux urnes. Ces élections ont été un moment crucial de la vie politique turque mais aussi moyenne orientale. Toute l'attention était focalisée sur le HDP, sur l'éventualité qu'il arrive à franchir le barrage du 10%.

Ayant obtenu 13% des voix dans un climat d'arrestations arbitraires, d'attentats et de fraudes, le HDP a obtenu un double résultat : pour la première fois depuis des décennies un parti de réelle opposition rentre au Parlement et, tout aussi important, Erdogan président de la république et leader du AKP est dans l'impossibilité de modifier seul la constitution vers un régime présidentiel.

4 partis siègent aujourd'hui au parlement : AKP qui reste majoritaire avec 258 députés sur un total de 550, le deuxième est le parti kemaliste et, avec environ 80 sièges chacun se trouvent les loups gris, parti d'inspiration national­-fasciste et le HDP.

Les trois premiers partis partagent deux éléments structurants leurs idéologie :
un nationalisme centralisateur qui exclut la reconnaissance des minorités, ainsi que toute forme de réforme de sens fédéral ou autonomiste. Dans un pays qui s'étend sur deux continents et qui partage des frontières avec la Grèce et la Bulgarie d'un coté et avec l'Arménie, L'Iran , l'Irak et la Syrie en Orient de l'autre, cela parait absurde.
Pourtant le ministère pour l'histoire de la turquicité travaille depuis des décennies de manière a- historique à essayer de prouver que la Turquie est un état avec un peuple, une langue et une histoire commune. Ainsi les kurdes n'existent pas : ce sont des « turcs des montagnes », les Arméniens et les Alevis ( juste pour citer 2 des nombreuses minorités) s'ils se revendiquent non turcs sont des traîtres à la patrie payés par les puissances étrangères.
L'autre facteur commun à ces trois partis est une orientation économique libérale.

Dans ce contexte, le HDP constitue une véritable force d'opposition sociale. Il s'agit en premier lieu d'une construction issue du PKK mais il va bien au delà de la question kurde. Le nom, dé­acronimisé est Halkarin Democratic Partisi : Parti Democratique des Peuples. Ce pluriel a une très grande importance. HDP n'est en effet pas un parti kurde. Dans ses rangs ont été élus, au delà d'une large représentation féminine ( 32 députées sur 80), un roumain, un arménien, un yezidi. Le kurdistan représente certes le bastion du parti avec des villes comme Diyarbarkir où 10 des onze députés envoyés à Ankara sont issus du HDP mais il est aussi implanté dans des métropoles de l'Ouest tel que Izmir et Istanbul où il obtient 10% des voix.

Ces résultats doivent être inscrits dans la suite des événement de la place Taksim. Là bas,une partie de la société civile turque a démontré sa ferme opposition à Erdogan et à ses politiques urbanistiques dévastatrices et commerciales. Le HDP reflète l'hétérogénéité issue de cette lutte : 13 partis y convergent et au total 39 associations et organisations y sont représentées.
On peut donc y retrouver certaines analogies avec le processus de formation de Syriza.

Mais, pour comprendre la situation politique turque et le processus de formation du HDP, il faut aussi prendre en considération des événements qui se déroulent en dehors des frontières turques : les bouleversements politiques induits par la guerre civile en Syrie. Au Rojava, dans le Kurdistan syrien, à partir de 2012, des formes d'auto­organisation, d'auto­gestion et d'auto­défense ont commencé à se structurer en fournissant ainsi une première application concrète du confédéralisme démocratique théorisé par Ocalan. Il existe maintenant un exemple politique auquel faire référence qui ne prévoit pas la prise du pouvoir central. Les formes de gouvernement sont schématiquement organisées sur 3 niveaux et incluent non seulement les Kurdes, majoritaires dans la région, mais aussi des minorités ethniques et des individus fuyant le régime d'Assad et les territoires sous contrôle de l'Etat Islamique.

Dans les derniers mois et encore récemment avec la fulgurante découverte de ce qui était déjà clair : que le gouvernement turc fournit des armes à Daesh, la guerre en Syrie a occupé une place centrale dans la vie politique turque. La frontière entre la Turquie et la Syrie est aujourd'hui poreuse. Au cours de ces dernières semaines l'enjeu du conflit se situe dans la tentative de réunifier les 3 cantons du Rojava fermant ainsi les voies d'approvisionnement qui mettent en communication Daesh avec la Turquie.
Il s'agit clairement d'une hypothèse qui ne fait nullement plaisir aux groupes de pouvoir liés à Erdogan.

Pour revenir à la situation en Turquie, on arrive à comprendre pourquoi le climat de violence est en train de s'exaspérer. Tout laisse penser à une stratégie du chaos pilotée par en haut pour, par la suite créer un gouvernement d'ordre. Il existe un risque concret de voir recommencer la guerre interrompue par la nouvelle trêve unilatérale du PKK en concomitance avec Newroz 2013. Les trois semaines qui restent avant la date butoir du 3 juillet avant laquelle le gouvernement doit être constitué seront donc cruciales pour comprendre si le conflit se déroulera au sein des institutions où s'il se rapprochera davantage d'une guerre civile.

Il est en conclusion important de souligner que le HDP et le PKK ont dans les dernières années travaillé activement pour une solution politique et pacifique du conflit opposant l'état turc à la population kurde. La “ victoire” électorale du 13% a été fêtée en Turquie ainsi que au Rojava. Elle pourrait ouvrir une saison de stabilisation de toute la région médiorientale, si Erdogan le permet.

Fabio

DEBAT après les élections en Turquie

Infos Mille babords - 17. juin 2015 - 19:30

La délégation marseillaise d'observateurs internationaux qui rentre de Turquie, où elle a été présente dans les meetings et les bureaux de votes au Kurdistan (villes de Diyarbakir et Mus), vous invite à un débat :

Le mercredi 17 juin à 10h30

Les observateurs marseillais (dont un journaliste photographe) étaient présents lors de l'attentat de Diyarbakir (5 morts, 402 blessés), ont été objet d'agressions et provocations dans les bureaux de votes.

Ils ont pu admirer la maîtrise et le sens civique des Kurdes de la région et peuvent répondre à des questions :

Qu'est-ce que ce nouveau parti le HDP, qui unit pour un meilleur futur les différentes ethnies (Kurdes, Turcs, Turkmènes, Lazs, Arméniens, Assyriens, Arabes, Azéris...), religions ( Sunnites, Alevis, Ezidis, Chrétiens...), athées, mouvements sociaux, écologistes, minorités sexuelles ; un parti de femmes avec la parité à tous les échelons (32 femmes élues sur 80 députés) ?

Pourquoi ces élections sont-elles un enjeu majeur pour Erdogan et l'AKP ?

Quel rôle a joué la lutte des Kurdes syriens contre Daesh (Kobané) ?

A quoi ont servi les observateurs internationaux ?

Que peut-il se passer en Turquie maintenant ?

Quelle sera la répercussion politique et militaire sur la guerre en Syrie et Rojava ?

Etc.

Les Observateurs Internationaux et Le Centre Démocratique Kurde de Marseille,

le Collectif Marseille Rojava

Soirée Grecque

Infos Mille babords - 17. juin 2015 - 19:00

Le climat et les négociations internationales Qu'est-ce qui coince ?

Infos Mille babords - 17. juin 2015 - 18:30

En perspective de la 21e conférence mondiale sur le climat (Paris 12/2015)

Après 21 ans de négociations, les émissions de gaz à effet de serre ne cessent d'augmenter, menaçant l'équilibre de la planète. Qu'est-ce qui rend les accords impossibles à ce jour ? Quelles solutions sont proposées par les promoteurs du système ? Que peuvent les mouvements sociaux et la société civile ? COMPRENDRE LES RAISONS DE L'INACTION, C'EST TROUVER LES MOYENS D'AGIR !

possibilité de manger bio (10€) sur réservation : accueil chez lepointdebascule.fr

Réunion du RESF 13

Infos Mille babords - 17. juin 2015 - 17:30

Exceptionnellement la réunion RESF aura lieu à partir de 17h30 au local de Solidaire, 29 bd Longchamp 13001 Marseille (au lieu du local de Mille Bâbords).

Rassemblement devant le CRA du CANET aujourd'hui mercredi 17 juin à 14 heures

Infos Mille babords - 17. juin 2015 - 14:14

à partir du cr de Jean 6/4, présent : une trentaine de personnes ont répondu à l'appel ; présence de La Marseillaise. Deux personnes ont pu visiter M. Daouda. En France depuis 11 ans, la menace d'expulsion demain jeudi est toujours réelle.


Alerte : le camarade sans-papiers Daouda est menacé d'expulsion jeudi. Le comité chômeurs, le collectif sans-papiers et les organisations qui le soutient appellent à un rassemblement devant le CRA du canet aujourd'hui à 14 h Bd des Peintures 13014. On ne laisse tomber personne.

Centre de rétention, Bd des Peintures, 13014
(Metro Bougainville ou Bus 28-A38 arret Casanova de Lesseps)

Rythmes scolaires : occupation pacifique du Rectorat d'Aix

Infos Mille babords - 17. juin 2015 - 13:30

En cette fin d'année scolaire l'heure des bilans est arrivée, et le constat est le suivant : la réforme des rythmes scolaires ne va pas dans l'intérêt des enfants, même dans les endroits où « ça va », comprenez « des activités sont mises en place et les enfants ne sont pas à la rue ».

Aussi les Gilets Jaunes et le Collectif Citoyen Handicap (CCH), ont décidé de mener une action pacifique d'occupation de tous les rectorats de France en ce 17 juin 2015.

Par ce geste symbolique, ils réaffirment que cette réforme :
Est inutile, car 5 matins ne favorisent pas la réussite scolaire
Augmente les inégalités
Fatigue les enfants
Coûte cher et siphonne les budgets des mairies
Déstructure la vie associative et familiale
Exclut les enfants en situation de handicap

Ils demandent l'abrogation de cette réforme pour une école plus équitable et juste.
Ils rappellent au Premier Ministre qu'un retour en arrière est possible tel qu'il l'a déclaré en conférence de presse à Matignon le vendredi 29 août 2014 : « Ce qui marche doit être maintenu, ce qui ne marche pas doit être réétudié ou abandonné. »
Il est grand temps de réétudier le fonctionnement de l'Education Nationale et d'abandonner cette réforme inutile et dégradante.

Dans cette optique, les Gilets Jaunes vous donnent rendez-vous :

MERCREDI 17 JUIN à 13h30
devant le RECTORAT d'AIX-EN-PROVENCE

Les Gilets Jaunes et le CCH sont déjà rejoints par des collectifs d'Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS) et AESH, ainsi que par Sud Education 13.

Pour plus d'informations :
Site national : www.giletsjaunes.com
Groupes départementaux sur FACEBOOK.

Déclaration de l’OMS à l’issue de la neuvième réunion du Comité d’urgence du RSI concernant le MERS-CoV

Actualités OMS - 17. juin 2015 - 11:00
La neuvième réunion du Comité d’urgence convoquée par le Directeur général de l’OMS au titre du Règlement sanitaire international (RSI 2005) concernant le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen Orient (MERS CoV) s’est tenue par téléconférence le 16 juin 2015, de 12h00 à 15h00 (heure d’Europe centrale, UTC+2), avec les membres et les conseillers du Comité. L’OMS a convoqué cette réunion pour traiter de la flambée apparue en République de Corée.

Le Secrétariat de l’OMS a informé le Comité des dernières évolutions épidémiologiques et scientifiques, avec une description des cas récents et des modes de transmission observés en République de Corée et en Chine, une évaluation des risques associés et une présentation des mesures de lutte et de prévention mises en œuvre. Les pays touchés ont fait le point de la situation relative au MERS-CoV et de son évolution sur leurs territoires.

Conférence de presse de la délégation d'observateurs internationaux de Marseille des élections en Turquie

Infos Mille babords - 17. juin 2015 - 10:30

La délégation marseillaise d'observateurs internationaux qui rentre de Turquie, où elle a été présente dans les meetings et les bureaux de votes au Kurdistan (villes de Diyarbakir et Mus), vous invite à une conférence de presse :

Le Mercredi 17 juin à 10h30

à Mille bâbords 61 Rue Consolat 13001 Marseille

Puis au débat public le même jour au même endroit à 19h30.

Les observateurs marseillais (dont un journaliste photographe) étaient présents lors de l'attentat de Diyarbakir (5 morts, 402 blessés), ont été objet d'agressions et provocations dans les bureaux de votes.

Ils ont pu admirer la maîtrise et le sens civique des Kurdes de la région et peuvent répondre à des questions :

Qu'est-ce que ce nouveau parti le HDP, qui unit pour un meilleur futur les différentes ethnies (Kurdes, Turcs, Turkmènes, Lazs, Arméniens, Assyriens, Arabes, Azéris...), religions ( Sunnites, Alevis, Ezidis, Chrétiens...), athées, mouvements sociaux, écologistes, minorités sexuelles ; un parti de femmes avec la parité à tous les échelons (32 femmes élues sur 80 députés) ?

Pourquoi ces élections sont-elles un enjeu majeur pour Erdogan et l'AKP ?

Quel rôle a joué la lutte des Kurdes syriens contre Daesh (Kobané) ?

A quoi ont servi les observateurs internationaux ?

Que peut-il se passer en Turquie maintenant ?

Quelle sera la répercussion politique et militaire sur la guerre en Syrie et Rojava ?

Etc.


Les Observateurs Internationaux et Le Centre Démocratique Kurde de Marseille

Graphisme et mouvement social au Mexique

Infos Mille babords - 16. juin 2015 - 21:00

Edison Blas est né en 1986 à Oaxaca, dans le sud du Mexique. Un jour, un prof imprudent lui suggéra d'aller gribouiller ailleurs que dans les marges de son cahier. Abandonnant l'école, Edison se lança alors dans le graffiti, puis le collage, la gravure et le cut-up poétique. Outre la bombe de peinture, ses matériaux de prédilection sont le zinc, le bois, la pierre, l'acrylique et toutes sortes de trésors exhumés des poubelles.

Rogelio Espinosa est membre du collectif La Guillotina (Mexico) qui publie des ouvrages toujours en cheville avec les mouvements sociaux. Il présente « Hueelga », une compilation de textes et photos sur la grande grève étudiante de 1999-2000, un livre sur la résistance des indiens huicholes face à une multinationale minière canadienne et un autre sur « Oaxaca en mouvement ; le graphisme dans la résistance populaire ».

Mardi 16 juin à 21h
Casa Consolat, 1 rue Consolat, 13001 (métro Réformés-Canebière)

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE