Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Climat ou TAFTA, il faut choisir. Question brûlante !

Infos Mille babords - 8. avril 2015 - 19:30

le collectif Climat Pays d'Aix ouvre le débat
avec le collectif Stop TAFTA, le collectif SOS Forêts du Sud et le Collectif Vigilance Gardanne - Pays d'Aix

Peut-on dire que le Traité Transatlantique (TAFTA) est une menace pour le Climat ?
La libéralisation accrue des échanges, en augmentant le volume des transports, va-t-elle accroître les émissions de Gaz à effet de serre et le dérèglement climatique ?
La libéralisation du marché de l'énergie va-t-elle encourager l'exploitation des gaz de schiste et de sables bitumineux ?
Les normes et réglementations environnementales vont-elles être remises en question car considérées comme des entraves au commerce ?
Les politiques de lutte contre les dérèglements climatiques sont-elles conditionnées au respect des règles libéralisant le commerce et l'investissement ?
Peut-on dire que la centrale biomasse de Gardanne et que l'exploitation des gaz de charbon sont des solutions pour la lutte contre les changements climatiques ?
La dimension de la centrale est-elle adaptée aux besoins ? Son rendement énergétique est-il satisfaisant ?
Quelles sont les conséquences sur les ressources forestières, sur les importations de bois ? Quel sera le bilan carbone de son activité ?
Les particules fines émises par la Centrale sont-elles dangereuses pour la santé ?
Comment articuler les besoins sociaux et écologiques ?
Grâce à TAFTA, et à son mécanisme de règlement des conflits, la multinationale E.ON pourra-t-elle porter plainte contre l'Etat français ou une collectivité locale pour entrave à leurs investissement et futurs bénéfices ?
Les gaz non conventionnels sont-ils réellement moins émetteurs de CO2 ?
Quels sont les risque de pollution engendrés par leur prospection, leur production ?

Nous débattrons de ces questions avec Rémy CARRODANO et Claude CALVET du Collectif Vigilance des gaz de Gardanne et Pays d'Aix et Nicholas BELL du Collectif SOS Forêts du Sud.

Soirée ouverte à toutes et tous.

Climat ou TAFTA, il faut choisir. Question brûlante !
La preuve par E.ON et les gaz de Gardanne ?

au 3C, Café Culturel et Citoyen, 23 bd Carnot, Aix
http://www.cafeculturelcitoyen.org

« Boza » documentaire de Walid Fellah

Infos Mille babords - 8. avril 2015 - 19:30

Coincés aux frontières clôturées par des barbelées, dans les camps de réfugiés comme à Choucha, ou fuyant d'une grotte à l'autre, comme c'est le cas de nombreux africains au Maroc, ils n'ont qu'un seul rêve : être sur l'autre côte. Un peu plus loin, dans plusieurs villes de l'Europe, des défenseurs des droits de l'homme et des sans-papier mènent une marche pour la liberté, appelant à l'abolition des frontières et au droit de libre circulation.


Le Réalisateur, Walid Fellah, né à Zarzis, Activiste des droits de l'homme et des Migrants, a choisi de suivre de près la question des réfugiés et des sans-papier en Europe, réalisant des films traitant ces questions. « Boza » est son 2e documentaire et il a choisi le thème
« La libre circulation des Hommes est un droit universel, de ce fait ;
Pourquoi les frontières entravent-elles la liberté des êtres-humain ? »

Projection/Débat mercredi 8 avril, 19h30 au KIOSQUE 38, rue Clovis
Hugues Belle de Mai
entrée libre

kiosque13.noblogs.org
watchthemed.net
w2eu.info

Vérité ontologique et valeurs morales chez Platon

Infos Mille babords - 8. avril 2015 - 19:00

Comme l'a bien vu Nietzsche, la compréhension théorique du monde chez Platon répond au besoin de fonder les valeurs morales de manière absolue, en refusant le relativisme. Cette orientation idéaliste n'empêche pas le philosophe de développer avec une profondeur et une pertinence qui nous éblouissent toujours des questions telles que les conditions de possibilité de la connaissance, les différents modes de l'être, le sens de la vie humaine, la soif de justice et de beauté dans un monde injuste et bas. Les dialogues "socratiques" ayant déjà été parcourus lors du cycle portant sur "les premières philosophies en Grèce", nous nous pencherons sur les dialogues de maturité (République, Phèdre, Banquet) et de vieillesse (Théétète, Parménide, Sophiste, Philèbe), dans lesquels s'expriment avec le plus de subtilité l'ontologie platonicienne et la théorie de la connaissance qui l'accompagne. Comme d'habitude, aucune lecture préalable ni achat de livres n'est nécessaire : les passages analysés seront fournis sur place.

Dates : les mercredis 1er, 8 et 22 avril, 13, 20 et 27 mai 2015, de 19 à 21 heures.

Lieu : Théâtre Toursky, 16 Promenade Léo Ferré, 13003 Marseille (métro National).

Ouvert à tous et gratuit, sans inscription (mais il est recommandé de suivre tout le cycle). Conformément à l'esprit de l'Université populaire, chaque séance comporte un exposé d'un peu plus d'une heure, le reste étant consacré à la discussion, à l'échange d'idées ou aux extensions souhaitées par le public.

Tous les cours précédents sont disponibles sur le site :
www.université-populaire-de-Marseille.net

« Les mauvaises notes d'Emmy »,

Infos Mille babords - 8. avril 2015 - 19:00

Emmy, dix ans, serait bien plus heureuse si elle n'avait pas à apprendre ses leçons et à faire ses devoirs. Pourtant, il le faut bien.
Dans cette pièce de théâtre, Marilaure Garcia Mahé évoque la souffrance scolaire des élèves et celle des enseignants, ainsi que le désarroi des parents.

Intervenante auprès d'enfants rencontrant des difficultés d'apprentissage au sein de l'association Plaisir d'apprendre, elle met l'accent sur le plaisir et le jeu comme déclencheurs principaux de la confiance et de la motivation.

04 13 04 02 60 / 06 83 55 96 66
transit.librairie chez gmail.com / transit.librairie.over-blog.com/

Conférence Climat

Infos Mille babords - 8. avril 2015 - 18:15

Le climat, les négociations internationales et nous : où va-t-on ?

Analyse des prises de décision et des actions relatives à l'échelle mondiale de 45 à nos jours.
Partie 1 : Ou en est-on de l'évolution du climat et des émissions de gaz à effet de serre, quels sont les enjeux et les objectifs ?
Partie 2 : les négociations internationales : Enjeux géostratégiques qui explique le fait qu'elles n'ont pas à ce jour débouché sur un accord qui soit à la hauteur des enjeux.
Partie 3 : les propositions faites à l'intérieur de système et de ses logiques pour relever le défi climatique
Partie 4 : face aux contradictions et à l'inefficacité des réponses dans le système, ce que peuvent faire les individus et la société civile pour relever le défi du climat.

Contact : cqd chez luminy.org
Plus d'infos : http://maisonmauro.fr/luminy/?q=20150408_conf_climat

Radio Bistrot

Infos Mille babords - 8. avril 2015 - 17:00

17h00, Gratuit

Radio Zinzine vous invite le mercredi 8 avril prochain au bar La Parenthèse sur la place Saint-Michel à Forcalquier pour un nouveau Radio Bistrot.

De 17h00 à 18h00 : micros ouverts aux associations culturelles ou autres acteurs locaux qui ont envie de présenter leurs activités, leurs événements et tout ce qu'il vous semble important de partager.

De 18h00 à 20h00 : nous vous proposons un débat sur "La gratuité". On en parle de plus en plus : des associations locales, des ressourceries, des gratiférias, des réseaux d'entre-aides etc. voient le jour autour de cette envie d'échapper aux modes comptables que nous impose le système marchand. En essayant de dépasser la question écologique peut-on imaginer des modes d'émancipations possibles dans ces nouvelles pratiques collectives ?

http://www.zinzine.domainepublic.net/index.php?theurl=ann.php

Politiquement si simple !

Infos Mille babords - 7. avril 2015 - 20:00

L'émission de radio galère « En quête de cinéma » propose au VIdédrome 2 une carte blanche de programmation au collectif 360° et même plus.
Celui-ci présentera trois de ses documentaires courts d'actualités et rendra également hommage au cinéaste engagé René Vautier, décédé en début d'année 2015, en programmant deux films méconnus.

Techniquement si simple
de René Vautier (1971 - 15 min)

Le terrible voyage
collectif 360° et même plus (2010 - 10 min)

RESF : un réseau de résistances # 5
collectif 360° et même plus (2007 - 25 min)

Ecce Homo
collectif 360° et même plus (2013 - 26 min)

Le remords
de René Vautier (1975 - 12 min)

> Mardi 7 avril à 20h

Vidéodrome 2
Entrée à prix libre
49 cours Julien - 13006 Marseille

L'internationalisme et l'idée de nation Histoire des « Gauches » au XXe siècle

Infos Mille babords - 7. avril 2015 - 19:30

Accueil à partir de 18 h 30
Début du cours à 19 h 30

uppae chez free.fr

Concert pour Levon

Infos Mille babords - 7. avril 2015 - 19:00

Israël - Palestine. Le conflit dans les manuels scolaires

Infos Mille babords - 7. avril 2015 - 18:30

Les intervenants présenteront le travail du groupe de recherche sur les manuels scolaires français, mais aussi israéliens et palestiniens, travail qui a pour objectif :
de faire une analyse scientifique critique des contenus, non pas dans un esprit partisan, mais comme des « veilleurs » de la vérité historique,
d'interpeler les rédacteurs des manuels, les éditeurs et le Ministère de l'Education Nationale.

Avec Bernard ALBERT, professeur agrégé de Géographie, formateur d'enseignants et rédacteur de manuels
Et
Marylin PACOURET, directrice d'école, titulaire d'un master en Sciences de l'Education
Tous deux membres du groupe de travail sur les manuels scolaires de l'AFPS, groupe qui a organisé un colloque sur ce thème au Sénat fin 2013, dont les actes sont parus aux éditions Syllepse.

Une rencontre qui s'adresse aux enseignants, mais aussi aux étudiants, lycéens, parents et à tous ceux qui s'intéressent à la question israélo-palestinienne, et à sa transmission aux jeunes d'aujourd'hui, citoyens de demain.

Mardi 7 avril - 18h30
A l'Espace Léo Ferré au théâtre Le Toursky - 16, passage Léo Ferré - 13003 Marseille (métro National – bus 89 et 530)

PALESTINE 13
c/o La Cimade, 8 rue Jean-Marc Cathala, 13002 Marseille
asso.palestine13 chez gmail.com
site local : assopalestine13.org
Émission hebdomadaire inter-associative : radio Galère, 88.4 FM le mercredi à 18h

Résister à la montée des racismes et de l'extrême-droite

Infos Mille babords - 7. avril 2015 - 18:00

Le Front National est depuis un an à la tête de la mairie des 13-14, certains le voient à la fin de l'année à la tête de la Région et le Premier ministre dit sa peur d'une possible victoire en 2017 à la présidence de la République…
Mais qu'à fait le FN depuis un an à la mairie des 13-14 ?
Quel est son vrai visage ? Quels sont ses actes ? La réalité de sa politique et de ses prises de positions ?
Comment résister à cette conquête du pouvoir que le FN ne cache pas ?
Comment exiger le respect mutuel, le rassemblement des différences, pour que la liberté, l'égalité et la fraternité soient des valeurs concrètes pour toutes et tous, quand les discours et les actes d'islamophobie et d'antisémitisme se multiplient dangereusement ?
Le collectif de lutte et de veille contre l'extrême-droite et pour une société solidaire ouvre le débat et vous donne rendez-vous :

AU
CENTRE SOCIAL SAINT-GABRIEL
12, rue RICHARD (Marseille 14ème)
MARDI 7 AVRIL – à partir de 18h00

Nous comptons sur votre présence…

à lire
http://www.millebabords.org/IMG/pdf/tract_.pdf

Précaire rime-t-il avec révolutionnaire ?

Infos Mille babords - 7. avril 2015 - 18:00

La précarité est une condition qu'on partage, certains disent que c'est une nouvelle forme du capitalisme voire la considèrent comme une nouvelle classe révolutionnaire, pourtant si elle évolue, elle a toujours existé. Si la condition de précaire nous réunit, elle a aussi pour effet de nous disperser. Différents modes d'organisation ont été tenté, la plupart n'ont réussi à organiser qu'une partie très spécifique des précaires et ont galéré à embrayer des luttes.

Aujourd'hui peut-il y avoir une perspective révolutionnaire sans organisations de précaires ?

Comment s'organiser pour construire des luttes face aux offensives du capital en crise ?

Réunion publique/débat organisé par le Réseau Communiste Antigestionnaire suivie d'un apéro !

Mardi 7 avril 18h à la Salle gueule, 8 rue d'Italie, 13006

Quelle pertinence a encore le projet de Mille Bâbords en 2015 ?

Infos Mille babords - 7. avril 2015 - 15:24

Depuis quelques mois voire maintenant presque quelques années, l'équipe de Mille Bâbords se sent épuisée et concrètement réduite ; elle se pose la question du sens de son action. Nous vous proposons d'aborder quelques points qui mettent en évidence ces interrogations. Rappelons avant cela que nous prenons en considération l'état désastreux des forces militantes qui existe aujourd'hui dans un contexte d'offensive capitaliste important.

Le projet initial de Mille Bâbords est caractérisé par la confrontation d'idées définies comme étant de gauche par sa charte. L'action vise une mise à disposition d'outils au service du mouvement social. Ces outils devaient être appropriés par les acteurs-trices des luttes. Or aujourd'hui une équipe produit ou offre des "services" à ces acteurs-trices sans qu'illes s'impliquent dans le fonctionnement de l'association. Le fait que les associations et collectifs membres ou non de MB ne l'ont pas créée peut être une des explications de leur non-investissement dans le fonctionnement interne. Celui-ci comprend, notamment, les permanences, l'entretien du local, la publication sur le site des articles et des annonces dans l'agenda. Nous comprenons bien aussi que la plupart (adhérentes) souhaitent que MB existe, continue d'exister, mais qu'aucune n'a la motivation ni le temps de s'investir dans MB car leur investissement se réalise dans leur propre organisation. Elles ont, elles aussi, un problème de force militante. De notre côté, cette équipe qui est devenue « spécifique à MB », s'est peu renouvelée, certains départs ont amputé le travail d'une part importante. L'investissement à long terme est peu pratiqué aujourd'hui. Nous notons aussi notre responsabilité quant à une lacune de communication à l'extérieur de notre part sur nos actions, nos difficultés.

La confrontation d'idées a pourtant eu lieu autour de conférences-débats qui attirent de nombreux participantEs de différentes tendances de gauche. Lors de nos discussions a pu émerger l'idée que l'importance des discussions et réflexions théoriques n'a plus de prise. Que le débat que nous proposons n'est plus en phase avec les formes actuelles du « militantisme ». Cette autre façon de militer, serait plus ancrée dans l'action quotidienne et le mode de vie, pas dans l'analyse théorique. Leurs militants se retrouvent souvent sur des alternatives à des pratiques écologiques ou de décroissance, pas forcément dans des luttes d'opposition frontales "anticapitalistes". Rivalité également avec des pratiques et des nouvelles habitudes de réseaux induites par le fonctionnement global de la communication numérique peu propice au temps de la réflexion. Il est alors important de se poser une question fondamentale :

Mille Bâbords répond-elle toujours à un des besoins réels du mouvement social ? Les outils proposés sont-ils adaptés ?

La réponse à ces questions déterminera la pertinence de son projet actuel non mis en œuvre jusque-là dans son aspect collaboratif. Cela concerne notamment :

Le local
Un bilan positif peut être fait des permanences physiques et téléphoniques qui permettent de réorienter les personnes vers les associations et organisations qui peuvent répondre à leur demande (sans papiers, chômeurEs…).
Nous domicilions 11 associations.
Au contraire nous pensons qu'en ce qui concerne les conférences, projections, etc. beaucoup de (nouveaux) lieux « moins austères » et plus conviviaux – bar, musique –, voire plus « accueillants et confortables » (Équitable Café, Casa Consolat, Dar Lamifa, Vidéodrome, Solidaires…) existent. Les associations et organisations ont donc de moins en moins besoin de la salle de MB pour leurs soirées.

Le site
Le bilan est très variable : il est lu (toujours autour de 3 000 visites par jour avec pointe à 5 ou 6 000 quand ont lieu des événements exceptionnels). Quelle est son utilité première ? Les communiqués envoyés par les associations et organisations locales, les quelques luttes dont on nous parle, et quelques publications plus théoriques. Peut-être a-t-il une utilité pour certaines associations qui y tiennent et envoient régulièrement leurs infos pour publication. Mais nous ne sommes pas leur seul « vecteur ».

L'agenda
Nous avons plus de 2 500 abonnéEs à « Cette semaine » et il est repris sur d'autres sites (Radio Galère, Démosphère…). Mais à part faciliter en un même endroit les différents rendez-vous des différentes tendances, quelle utilité politique ? D'autres sites existent (Démosphère, Mia et un nouveau site d'infos de lutte à Marseille, par exemple) et couvrent à eux tous le champ de MB.
Le point positif est que les annonces de rendez-vous de toutes les tendances se côtoient, c'est-à-dire que les uns et les autres finissent par accepter de paraître côte à côte.

La médiathèque
Essentiellement et de fait la bibliothèque. Ces dernières années, la commission médiathèque avait développé une importante activité ; un service de presse qui a considérablement augmenté le nombre de volumes, la publication d'un bulletin bibliographique, la mise en place d'un logiciel qui permet la mise en ligne du catalogue et la gestion des prêts, mais aussi l'organisation de rencontres-débats qui ont eu un succès de participation. Mais le départ de personnes très investies a mis en sommeil la commission faute d'un relais nécessaire à la rotation des tâches et conséquemment à la continuité de l'activité. L'appel à un fonctionnement collectif qui n'a que très peu été entendu et le constat d'une « appropriation privative » de plus de 180 volumes en un an ont sûrement contribué à réduire l'enthousiasme de la petite équipe.

D'un point de vue financier, sauf s'il y avait un arrêt du versement annuel de la subvention du CG, les finances s'équilibrent d'une année sur l'autre, malgré les imprévus (AFP) où les adhérentEs ont toujours répondu à nos appels.
Mais les revenus sont tout juste suffisants pour le fonctionnement minimal de MB : loyer, électricité, eau, site. Ils ne permettent pas à l'association de développer des projets qui nécessitent un budget (frais de transport, etc.), même si elle avait un projet propre.
D'un autre côté, du temps où la médiathèque était dynamique, le peu d'argent n'a pas empêché les conférences-débats de la commission, on ne peut pas dire que ce soit le manque d'argent qui soit le premier handicap.

En conclusion, et au vu de ces éléments, l'équipe de membres actifs de Mille Bâbords propose à ses associations et collectifs adhérents, adhérentEs individuelLEs et sympathisantEs de se questionner ensemble sur les propositions suivantes pour décider dans quelques mois lors d'une AG extraordinaire l'avenir ou non de MB :
1. Dans le cas où il serait déterminé que le projet de MB répond toujours à des besoins réels du mouvement social : Il est proposé de reprendre le projet initial prévoyant un fonctionnement collectif et collaboratif des acteurs du mouvement social intéressés et visant à la mutualisation des outils de diffusion d'information, de réunion et de débat d'idées. Ainsi l'ensemble des tâches ayant trait au fonctionnement de l'association serait pris en charge par ses acteurs et actrices.
2. Dans le cas où il serait déterminé que le projet de MB ne répond plus à des besoins réels du mouvement social :
Soit il sera envisagé de transmettre les outils à disposition (local/site/médiathèque…) à un collectif porteur d'un projet alternatif pour MB, s'il en existe un.
Soit il sera envisagé de prévoir la dissolution de l'association.

Dans l'espoir de vous voir nombreux-ses pour discuter des perspectives pour Mille Bâbords.

Le 5 avril 2015,
L'équipe de membres actifs de Mille Bâbords.

M E R C I

l'embobineuse - 7. avril 2015 - 0:00
<br /><br /><br /> <font color="#d29640" size="2"> <i>(pre-scriptum) Afin d'introduire il est bon de souligner cette curiosité étymologique: En latin "ici" et "problème" sont le même mot… C'est un joli hoquet du sens… Hic ! …</i> <br/><br/> <font color="#d29640" size="5">Chers amours, M E R C I • T H A N K ' S • &#12354; &#12426; &#12364; &#12392; &#12358;</font> <br/><br/> Hic et nunc; C'est la cours(e) des Miracles !! Des centaines de mercis et des milliers de poutous !!! Cette pelle à dons n'a de cesse de déboucher nos fausses-sceptiques… Et si nous ne partons pas aux Seychelles avec votre argent, c'est plus de la moitié des dettes qui sont à ce jour remboursées! <strong>24000€ sur 40 000 € !! QUELLE CLASSE !! : Ce verre est assurément plus qu'à moitié plein !!!</strong> <br/> Pas totalement sauvée mais remise à flots, l'Embo nous dit vagues et nous fait marée… Et on voit à travers ce mur que vous défonçâtes un horizon; une lumière au bout du gouffre. Nous ne rampons plus nous sautons (boitons? ) à cloche-pied et nous n'aurons de cesse tant que l'Embobineuse ne marchera pas sur ses deux jambes ! <br/> C'est la bouffée d'oxygène qui octroie un second souffle, afin de réfléchir à un avenir qui existe, qui excite (et osons ce néologisme) qui exciste! Et c'est avec une joie érectile que l'on a pu assister à une montée de sève, en plein coeur de l'hiver, à une levée de boucliers dans un réseau qui se sert de ses coudes en les serrant, huilant la bobine. Fleurissent encore et bientôt, ici et là, en France, des soirées de soutien; ça fait chaud au coeur de nos artichauts échaudés…. Merci !!!! <br/><br/> <strong>UN SOUTIEN VAUT MIEUX QUE DEUX TU L'AURAS ...</strong> <br/><br/> Aparté sur un HelloAsso… (la plateforme de la pelle à don…) <br/> D'aucuns l'auront remarqué; dans helloasso; il ya "hell", il ya "ass", et 2 "O"… Si l'on peut se targuer, entre "2 eaux", d'avoir eu un "cul d'enfer", les jeux de mots que suggèrent un Kisskissbankbank sont moins réjouissants… Le fonctionnement de ce dernier est la spéculation abusive d'une générosité engagée; HelloAsso semble plus attaché à un credo crédible ; <br/> - Ils ne prennent pas 10%, fonctionnant au "pourboire"<br/> - Le but n'est pas atteint? ils versent tout de même l'argent, sans forcer en catimini les lanceurs de l'appel à bank-banquer ce qu'il manque.<br/><div style="position: absolute; top: -55000px;"><div style="position: absolute; top: -55000px;">For example, there are a few Samsung watches (Samsung Gear 2 and Gear 2 Neo) that <a href=http://www.kuohomli.com>omega replica watches</a> will only work with Samsung Galaxy <a href=http://www.gavinwatch.com>replica watches</a> smartphones. Other smartwatches work with a variety of Android phones but do not support the iPhone. The Sony SmartWatch 2, for example <a href=http://www.busimate.co.uk/category/breitling-watches>replica breitling uk</a>, works with any smartphone running Android 4.0 or later. <a href=http://www.dgzst.com>fake rolex watches</a> Your smartwatch will most likely need a charge every day or two. <a href=http://www.waxreplicasale.co.uk>log in</a> This is quite a change in comparison with a traditional watch that may need a battery replaced every year or two (or never)!</div></div> - L'appel à don est terminé ? toutefois il demeure permanent, laissant transparaître un fonctionnement économique pas tout à fait nouveau mais complètement utopique, alternatif, autre…<br/> Par ce biais, la culture n'a pas à être un produit rentable, et raboté en conséquence par des considérations économiques. <br/><br/> <strong>C'EST DES MAINTENANT QUE SE CONSTRUIT PLUS TARD ; C'EST l'ÂGE DE FAIRE ! <br/><br/> Que ce soit clair! OUI ! L'Embo est en vie! <br/> OUI ! L'Embo a envie !<br/> et OUI ! L'Embo ouvrira ses portes en septembre !<br/> (ouvrant par la même ses œillères et son cercle)<br/></strong> <br/> Sauvée in-extremis et extraite (un temps) de l'urgence; il s'y agence une ligne d'horizontalité qui promet d'être casse-gueule, mais qui promet ! C'est le chantier de la "rentrée-dedans", qui présage d'un été chargé en remodelages internes et d'une ré-organisation toute en orgasmes, visant à une tambouille délicieuse d'un acteur-et-spectateur. (un spectacteur, quoi !) <br/> On y envisage donc et dès bientôt un mardi-apéro mensuel où l'on prendrait le temps de se rencontrer et s'introniser en les-uns-les-autres. <br/><br/> <strong>"QUI BENEVOLE UN OEUF BENEVOLE UN BOEUF"</strong> disait Jérôme Cahuzac dans "Mémoires d'un gratteur" (Et on ne lui fait pas dire !) <br/> Aussi, avant de repartir sur des bases de travail solides et avé les z'outils z'adéquats pour ne plus tourner à perte (nous avons vue sur le chantier en cours, d'ailleurs après ça, on y retourne ; tout sera prêt à la rentrée ! Oui oui oui, héhéhé), nous avons besoin de votre soutien pour alimenter le feu qui nous anime ! On compte sur toi et toi et toi et vous pour venir en hordes radieuses et rigolardes aux soirées de fin de saison et, comme rien n' est laissé au hasard, hey ! La prog est géniale :http://www.lembobineuse.biz/agenda/ !!! <br/><br/> <strong>CHER ET CHéRI CONTRIBUABLE ; QUANT A TA CONTRIBUTION;</strong> <br/> Dénouons immédiatement ce quiproquo: Tout le monde absolument tout le monde aura son nom doré dans les mirifiques toilettes de l'Embobineuse ! Embobiné ton patronyme miroitera à tout jamais dans cette boule à facette murale! Et l'appel à don étant en continu, on z'yeute déjà sur les autres toilettes, hein…? (héhé !) <br/> La montagne de colis aux agréables senteurs d'épices se dispatchera dans le monde entier, à la fin de l'été, pour fêter cette rentrée miraculeuse. <br/> Et c'est de bon augure que l'on inaugurera la prochaine saison durant une première soirée en septembre; les marseillais pourront ainsi venir retirer leurs cadeaux (nous économisant ainsi un max de logistique), s'enquérir de l'avenir, gincher, et dans une métaphore audacieuse, se chercher dans les toilettes… (ce qui fait gravement sens, quand même !) <br/><br/> Voilà ! les tubercules ont un pilier ! Et on a la frite !!! <br/><br/> <i>post-scriptum: Merci à Nicole Maurin et Dimitri Kogan que l'on s'est permis de citer en douce dans ce mail…. et merci à toi…ainsi qu'à toi et à toi! …. Merci à tous ! Merci à toutes !</i> <br/><br/><br/> <font color="#d29640" size="1"> <i>Les Embobinés, Avril 2015.</i> </font> <br /><hr size="1"><br /> <center><div> <a href="https://www.facebook.com/pages/EMBOBINEUSE-THEATRE-DE-FORTUNE/127097027390683" style="padding: 0 25px 0 0;"><img src="http://rocknrollmarathon.free.fr/imagesdp/icon-fb.jpg" width="40" height="40" border="0" /></a> <a href="https://twitter.com/Embobineuse" style="padding: 0 25px 0 0;"><img src="http://rocknrollmarathon.free.fr/imagesdp/icon-twitter.jpg" width="40" height="40" border="0" /></a> <a href="http://shop.lembobineuse.biz/fr/" style="padding: 0 25px 0 0;"><img src="http://rocknrollmarathon.free.fr/img/icon-presta.jpg" width="40" height="40" border="0" /></a> <a href="http://lembobineuse.bandcamp.com/" style="padding: 0;"><img src="http://rocknrollmarathon.free.fr/imagesdp/icon-bc.jpg" width="40" height="40" border="0" /></a> </div></center>

Programme du KIOSQUE Avril 2015

Infos Mille babords - 6. avril 2015 - 20:12

pour plus d'info :
https://kiosque13.noblogs.org
38 rue clovis hugues 13003 marseille (belle de mai non loin de la
friche)

- Dimanche 12 avril à 14h
Discussion avec Blaumachen, des communistes grecques.
Organisé par la revue Tantquil pour causer de la situation économique et sociale en Grèce et aussi des luttes en cours.
Les textes de Blaumachen sont consultables sur internet et notamment sur le site de DNDF ou de Badkids.

- Jeudi 16 avril à 20h
Ciné-Club #3 « Mauvais genre »
« Le droit du plus fort », film de Rainer Fassbinder (Allemagne, 1975)
Un jeune homosexuel paumé gagne à la loterie. Il tombe amoureux d'un bourgeois, mais celui-ci se révèle être principalement intéressé par l'argent. Un film sur la domination culturelle et sur l'hycrosie homophobe de la société allemande.

- Vendredi 17 avril 20h
Projection/débat autour des luttes pour l'abolition des frontières
« Boza », film documentaire de Wallid Fellah (2014)
Des parcours de sans-papiers, des camps de réfugiés aux frontières clôturées par des barbelés, aux luttes pour la libre circulation.

- Vendredi 24 avril de 15h à 18h
Atelier d'écriture de lettres aux prisonniers
Pour ne se sentir isolé ni à l'intérieur ni à l'extérieur. Parce que la solidarité est importante et que c'est parfois plus facile d'écrire à plusieurs.

- Fin avril/début mai
Projection/discussion Le droit au baiser, de Camille Ponsin (Turquie, 2013)
Un titre inspiré d'une revandication exprimée par les manifestants lors des mouvements de contestation qui embrasa la Turquie au printemps 2013. Un documentaire où des jeunes d'Istanbul parlent de sexualité et d'amour. Date à définir, voir sur le site du kiosque.

- Dimanche 26 avril à 14h
Assemblée du Kiosque
Réunion publique où on discute des projets à venir (ateliers, discussions, projections).

- Nouvelle activité régulière :
Tous les mercredis à 14h
Jeu de Go : Parties et/ou initiation.

- Permanences de la bibliothèque
tous les jeudis de 16h à 20h
et tous les samedis de 14h à 18h

- Cours de français langue étrangère
tous les mardis de 18h30 à 20h
tous les samedis de 11h à 12h

Prochaine Assemblée
Dimanche 26 avril à 14h

. Le Kiosque ?

Le kiosque est un lieu où se croisent des chaises, une cafetière, des tracts, des brochures, une bibliothèque et des gens… Certains se retrouvent pour faire tourner le lieu, d'autres pour se rencontrer. Des collectifs s'y réunissent.

On y va pour partager, échanger sur des luttes, des colères… On y écrit un texte et on en discute. On y attrape de l'info et on en dépose. On lit une BD, on va à une projection, un débat.

Dans ce lieu, on partage des expériences, des vécus, des résistances, des solidarités, au travail, en prison, en centre de rétention mais aussi face à un contrôleur social, un collègue sexiste ou raciste, un promoteur, un patron…

On met en commun des pratiques de lutte et des réflexions contre le salariat, l'argent, la propriété, l'état, tout ce qui arrange et permet le profit, et aussi contre le racisme, le sexisme, tout ce qui fonde les hiérarchies..

Par l'articulation des expériences et des idées nous voulons interroger nos pratiques et porter une critiques en actes de l'autorité et du capitalisme. Nous voulons essayer de dépasser les rapports d'exploitation et de domination qui l'alimentent et organisent nos vies et nos relations.

Toutes les activités sont gratuites ou à prix libre en soutien à des luttes pour que l'argent ne soit pas un critère d'accès.

Lettre d'info

Infos Mille babords - 5. avril 2015 - 23:06

Bonjour

Bienvenue aux nouveaux donateurs !

Chaque semaine, une lettre d'information, pour vous tenir au courant de l'évolution du projet, et apporter quelques infos supplémentaires.

Vous trouverez en pj, la lettre d'infos, le texte indiqué dans la lettre d'infos, l'affiche de la réunion publique et un complément qui vient de nous parvenir d'un de nos correspondants bretons.

N'hésitez pas à nous faire parvenir des infos, analyses, idées qui auraient attiré votre attention.

Et continuons à faire tourner l'appel à dons !
http://www.helloasso.com/associations/micro-ecole-bricabrac-espaces-educatifs/collectes/decroche-moi-un-local

En retour, une nuit à l'auberge éducative... ça vous dirait ?!

Merci à Mireille, qui a proposé ses services de relectrice !

Bonne lecture.

Lettre d'info 4 avril

L'arbre et le requin

Babre

contact : microecolebricabrac@3type.org
http://micro-ecole-bricabrac.org

Rejoignez-nous et participez aux journées internationales de solidarité avec Alexandre Koltchenko

Infos Mille babords - 5. avril 2015 - 19:55

https://avtonom.org/fr/news/rejoignez-nous-et-participez-aux-journees-internationales-de-solidarite-avec-alexandre-koltchen

Qui est Alexandre Koltchenko ? Alexandre Koltchenko est un anarchiste, militant pour les droits sociaux et antifasciste de Crimée pris en otage par les autorités russes. En même temps que d'autres militants de Crimée, il a été kidnappé par le FSB (l'ancien KGB) et est aujourd'hui détenu à Moscou dans la prison spécialisée de Lefortovo comme otage politique. Il est accusé, selon les articles du Code pénal de Russie, d' « attentat » et de « participation à des organisations terroristes »

Pourquoi Alexandre Koltchenko est-il en prison ?

Alexandre, qui pourtant depuis des années a fait preuve de ses opinions antifascistes, est accusé d'appartenir à « Pravy sektor », une organisation d'extrême-droite dont le rôle dans les évènements en Ukraine est largement surestimé par la propagande officielle russe. Aujourd'hui en Russie tout militant indépendamment de ses opinions politiques qu'il soit de gauche, anarchiste ou libéral peut être accusé d'être membre ou sympathisant de Pravy Sektor. Cette situation est comparable à celle de l'époque de Staline où on recherchait des « trotskistes » quasi-inexistants ou bien à la chasse aux communistes aux Etats-Unis à l'époque de la Chasse aux sorcières menée par McCarthy. Le régime nationaliste et autoritaire de Poutine utilise tous les arguments possibles et imaginables dans sa propagande à commencer par des préjugés religieux et des éléments de la théorie du complot et jusqu'au racisme. Ce système parasite la rhétorique antifasciste. De ce fait, toute personne qui dérange peut être accusée d'être « fasciste » même si cette personne est d'opinions opposées au fascisme, c'est-à-dire même si elle est de gauche ou anti-autoritaire.

La persécution de l'antifasciste Alexandre Koltchenko et du cinéaste et militant Oleg Sentsov (tous les deux inclus par les juges d'instruction dans la même organisation « terroriste ») est purement politique. Elle sert à intimider les habitants de Crimée dans le but de prévenir toute action d'opposition dans la péninsule. Dans la Crimée annexée, toutes les méthodes les plus autoritaires de la répression sont utilisées pur taire les mécontentements. En raison de menaces sur la vie et sur la liberté, plusieurs personnes ont déjà dû quitté la Crimée, dont notamment des défenseurs des droits de l'Homme, des militants étudiants et des syndicalistes, des anarchistes et des antifascistes ainsi que les activistes de la communauté tatare de Crimée. Ces derniers, en outre, doivent faire face à la discrimination liée à leur nationalité depuis l'annexion de la péninsule.

Que risque Alexandre Koltchenko ?

Alexandre Koltchenko encourt jusqu'à 20 ans de prison, une peine exhorbitante pour un « attentat » dans lequel il n'est pas impliqué. Koltchenko et d'autres prisonniers politiques ukrainiens sont détenus seulement dans le but de démoraliser l'opposition par des procès judiciaires d'intimidation. La liberté de ces prisonniers est directement liée à la stabilité du régime poutinien. Si les activistes parvenaient à déstabiliser l'assurance de Poutine et son impunité, ces prisonniers seraient libres. On ne peut pas espérer que les procès de Koltchenko ou de Senstov soient juste ou mené selon la Loi. Leur arrestation est arbitraire, les accusations contre eux sont des pures falsifications. Et tout ceci n'est pas une erreur car le régime agit en pleine conscience.

Comment peut-on aider Alexandre Koltchenko ?

Nous appelons les mouvements de gauche et les libertaires étrangers à soutenir Alexandre Koltchenko. Vous pouvez organiser des actions, envoyer des lettres de soutien à Alexandre, récolter de l'argent pour payer ses avocats et des colis de nourriture, aider sa famille. Il est également très important de diffuser l'information sur son cas. Il faut se désolidariser de ceux qui soutiennent l'expansion agressive du nationalisme russe même si celui-ci est masqué par une rhétorique « de gauche » ou « anti-impérialiste ». Le régime de Poutine se passera bien de votre compassion, gardez-la pour ses victimes.

Quand peut-on commencer cette campagne de soutien ?

Vous pouvez commencer dès aujourd'hui en nous aidant à diffuser ce texte, en le traduisant dans les différentes langues, en l'envoyant à vos camarades.

Nous vous appelons également à organiser les actions de soutien à Alexandre Koltchenko et à d'autres prisonniers politiques dans la période du 1 au 7 avril 2015. Les délais de détention de Koltchenko et de Sentsov terminent le 11 et le 16 avril respectivement. Début avril, le Tribunal de Lefortovo doit se prononcer sur la mesure de sûreté : soit ils resteront en prison, soit ils seront interdits de quitter le erritoire de Russie ou bien assignés à résidence. Et c'est seulement une pression forte et large sur le régime de Poutine et des protestations dans le monde entier qui pourront donner à nos camarades une chance de sortir de la prison. Nous exigeons leur libération immédiate ainsi que l'arrêt de toute action publique à leur encontre.

Pour nous contacter : freekolchenko chez gmail.com

Plus d'infos :
https://avtonom.org/fr/news/rejoignez-nous-et-participez-aux-journees-internationales-de-solidarite-avec-alexandre-koltchen

Communiqué d'Alternative Libertaire Marseille :

Liberté pour Alexandr Koltchenko, antifasciste de Crimée,
kidnappé et emprisonné par l'Etat russe !

Depuis plusieurs années, A. Koltchenko est connu en Crimée pour ses engagements antifascistes, syndicaux, anarchistes, écologistes. Ayant diffusé un film sur l'assassinat de la journaliste indépendante criméenne Anastasia Baburova, à Moscou en 2009, il avait déjà été attaqué au couteau par une bande fasciste. Il a poursuivi ses activités militantes en faveur des droits humains et a ainsi participé, dans le camp clairement antifasciste, aux manifestations de la Place Maïdan qui ont abouti à chasser le président ukrainien Ianoukovytch, dont le clan pillait les richesses et exploitait la population de ce pays.

Lors de l'intervention militaire russe en Crimée, Alexandr Koltchenko a organisé des manifestations pacifiques de protestation contre l'occupation militaire, qui a faussé le référendum, aux côtés de citoyens et citoyennes tatar-es, ukrainien-nes ou russes. Quelques jours avant une de ces manifestations, la police politique russe (F.S.B.) a enlevé plusieurs des organisateurs de ces résistances populaires ; ce fut le cas d'A. Koltchenko, le 16 mai 2014.

Avec trois autres personnes ainsi kidnappées, il a été accusé notamment « d'organisation d'un groupe terroriste lié à l'extrême-droite ukrainienne ». S'en suit une litanie d'accusations délirantes : Koltchenko est accusé d'avoir planifié des explosions près de la statue de Lénine à Simféropol les 8 et 9 mai, saboté des voies ferrées et des lignes électriques, tenté d'incendier les locaux de l'Unité Russe et de la Communauté russe de Crimée le 14 avril, et ceux de Russie Unie le 18 avril !
Alexandr Koltchenko est un antifasciste que la police politique tente de faire passer pour un fasciste.

Alexandr Koltchenko est un homme qui se considère comme citoyen ukrainien et que la police politique russe veut juger en tant que russe. Ilest enfermé dans des conditions draconiennes, ses avocats sont privés des droits élémentaires d'une défense digne de ce nom, et il est sous la menace de 15 ans de camp de travail.

A. Koltchenko est étudiant et militant syndical ; il travaillait aussi comme postier, en parallèle de ses études. Il défend activement, par sa pratique, le droit de s'organiser librement, le droit de créer et faire vivre des organisations associatives, syndicales, écologistes ou politiques.

Il fait partie des hommes et des femmes qui luttent contre l'extrême-droite, qu'elle soit ukrainienne, russe ou autre.

Parce qu'il lutte contre la corruption et pour l'égalité des droits entre tous et toutes, A. Koltchenko, est la cible des clans oligarchiques, en Russie, en Ukraine.

A. Koltchenko milite pour le droit de chaque peuple à décider de son avenir.La situation d'A. Koltchenko est emblématique de la répression exercée dans cette région du monde. Mais son cas est loin d'être le seul. A travers lui, ce sont les libertés démocratiques de tous et toutes que nous défendons. Notre démarche, comme celle d'A. Koltchenko, s'oppose donc à celles et ceux qui veulent restreindre ces libertés.

Pour la libération immédiate d'Alexandr Koltchenko, manifestons

Samedi 11 avril

A 15h devant le Consulat d'Ukraine 38 Rue Roux de Brignoles 13006 Marseille
pour que son gouvernement revendique explicitement la libération d'Alexandr Koltchenko.

A 16h devant le Consulat de Russie 3 Avenue Ambroise Paré, 13008 Marseille
pour dénoncer l'enlèvement et la détention d'A. Koltchenko et exiger sa libération immédiate.

Premières signataires :
Anarchist Black Cross Marseille, Alternative Libertaire Marseille, Émancipation, groupe Germinal (Fédération Anarchiste), Ligue des Droits de l'Homme 13, Nosotros, Solidaires 13

manifestation à Marseille samedi 11 avril 2015
15 h devant le Consulat d'Ukraine 38 Rue Roux de Brignoles 13006 Marseille
16 h devant le Consulat de Russie 3 Avenue Ambroise Paré, 13008 Marseille
http://www.millebabords.org/spip.php?article27749

La fête est finie, un film de Nicolas Burlaud

Infos Mille babords - 5. avril 2015 - 18:00

*** dimanche 5 avril, à la Ressourcerie Jadis Igor ***
53, rue de Bruys, 13005, au coin avec la rue de l'Olivier.
On s'y retrouvera pour ceux qui veulent dès 18h, pour partager ensemble
ce qu'amèneront les un-e-s et les autres...
Le film sera projeté vers 19h30

Pour les prochaines dates de projections (Forcalquier le 23, Marseille
le 24, Villefranche sur Saone le 24, Clermont Ferrand le 25,
re-Marseille le 30,...)
allez voir sur :
lafeteestfinie.primitivi.org
A bientôt ?

Nous installons en notre sainte citadelle ce monstre de malheur. À ce moment aussi, Cassandre ouvre la bouche, dévoilant l'avenir,elle que, par l'ordre d'un dieu, les Troyens n'ont jamais crue. Et nous, malheureux, qui vivions notre dernier jour dans la ville, nous ornons les temples des dieux de feuillages de fête. Virgile, ÉNÉÏDE, Livre II

La fête est finie
un film de Nicolas Burlaud
75'

Marseille est en passe de devenir une ville comme les autres. Sous les
assauts répétés des politiques d'aménagement, elle se lisse,
s'embourgeoise, s'uniformise. Cette transformation se fait au prix d'une
exclusion des classes populaires, repoussées toujours plus au Nord. Son
élection en 2013 au titre de « Capitale européenne de la culture » a
permis une accélération spectaculaire de cette mutation. Là où
brutalité et pelleteuses avaient pu cristalliser inquiétude, résistances
et analyses, les festivités nous ont plongés dans un état de stupeur.
Elles n'ont laissé d'autre choix que de participer ou de se taire.

« Du jour où je ne serais plus indigné, je tomberais à plat comme une poupée à qui on retire son bâton »

Infos Mille babords - 5. avril 2015 - 12:51

Le terrain de Grand Littoral (quelques centaines de Roms) de Marseille devait être expulsé le 2 avril (cela en dépit de ce que la parcelle expulsée n'était pas celle indiquée par le Tribunal, mais qu'importe, ce ne sont que des Roms !).
Pressions policières bien faites, par peur de ces violences les habitants ont fini de déguerpir le 1er. Donc la Préfecture "n'a pas expulsé", elle se contente de "nettoyer un terrain abandonné" ! Et tout est fait dans la légalité, sans aucune solution pour personne ni aucun relogement même provisoire (ils avaient promis 6 nuits d'hôtel pour se donner bonne conscience, ce qui évidemment ne règle rien), nos impôts ont donc fait une économie non négligeable.

Alors je vous transmets cette lettre de Gustave Flaubert à George Sand, c'est le meilleur commentaire.
M. D.

Lettre de Flaubert à George Sand (juin 1867)

« Je me suis pâmé, il y huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s'étaient établis a Rouen. Voila la troisième fois que j'en vois et toujours avec un nouveau plaisir. L'admirable, c'est qu'ils excitaient la haine des bourgeois, bien qu'inoffensifs comme des moutons.

Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sols et j'ai entendu de jolis mots à la Prud'homme. Cette haine là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d'ordre.
C'est la haine que l'on porte au bédouin, à l'hérétique, au philosophe, au solitaire, au poète. Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m'exaspère. Il est vrai que beaucoup de choses m'exaspèrent.

Du jour où je ne serais plus indigné, je tomberais a plat comme une poupée à qui on retire son bâton. »

CQFD au sommaire du n° 131

Infos Mille babords - 5. avril 2015 - 12:38

En kiosque à partir du vendredi 03 avril.

En Une : "La croissance repart !" de Sirou.

Le dossier : « Ne plus rien attendre de l'État ? »

« Dans un monde aujourd'hui insupportable et qui, bientôt, le sera bien plus encore, il est temps pour chacun de se prendre en main, sans attendre indéfiniment des solutions miraculeuses », professe Jacques Attali dans son dernier opus, en vente dans tous les halls de gare. Il y encourage ses contemporains à « ne plus rien attendre de l'État ». Plutôt cocasse de la part d'un type qui vit pendu depuis trois décennies au croupion de ce même État en tant que conseiller des princes.

Derrière le discours néolibéral sur l'indispensable désengagement de l'État se cache une relation incestueuse entre la puissance publique et les intérêts privés. On a affaire là à un Janus hypocrite – ou schizo… D'un côté il organise l'auto-sabordage, puis la privatisation de ses services publics – la Poste, la santé, l'éducation, Pôle emploi… –, et de l'autre il n'hésite pas à renflouer, en 2008, les banques spéculatives – juste après avoir clamé que ses caisses étaient vides ! Cette apparente contradiction peut-elle être rectifiée de l'intérieur ? Peut-on espérer, en votant Syriza, Podemos, Die Linke ou Front de gauche, revenir à un supposé âge d'or du capitalisme industriel, quand la finance était au service de la production et pas le contraire ?

Rappelons que l'appareil étatique n'a jamais été une entité philanthropique servant d'arbitre entre le fort et le faible. Lorsqu'au XIXe siècle il dote le territoire d'un dense réseau de chemin de fer, c'est que le capital a besoin de transporter matières premières et produits manufacturés. Lorsqu'il instaure l'éducation gratuite et obligatoire, le patronat est friand de personnel compétent. Lorsque Keynes prône une (relative) répartition des richesses, il se trouve que le marché a besoin de nouveaux consommateurs. Et lorsque aujourd'hui le Léviathan s'auto-démantèle, c'est parce que la concurrence exacerbée du marché mondial exige la privatisation des services. Dans chacune de ces étapes, il est en adéquation avec les besoins de l'économie. L'État régulateur de Keynes, tout comme la planification soviétique, n'a été qu'un moment du capitalisme.

Lutter contre la grande braderie des acquis sociaux et des services publics est bien sûr légitime, mais sauf à croire qu'un retour aux Trente Glorieuses est possible – et souhaitable ? –, on est en droit de critiquer les effets pernicieux de ce paternalisme. On serait bien avisé, sauf à rêver d'un salaire universel administré par un nouvel État « total » – l'État jusque dans la soupe ! –, d'imaginer une vie ailleurs.

« Dans les démocraties, les citoyens […] sont consommateurs égoïstes de services publics qu'ils ne songent plus eux-mêmes à rendre aux autres. […] Je nomme ces gens – largement majoritaires, et pas seulement au sein des démocraties – les “résignés-réclamants”. Résignés à ne pas choisir leur vie ; réclamant quelques compensations à leur servitude. »

Dans la bouche d'un grand valet de l'État comme Attali, ce constat plein de mépris n'est bien sûr qu'une énième couche de mélasse sur la tartine ultra-libérale. Néanmoins, une fois écarté le baratin égocentré du coach sarko-mitterrandien, il faut reconnaître qu'il y a du vrai là-dedans. Partout où l'État a mis les mains, la société a perdu en culture de l'entraide et en liberté de manœuvre. Partout où l'État avance, la société civile recule. En France, l'administration, qui a servi de modèle à la bureaucratie soviétique comme au parti d'État mexicain, a tendance à investir toute la vie sociale, jusque dans la gestion des grandes émotions collectives (« Je suis Charlie »). Quel secteur économique n'est pas branché sur ses mannes ? Presse, agriculture, industrie, secteur associatif et culturel… L'État règne partout, et jusque dans les têtes. Là où plus au sud la densité des liens sociaux est la condition indispensable à la survie de chacun, ici, l'individu établit une relation solitaire avec l'administration : qui pour obtenir une subvention, qui pour le RSA, les APL, l'ASS, la CAF, la prime agricole, un emploi aidé… Est-ce un hasard si les Français sont champions de la consommation d'antidépresseurs remboursés par la Sécu ? Demandez aux étrangers, surtout s'ils viennent du Sud : « Les Français sont râleurs, déprimés, on dirait qu'ils n'ont pas de sang dans les veines, ils ont du mal à prendre des décisions collectives sans tomber dans des questions d'ego… » Ces préjugés ont leur part de vérité. Les grands mouvements sociaux (CPE, retraites, 1995…) auxquels l'ère sarkozique a cassé les reins ont fait l'admiration de nos voisins, mais vu d'ici, le soufflet retombait vite dans la morosité. On avait parfois cru vivre les frémissements d'un grand soir, mais même les barricades se focalisaient sur l'État. Peu d'expériences pérennes et d'espaces communs survivaient à ces éphémères flambées de colère.

Les temps de crise où le système tremble sur ses bases voient surgir des résistances populaires pleines de promesses. C'est le cas de l'Argentine en 2001, de la Grèce depuis quatre ans, mais aussi, finalement, partout où l'État est vécu comme un corps étranger, coercitif et corrompu, et où le soutien mutuel demeure un ciment à la fois vital et spirituellement revigorant. C'est le cas des communautés zapatistes du Chiapas qui refusent toute aide de l'État et construisent des cliniques, des écoles, des coopératives de production et des organes de démocratie directe en ne comptant que sur leurs propres forces. Car là où l'État se retire en faisant des courbettes aux grands prédateurs, le darwinisme social des Anglo-Saxons fait des ravages ; ailleurs, ce sont les mafias ou les intégristes de tout poil qui s'immiscent dans les espaces laissés vacants. L'alternative réside dans une réappropriation-relocalisation-autonomisation de l'activité humaine. Non pas solitairement, comme le prescrit le pathétique gourou Attali, mais en associations librement consenties. Une utopie bien plus concrète et enthousiasmante que l'illusoire retour à l'État-providence…

Bruno Le Dantec

« Adièu, paure Carnavàs ! » : Une joyeuse victoire > Le carnaval indépendant de La Plaine et de Noailles (quartiers populaires du centre de Marseille), menacé d'extinction par le sécuritarisme ambiant, s'est célébré de belle façon le 15 mars 2015. « Même pas peur ! » 2 000 carnavaliers venus des quatre coins de la ville, mais aussi de l'étranger, ont envahi les rues, défilant en fanfare et en grande pompe déguisée, chantant et dansant en farandoles, avant de juger et brûler le vieil Hiver et tous ses maux.

Grèce : Une santé autogérée > Dans une Grèce frappée par un ouragan de réformes néolibérales, la population s'est souvent vue obligée, pour lui survivre, de compter sur ses propres forces. Exemple : depuis 2012, des cliniques autogérées ont remplacé un système de santé publique en voie d'effondrement.

Royaume-Uni : À mort les pauvres > À quelques semaines des élections générales britanniques, la coalition conservatrice au pouvoir se targue d'avoir relancé le pays sur les rails de la croissance. Pour qui s'attarde sur son bilan social, en revanche, les louanges sont moins flamboyantes : depuis son arrivée au pouvoir en 2010, on compte environ 100 000 sans-abri supplémentaires dans tout le royaume.

Royaume-Uni (bis) : Sous-traiter l'État social > En matière de saillies néolibérales, il faut reconnaître au Royaume-Uni son caractère novateur. Lorsqu'en 2010, David Cameron lançait son projet de « Big Society », la plupart de ses électeurs croyaient assister à la renaissance du Conservative Party, alors écorché par quatre défaites consécutives face aux travaillistes et encore marqué par l'ombre thatchérienne.

Les articles

Dernières cartouches : Droits rechargeables > Présentée à l'automne 2014 comme une avancée sociale par la CFDT et le Medef, la nouvelle convention Unedic sur les droits rechargeables a surtout eu pour effet de rogner l'indemnisation de 500 000 chômeurs. Une vraie régression très partiellement corrigée par le nouvel accord du 25 mars dernier.

Construction européenne : c'est la mafia qui fournit le ciment. Entretien avec le sociologue Alain Tarrius. > Quand il nous reçoit dans sa maison de Prades (Pyrénées-Orientales), le sociologue Alain Tarrius rit. Lors d'un entretien avec des prostituées dans un bar, des clients l'ont pris pour leur « mac boiteux ». Claudiquant jusqu'à son bureau, ce souvenir continue de l'amuser. Il y a quatre ans, on avait déjà parlé de ses études autour des transmigrants, acteurs « invisibilisés » de la mondialisation du poor to poor : pour les pauvres, par les pauvres. D'un côté des migrants afghans qui transportent de la marchandise depuis le Sud-Est asiatique ; de l'autre, des femmes originaires des Balkans ou du Caucase venues vendre leurs corps dans un des 272 bordels du Levant espagnol. Le professeur émérite de l'université Jean Jaurès de Toulouse vient de sortir deux bouquins, deux nouvelles étapes dans ses recherches sur la « mondialisation criminelle ». Ses valoches bouclées pour de nouveaux vagabondages, il a accepté de répondre à quelques questions.

Reportage : À Tunis, le printemps est là > « Tunis, c'est fini. » Eh bien non, Libé (18/03) s'est trompé. Tunis est vivante. Vivante et chaotique. Les avenues bruissent au rythme des taxis jaunes et de la foule d'étrangers venue des quatre coins du monde pour assister au Forum social mondial (FSM).

Culture. Karimouche : du stand-up au chant, l'énergie de la scène > Elle a signé son premier album, Emballage d'origine, en 2010 (Atmosphériques), puis a écumé les scènes. La voici de retour avec Action (Pias/Blue Line, dans les bacs depuis le 29 mars), un joli disque de dix titres où elle déploie une nouvelle fois sa voix exceptionnelle. Elle était sur scène le 6 mars à Paris, pour un show quasi intimiste tout en beauté. On en a profité pour lui poser quelques questions. Chanteuse sensible et danseuse redoutable, Karimouche est une artiste à découvrir.

Presse libre en danger : « Spéciale dédicace » > Depuis 12 ans, Le Ravi décrypte, dans une veine souvent satirique, les tortueux arcanes de la politique provençale. Son indépendance éditoriale, pas tout à fait étrangère à ses actuels déboires financiers, mérite bien que CQFD lui consacre sa page 16, en allant à la rencontre de ses soutiens et en co-publiant une de ses enquêtes.

Les amis du Ravi > Certains s'engagent pour sauver les baleines, ou les bébés phoques, d'autres pour protéger les tritons des zones humides. Mais ceux-là se sont engagés pour sauver et soutenir un canard d'« enquête et satire en Paca ». Rencontres avec des lecteurs du Ravi qui ne baissent pas les bras.

Le FN se met au vert (de gris) > L'extrême droite braconne de plus en plus sur les terres de l'écologie. Enquête sur le « green washing » à la mode frontiste. Par Sébastien Boistel du Ravi.

Les chroniques

Chronique du monde laboratoire : Ils savent y faire, ces savants. > (...) À la fois champions de la gratuité et de la rentabilité, nos chercheurs en colère ne sont plus très loin de la franche manipulation quand ils organisent leurs journées de mobilisation nationale avec des manifestations de rue à l'allure estudiantine. (...)

Mais qu'est-ce qu'on va faire du…Sadomasochisme > 50 nuances de Grey, sûrement un des films les plus rentables de 2015, a quelque chose d'assez inquiétant pour qu'on s'intéresse à ce navet : des ados aux séniors fascinés, il soulève des foules qui s'identifient aux personnages de ce conte de fées moderne aux valeurs ultra-réacs. Et ça, ça fait froid dans le dos.

Je vous écris de l'usine : Jésus, reviens ! > Quand on pense CFDT, tout de suite viennent les qualificatifs de « traîtres » ou de « vendus ». Il se dit aussi que pendant l'esclavage, la CFDT aurait négocié le poids des chaînes. Existerait-il quand même, dans la maison dirigée par Notat, Chérèque et maintenant Laurent Berger, des syndicalistes cédétistes soucieux de vraiment défendre les intérêts des salariés ? La question est loin d'être incongrue, surtout lorsqu'on fréquente les représentants de ce syndicat dans ma boîte.

Cap sur l'utopie : Le capitalisme ou la vie ! > Quelques-uns des meilleurs ouvrages récents de critique acérée des saloperies trônantes prennent à cœur de ne pas glandouiller, de décocher déjà l'essentiel de leurs propos offensifs dans leur 4e de couv' ou dans leur préface...

Ma cabane pas au Canada : Quand on s'attache à La Tache > Jeudi 22 mars, je quitte l'ambiance studieuse du local de CQFD pour un reportage à hauts risques quelques dizaines de mètres plus loin. Les décibels du groupe d'électro-clash King's Queer font danser et sauter les gens mais précautionneusement : le plafond est bas. Le concert se déroule dans le sous-sol de chez Izzy et Kril. Bienvenue à La Tache… un autre lieu pas comme les autres de Marseille.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE