Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

La Canarde sauvage

Infos Mille babords - 19. février 2015 - 14:34

Le numéro 1 de La Canarde sauvage vient de sortir :
http://lacanardesauvage.free.fr/spip.php?article2

On y parle (encore) de Charlie Castaner le pote à Macron !
Des flics qui protègent le fric, de gîte à ouvrir, d'affaires populaires & outils politiques, d'ITER minable et de pas mal d'autres choses.
Participation libre !

Au sommaire :

• 22 v'là les flics !
• Il suffit de passer le pont, c'est tout de suite l'aventure…
• Ne vivons plus comme des esclaves
• Affaires populaires & outils politiques (2) Vous pouvez lire ici, le premier volet de cet article…
• Les brèves du numéro.

Travail de député (suite)

(voir n° 0 http://lacanardesauvage.free.fr/spip.php?breve16)

Notre député le plus bas… alpin, Charlie Castaner, a encore rapporté, cette fois-ci pour son pote Macron, en tant que vice-président du COPIESAS sur la mobilisation de l'épargne et de l'actionnariat des salariés [1]. Pourquoi légiférer sur l'épargne alors qu'une loi à peine trentenaire existe ? Parce qu'elle permet de contourner la législation existante qui protégeait trop bien les salariés ? Qu'elle propose d'exonérer les entrepreneurs du forfait social et d'orienter l'épargne des salariés vers le financement des investissements des TPE/PME afin de remplacer les prêts bancaires ? Banques qui préfèrent, pour leur rentabilité, mettre des billes là où l'État prévoit de soutenir tels ou tels investissements plutôt que d'aider les petites entreprises !
Toi qui peint, carrelle, décore ou cuisine tu n'es pas soutenu par l'État dans ta petite entreprise, c'est plutôt l'inverse.

Ne serait-il pas préférable d'augmenter les salaires pour pouvoir le dépenser ou le mettre en commun dans des actions désirées plutôt que d'inciter à des placements à la con ? Demande-t-on aux actionnaires de placer leur argent à tel endroit sous la pression de la loi ? Enfin, l'actionnariat salarial, l'AS du COPIESAS n'est-il pas un oxymore en régime d'exploitation capitaliste ? Voila une réforme qui « aura des effets concrets pour les ménages et les entreprises » nous dit notre cher député. Mais faire les poches des salariés pour alimenter l'investissement patronal pourrait bien provoquer quelques allergies chez les électeurs !

Notes :
[1] COPIESAS (Conseil d'orientation de la participation, de l'intéressement, de l'épargne salariale et de l'actionnariat salarié).
On peut tenter de lire ce rapport ici (les lecteurs qui s'en sortiront sans mal de tronche, peuvent venir gratter avec nous !) : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/RAPPORT_COPIESAS_26nov2014.pdf

http://lacanardesauvage.free.fr/spip.php?article2

http://lacanardesauvage.free.fr/

Spécialités de gâteaux au nom de négro et bamboula

Infos Mille babords - 19. février 2015 - 13:06

Article tiré du site France3 Bourgogne en date de septembre 2014
pour lire l'article dans sa totalité avec 2 vidéos :
la chocolaterie Féret à Auxerre dans l'Yonne
Interview de Louis-Georges Tin, président du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France) et Sortir du Colonialisme

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/2014/09/02/auxerre-une-chocolaterie-va-changer-le-nom-de-ses-specialites-le-bamboula-et-le-negro-542574.html

A une époque où la France avait encore des colonies, "Le négro" fut créé "pour rendre hommage aux Sénégalais blessés pendant la première guerre aux côtés des Français, et dont certains étaient soignés à l'hopital d'Auxerre", expliquent les propriétaires de la chocolaterie.
Les créateurs s'étaient aussi inspirés du "Rio Négro", inscription frappée sur les sacs de cacao de Colombie ou du Vénézuela qui arrivaient à Auxerre après avoir transité par le fleuve du même nom.
Quant au "bamboula", il rappelle, selon ses auteurs, la danse africaine du même nom...

Ces explications n'ont pas convaincu le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France) et Sortir du Colonialisme, qui ont dénoncé, mardi 2 septembre 2014 dans un communiqué, "un revival de l'imagerie coloniale la plus nauséabonde" en exigeant que "la chocolaterie de la honte retire de la vente ces horreurs".

La chocolaterie Féret a précisé qu'elle vendait le "négro" et le "bamboula" depuis 2009, et que les propriétaires précédents de la boutique avaient relancé ces spécialités une douzaine d'années auparavant. "On a un succès fou. J'en expédie dans toute la France et je n'avais jamais eu de souci avant hier après-midi", raconte Virginie Féret, qui évoque des "menaces" reçues par mail et par téléphone.

"Pour calmer le jeu", la chocolaterie a changé le nom de ses produits, qui s'appellent désormais Grégo et Bongou.

Lettre ouverte à Mesdames et Messieurs les élus qui se disent être « Nous »

Infos Mille babords - 19. février 2015 - 11:48

Un peu partout dans Notre Ville de Marseille, à laquelle nous sommes attachés, fleurissent des projets immobiliers sur Nos Espaces Verts que vous bradez à des promoteurs, pour, soi-disant, LE BIEN PUBLIC !!

MAIS CELA N'EST PAS POUR NOTRE BIEN !

Vous racontez des histoires à dormir debout à la population marseillaise ! Vous cherchez à leur faire passer des vessies pour des lanternes, et au-delà de ça, vous voulez inciter des familles à venir s'installer à Marseille ...avec du vinaigre ! En effet, dans ce quartier de Marseille, mais dans les autres aussi, les espaces verts, les équipements sportifs, culturels, de proximités, font cruellement défaut, et cela est encore faible par rapport à la réalité ! Ne parlons pas des places en crèche ou garderie, en maternelle, dans les écoles primaires et collèges.... Il n'y en a pas !!!!!

Quels sont les critères pour qu'une famille veuille s'installer quelque part ?
emploi
logement et cadre de vie
écoles, crèches, collèges, lycées, enseignement supérieur
équipements de proximité, attractivité de la vie sociale et culturelle, dynamisme - transports en commun
sécurité
La liste n'est pas exhaustive ...

Malheureusement à Marseille, bon nombre de ces souhaits ne sont pas pris en compte ! Ce n'est pas en bétonnant à tout va, en supprimant des espaces verts déjà trop petits, trop rares, en massacrant le patrimoine des Marseillais pour combler des trous, fruits de projets trop onéreux ou inappropriés, que les gens viendront ! Les touristes peut-être... et encore... confinés autour du Vieux Port, se plaignant même là de l'absence d'arbres, de fontaines, de banc, sachant que nous sommes dans le Midi et qu'il y fait chaud !

Marseille n'est pas une carte postale, mais une ville que nous aimons et dans laquelle nous essayons de vivre, dans nos quartiers, que nous aimerions faire découvrir aussi à ces personnes qui nous font l'honneur de venir nous rendre visite ! Mettre en valeur le patrimoine, un peu d'histoire de ce que fut notre ville ! Cela n'est pas passéiste, au contraire ! Pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient !

Vous avez « massacré » le seul espace vert public du Centre-Ville déjà trop petit, celui de la Préfecture n'étant pas ouvert au public ! Pourquoi faire ??? Un immeuble de logements alors qu'il y en a déjà tant sur ce petit périmètre, que 65 sont en cours de livraisons à l'autre angle du pâté de maison, et à 200 mètres de là, les 408 logements supplémentaires prévus à la place de l'Hôpital Ambroise Paré ! Nous n'avons plus de place dans les écoles, les gens entassés vivent mal cette promiscuité étouffante, il n'y a qu'à regarder ce qui « s'édifie » dans le Piazza Lodi, canisses, stores et autres, pour se réserver un peu d'intimité ! Les gens s'en vont... et depuis la fermeture du parc le quartier est devenu « quartier mort » ! Enfants, et personnes âgées restent enfermés chez eux !

Il y a dans Marseille des milliers de m2 de bureaux vides, fruits de votre politique aussi, à une époque où vous incitiez les investisseurs à utiliser toutes les parcelles constructibles pour édifier des immeubles de bureaux ! Mais si le reste ne suit pas les gens ne viennent pas !!!! Ils pourraient être reconvertis en logements !

NOUS VOUS DEMANDONS D'ARRÊTER CE CHANTIER CONTRE NATURE, VÉRITABLE NON SENS ! QUE LE PARC SOIT RECRÉE, DES ARBRES REPLANTÉS SUR L'ENSEMBLE DE LA PARCELLE, QU'UN TEMPO SOIT REBÂTI. L'EXISTANT S'ÉTANT DÉGRADÉ SUITE AUX EFFETS DE LA CONSTRUCTION DE l'ENSEMBLE UNICIL !
QUE PLUS AUCUN PROJET NE VOIE LE JOUR SANS UNE VÉRITABLE CONCERTATION, LA PLUS LARGE POSSIBLE, AVEC LES MARSEILLAIS, EN TOUTE TRANSPARENCE !

Le Collectif Michel Levy et les Marseillais qui aiment leur ville 11.2.2015

Bourse du Travail en danger à Aubagne. Mobilisons-nous

Infos Mille babords - 19. février 2015 - 11:00

La Mairie d'Aubagne vient de signifier par courrier au Cercle de l'harmonie, propriétaire actuel des locaux, la fin du bail de la Bourse du travail.
Après avoir supprimé les subventions c'est désormais l'ensemble des moyens de fonctionnements de la bourse du travail que la droite veut remettre en cause.
Une attaque sans précédent sur notre bourse du travail et l'ensemble des organisations qui l'utilisent (Union Locale des syndicats CGT, les syndicats de retraités CGT, l'association LSR et la FSU).

Nous ne pouvons laisser faire !!!!

Pour le maintient de nos droits, pour le respect de nos acquis, pour l'avenir de la CGT, pour des travailleurs libres et dignes, soyons nombreux :
JEUDI 19 FEVRIER à 11h devant la mairie

Syrie, fric et fragments, vue du terrain

Infos Mille babords - 19. février 2015 - 10:45

Nature du régime de (?) Bachar El Assad, nature des oppositions en présence, collusions régionales et stratégies occidentales, déstructurations, fragmentations du territoire syrien et de ses hommes, dislocations des enjeux idéologiques tous azimuts, réorganisation d'une économie, de guerre, civile, prégnance du profit et du commerce, mondialisé, au sein même et surtout des humanitaires qui s'affairent dans les camps de réfugiés.... "rien de neuf sous le soleil..."

Tour de piste dans ce vaste cirque sur Radio Galère avec Cyril Roussel...

http://www.radiogalere.org/audio/user/393

ou

https://soundcloud.com/annieclaudejeandot/la-syrie-fric-et-fragments-regards-du-terrain?utm_source=soundcloud&utm_campaign=share&utm_medium=email

Cyril Roussel, chercheur-géographe, basé au Moyen-Orient depuis plus de 15 ans, s'intéresse actuellement aux transformations des espaces frontaliers et des espaces urbains en rapport avec la circulation accrue des populations et des marchandises au Moyen-Orient ainsi qu'aux réadaptations de ces flux dans un contexte de conflit.

Auteur d'une thèse sur les Druzes de Syrie ( 2011 : Les Druzes de Syrie. Territoire et mobilité. Presses de l'Ifpo, Beyrouth, 263 p. (en ligne en libre accès sur ifpo.revues.org en avril 2011), il travaille actuellement à l'élaboration de Cartes du Nord de l'Irak.

Arpenteur de terrains, tête chercheuse et curieuse absolument (et c'est du vécu de proximité !), basé actuellement à Amman après avoir vécu une dizaine d'années en Syrie, il nous livre ici son analyse de la situation en Syrie et dans la région.

C'était un soir de réveillon, bref retour au pays, Echenans sous Mont Vaudois, merci à Renaud, auditeur de Radio galère, pour la prise de son ! Merci à Cyril ! On t'attend à ton prochain passage à Marseille sur la Radio !

http://www.ifporient.org/cyril-roussel

avec la musique d'Interzone, rencontre magnifique franco-syrienne, Serge Teyssot Gay et Khaled El Jaramani

Émission animée par Annie-Claude Jeandot

Soutenez le film Qui a tué Ali Ziri ?

Infos Mille babords - 19. février 2015 - 10:00

Documentaire de Luc Decaster, qui suit pendant cinq années l'affaire Ali Ziri, chibani décédé suite à son interpellation par la police nationale d'Argenteuil en juin 2009.

Au delà de cette affaire, le film rejoint d'autres histoires de violences policières et interroge la « justice particulière » mise en place lorsque des policiers sont en cause.

Ce film n'a reçu aucune aide de la part des institutions régionales et nationales en charge de financer le cinéma. Il a donc été tourné et monté sans argent. Pour le terminer et le sortir en salles, nous avons besoin de votre soutien !

En cliquant sur ce lien, vous pourrez avoir accès à plus d'informations, voir des extraits du film et participer à la collecte :

http://www.kisskissbankbank.com/qui-a-tue-ali-ziri-une-histoire-et-un-film-etouffes

L'équipe du film


Le 11 juin 2009, Areski Kerfali, 61 ans et Ali Ziri, 69 ans sont interpellés par la police nationale d'Argenteuil, lors d'un contrôle routier. Ali Ziri quitte le commissariat dans le coma et décède à l'hôpital deux jours plus tard. L'explication donnée par la police et le procureur est : « décès suite à une malformation cardiaque ». Deux semaines après les faits, le juge d'instruction classe l'affaire sans suite. Un collectif d'habitants d'Argenteuil, Vérité et justice pour Ali Ziri se mobilise pour exiger une contre-expertise. L'autopsie révèle alors 27 hématomes et la mort par asphyxie suite à l'utilisation d'une technique d'immobilisation interdite depuis 2003.

Durant cinq années, le cinéaste Luc Decaster a filmé le combat de tous ceux qui refusent le procès bâclé, après cette mort que certains considèrent comme un lynchage. []

L’OMS appelle les pouvoirs publics à investir davantage en faveur de la lutte contre les maladies tropicales négligées

Actualités OMS - 19. février 2015 - 6:01
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle les pays touchés à investir davantage en faveur de la lutte contre 17 maladies tropicales négligées afin d’améliorer la santé et le sort de plus de 1,5 milliard de personnes. Cet investissement représenterait à peine 0,1% des dépenses nationales actuelles consacrées à la santé dans les pays à revenu faible ou intermédiaire touchés pour la période 2015-2030.

Les maladies tropicales négligées, qui sévissent en particulier dans les populations défavorisées, peuvent entraîner la cécité, des préjudices esthétiques, des handicaps irréversibles voire le décès. Le nouveau rapport de l’OMS, intitulé Investir pour réduire l’impact mondial des maladies tropicales négligées, défend la nécessité d’investir davantage et présente une série d’interventions essentielles pour combattre ces maladies.

Handicaps : La loi du 11 Février 2005 ...10 ans et 7 jours et on attend toujours…

Infos Mille babords - 18. février 2015 - 19:30

Pompeusement intitulée « Loi pour l'égalité des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », cette loi devait permettre une accessibilité globale aux personnes atteintes d'un handicap. 10 ans et 7 jours après, quand est-il concrètement ?

2 courts métrages en présence du réalisateur et de Marie Merand travailleuse sociale

intervention et Discussion avec
Dorothée Lombard (Présidente de La Luciole)
Catherine Binon
Hervé Trémeau (formateur et étudiant en ingénérie sociale)
Pierre-Frédérique Zieba et Thierry Pribon (fondateurs de Harcelons-les !)

Animateur : Karim Fghoul, travailleur social.

En savoir plus : http://equitablecafe.org/

Réunion du Collectif Climat Marseille

Infos Mille babords - 18. février 2015 - 19:00

Compte-rendu de la coordination nationale de la Coalition Climat 21 : actions nationales d'ici la COP21 Paris fin 2015
accueil des associations dans le collectif
événements "Alternatiba" à Marseille
préparation conférence de mardi 24 sur la finance et le climat

Réunion ouverte à tou.te.s

La Lune dans le puits

Infos Mille babords - 18. février 2015 - 19:00

L'écrivain François Beaune est né en 1978 à Clermont-Ferrand. Il a créé plusieurs publications, dont le magazine d'art la Revue Louche et le fanzine Gonzo. Il est aussi l'auteur des blogs Les bonnes nouvelles de Jacques Dauphin et Louche actualités, dans lesquels il détourne l'actualité avec humour. Il a fondé à Lyon le festival Du cinéma à l'envers …

Lire la suite :
http://transit-librairie.org/event/la-lune-dans-le-puits/

04 13 04 02 60 / 06 83 55 96 66
transit.librairie chez gmail.com / transit.librairie.over-blog.com/

Reconnaissance de l'Etat de Palestine et échanges universitaires franco-palestiniens

Infos Mille babords - 18. février 2015 - 18:00

Dans le cadre de la campagne commune lancée par l'Union des Etudiants Communistes (UEC),
l'Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS)
et Génération Palestine
Pour le jumelage d'Aix-Marseille Université avec une université palestinienne

Conférence-débat sur la "Reconnaissance de l'Etat de Palestine et échanges universitaires franco-palestiniens"

Avec Tareq Sadeq, Professeur à l'Université de Beir Zeit (Palestine)

Mercredi 18 février 2015 à 18h

Grand Hall, Campus de Lettres Aix-Marseille Université
29 Avenue Robert Schuman, 13100 Aix-en-Provence

Migrer en Occident (1840 - 1940)

Infos Mille babords - 18. février 2015 - 17:30

Le mot migration n'a pas bonne presse ces temps-ci en Europe. Les problèmes liés aux mouvements migratoires mondiaux et les angoisses qu'inspire au continent une pression migratoire croissante n'y sont pas étrangers. Pourtant, les mouvements de population ont été le moteur, dans la quasi totalité des pays européens, du développement de l'économie, des langues, de la culture et du savoir. Ne ratez pas le lancement de ce cycle de conférences inédit !
> Migrer en Occident (1840 - 1940)

Lire l'article sur notre site

Pour cette première conférence du cycle Les migrations européennes du XIXème au XXIème siècle : contributions à la citoyenneté européenne, Approches Cultures et Territoires reçoit l'historien Philippe Rygiel.

Mercredi 18 février 2015 à 17h30
Bibliothèque de l'Alcazar, 58 cours Belsunce,
Marseille 1er

En un siècle, de 1840 à 1940, l'Europe a changé de visage. La révolution industrielle, les enjeux démographiques, ont poussé des millions de personnes à émigrer à l'intérieur même de l'Europe et vers le reste du monde. Quelle est la véritable place de ces phénomènes au niveau de l'Europe ?

Philippe Rygiel est historien, maitre de conférences à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur au Centre d'Histoire Sociale du XXème siècle et membre de l'équipe Réseaux-Savoirs-Territoires de l'Ecole Normale Supérieure. Ses recherches portent notamment sur l'histoire sociale des migrations. Il est auteur, entre autres, de l'ouvrage Le Temps des migrations blanches. Migrer en Occident (1840-1940), éditions Aux lieux d'être, 2007.

Autour de La Commune de Shanghai

Infos Mille babords - 17. février 2015 - 19:00

Rencontre autour du livre La Commune de Shanghai et la Commune de Paris, de Hongsheng Jiang, animée par Claude Hirsch et Alain Castan.
Le 5 février 1966, en présence de plus d'un million de manifestants ouvriers et étudiants est proclamée la Commune de Shanghaï, se réclamant explicitement de la Commune de Paris. Une nouvelle forme de pouvoir voit le jour …

Lire la suite :
http://transit-librairie.org/event/autour-de-la-commune-de-shanghai/

04 13 04 02 60 / 06 83 55 96 66
transit.librairie chez gmail.com / transit.librairie.over-blog.com/

Une ville sous direction de l'extrême droite

Infos Mille babords - 17. février 2015 - 18:30

Encore des élections au mois de Mars, encore une probable montée du FN, qui ramasse les mécontents profitant de la politique libérale et austéritaire du gouvernement PS, du clientèlisme, des magouilles et du rejet des forces politiques traditionnelles et même de l'émoi créé par les attentats de début janvier. Alors, à quoi peuvent-être utiles les élus de gauche dans ces mairies ? Et comment résister et reprendre l'offensive contre l'extrême droite ?

(métro frais vallon)

L'accompagnement des mineures par une personne majeure pour une IVG

Infos Mille babords - 17. février 2015 - 18:30

Oups ! le 1er mardi du mois est passé, et au Planning 13, c'est pourtant la soirée débat.
On se rattrape avec le Mardi 17 février à 18h30 !
Ce mois-ci nous vous invitons à poursuivre sur la thématique du mois dernier : l'IVG
L'accompagnement des mineures par une personne majeure pour une IVG, une obligation légale.

*Le caractère "obligatoire" de cet accompagnement
*Quel rôle pour l'accompagnant-e ? Comment répondre à ses propres interrogations ?
*Pratiques actuelles et passées au Planning
*Accompagnement de personnes majeures qui pourraient en faire la demande

RDV le mardi 17 février 2015 à 18h30

au Planning Familial 13
106 boulevard National,
13003 Marseille

Venez discuter avec nous, échanger, débattre !

Mouvement Français pour le Planning Familial des Bouches-du-Rhône
106 boulevard National - 13003 Marseille - Tel : 04.91.91.09.39

Non à la fermeture des accueils CAF !

Infos Mille babords - 17. février 2015 - 9:30

Les accueils des CAF sont maintenant fermés depuis 10 mois :
files d'attente de plusieurs heures dans la rue ;
numéro payant pour prendre rendez-vous (et environ 1 heure d'attente en ligne soit une vingtaine d'euros) ;
augmentation des contrôles et radiations ;
dossiers qui se perdent ;
précarisatlon des travallleurs de la CAF.

Ces fermetures ont de nombreuses conséquences. Pour les allocataires, c'est des galères financières, des expulsions locatives. Finalement, ça devient tellement compliqué d'avoir accès aux CAF, qu'on abandonne nos allocations. Et pourtant, la moitié de la population a droit à des prestations de la CAF (Aides Pour le Logenent, Allocations familiales, Revenu de Solidarité Active, Allocation Adulte Handicapé…).
Au fur et à mesure que la crise s'accentue, les gouvernements au servile des patrons s'acharnent sur les chômeurs, les travailleurs et les précaires en les rendant responsables de la crise. Les salariés de la CAF ont déjà été touchés par ces mesures d'austérité (contrats précaires, suppressions de postes).
Comme les accueils ne sont pas accessibles, on se retourne vers les salariés des centres sociaux et vers les associations, submergées de travail.
Depuis des mois, nous luttons contre ces fermetures. Des rassemblements ont été organisés, ce qui a forcé la direction à traiter immédiatement un grand nombre de dossiers. Pour nous faire taire, ils ont réouvert les pré·accueils de Gilbbes et Malaval. Mais on ne s'arrête pas là.

Nous demandons :
· la réouverture des accueils publics des CAF ;
la fin de la répression des allocataires (indus, suspensions de resources, radiations) ;
la gratuité du numéro de téléphone de la CAF ;
la lin de la précarisation des travailleurs de la CAF.

MANIFESTATION
LE MARDI 17 FÉVRIER 2015
9H30 AU MÉTRO BOUGAINVILLE

Réunion d'organisation tous les vendredi à 18 heures
à Mille Bâbords, 61 rue Consolat, 13001
Contact : collectifantifermeture chez gmail.com
06 87 71 72 86

Alternative libertaire, APL 13, Association le TIPI, CGT Chômeurs précaies, CIP, CNT, CNT SO, Jeunesse Communiste, NPA, PCF 2, 3 et 5, Rouges Vifs

Israël contre les Juifs

Infos Mille babords - 16. février 2015 - 22:33

C'est un refrain bien établi. Vous critiquez Israël et le sionisme ? Vous êtes antisémite ! Un Juif français veut pouvoir « vivre son judaïsme » ? On l'invite à faire son « alyah » et à apporter sa pierre à la colonisation de la Palestine.
On essaie de nous marteler que l'histoire des Juifs s'est achevée et qu'Israël en est l'aboutissement. Israël fonctionne comme un effaceur de l'histoire, de la mémoire, des langues, des traditions et des identités juives. La politique israélienne n'est pas seulement criminelle contre le peuple palestinien. Elle se prétend l'héritière de l'histoire juive alors qu'elle la travestit et la trahit. Elle met sciemment en danger les Juifs, où qu'ils se trouvent. Et elle les transforme en robots sommés de justifier l'injustifiable.

Retour sur un passé récent
L'histoire des Juifs français n'a strictement rien à voir avec Israël. Régulièrement spoliés, massacrés ou expulsés par différents rois très chrétiens, les Juifs ont acquis la citoyenneté française avec l'Abbé Grégoire pendant la Révolution. Ces deux derniers siècles ont été marqués par une quête de la citoyenneté et de l'égalité des droits. L'affaire Dreyfus a révélé que, si une partie de la société française était antisémite, une autre partie, finalement majoritaire, considérait que l'acquittement et la réhabilitation de Dreyfus étaient l'objectif de tous ceux qui étaient épris de liberté et refusaient le racisme. L'histoire des Juifs français a été marquée par leur participation importante à la résistance contre le nazisme et le régime de Vichy, puis par l'engagement de nombre d'entre eux dans des luttes progressistes et/ou anticoloniales. Les intellectuels juifs de cette époque s'appelaient Raymond Aubrac, Marc Bloch, Laurent Schwartz, Pierre Vidal-Naquet, Stéphane Hessel. C'était une époque où beaucoup de Juifs pensaient que leur propre émancipation passait par celle de tou-te-s. C'était une époque où le racisme, le fascisme et la haine de l'autre étaient considérés comme des abjections à combattre. Les enfants juifs allaient à l'école publique, jamais il ne leur serait venu à l'idée de se séparer des autres dans des écoles confessionnelles.
On s'efforce aujourd'hui en Israël d'effacer l'histoire des Juifs dans les différents pays où ils ont vécu. Si les Juifs ont longtemps été considérés par les antisémites en Europe comme des parias inassimilables et s'ils ont été persécutés parce qu'ils constituaient un obstacle aux nationalismes fous qui rêvaient de sociétés ethniquement pures, ils n'ont jamais recherché la séparation mais au contraire l'insertion à l'intérieur des sociétés dans lesquels ils vivaient.

Une assignation à la désertion
On fait un saut de quelques années. En tête d'une gigantesque manifestation parisienne censée dénoncer le terrorisme, on trouve trois criminels de guerre, Nétanyahou, Lieberman et Bennet qui viennent de s'illustrer dans le massacre de plus de 2000 Palestinien-ne-s (essentiellement des civil-e-s) à Gaza pendant l'été 2014. Profitant de l'émotion causée par l'attentat antisémite de la Porte de Vincennes, Nétanyahou est autorisé (par le gouvernement français) à déclarer aux Juifs français qu'ils sont en insécurité en France et qu'ils doivent partir dans leur « vrai » pays, Israël.
En fait, le sionisme n'a jamais combattu l'antisémitisme. Il s'en est toujours nourri avec en permanence un seul et unique but : faire immigrer le maximum de Juifs en Israël. Du coup, Nétanyahou n'hésite pas à mettre en danger les Juifs français. Il en fait des étrangers dans leur propre pays, des « touristes » qui n'ont pas compris que leur « patrie » est là-bas. Les Juifs sont sommés d'être des « traîtres » (à la seule et unique cause, celle du Grand Israël de la mer au Jourdain) ou des complices. La France a toujours été un échec pour Israël : à peine 80000 Juifs sont partis depuis 1948 et une moitié est revenue. Alors la propagande se fait assourdissante. Pourtant, s'il y a bien un pays où les Juifs sont en insécurité, c'est Israël et il sera ainsi tant que la destruction de la Palestine se poursuivra.
À « l'alyah » (la montée) des vivants vers Israël, s'ajoute à présent celle des morts. Les autorités israéliennes incitent vivement les Juifs français à faire enterrer leurs proches en Israël. Ainsi les victimes de la tuerie de la porte de Vincennes ont été inhumées au cimetière de Givat Shaul. Ce « quartier » de Jérusalem, c'est l'ancien Deir Yassine, le village martyr de la guerre de 1948 où les milices de l'Irgoun dirigées par Menachem Begin ont massacré toute la population avant que le village ne soit, comme tant d'autres, rayé de la carte. Quel symbole !

Israël à l'avant-garde de l'islamophobie
Les Juifs ont vécu pendant des centaines d'années dans le monde musulman. Ils ont même été accueillis par l'empire ottoman après leur expulsion d'Espagne en 1492. Aujourd'hui, Israël participe à la diabolisation des Arabes et des musulmans en se comportant en élève modèle du « choc des civilisations ». Le racisme anti-arabe et l'islamophobie s'expriment ouvertement, des politiciens en ont fait leur fond de commerce et les passages à l'acte sont fréquents. Les crimes de masse comme à Gaza ou la multiplication des propos racistes (Pour le rabbin Rosen, les Palestiniens sont des Amalécites et la Torah autorise qu'on les tue ainsi que leurs femmes, leurs enfants, leurs troupeaux) laisseront des traces. Comment imaginer que ce qui est infligé aux Palestiniens sera sans conséquences ?
En Israël, des propagandistes rivalisent pour expliquer que les Juifs ont vécu l'enfer dans le monde musulman, masquant le fait que l'antisémitisme a été avant tout une invention européenne et chrétienne. Les Juifs orientaux subissent en Israël des discriminations sociales et un mépris raciste. Ils ont souvent été humiliés et discriminés à leur arrivée. Ils sont coupés de leurs racines et poussés à renier leur identité. L'expulsion des Palestiniens de 1948 est présentée comme un « échange de population » alors que le sionisme est le principal responsable, et de la Nakba, et du départ des Juifs orientaux de leurs pays.

Qu'y a-t-il de juif en Israël ?
Les sionistes ont théorisé l'idée que les Juifs et les non-Juifs ne peuvent pas vivre ensemble. C'est totalement contraire à tout ce qui s'est passé pendant des centaines d'années. Cela va à l'encontre de l'aspiration des Juifs à sortir des ghettos, des mellahs et des juderias pour devenir des citoyens normaux.
Les Juifs religieux qui émigrent en Israël y rencontreront rarement la religion telle qu'elle a été pratiquée pendant des siècles. Le courant national-religieux s'est imposé. Ce courant intégriste a totalement révisé la religion. Le « peuple élu », ça n'a jamais voulu dire qu'il a plus de droit que les autres mais au contraire qu'il a plus de devoirs. Parmi les préceptes, il y a « ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu'on te fasse » et « tu aimeras ton prochain comme toi-même ». « L'an prochain à Jérusalem », ça n'a jamais voulu dire qu'il faut réaliser le nettoyage ethnique en cours, mais « vivement que le Messie vienne ». L'hébreu a toujours été une langue religieuse interdite à l'usage profane. La religion juive est une religion de « l'exil ». L'installation sur cette terre (d'Israël/Palestine) avant l'arrivée du Messie et a fortiori l'établissement d'un Etat juif étaient interdits. D'ailleurs les Juifs expulsés d'Espagne en 1492 ne sont pas allés à Jérusalem. Herzl a rencontré une hostilité quasi unanime des rabbins contre le projet sioniste dès qu'il a été question d'établir un État juif en Palestine.
Pour les Juifs laïques, les valeurs dominantes d'Israël sont à l'antithèse de ce que sont pour eux les valeurs du judaïsme. Où trouve-t-on dans la tradition juive le racisme, le chauvinisme, le militarisme, le négationnisme de l'existence et de la dignité de l'autre ? Qu'y a-t-il de commun entre ce qu'ont représenté les grands intellectuels juifs (Einstein, Freud, Arendt, Kafka, Benjamin …) et les criminels de guerre qui dirigent Israël ? Qu'est devenue en Israël la mémoire de celles et ceux qui ont lutté contre le fascisme et le colonialisme (Marek Edelman, Abraham Serfaty, Henri Curiel …) ? De quel héritage juif peuvent se prévaloir les colons et les militaires qui justifient à l'avance les violences et les crimes commis contre les Palestiniens ?
Comme l'écrit l'historien israélien Shlomo Sand à propos du livre de Yakov Rabkin Comprendre l'État d'Israël, « celui qui voit dans le sionisme une continuation du judaïsme ferait bien de lire ce livre. Mais celui qui croit que l'État d'Israël est un État juif est obligé de le lire ».
Certains Juifs pensent qu'après le génocide nazi, Israël est l'ultime refuge. Au nom de quoi les dirigeants israéliens peuvent-ils brandir partout l'antisémitisme et le souvenir du génocide ? Les sionistes n'ont joué qu'un rôle marginal dans la lutte contre l'antisémitisme et la résistance au nazisme. Certains dirigeants sionistes ont même eu un comportement honteux pendant la montée du fascisme (Ben Gourion avec les accords de Haavara, 1933) et à l'époque de l'extermination (le groupe Stern assassinant des soldats et des dignitaires britanniques). Comment ne pas comprendre que la mémoire du génocide signifie « que cela n'arrive plus jamais » et pas « que cela ne NOUS arrive plus jamais », ce qui correspond à une vision tribale de l'humanité totalement contraire à toutes les formes d'héritage juif.

Refuser l'assignation et la peur, refuser toutes les formes de racisme et de discrimination
Il y a des confrontations qui ont du sens : les luttes contre l'oppression, la domination, le colonialisme, pour l'égalité des droits. On nous vend aujourd'hui une guerre qui n'est pas la nôtre : celle d'un monde dit « civilisé » contre le « terrorisme islamique ». Dans cette « guerre », les musulmans sont considérés comme des terroristes en puissance et sont sommés de « prouver » qu'ils ne sont pas des complices de Daesh.
Et les Juifs sont assignés à soutenir sans réserve une politique israélienne criminelle contre les Palestiniens et suicidaire pour les Juifs.
Cette fuite en avant criminelle tient par la peur. Ce syndrome assure le consensus à un point tel qu'un négociateur palestinien (le professeur Albert Aghazarian) a pu dire que les Israéliens ont peur de ne plus avoir peur. Cette peur irrationnelle a gagné beaucoup de Juifs français.
Dans le contexte du « choc des civilisations », prétexte des dominants pour ensanglanter le monde, il y a en France une montée générale de toutes les formes de racisme. Contrairement à l'image fabriquée par les principaux médias, le racisme frappe essentiellement tous les « dominés », toutes les victimes de l'apartheid social : Arabes, Noirs, Roms. Il prend une nouvelle tournure en se masquant derrière l'islamophobie. Comme il n'est plus politiquement correct de dire « sale arabe », on diabolise l'islam.
Il y a aussi une incontestable et détestable montée de l'antisémitisme. Mais les différentes formes de racisme ne sont pas traitées de la même façon.
Les dirigeants israéliens et en France le CRIF, participent activement à la stigmatisation des musulmans. Ils affirment contre toute évidence qu'il n'y a qu'un seul racisme à dénoncer (l'antisémitisme) et qu'on est à la veille d'une nouvelle « nuit de cristal ». Ils font apparaître les Juifs comme ceux que le pouvoir protège alors que l'idéologie sécuritaire, les déclarations des principaux dirigeants et le travail nauséabond de pseudo intellectuels, visent une seule population déclarée dangereuse.
Les stéréotypes antisémites se nourrissent aussi de la complicité du CRIF avec la politique israélienne et de la partialité évidente du pouvoir. À l'heure des confusions, l'indignation légitime contre les crimes israéliens fait monter l'antisémitisme et les quelques paumés attirés par la violence effroyable de Daesh commettent des attentats criminels contre les Juifs parce que Juifs.

La lutte contre le racisme ne peut pas être découpée. Choisir certaines « bonnes » victimes contre d'autres est à l'antithèse du combat antiraciste. La politique israélienne et la négation totale des droits du peuple palestinien ne protègent absolument pas les Juifs. Au contraire. Pour créer l'Israélien nouveau, il a fallu « tuer le Juif », celui qui pensait que son émancipation passait par celle de l'humanité. Comme le dit le militant israélien anticolonialiste Eitan Bronstein : « nous ne serons jamais libres tant que les Palestiniens ne le seront pas ». En refusant le tribalisme, les Juifs français réaffirmeront une histoire dont ils peuvent être fiers.
C'est tou-te-s ensemble qu'il faut combattre tous les racismes, toutes les stigmatisations, toutes les discriminations. C'est tou-te-s ensemble qu'il faut défendre le droit, en Palestine comme ici.

Pierre Stambul
Union Juive Française pour la Paix

La fabrication de l'impuissance collective

Infos Mille babords - 16. février 2015 - 19:00

Comment se construit le consentement des populations à l'ordre existant depuis les années 80.

universite-populaire-aix chez orange.fr

Repas de soutien préparé par des femmes souhaitant passer leur permis de conduire

Infos Mille babords - 16. février 2015 - 12:00

LA CANTINE DU MIDI OUVERTE LUNDI 16 FÉVRIER 2015 !!!!!

Au Lokal 36 (36 rue Bernard, 13003 Marseille), le groupe de femmes suivant l'atelier de préparation linguistique au Code de la route, proposé par l'Association Mot À Mot, met en place un système d'autofinancement permettant l'alimentation d'une caisse de solidarité pour financer les inscriptions en auto-école.

Pour ce faire, l'association En chantier, connue aussi sous le nom de la Cantine du Midi met à disposition de ce groupe, la cantine, le 3ème lundi de chaque mois pour préparer un repas, le servir, et constituer une caisse de solidarité pour l'inscription en auto-école.

Si vous souhaitez donc soutenir cette initiative, encourager l'inscription en auto-école des femmes suivant les ateliers, venir déguster des mets délicieusement préparés par une bande de futures conductrices enflammées dans Marseille, profiter de la chaleur de la Cantine du midi... nous vous donnons rendez-vous :

Lundi 16 février, entre midi et 14 heures, à la Cantine du Midi

*Salade routière et composée (sens interdits, voies privées et désembuage panné)
*Harira Algérienne ou Tajine aux olives
*Flan aux amandes On vous attend nombreux !

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE