Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Cercle de Silence

Infos Mille babords - 16. février 2017 - 17:30

de 17 h 30 à 18 h 30

Réfugié, une odyssée africaine

Infos Mille babords - 15. février 2017 - 19:30

Rencontre avec Emmanuel Mbolela, réfugié politique de la République démocratique du Congo, autour de son livre Réfugié, une odyssée africaine, à paraître aux éditions Libertalia fin janvier 2017.

Lors de ces conférences, Emmanuel Mbolela va présenter son livre qui relate l'histoire de sa fuite de la République démocratique du Congo et celle de son odyssée à travers l'Afrique de l'ouest jusqu'à son arrivé au Maroc où il va rester bloqué durant quatre ans, subissant les atrocités qui sont malheureusement le lot commun de beaucoup de migrants. Mais il va surtout aussi nous parler de la résistance des migrants subsahariens qui se met en place petit à petit : auto-organisation pour l'entraide, manifestations et occupations de lieux pour sensibiliser l'opinion publique ainsi que les acteurs politiques, ouverture d'une maison de refuge pour les femmes migrantes à Rabat, etc. Aujourd'hui cette maison de refuge avec deux appartements permet à une vingtaine de femmes avec leurs enfants d'y trouver un refuge temporaire. Mais les besoins sont énormes et Emmanuel Mbolela cherche de l'aide pour pouvoir poursuivre ces activités.

Lire la suite :
https://equitablecafe.org/programmation/avec-emmanuel-mbolela-autour-de-son-livre-refugie/

L. Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, de F. Engels

Infos Mille babords - 15. février 2017 - 19:00

4ème et dernier chapitre du texte
LUDWIG FEUERBACH ET LA FIN DE LA PHILOSOPHIE CLASSIQUE ALLEMANDE
de F. Engels, 1888

Nous proposons de se retrouver une fois par mois pour discuter de sujets tels que la philosophie matérialiste, l'histoire de la lutte de classes ou l'économie politique à partir de lectures. Nous lirons donc comme à notre habitude à haute voix le texte et le commenterons.
Nous terminerons lors de cette séance la lecture de cet ouvrage qui traite de la philosophie marxiste.
Après ce tour d'horizon de ce qu'on appelle le matérialisme dialectique, ce sera le moment de se pencher sur le choix d'un nouveau texte.
Plusieurs lectures sont proposées traitant du rôle de l'Etat, de la notion de fascisme ou de la spontanéité révolutionnaire. Nous nous orientons vers la lecture d'une œuvre plus ancrée dans l'histoire mais toujours d'un point de vue révolutionnaire, marxiste ou anarchiste. La constitution de bibliographies de livres de référence pour ces idées sera aussi à l'ordre du jour.
Les personnes qui souhaitent prendre le train en marche, sont évidemment les bienvenues d'autant que ce dernier chapitre peut se lire indépendamment. Nous en profiterons pour partager ce que nous aurons amené à manger.

Le texte en PDF sur ce lien :
https://www.marxists.org/francais/engels/works/1888/02/fe_18880221.htm

laretive chez riseup.net

Réfugié, une odyssée africaine

Infos Mille babords - 14. février 2017 - 18:00

Lors de ces conférences, Emmanuel Mbolela va présenter son livre qui relate l'histoire de sa fuite de la République démocratique du Congo et celle de son odyssée à travers l'Afrique de l'ouest jusqu'à son arrivée au Maroc où il reste bloqué durant quatre ans, subissant les atrocités qui sont malheureusement le lot commun de beaucoup de migrants.

Mais il va surtout aussi nous parler de la résistance des migrants subsahariens qui se met en place petit à petit, à travers l'auto-organisation et l'entraide, des manifestations et des occupations de places pour sensibiliser opinion publique et acteurs politiques ainsi que l'ouverture d'une maison de refuge pour les femmes migrantes à Rabat. Aujourd'hui cette maison de refuge avec deux appartements permet à une vingtaine de femmes avec leurs enfants d'y trouver un refuge temporaire. Mais les besoins sont énormes et Emmanuel Mbolela cherche de l'aide pour pouvoir poursuivre ces activités.

A la suite de son exposé, un temps sera réservé pour la discussion et il sera possible de se procurer sur place son livre (Emmanuel Mbolela, Réfugié, une odyssée africaine, éditions Libertalia, 264 pages).

Forcalquier :

Mardi 14 février, restaurant La Parenthèse, place St-Michel ; conférence de 18h00 à 19h30, suivie d'un repas pour pouvoir continuer à discuter avec l'auteur (réservation pour le repas nécessaire au 04 86 90 20 41)

Entrée libre

https://04.demosphere.eu/rv/1660

Tunisie : Les chômeurs toujours mobilisés ! Stop à la répression et à la corruption !

Infos Mille babords - 14. février 2017 - 15:57

Depuis le soulèvement populaire fin 2010 en Tunisie, les chômeurs se mobilisent sans relâche pour une justice sociale contre la précarité galopante et généralisée. Ils dénoncent également un fonctionnement inégalitaire dans les concours de la fonction publique, la discrimination envers les militants, ainsi que la corruption toujours présente dans les administrations.

En 2015, une mobilisation visait spécifiquement la suppression des listes noires créées par la police politique sous Ben Ali, fichant les militants de l'UGET pour leur engagement syndical et les interdisant d'accéder aux concours de la fonction publique. Aujourd'hui, ces militants devenus diplômés chômeurs subissent encore une discrimination et ces listes noires sont toujours utilisées. Des mobilisations dans différentes régions ont eu lieu, à Gabès, Sidi Bouzid, Sfax,... et des grèves de la faim longues et dures ont été organisées au printemps 2015. Puis le 17 décembre 2015, à cinq ans jour pour jour du soulèvement de 2010, démarrait une nouvelle grève de la faim dans les locaux de l'UGET, qui dura plus d'un mois, et qui se solda par un accord avec le ministère le 18 janvier 2016. Cet accord prévoyait la régularisation des dossiers d'environ 700 personnes visées par ces listes.

Tout au long de l'année 2016, les chômeurs se sont mobilisés dans différentes villes pour l'application de cet accord et bien sûr pour poursuivre leur mobilisation contre la précarité plus généralement. En face, le ministère a commencé à revoir le nombre de personnes comprises dans l'accord, en n'en retenant qu'environ 300, et demandant des justificatifs, des preuves au cas par cas de cette discrimination. L'accord dans son ensemble est ainsi remis en question.

Une nouvelle grève de la faim s'est lancée fin décembre 2016 au local de l'UGET à Tunis, par 12 diplômés chômeurs originaires de différentes régions pour dénoncer ce mépris. Cette grève avait aussi pour objectif de casser l'isolement des chomeurs, sensibiliser les habitants et faire des liens avec les mobilisations dans les régions intérieures. A Gafsa, des chômeurs concernés par ces dossiers se sont aussi mis en grève de la faim début février. Après 48 jours de grève de la faim, ponctuée de manifestations, de répressions, et d'hospitalisations, le ministère s'est engagé à trouver une solution dans les deux semaines. La grève a été interrompue deux semaines le vendredi 10 Février 2017.

La CNT se solidarise des grévistes et exige la suppression immédiate des listes noires, et soutient la revendication d'ouverture de postes dans la fonction publique !

En effet, la question centrale du chômage en Tunisie va bien sûr au delà du volet spécifique des listes noires. Depuis 2010, le taux de chômage n'a fait qu'augmenter, différentes lois ont participé à une casse de la fonction publique dont celle des finances, sous couvert de lutte antiterroriste encore plus de moyens sont alloués à l'armée, la police, la douane, mais pas d'embauche dans la fonction publique pendant plusieurs années !

De même, la fonction publique en Tunisie reste complètement sclérosée par un système de corruption énorme. Et cela devient un enjeu central aujourd'hui. Non seulement les militants des deux principaux partis de droite, Nidaa Tounes ou Ennahdha, se font embaucher facilement aux postes qu'ils veulent, cassant toute égalité sur l'accès à l'emploi, mais la corruption concerne aussi l'administration avec d'importants détournements de fonds qui continuent d'enrichir une minorité pendant que la majorité de la population vit une pauvreté féroce. Aujourd'hui les chômeurs, appartenant ou pas à des organisations, se mobilisent contre cette corruption, et ils se font réprimer !

Au mois de décembre 2016 à Sidi Bou Zid, Jamel Saghrouni, le coordinateur de l'Union des diplômés chômeurs (UDC) a été arrêté par la police après avoir dénoncé la corruption dans un statut facebook. Six ans après le suicide du chômeur Mohamed Bouazizi et six ans après le mouvement révolutionnaire qui était parti de cette ville contre un "système" qui rime avec violence envers le peuple et corruption du pouvoir, Jamel nous indique : "aujourd'hui ce ne sont donc pas les responsables de la corruption qui passent devant les tribunaux, au contraire." Le cas de notre camarade n'est pas une exception, de nombreux autres militants subissent des procès d'opinion à travers toute la Tunisie. Pour avoir manifesté, pour avoir parlé de la corruption, et même parfois pour le seul fait d'être militant, syndicaliste ou politique, les Tunisiens sont sous la menace d'arrestations et de procès. Des fonctionnaires qui dénoncent la corruption actuelle se font licencier ou suspendre de leur travail comme Mohamed Hideya Bannani à Kasserine. Dans les mouvements sociaux qui ont touché ces dernières années des régions comme Kerkennah, Sidi Bou Zid, Meknassy, Regueb, Le Kef, Kasserine, Sbeïtla, Gafsa, Gabès, des manifestants ont été systématiquement arrêtés et attaqués devant les tribunaux pour avoir simplement exprimé leur opinion. Et les piratages des sites et pages internet reviennent au galop. Une page facebook qui dénonçait des dossiers de corruption dans le gouvernorat de Kasserine a été piratée ce dimanche 12 février.

Aujourd'hui 14 février Jamel Saghrouni et Khalid Bekkari passent en procès.
Mais aussi de nombreuses personnes passent en procès les jours qui viennent :
le 14 févier procès aussi à Gafsa pour ceux de Oum Larayes (9 poursuivis) ;
le 15 février procès au Kef pour ceux de Tajerouin (2 poursuivis), et à Kélibia (11 poursuivis) ;
le 16 février procès à Djerba ;
le 17 février procès à Gafsa pour ceux de Oum Laarayes (34 poursuivis) et ceux de Redeyef (4 poursuivis), et procès à Sidi Bouzid.

La CNT exprime sa solidarité avec les mobilisations en cours contre la précarité et la corruption généralisée. Nous dénonçons fermement ces procès politiques, et nous exigeons l'annulation des procès et l'abandon immédiat des poursuites !

Alors que la situation socio-économique n'a absolument pas changé en Tunisie, du fait de la continuité des politiques néo-libérales des gouvernements successifs, la situation des droits et des libertés pour les Tunisiens se dégrade et ressemble de nouveau à celle du temps de Ben Ali. Les discours de l'État français, qui ne cessent de présenter la Tunisie comme une enclave de liberté d'expression, de tourisme et d'économie libérale prospère, sont aussi le signe d'une continuité de la propagande néocoloniale. La France soutient comme toujours la dictature tunisienne et détourne son regard de la pauvreté et de la répression policière. La CNT dénonce la répression de l'État tunisien et la complicité de la France. La visite de Manuel Valls, et son soutien au dictateur Beji Caïd Sebsi lors de la conférence internationale sur l'investissement, sont une honte de plus. Les gouvernements successifs français n'ont cessé de soutenir le pouvoir autoritaire tunisien, que ce soit la droite comme le PS, qui, déjà, dans les années 90, avait appuyé le régime de Ben Ali et son parti, le RCD, notamment en l'intégrant à l'internationale socialiste. Le président Sebsi était alors un membre du RCD. Manuel Valls et la France connaissent donc bien le vrai visage autoritaire de leurs amis du pouvoir tunisien.

La CNT se solidarise avec la mobilisation de la coordination des mouvements sociaux et l'ensemble de ses revendications que nous relayons :

La coordination :

" Appelle à la mobilisation, à suivre tous les procès et à transformer les places en face des tribunaux en un lieu de protestation contre les politiques de punition collective et contre les discriminations à l'égard des militantes et militants des mouvements sociaux. Elle appelle aussi à faire des réunions publiques pour dénoncer ces politiques.

Rappelle que la chute est inévitable pour tout gouvernement qui choisit de criminaliser les mouvements sociaux et de les entacher, au lieu de dialoguer et réagir positivement à l'égard des manifestants sur tout le territoire du pays.

Rappelle que toutes les formes de harcèlements sécuritaire et judiciaire ne vont pas empêcher les activistes à poursuivre et amplifier leurs protestations pacifiques. Cela (harcèlements sécuritaire et judiciaire) n'est qu'une campagne désespérée de ceux qui n'ont pas de solution, ni d'alternative, ni de projet économique et social garantissant la justice sociale. Les titulaires de droits ne vont pas reculer.

Appelle toutes les organisations nationales et internationales, les activistes sociaux et politiques, à prendre leur responsabilité. Le paradis de « la transition démocratique » cache des poursuites, des violences policières et judiciaires que subissent (ceux qui portent) les revendications sociales légitimes.

Salue les gardiens de la justice et de la dignité, des avocats volontaires dans tous les procès du mouvement social."

Solidarité Internationale contre la répression et la corruption en Tunisie ! Justice sociale !
Un coup porté contre l'un-e d'entre nous est un coup porté contre nous tous-tes !

Lire le communiqué sur le site internet du Secrétariat International

Le Groupe Afrique
du Secrétariat International de la CNT-F


Pour contacter la CNT 13 :
CNT STICS 13 c/o Mille Bâbord, 61 rue Consolat, 13001
Mail : stics.13 chez cnt-f.org - Tel : 07 68 48 57 08 Site : ICI
PERMANENCES [OUVERTES À TOU-TES] Chaque 1er mardi du mois 17H30 à 19H Prochaine permanence : mardi 7 mars 2017

Réfugié, une odyssée africaine

Infos Mille babords - 13. février 2017 - 20:30

Lors de ces conférences, Emmanuel Mbolela va présenter son livre qui relate l'histoire de sa fuite de la République démocratique du Congo et celle de son odyssée à travers l'Afrique de l'ouest jusqu'à son arrivée au Maroc où il reste bloqué durant quatre ans, subissant les atrocités qui sont malheureusement le lot commun de beaucoup de migrants.

Mais il va surtout aussi nous parler de la résistance des migrants subsahariens qui se met en place petit à petit, à travers l'auto-organisation et l'entraide, des manifestations et des occupations de places pour sensibiliser opinion publique et acteurs politiques ainsi que l'ouverture d'une maison de refuge pour les femmes migrantes à Rabat. Aujourd'hui cette maison de refuge avec deux appartements permet à une vingtaine de femmes avec leurs enfants d'y trouver un refuge temporaire. Mais les besoins sont énormes et Emmanuel Mbolela cherche de l'aide pour pouvoir poursuivre ces activités.

A la suite de son exposé, un temps sera réservé pour la discussion et il sera possible de se procurer sur place son livre (Emmanuel Mbolela, Réfugié, une odyssée africaine, éditions Libertalia, 264 pages).

Limans :

Lundi 13 février, soirée publique, salle de Grange Neuve, coopérative Longo maï, à 20h30

https://04.demosphere.eu/rv/1659

Entrée libre

Analyse du concept d'égalité

Infos Mille babords - 13. février 2017 - 19:00

L'égalité entre les femmes et les hommes : une revendication portée par tous les partis politiques engagés dans la campagne présidentielle française… Nous analyserons combien le concept d'égalité peut être perçu très différemment et conduire à des programmes d'actions diamétralement opposés.

universite-populaire-aix chez orange.fr
www.universitepopulairedupaysdaix.com

Colonialisme et nettoyage ethniquePalestine / Syrie

Infos Mille babords - 13. février 2017 - 18:30

soirée organisée par Transit et BDS France Marseille
avec le soutien de Palestine13 et de l'Union Juive Française pour la Paix

18 h 30 : présentation des associations et du teaser du prochain documentaire sur la Clef (et les villages détruits en 48)
19 h - 20h30 Conférence Eleonore et Eitan Bronstei

Eleonore et Eitan Bronstein, viennent de publier une carte intitulée Colonialisme en destru(a)ction qui recense l'intégralité des localités palestiniennes, syriennes et juives détruites depuis les premières vagues de migration sioniste (fin du 19e siècle) jusqu'à aujourd'hui et même dans le futur puisque vous pourrez également y trouver les localités palestiniennes menacées de destruction. Le découpage par strates historiques (destructions pré-1948, pendant la Nakba elle-même et post-48), répercuté visuellement par l'utilisation de trois couleurs de police sur la légende et sur la carte, montre le continuum historique de la persistance du projet colonial et le futur qu'il nous dessine s'il n'y a pas de mobilisation internationale substantielle pour exiger l'arrêt de la colonisation israélienne.

« Près de 750 000 Palestinien(ne)s et quelques 130 000 Syrien(ne)s ont déjà été déplacé(e)s, il était temps qu'une carte expose leurs pertes et leur expulsion. En solidarité avec celles et ceux qui ont tout perdu, nous espérons que cette carte sera un outil éducatif mais également un outil politique pour empêcher que chiffre n'augmente encore. »

lire la suite sur le site de PALESTINE13/
http://www.assopalestine13.org/spip.php?page=evenement&id_article=1222

La salle étant petite, merci de nous confirmer votre présence par mail à bdsfrance.marseille chez yahoo.fr

http://transit-librairie.org/event/presentation-de-la-carte-colonialisme-en-destruaction/

La Saint-Valentin

Infos Mille babords - 12. février 2017 - 15:00

À partir de 15 heures : après-midi Tout-est-Gratuit pour les minots
Atelier maquillage - Goûter - Exposition photos

16 h Marien Guillé : Aventures voyageuses à travers les contes d'iici et d'ailleurs
17 h Jean Sicard à l'orgue de barbarie : venez chanter
18 h Gualgui Music, le duo d'enfer des rythmes du Sénégal

Infos ludiques sur les pratiques discriminatoires à l'encontre des couples franco-étrangers
Buffet des Amoureux
Projection d'extraits du film des Amoureux au Ban Public

Affiche

Parce qu'on ne demande pas les papiers de la personne dont on tombe amoureux...
Créé en 2007, notre collectif des Amoureux au Ban de Marseille, à l'origine constitué de couples franco-étrangers, informe, accompagne et défend les droits de ces couples face aux brimades et obstacles des administrations comme les mairies et les préfectures.

La force de notre collectif réside dans l'implication des "amoureux", qui animent, font vivre notre action, soutiennent et conseillent les couples à leur tour. Nous organisons également des événements festifs à des fins de sensibilisation.

Permanences Amoureux au Ban Public
Tous les mardis de 17 à 19 heures,
locaux de la Cimade, 8bis rue Jean-Marc Cathala, 13002 Marseille

Actuellement présents dans 6 départements en France, vous pouvez nous retrouver sur : www.amoureuxauban.net

Des hommes entre les mursComment la prison façonne la vie des Palestiniens

Infos Mille babords - 11. février 2017 - 17:00

Depuis plusieurs années, le village palestinien de Nabi Saleh, au nord de Ramallah, lutte contre l'occupation des terres par la colonie israélienne voisine – et fait face à une politique d'arrestations massives et constantes. Chaque famille ou presque a une « histoire de prison ».
Des mois durant, Assia Zaino a partagé la vie et le combat des habitants du village, manifestant avec eux chaque semaine sous les yeux et parfois les tirs de l'armée israélienne. Anciens prisonniers et familles de détenus lui ont raconté la place centrale qu'occupe la prison dans leurs vies, à quel point elle imprègne et organise le quotidien des Palestiniens. Mais à travers ces témoignages percent aussi les tentatives individuelles de subvertir l'expérience de la détention et de redonner du sens aux sacrifices et aux traumatismes vécus.

Assia Zaino, Des hommes entre les murs. Comment la prison façonne la vie des Palestiniens (Agone, novembre 2016).

https://www.facebook.com/events/292300491172755/

Manifestation pour la libération d'Ocalan et de toutes et tous les prisonniers politiques en Turquie

Infos Mille babords - 11. février 2017 - 14:00

En parallèle de la longue Marche qui rejoint Strasbourg pour une manifestation européenne.

À Marseille, la communauté kurde, partie jeudi 9 février, marche depuis Martigues jusqu'à Marseille.
Soyons nombreuses et nombreux à les accueillir et à témoigner notre solidarité avec la lutte et les mouvements révolutionnaires kurdes.

Faux livret, vrai fichier : retrait total du Livret scolaire numérique

Infos Mille babords - 11. février 2017 - 12:25

Le « Livret scolaire unique numérique » (LSUN) se généralise depuis la rentrée 2016 dans toutes les écoles et les collèges, publics comme privés, sans que les élèves et les parents d'élèves concernés aient été pleinement informés de ce dispositif, comme l'impose la loi informatique et libertés.

Pensé pour devenir obligatoire du CP à la 3ème depuis la rentrée 2016, ce nouveau fichier enregistrera chaque année des données à caractère personnel concernant plus de 10 millions d'élèves, du primaire au secondaire, et ses finalités comme son contenu vont bien plus loin qu'un simple « livret scolaire ».

Pour ceux qui ont entendu parler du fichier Base élèves, qui défraye la chronique depuis dix ans dans les écoles, la plupart des champs jugés « liberticides » retirés par le ministre de l'Éducation nationale en 2008, se retrouvent aujourd'hui dans ce livret informatisé : compétences, résultats scolaires, comportement, assiduité — ainsi que des éléments d'ordre médical, relatifs à l'origine des élèves ou sur le handicap.

La communication du ministère de l'Éducation est trompeuse : il est question d'une durée de conservation de 4 ans, soit la durée d'un cycle plus une année. Mais les « bilans de fin de cycle » seront conservés jusqu'au lycée : celui de fin de CE2, et les suivants, seront communiqués de classe en classe jusqu'en seconde, soit beaucoup plus longtemps ! Où est donc passé le « droit à l'oubli » ?

Au-delà du collège, ce livret scolaire numérique alimentera d'autres fichiers de suivi individuel : Passeport d'orientation, de formation et de compétences inclus dans le Compte personnel de formation créé en 2014, lui-même bientôt intégré au Compte personnel d'activité créé par la « loi travail » de 2016. Le LSUN servira aussi à attribuer le Diplôme national du brevet et pour trier les élèves dans leurs choix d'orientation via les procédures automatisées Affelnet (6ème, post 3ème et 1ère) et Admission post Bac (APB) dans le supérieur — sur la base d'un livret numérique en cours de généralisation tout aussi opaque, le « Livret scolaire du lycée » (LSL).

En 2009 et 2016, le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies a recommandé à la France, en vain, de ne saisir dans les bases de données scolaires que des renseignements personnels anonymes et d'informer les parents de leur droit d'opposition.

Enfin, au gré de lois successives, les données enregistrées dans ce livret sont accessibles aux administrations (maires, police, justice, préfectures) au nom du « secret professionnel partagé ». C'est inscrit notamment dans le « droit de communication » instauré par la loi du 7 mars 2016 relative aux droits des étrangers en France. Ce n'est pas de surveillance que les enfants ont besoin, mais d'encadrement, de protection et de bienveillance. Les parents d'enfants étrangers en situation irrégulière ne doivent pas avoir peur d'envoyer leur(s) enfant(s) à l'école : l'éducation est un droit quelles que soient la nationalité et la situation administrative d'un enfant.

Que ce soit à l'école, au collège, au lycée ou en centre d'apprentissage, refusons tous ensemble ce livret scolaire numérique qui porte gravement atteinte au rapport de confiance instauré entre chaque famille et les équipes éducatives.

Collectif de résistance aux fichiers scolaires (CNRBE)

Signer la pétition

Des hommes entre les murs

Infos Mille babords - 10. février 2017 - 19:00

« Que veux-tu que je te dise ? J'ai commencé à visiter les prisons en 1967, quand mon mari était détenu, et là, je suis encore dans la même situation.
Il y a eu une période où tous mes fils étaient en prison, tous. Et moi, j'allais les voir dans trois prisons différentes : dans la même journée je faisais le tour de toute la Palestine pour les voir. Parfois je ne savais pas où ils étaient, ils avaient été transférés sans que je le sache. Un jour, je les ai cherchés dans toutes les prisons de Palestine sans les trouver.
Avec la pluie et le soleil, moi je montais dans le bus et j'allais les voir, Mohammad dans la prison de al Khalil, puis Abu Ali, et enfin Sa'id à Adarim. C'était ça ma vie. Des allers et retours continus d'une prison à l'autre, d'un procès à l'autre. Et la nuit, j'étais seule avec moi-même. »

Depuis plusieurs années, le village palestinien de Nabi Saleh, au nord de Ramallah, lutte contre l'occupation des terres par la colonie israélienne voisine – et fait face à une politique d'arrestations massives et constantes. Chaque famille ou presque a une « histoire de prison ».
Des mois durant, Assia Zaino a partagé la vie et le combat des habitants du village, manifestant avec eux chaque semaine sous les yeux et parfois les tirs de l'armée israélienne. Anciens prisonniers et familles de détenus lui ont raconté la place centrale qu'occupe la prison dans leurs vies, à quel point elle imprègne et organise le quotidien des Palestiniens. Mais à travers ces témoignages percent aussi les tentatives individuelles de subvertir l'expérience de la détention et de redonner du sens aux sacrifices et aux traumatismes vécus.

Lire la suite :
http://transit-librairie.org/event/presentation-du-livre-des-hommes-entre-les-murs/

Islam & Laïcité

Infos Mille babords - 10. février 2017 - 18:30

Au-delà de l'hystérie soigneusement entretenue, de l'amalgame et des contre-vérités, le nécessaire débat s'ouvre….

Henri Huille membre de la Commission Administrative Nationale de la Libre Pensée, introduira la discussion

Vendredi 10 février à 18 H 30
au Centre Elsa Triolet (rue Charles Nédelec) à Port de Bouc

L'ouvrage tiré du Colloque National »Islam et laïcité » organisé en 2016 par la Libre pensée vous sera présenté.

La soirée se terminera par un pot fraternel.

L'entrée est libre et gratuite.

La situation à Gaza

Infos Mille babords - 10. février 2017 - 18:00

Sarah Katz et Pierre Stambul ont pu séjourner à Gaza du 23 mai au 9 juin 2016 dans le cadre de la deuxième mission « Éducation et partage solidaire ». Leur tâche essentielle a été de recueillir un maximum d'informations et de témoignages dans tous les domaines : la vie quotidienne, les associations, les partis politiques, la religion, les agriculteurs, les pêcheurs, la société civile, la jeunesse, les Bédouins, le système éducatif...
Sarah et Pierre ont également recensé les besoins les plus urgents en matière de collaboration ou de solidarité. Discutons-en.

Entrée libre et gratuite

Infos et contact : lelocal chez volutes.lautre.net

L'affiche

Louise Michelsa vie, ses combats, son actualité

Infos Mille babords - 10. février 2017 - 18:00

Ce qui caractérise les multiples facettes de Louise MICHEL, c'est son indéfectible attachement au combat pour l'émancipation humaine.
Pendant toute sa vie, que ce soit comme institutrice, poète, collaboratrice de journaux d'opposition comme le cri du Peuple, elle participe activement à la lutte contre toutes les formes d'oppression.
Durant la Commune de Paris, elle aura une activité incessante sur tous les terrains et participera y compris aux combats jusqu'à la Semaine sanglante.
Pendant sa déportation en Nouvelle-Calédonie et après son retour en France jusqu'à son décès en 1905 à Marseille, elle mènera son action avec la même intransigeance et la même rectitude morale.
Aussi seuls ceux pour qui le combat pour l'émancipation est obsolète, peuvent voir en Louise Michel une figure d'un passé révolu.

Nous vous invitons à venir en discuter lors de la conférence-débat du

VENDREDI 10 FÉVRIER 2017
de 18h à 20 heures

Plan d'accès

Solidarité avec les délinquants solidaires et contre les expulsions

Infos Mille babords - 10. février 2017 - 17:00

Rassemblement en solidarité avec les délinquants solidaires et contre les expulsions

https://05.demosphere.eu/files/import-images/resized-3350f22a26d6174f75d265c90619644d.png

Rassemblement/Manif du Palais de Justice à la place de la République

Vendredi 10 février 2017 à partir de 17h

La solidarité, plus que jamais un délit ?

Bien sûr, la solidarité n'a jamais été inscrite dans aucun code comme un délit.

Cependant, des militants associatifs qui ne font que venir en aide à des personnes en situation de très grande précarité, victimes de décisions dangereuses, violentes, voire inhumaines, se retrouvent aujourd'hui face à la justice.

Avec l'instauration de l'état d'urgence, et dans le contexte baptisé « crise migratoire », on assiste à une recrudescence de poursuites visant à empêcher l'expression de la solidarité envers migrants, réfugiés, Roms, sans-papiers... Au-delà, c'est le soutien à l'ensemble des personnes étrangères qui tend à devenir suspect, l'expression de la contestation des politiques menées qui est assimilée à de la rébellion et au trouble à l'ordre public.

La loi permet en effet de poursuivre les personnes qui viennent en aide aux « sans-papiers », mais toutes sortes d'autres chefs d'accusation servent désormais à entraver toute action citoyenne qui s'oppose aux politiques mises en œuvre. L'ensemble de ces intimidations, poursuites, condamnations parfois, visent donc bien en fait ce qui constitue de nouvelles formes du « délit de solidarité ». […]

Des personnes ayant manifesté leur solidarité avec des étrangers sans titre de séjour continuent d'être inquiétées - convocations à la police ou à la gendarmerie, gardes à vue, perquisitions, écoutes téléphoniques - voire poursuivies et parfois punies d'amende et emprisonnement. Dans le même temps, des poursuites ont commencé d'être menées sur la base de textes sans rapport avec l'immigration : les délits d'outrage, d'injure et de diffamation, de rébellion ou violences à agent de la force publique, le délit d'« entrave à la circulation d'un aéronef »...

De plus en plus, le simple fait d'avoir voulu être témoin d'opérations de police, d'expulsions de bidonvilles, de rafles, peut conduire à une arrestation, sous couvert de rébellion ou de violences à agent.

Ces procédés d'intimidation doivent cesser. Nous affirmons la légitimité du droit de regard des citoyens et des citoyennes sur les pratiques de l'administration, de la justice ou de la police. Nous voulons que soient encouragé·e·s celles et ceux qui se montrent solidaires des personnes en situation de précarité sans se soucier de savoir si elles sont ou non en situation régulière quant au séjour. Nous refusons que les populations visées par des politiques ou des pratiques xénophobes soient privées de soutien. C'est l'avenir du principe même de solidarité qui est en jeu.

Premiers signataires : ACAT Gap, CCFD-Terre solidaires, Cercle de silence Gap, CIMADE05, CODEX05 , E'LM05, Entraide protestante Gap, , FCPE05 , FSU05, RESF05, SUD Education05, Solidaires05,

https://05.demosphere.eu/rv/1065

Ouverture des portes de la FrrRrip' !

Infos Mille babords - 10. février 2017 - 15:00

Ce vendredi 10/02
s'ouvriront les portes de la FrrRrip' !

De 15h à 18h
Avec Thé, café, douceurs à manger !
Une montagne de fringues à chiner,
Des coupes de cheveux à oser,

Le tout de cette histoire
se passe à lUzUre
au 25 Boulevard National (1er)

et s'initie en soutien à un
collectif de solidarité avec les migrantEs !

Bienvenido !

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE