Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

« Nous avons, en substance, développé une démocratie sans État »

Infos Mille babords - 16. novembre 2014 - 23:30

Le dimanche 10 novembre, Saleh Muslim Mohamed, co-président du Parti de l'union démocratique (PYD) représentant les communautés indépendantes du Rojava (Kurdistan de Syrie) et ses branches armées, les Unités de défense du peuple (YPG) et les Unités de défense des femmes (YPJ), a visité les Pays-Bas. Muslim a parlé de la lutte du Rojava contre l'Etat islamique (ISIS) et du développement de l'autonomie démocratique au cours de la révolution du Rojava. L'artiste Jonas Staal l'a ensuite interviewé.
Lire la suite ICI : http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1610

Résistons Ensemble, numéro 135, novembre 2014

Infos Mille babords - 16. novembre 2014 - 23:29

Voici en pdf, le No 135, NOVEMBRE 2014, du petit journal mobile recto-verso A4
"RESISTONS ENSEMBLE" du réseau contre les violences policières et sécuritaires.
Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l'équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques ...

à bientôt.
L'équipe de réaction

Pour télécharger ce bulletin mis en page au format pdf :
http://resistons.lautre.net/spip.php?article544

sommaire
' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' '
Lettre ouverte à la mère de Rémi

« Ce n'est pas une bavure »

> [ C H R O N I Q U E D E L ' A R B I T R A I R E ]
Éborgné par un tir de flashball dans un quartier populaire de Blois
Meurtre à Noisy-le-Sec : un policier est renvoyé devant les assises
Le policier qui a tué Umüt de nouveau acquitté
Stop le contrôle au faciès
Expulsion du Transfo à Bagnolet
Répression antisyndicale à La Poste, suites

> [A G I R ]
Rassemblement de soutien au D.A.L 33
« Insulte à l'autorité de l'État », le procès du Jura Libertaire

http://www.millebabords.org/IMG/pdf/re135-novembre-2014.pdf

Repas mensuel de la Rétive

Infos Mille babords - 16. novembre 2014 - 13:00

dimanche 16 novembre, à partir de 13h, la Rétive vous invite à partager son
repas mensuel...

Cantine Aligot
Salade d'hiver
Aligot
Poires pochées au vin

Moment convivial pour causer autour d'un bon repas, la cantine à prix
libre de la Rétive est aussi destinée à soutenir les finances de la
bibliothèque. N'ayant ni mécène, ni subvention, c'est grâce à nos (et vos)
contributions qu'elle peut exister !

Tant qu'il y aura de l'argent...il en faudra pour la Rétive !

Bibliothèque La Rétive
42 rue du faubourg d'Auvergne - Alès
Permanence tous les mercredis et samedis de 14 à 19 heures
laretive-at-riseup.net - https://laretive.info

Mais qui blanchit le lait des 1000 vaches ?

Infos Mille babords - 16. novembre 2014 - 9:30

Signer la version en ligne :
http://0o.mj.am/nl/0o/szr5t.html

★ Ne doutez jamais qu'un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c'est toujours comme cela que ça s'est passé.★ - Margaret Mead (1901 - 1978) - Anthropologue.

PETITION - FERME-USINE... mais qui blanchit le lait des 1000 vaches ?Cher-es
ami-es,Parce qu'un autre modèle agricole est possible, Agir pour l'Environnement s'oppose depuis plusieurs mois à la ferme-usine des 1000 vaches avec le soutien de plusieurs dizaines de milliers de personnes <http://www.1000vaches-nonmerci.fr/> .
Et voici une première victoire !
Alors qu'un groupe français de produits laitiers Senoble essayait discrètement de collecter les premiers litres de lait sortant de la ferme-usine, début juin, nous avons lancé une pétition qui a permis à plus de 15 000 personnes d'interpeller
<http://senoble.1000vaches-nonmerci.fr/> cet industriel pour qu'il renonce
à utiliser indirectement ce lait (via Senagral, une filiale commune constituée avec la coopérative Agrial).
C'est chose faite : sous la pression de la mobilisation citoyenne, Senoble a décidé de se dégager de toute responsabilité en cédant ses parts dans la société Senagral afin de se concentrer sur des produits de qualité ! Cette première victoire doit en appeler d'autres : on ne lâche rien !
La ferme-usine des 1000 vaches semble sur le point de déverser plus de 10 millions de litres de lait chaque année. Ce modèle agricole repose sur la banalisation de la souffrance animale où les vaches sont réduites à de simples usines à lait et à déjections : ce n'est pas acceptable.

Interpellez les supermarchés !
<http://grande-distribution.1000vach...>

✔️ Opposez-vous à ce que la production de cette ferme-usine puisse être écoulée, en toute opacité, dans les rayons des supermarchés, notamment par la société Senagral, qui fabrique des produits laitiers sous des marques distributeurs.
✔️ Exigez de la grande distribution qu'elle renonce à acheter le lait de la ferme-usine des 1000 vaches, notamment pour fabriquer les produits commercialisés sous leur marque distributeur.
✔️ Signez avec nous cette lettre pétition que nous remettrons aux groupes de la grande distribution :

Carrefour (Carrefour, Shopi) ;
E. Leclerc (Leclerc, Coop) ;
ITM entreprise (Intermarché / Netto) ;
Casino (Casino, Franprix, Leader Price, Monoprix) ;
Système U (Hyper U, Super U, Marché U, U express, Utile) ;
Auchan (Auchan, Simply Market, atac)

Signer la lettre-pétition :
http://grande-distribution.1000vaches-nonmerci.fr/

« Bassin miné », film d'Edouard Mills-Affif

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 18:00

Sur la prise de pouvoir du FN à Hénin-Beaumont.

Dans le cadre de la mobilisation nationale des 29 et 30 novembre 2014 à Lyon :
http://www.millebabords.org/spip.php?article26961

« Né quelque part », de Mohamed Hamid

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 17:30

L'équipe CInéMADE vous invite samedi 15/11/2014 à 17h30 à la projection du film

« Né quelque part, » de Mohamed Hamid
(film franco marocain 2013- 1h27 )

Farid, un jeune français découvre l'Algérie en allant ‘ sauver ‘ la maison de son père qui doit être démolie selon un arrêté administratif. C'est la rencontre avec un pays et des personnages étonnants dont le cousin (Djamel Debbouze) qui rêve, lui, de rejoindre la France…

Un moment amical et festif clôture la séance autour d'une collation à laquelle vous pouvez librement participer : boissons et spécialités de votre choix seront bienvenues.

8 rue jean-Marc Cathala

13002 Marseille

cinemade chez lacimade.org / 04 91 90 49 70

Le productivisme tue. L'État assassine

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 15:00

Depuis un an, des hommes et des femmes s'opposent à la construction du barrage de Sivens dans le Tarn et occupent la zone à défendre (ZAD) du Testet, jours et nuit, sans relâche.
Samedi 25 octobre 2014, sur le site de ce chantier, un jeune militant de 21 ans, Rémi Fraisse est mort, suite à un tir de grenade offensive d'un gendarme mobile.
Cela n'a rien d'exceptionnel !
Cette répression de l'État est fréquente dans toutes les luttes sociales (grèves, ZAD, manifestations, blocus...) et la majorité des populations pauvres la subit au quotidien. (rafles de sans papier, contrôles musclés au faciès, expulsions, bouclage des quartiers, fichage...).
Chaque année, en moyenne, entre 10 et 15 personnes sont tuées par la police, parfois lors d'un simple contrôle d'identité. Aux frontières de l'Europe, des gens meurent tous les jours en essayant d'échapper à la police. Au large de Lampedusa, on compte 3300 morts depuis 2002. En prison, on compte un suicide ou une mort suspecte tous les trois jours.
Lire la suite :
http://contreinfo7.internetdown.org/spip.php?article215

MANIFESTATIONS à Alès
Apportez de quoi faire du bruit (casseroles, sifflets, pétards, …)
Jeudi 13 novembre
Manifestation à l'appel des lycéens, RDV à 10h devant le lycée Jean-Baptiste Dumas
Samedi 15 novembre
RDV à 15h devant la sous-préfecture

contact : alestdutestet-at-riseup.net

La face cachée de Darwin. L'animalité de l'homme

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 15:00

Darwin est-il de droite ? Darwin est considéré par ses biographes comme un pur scientifique alors que ses écrits intimes révèlent sa « face cachée » de philosophe et moraliste qu'il a niée pour éviter les polémiques religieuses et sociales, darwinisme et « darwinisme social » étant jusqu'à récemment confondus. Comment la Création sans Dieu et l'Animalité de l'Homme ne pourraient-ils pas créer ce débat de fond ? De plus en plus d'intellectuels se rendent compte que l'opposition Homme/Animal, Nature/Culture, Inné/Acquis est artificielle, ce qui ébranle les bases de la culture occidentale.

Pierre Jouventin est docteur es Sciences en Ethologie des oiseaux et des mammifères, ancien directeur de recherche du Laboratoire d'écologie au CNRS.

Entrée libre

Rassemblement devant le Centre de Rétention du Canet

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 14:00

Les centres de rétention (C.R.A), répartis dans tout le pays, sont l'outil principal de l'État dans sa politique de harcèlement, de déshumanisation et d'expulsion des étranger-es jugé-es indésirables. Des milliers de personnes sont enfermées et entassées dans des lieux de privation de liberté puis éloignées de force du territoire après leur détention (56000 éloignements en 2012 ). Cette violence institutionnelle entraîne des suicides et d'autres actes désespérés comme des grèves de la faim, des mutilations, mais aussi des actions de protestation de la part des enfermées qui se révoltent contre leurs conditions de vie et les maltraitances policières subies dans
les CRA.

Plus que l'expulsion, certain-es risquent également la mort : le 21 août dernier, c'est un retenu du CRA de Vincennes qui est tué par la police pendant son transfert à l'aéroport.

Les lieux d'enfermement, servent le système capitaliste dans ses besoins de gestion des populations. Ils font partis du business sécuritaire financé par l'Europe et soutenu par des entreprises nationales/multinationales qui en tirent un énorme profit.

Les CRA, comme les autres lieux d'enfermement, sont des conséquences de la barbarie étatique et capitaliste : la militarisation des frontières a entraîné la mort d'au moins 3 500 personnes ces trois dernières années.

LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D'INSTALLATION POUR TOUTES ET TOUS !
À BAS LES FRONTIÈRES !
OPPOSONS-NOUS AUX EXPULSIONS !

Ce samedi 15 Novembre, des rassemblements auront lieu devant les
CRA de plusieurs villes (Rennes, Bordeaux, Toulouse, Palaiseau…)

Retrouvons-nous devant le C.R.A. du Canet,
Boulevard des Peintures (Metro Bougainville ou Bus
28-A38 arret Casanova de Lesseps) á partir de 14h
pour montrer notre rage et notre solidarité
aux personnes enfermées !

http://mars.noblogs.org/post/2014/11/12/rassemblement-le-15-novembre-devant-le-centre-de-retention-du-canet/

voir aussi l'appel de Calais pour mobilisation conjointe devant tous les CRA le 15 novembre 2014 :
http://www.millebabords.org/spip.php?article26929

Appel à la résistance !

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 13:45

Premières analyses de la mort de Rémi Fraisse,
de son environnement géopolitique
et des conséquences à en tirer

Après analyse du contexte géopolitique de la mort de Rémi Fraisse, nous estimons qu'il existe un faisceau de présomptions suffisant pour que nous ne puissions rester sans rien faire.

Nous avons donc entrepris la rédaction d'un rapport que nous rendons dès aujourd'hui disponible, dans lesquels nous avons rassemblé les éléments permettant de soupçonner une implication profonde du gouvernement dans cet événement tragique.

Suite aux réflexions développées dans ce rapport, nous appelons dès à présent toute personne troublée par la conduite des forces anti-émeute et du gouvernement :

A lancer des actions fortes partout en France pour réclamer la libération immédiate des inculpés et la suspension de l'usage des armes de guerre par les forces anti-émeute ;

A organiser des occupations de places pour réclamer, notamment, la mise en place d'une enquête internationale indépendante par la cour pénale internationale de la Haye, et surveiller son bon déroulement par une contre-enquête citoyenne ;

A contribuer au début de cette contre-enquête citoyenne :

- en sauvegardant et diffusant le rapport en question pour éviter la censure gouvernementale,

- en lisant et analysant ce rapport, les textes référencés et ceux que nous n'avons pas lus ou retenus,

- en participant à la finalisation de ce rapport
(corrections, rédaction des passages manquants,
références complémentaires, etc.),

- en participant à la poursuite de l'enquête
(constitution d'un recueil de témoignages des exactions de la
police, réflexion collective sur les suites à donner, etc.) ;

A rencontrer tous ceux qui, comme toi, refusent un système qui assassine ses enfants. Zadiste ou bénévole écologiste, squatteur ou Anonymous, pacifiste ou black-block, terroriste ou simple citoyen, le système se soucie peu de l'étiquette dont tu t'affubles. Le système est en guerre, en guerre contre le peuple tout entier. C'est au peuple tout entier de s'organiser pour lui répondre :

« Le peuple n'oublie pas ! »

« Le peuple ne pardonne pas ! »

« Le peuple ne se laisse pas faire ! »

« Le peuple uni jamais ne sera vaincu ! »

Liens pour le rapport :
http://www.millebabords.org/IMG/pdf/pour_quoi_remi_est-il_mort-3.pdf
http://www.millebabords.org/IMG/odt/pour_quoi_remi_est-il_mort-3.odt

L'Ecole Républicaine, le diable... Au Sénégal !

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 13:44

Avec l'association Plaisirs d'Apprendre, de Marseille, petit voyage au Sénégal en pays Sérère...
Comment fonctionne l'école au Sénégal aujourd'hui, et plus précisément sur l'île de Mar Lodj ?

en écoute sur radio Galere
http://www.radiogalere.org/node/6400
ou
https://soundcloud.com/annieclaudejeandot/emission-l-ecole-republcaine-du-10-11-2014?utm_source=soundcloud&utm_campaign=share&utm_medium=email

Ses écoles confessionnelles ou pas,
l'abandon des rites sociétaux,
le choc des générations,
des problématiques linguistiques qui s'accentuent,
la place du français dans le positionnement social et scolaire des enfants,

surtout ... les choix pédagogiques, hic hic, qui, eh oui, formatent et appauvrissent le niveau de la toute jeune génération, les mêmes orientations qu'ici... CQFD.

Une échappée qui nous ramène finalement à nos grandes problématiques éducatives.
Ile Mar Lodj / Marseille, même combat pour apprendre à penser aux enfants dans une globalisation éducative inquiétante...

Interview de Margot, de l'association Mar Lodj, par MariLaure Mahé, de l'association Plaisirs d'Apprendre, de Marseille, beau chassé-croisé d'initiatives éducatives, des rencontres.
Petit cours avec des enfants et MariLaure et une tentative de sortir du Copier, du Coller donc, pour échanger, apprendre à échanger.
Emission animée par Annie-Claude Jeandot et Erwan Redon, assisté par Sidi à la technique.

Marseille. Agressions policières (vendredi 14 novembre 2014)

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 12:30

Je me dirigeais ce soir, à 18 heures 30 vers le Palais Longchamp où était annoncé un rassemblement en mémoire de Rémy Fraisse. Arrivée aux grilles du Palais, un écriteau signalait de se rendre aux Réformés. Là personne. Je descends le Boulevard Longchamp et je me dirige vers la Canebière. Arrivée au kiosque à musique, je vois des jeunes qui sautent par-dessus la grille et des CRS en bas qui les chassent. Certains se sauvent, il en reste 5 ou 6. Un policier plaque brutalement un jeune homme aux cheveux logs contre le mur du kiosque, je m'approche et apostrophe les CRS. De quel droit brutalise-t-il ce garçon ?

On me répond « contrôle d'identité » Je me mets à côté de ce jeune et de 2 jeunes filles interpellées elles aussi, alors qu'elles prenaient un café à la terrasse du bar d'à côté. Je demande à ce qu'on me contrôle moi aussi, il n'y a pas de raison de s'en prendre toujours aux jeunes. Les policiers ne se le font pas dire de fois, prennent mes papiers et fouillent mon sac.

Je leur demande de quel droit ils nous contrôlent. « Parce que nous faisons, disent-ils, partie de la manifestation (ils ne disent pas laquelle) et que nous n'avons pas d'autorisation de la préfecture. Je dis « ce n'est pas une manifestation mais un rassemblement et dans ce cas, nous n'avons pas à demander d'autorisation. »

Le ton monte. Les Crs se montrent hargneux et veulent embarquer au commissariat deux jeunes qui n'ont pas de papier. Je leur dis qu'ils n'ont pas le droit de les embarquer, qu'ils ont déjà montré de quoi ils étaient capables, leur rappelant la mort de Rémy, un jeune de 21 ans. Ils me répondent que c'est la loi, qu'ils obéissent aux ordres. Je m'oppose. Un d'entre eux me dit que c'est leur déontologie. Celui la, il a retenu les « gros mots » qu'on lui a appris.

Ils sont plus d'une vingtaine, nous sommes 7. Sur les trottoirs, je le verrais en repartant, il y a une file impressionnante de véhicules de police.

Il fait nuit, leurs gyrophares soulignent leur présence, l'ambiance inquiétante, la peur qu'ils veulent faire régner sur les passants.

Excédée, j'essaie d'appeler mon mari au téléphone. Il me dit que le même scénario a eu lieu 30 minutes plus tôt devant le Palais Longchamp, sauf qu'il y avait encore plus de présence policière, une cinquantaine de CRS. Il me dit qu'il vient me rejoindre avec deux copains. Je reste vigilante, les tentatives des flics pour impressionner les jeunes n'arrêtent pas. Ils menacent d'emmener ceux qui n'ont pas leurs papiers au commissariat : il est interdit de sortir sans papier dans la rue, disent-ils. Ils bousculent encore les jeunes. Je crie qu'il est aussi interdit qu'ils nous touchent. Ils s'en prennent à moi, me disant que je les énerve et me poussant pour me faire partir. Je veux rester pour voir ce qui se passe. Il me dise de me taire, de me calmer, sinon… et il me bouscule, hargneux.

A ce moment mon mari arrive avec les 2 copains et demande, choqué ce qui se passe. Il se fait très vite contrôler avec la même brutalité. Il parle de police du peuple ; les CRS sont furibonds et lui répondent qu'ils ne sont pas là pour parler de politique. Les flics nous cernent de plus en plus près mon mari et moi et nous poussent violemment pour nous faire partir. J'en pousse un moi aussi, ça le met en rage, mon mari me fait signe de m'arrêter car ça sent le grabuge. Il vaut mieux ne pas les énerver plus. Je leur dis qu'à leur place j'aurais honte de faire ce métier. Ils répondent furieux qu'ils ne font qu'obéir aux ordres. Nous nous mettons à l'écart. J'appelle les journalistes que je connais, la rédaction de la Marseillaise me répond. L'AFP me dit que n'assistant pas à la scène car pas avertis, ils ne feront pas d'article à partir du texte que je me propose d'écrire. C'est – me disent-ils- ma parole contre celle de CRS. Je raccroche écoeurèe.

En repartant, je vois tous les véhicules de police garées sur les allées Gambetta. Une quinzaine. Il y avait donc encore plus de policiers prêts à intervenir.

Nous étions 7 jeunes et moi en face d'eux ! Ce serait ridicule si on pouvait en rire. Malheureusement, la situation à Marseille devient chaque jour plus tendue, les contrôles et les fouilles sur n'importe quel prétexte, la population jeune visée directement, jusqu'où ça va aller ? Chaque jour on se dit qu'on est au pied du mur, que ce système ne peut plus durer. On constate qu'on est en état de guerre, que la démocratie recule chaque jour et que la dictature s'installe.

Témoignage de Viviane Sanchez-Delanaud
Marseille 1er arr.
Militante politique et droits de l'homme.

Contre les violences de l'État et du capitalisme, ZAD Partout !

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 11:00

Ni Dieu, ni mort
ZAD partout !

C'est le système qu'il faut abattre

« Face aux ZAD, les polices occidentales expérimentent de nouveaux dispositifs de contre-insurrection »

http://04.demosphere.eu/files/docs/f-d2a874ef2a-empty-fname.pdf

Replaçons le meurtre de Rémi (le 26 octobre sur le site de Sivens dans le Tarn) dans une histoire longue où la police apparaît très clairement pour ce qu'elle est : un appareil d'État chargé de maintenir l'ordre économique, politique et social (capitaliste, raciste et patriarcal) par l'usage de la violence.

La police sait reconnaître ses maîtres, et distribue différents degrés et formes de violence selon la classe, la race et le genre des personnes qu'elle contrôle. Elle a ainsi toujours brutalisé, mutilé et tué certaines parties de la « population » de la ville capitaliste (misérables, marginaux, prostituées...). Elle entretient, dans toutes les puissances impérialistes, un rapport particulier avec les quartiers et les classes populaires les plus pauvres, avec les parties du prolétariat les plus exploitées, généralement issues de l'immigration et de la colonisation. Elle est chargée de dominer, bannir et soumettre les couches sociales qui auraient le plus intérêt à se débarrasser de ce système parce qu'elles en bénéficient le moins.

« La police tue entre 10 et 15 habitants des quartiers populaires par an en moyenne »

La police tue ainsi entre 10 et 15 habitants des quartiers populaires par an en moyenne. Avec la prison et le système de harcèlement et d'occupation policière de la rue, il s'agit d'une véritable entreprise de « nettoyage social » et d'écrasement de toutes formes d'autonomie populaire.

Parallèlement, depuis le début du XXe siècle, la gestion policière des « mouvements sociaux » avait tendance à réduire au maximum les risques de tuer les strates supérieures des classes populaires, les aristocraties ouvrières, les classes moyennes et les petites-bourgeoisies précarisées et radicalisées.

Le meurtre policier de « militants » reste jusqu'aujourd'hui exceptionnel face à l'industrie des meurtres policiers des non-blancs pauvres. Mais les figures de Carlos Giuliani tué par la police à Gênes en 2001 et d'Alexis Grigoropoulos, tué à Athènes en 2008, montrent que l'assassinat policier de « militants » tend à se développer à mesure que la restructuration néolibérale et sécuritaire du capitalisme opère.

Comme tous les crimes policiers dans les quartiers, le meurtre de Rémi n'est pas une « bavure », pas un dysfonctionnement, mais bien le produit de mécaniques instituées, de formations rationnelles, de tactiques et de stratégies légitimées et justifiées du haut de l'appareil d'État jusque dans les gestes des exécutants policiers, c'est un meurtre d'État, prémédité par la mise en oeuvre des structures qui l'ont rendu possible, un assassinat.

Extrait d'un entretien avec Mathieu Rigouste.

Pour reprendre en main nos vies, allumons des ZAD partout !

Rassemblement à Manosque (04)
le 15 novembre 2014 - Place Marcel Pagnol - 11 h
avec les militants politiques & syndicaux contre l'austérité

voir http://solidarites04.free.fr/

Pour les victimes des violences policières de l'été 2014 lors des manifs pour Gaza

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 8:34

Voici une vidéo réalisée par le collectif ALI sur les violences policières de cet été lors des manifs pour Gaza (et la répression judiciaire qui s'en est suivie).

La vidéo sert de support à la collecte que nous lancons pour faire notamment face aux frais de justice liés aux procès qui arrivent ces prochains jours.

https://www.youtube.com/watch?v=kjZPi97pUko&feature=youtu.be

N'hésitez pas à contacter les membres d'ALI pour toute info.
Contact : campagne.ali(chez)gmail.com

Recours au Conseil d'État

Infos Mille babords - 15. novembre 2014 - 8:03

La convention de l'Assurance chômage : un instrument au service d'une casse sociale bien orchestrée

Dans la rue, sur les toits, autour de la table, devant les tribunaux de proximité,
au Conseil d'État...

Partout à la fois, nous combattons les destructeurs de nos droits !

Derrière des arguments fallacieux économiques ou sécuritaires, on nous contrôle, on nous insulte, on nous écrase financièrement, moralement, physiquement.

Nous avons décidé de contrer toutes ces violences par tous les moyens, aujourd'hui, nous nous attaquons la convention d'assurance chômage par un recours au Conseil d'État.

Nous ne savons pas où partent nos cotisations, et nous ignorons le pourquoi et le comment du déficit de l'UNEDIC qui se creuse inexorablement. Nous savons que nos contributions servent à payer des intérêts d'une dette qui n'est pas la nôtre, et financent un service public de l'emploi qui n'en a plus que le nom.

Cette dette, avec la caution de l'État, est utilisée comme une arme de destruction des droits des chômeurs.

Depuis des années, nos droits sont réduits, de toutes parts. La convention du 22 mars, agréée par l'État le 26 juin dernier, est dans la continuité de cette logique.

Partout en Europe cette guerre contre les chômeurs est menée pour attaquer l'ensemble de la population : des allocations chômage toujours plus basses, des dispositifs de contrôle toujours plus autoritaires visent à faire accepter n'importe quel boulot à n'importe quel salaire, voire sans salaire du tout (voir les textes de la mobilisation Européenne du 14 novembre :
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7445
Et c'est l'ensemble du monde du travail qui s'en trouve impacté : chantage à l'emploi, baisse des salaires, réduction des représentations du personnel et de leur pouvoir dans les entreprises…

Partout en Europe, cette casse sociale s'accompagne d'une croissance de la répression et d'une criminalisation de l'action syndicale.

Le simple droit des peuples à manifester leur désaccord et leur exigence de débat sur des questions d'intérêt général est remis en cause. La démocratie est en danger.

En France, tandis qu'ils prônent la "sécurisation des parcours professionnels", ils accentuent l'insécurité sociale des plus précaires en réduisant les droits de ceux qui reprennent une activité réduite. Ils prolongent des droits de misère jusqu'à épuisement et cadenassent des droits dits rechargeables dans un coffre virtuel qui profitera, au bout du compte, plus à l'UNEDIC qu'aux chômeurs.

Des discriminations faites aux femmes enceintes sont reconduites dans cette nouvelle convention malgré les recommandations de la part du Défenseur des Droits (voir dossier des Matermittentes : www.matermittentes.com)

Voici les points de cet accord que nous considérons comme illégaux :

• l'absence de loyauté et d'égalité dans la négociation

• le différé spécifique d'indemnisation

• la reprise de paiement des droits à allocations chômage

• le délai de déchéance

• les droits rechargeables

• les retenues d'allocations en cas de prestations indues

• la sanction de non prise en compte de l'activité comme période d'affiliation en vue d'une ouverture de droits en cas de non déclaration à « terme échu »

• l'exigence d'une carte vitale comme condition de recevabilité de l'ouverture des droits à l'assurance chômage

• les modalités de prise en compte des périodes de congé maternité et l'impact de l'état de grossesse sur les droits à l'assurance chômage des femmes en emploi discontinu
• l'absence de « neutralisation » des périodes de congé maladie non indemnisées par la sécurité sociale et intervenant en dehors de tout contrat de travail au regard de la « période de référence » pour l'appréciation des conditions d'affiliation à l'assurance chômage

• la majoration des contributions au financement du régime d'assurance chômage des employeurs et des salariés relevant des annexes VIII et X

Leurs choix de société ne sont pas les nôtres.

C'est toute la gouvernance de l'assurance chômage qu'il faut revoir, son fonctionnement, sa gestion, et ses prérogatives, si nous voulons anéantir cette logique de pression et de violence sociale sur les salariés et les chômeurs.

Nos cotisations doivent profiter à l'épanouissement de chacun, dans l'activité ou la formation choisie, dans nos projets de vie, sans contrainte ni obligation.

Nous avons bien l'intention de transformer cette utopie en réalité, nous y travaillons.

CONFERENCE DE PRESSE

Lundi 17 Novembre à 11h au Cabinet d'avocat LYON-CAEN

282, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

CONTACT PRESSE

T : 06 20 32 30 60 (Recours Radiation)

T : 06 85 79 08 05 (Collectif Les Matermittentes)

T : 06 82 27 64 33 (CIP)

T : 06 69 58 82 77 (SUD Culture Solidaires)

« Démocratie année zéro », film de Christophe Cotteret

Infos Mille babords - 14. novembre 2014 - 20:30

Le vendredi 14 novembre, le Cinéma Le Méliès de Port- de-Bouc accueille Christophe Cotteret, réalisateur et metteur en scène de théâtre, qui présentera son film Démocratie année zéro, un éclairage sur trois années de lutte tunisienne qui ont ouvert la voie à la première démocratie arabe.
Un film indispensable pour comprendre les enjeux de la Tunisie d'aujourd'hui.

Le film :
« Quatre semaines, c'est le temps qu'il aura fallu au peuple tunisien pour renverser le dictateur Ben Ali. En deux chapitres et douze mois d'investigation, Démocratie Année Zéro autopsie les coulisses de cet événement majeur. »

PROGRAMME
19h30 : Buffet
20h30 : Projection + débat en présence du réalisateur, Christophe Cotteret.!
TARIFS :
Tarifs habituels du cinéma + 6€ buffet.

Réservations au 04.42.06.29.77

Maudite chèvre. Itinéraire d'un immigré marocain

Infos Mille babords - 14. novembre 2014 - 20:30

en présence de Youssef Loukili pour la langue arabe et berbère.
Accompagnement musical avec Bruno Huet.

Né dans le Rif Marocain, Youssef Loukili n'a jamais pu entrer dans une salle de classe. Il en souffrira toute sa vie. En 1973, il émigre en France à 17 ans, persuadé qu'il trouvera dans ce pays de cocagne le moyen de réaliser son rêve. Il parle aujourd'hui très bien le français dont il a acquis la maîtrise en autodidacte, mais ne l'écrit pas. C'est la plume de Philippe Hubert qui transmet son histoire et son message : une vie de combat, d'espoir et de courage.

Entrée libre

- Roms - Ne plus détourner le regard !

Infos Mille babords - 14. novembre 2014 - 20:00

En France survivent dans l'extrême pauvreté environ 20 000 Roms.
Pourquoi dans un pays, aux 36 000 communes, si peu de solutions respectant la dignité humaine sont-elles mises en pratique ?

Débat animé par Didier Bonnel du Collectif Roms de Gardanne, où la municipalité a eu le courage d'accueillir 13 familles Roms.

Débat hebdomadaire, ouvert à tous


Ballon Rouge. Point de vue 3/11/2014

DES PAUVRES QUI ENCOMBRENT

Lundi 27 octobre 2014, un article paru dans le journal « La Provence » sous le titre « Ces camps de Roms illégaux qui créent des tensions » révèle les nuisances subies par les propriétaires et les riverains et expose la position du maire d'Aubagne qui a interpellé la préfecture pour obtenir l'expulsion. Eric Espanet conclut son article en précisant que si l'expulsion satisfera les riverains, elle déplacera sûrement le problème ailleurs.

Les Roms sont majoritairement des citoyens de l'Union Européenne depuis 2007 (Bulgares et roumains). Ils ont le droit de circuler mais sept pays de l'union européenne (dont la France) ont choisi de limiter leur accès au travail. Ils devraient avoir le même statut que les centaines de milliers de français expatriés au sein de la communauté européenne. Sauf qu'ils demeurent, éternels bannis de l'histoire, dans une extrême pauvreté. Ils sont considérés comme des populations de seconde zone, après avoir été pourchassés et massacrés par le nazisme.

Actuellement, environ 20 000 Roms se trouvent en France. Ce sont des populations sédentaires (à la différence des gens du voyage) qui ne demandent qu'à trouver une modeste place pour vivre dignement.

Installer ces familles, garantir la scolarisation des enfants, l'enjeu est-il vraiment démesuré pour notre pays et ses 36 000 communes ?

S'y refuser pour d'obscures raisons politiciennes, se contenter de faire expulser ces errants, c'est reporter ce drame humain sur la collectivité voisine. Cette inertie, de l'état jusqu'aux mairies, relève de la non assistance à personnes dans l'extrême misère, adultes et enfants.

Fermer les yeux ne fait pas disparaitre le problème. Cela contribue au contraire à développer des difficultés, des nuisances et des tensions pour l'ensemble de la population environnante.

Une seule commune dans les Bouches du Rhône a pris courageusement le problème à bras le corps : Gardanne. Des résultats sont là, malgré les difficultés rencontrées et les déchainements hystériques du Front National et des forces racistes : des hébergements assurés, des règles de vie édictées avec des devoirs et des droits. Cette expérience mérite un regard attentif. Ballon Rouge consacrera une réunion à cette expérience le 14 novembre.

Point de vue – Yves et Christine Vandrame 30 Octobre 2014

Le collectif 360° et même plus fête la sortie du DVD cACTUS# 01

Infos Mille babords - 14. novembre 2014 - 20:00

cActus est une compilation de documentaires courts d'actualité réalisés par le collectif 360° et même plus entre 2007 et 2013. De À droite toute à N'ayez pas peur, ces films posent un regard exigeant et engagé sur quelques moments de l'actualité hexagonale, souvent restés dans l'angle mort des medias.

Soirée accessible au public sourd
En partenariat avec le magazine de culture sourde Art'Pi
En présence d'interprètes en langue des signes du CIL

Entrée libre – buvette et restauration sur place

Les 6 films

À droite toute !
17mn - vidéo 4/3 - 2007
Samedi 9 juin 2007, à l'appel de l'Union Privée des Cercles Fermés, la droite déferle sur Marseille.
Opération Vigipoubelle
6mn - vidéo 4/3 - 2010
Le 20 octobre 2010, à l'heure des grèves et des luttes contre la réforme des retraites, l'armée intervient à Marseille.
Un blocage, sinon rien
13mn - vidéo 4/3 - 2010
Miramas, le 29 octobre 2010 à 6h30 du matin, à l'appel de la CGT, des grévistes et sympathisants en lutte contre la réforme des retraites, se retrouvent pour une action encore tenue secrète...
Le terrible voyage
10mn - vidéo 4/3 - 2010
En 2008, en marge du sommet citoyen "Des ponts, pas des murs", le Cercle de silence Paris organise une commémoration des morts aux frontières devant le Conseil d'Etat.
Ecce Homo
26mn - vidéo 16/9 - 2013
Le samedi 17 novembre 2012 à Marseille, les partisans du NON au « mariage pour tous » viennent manifester leur désaccord avec le projet de loi de Taubira. Des contre-manifestants s'invitent au rassemblement.
N'ayez pas peur !
8mn - vidéo 16/9 - 2013
Le 26 décembre 2012 à Paris, les partisans du OUI au « mariage pour tous » défilent dans les rues.

Lire l'entretien du collectif à propos de cactus #01


Le collectif 360° et même plus est basé à Marseille, il produit, distribue des films documentaires ou expérimentaux qui s'inscrivent dans le champ social et politique. Sa démarche de création, production et diffusion de film se situe en marge des industries cinématographique et télévisuelles. Attachées à la légèreté du cinéma direct, sensible et réactif à l'actualité, les cinéastes du collectif optent pour des dispositifs de production peu contraignants tout en travaillant à créer des conditions économiques viables et solidaires.

Site des films cACTUS
Page Facebook > https://www.facebook.com/collectif.troiscentsoixante

contact@360etmemeplus.org

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE