Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Le grand marché transatlantique Union Européenne - États-Unis : victoire des multinationales, défaite des peuples

Infos Mille babords - il y a 0 s

Politologue, militant écosocialiste et internationaliste, membre du Conseil scientifique d'Attac, auteur de plusieurs ouvrages sur l'Europe et un des animateurs nationaux de la campagne contre le TCE en 2005. Il a publié en mars de cette année Le grand marché transatlantique. La menace sur les peuples d'Europe (Cap Bear Editions).

Lire la présentation :

Le grand marché transatlantique Union Européenne - États-Unis :
victoire des multinationales, défaite des peuples.

Depuis une trentaine d'années, des accords, négociés par les gouvernements successifs, tant au niveau européen qu'au niveau mondial, ont entrepris de remettre en cause un modèle de société hérité de l'esprit des Lumières et des conquêtes démocratiques qui vont de 1789 à la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948 ; ce modèle, certes inachevé, tend vers la réalisation de l'accès pour tous à la santé, à l'éducation, à la culture, au logement, à l'eau, à l'énergie, aux transports, au travail. Or, les traités européens, les accords de l'OMC, les choix du FMI ont tous eu pour finalité de subordonner les droits fondamentaux des peuples au commerce, à l'économie et à la finance. La concurrence de tous contre tous, érigée en norme de vie en commun, est l'œuvre de tous les décideurs politiques au pouvoir de- puis plus de trente ans.

Une ultime étape dans la destruction finale de ce modèle de société est sur le point d'être franchie. Avec le soutien de tous les gouvernements de l'Union européenne, une grande négociation est menée depuis la 8 juillet par la Commission européenne avec les Etats-Unis

Le mandat de négociation, soutenu par le gouvernement français, est clair : il s'agit de confier la définition des règles au secteur privé en lui donnant la capacité de remettre en cause nos législations et réglementations dans tous les domaines où les firmes privées considéreront que ces normes constituent une entrave à leurs profits : normes salariales, sociales, sanitaires, alimentaires, environnementales, …

Comme on l'a fait avec le traité constitutionnel européen, chacun doit s'emparer du texte du mandat de négociation et se mobiliser pour exiger le retrait de la France d'un tel projet.

Découvrez des alternatives concrètes en pays d'Aix. Changer de système est possible, ici et maintenant !

Infos Mille babords - il y a 0 s

Notre système capitaliste avance encore et toujours inexorablement, broyant sur son passage travailleurs et environnement, réduisant encore le champ de la démocratie.

On a tendance à penser qu'il n'y a que deux alternatives pour organiser l'économie : le marché capitaliste ou l'État.

Il y a une troisième voie bien réelle : une organisation sociale fondée sur la culture du partage, l'imagination, la construction d'un "commun".

Allant à l'encontre du système dominant, ces initiatives de résistance existent.
Même en bas de chez vous.
Elles émergent de citoyen-nes et changent les rapports à la nature et celui des êtres humains entre eux.
Elles développent solidarité, partage et alter-consommation par la rencontre, l'ouverture et la démocratie. Qu'elles aient un modèle économique ou non, ces initiatives de proximité sont réelles, durables et ouvertes à tous.

Changer le système, c'est possible !
Mais pas sans vous !

Attac pays d'Aix propose une rencontre et un buffet convivial avec :
le “3C” Café Culturel et Citoyen, Pays en ville (Epicerie du Coing), la ressourcerie “Huile de coude”, Pays d'Aix en transition et La gratuité n'a pas de prix (Enfin livres !)

Le « 3 C », café culturel et citoyen, 23 Boulevard Carnot 13100 Aix-en-Provence
http://www.cafeculturelcitoyen.org

06 83 41 89 51 / aix chez attac.org
Site Attac pays d'Aix : http://www.local.attac.org/13/aix/
Attac pays d'Aix sur facebook : https://fr-fr.facebook.com/attac.paysdaix

Croiser le fer avec la direction de France Inter

Infos Mille babords - il y a 0 s

La bataille des idées est prioritaire et les idées sont diffusées par les grands médias. Sachant cela depuis très longtemps, l'oligarchie est propriétaire de la majorité des médias de masse. Il est donc indispensable que les derniers médias de service public, qui sont la propriété des citoyens, doivent remplir pleinement leur mission comme définie par le programme du Conseil National de la Résistance. Nous devons reconquérir les médias qui sont entre les mains des serviteurs des dominants, plus soucieux du déroulement de leur carrière que du bien public.
Au cours de ce Repaire nous ferons le point des actions qui sont menées nationalement pour la reconquête citoyenne de France Inter.

Rythmes scolaires... Quelle école à Marseille ?

Infos Mille babords - il y a 0 s

Organisée par MPE13, DZ, FSU, SNUipp-FSU, SDU-FSU, CGT Educ'action, CGT Territoriaux, SUD Education, SE-UNSA, UNSA Territoriaux, SEP-UNSA, SGEN-CFDT, CFDT Interco.
Interventions de parents d'élèves, d'enseignants, de personnels municipaux des écoles et d'animation. Entrée libre.

Décrocheurs scolaires

Infos Mille babords - il y a 0 s

Depuis plus de trente ans, l'échec scolaire est une préoccupation pour l'Education nationale, les Régions, les associations d'éducation populaire. Le nombre de jeunes restés sans diplôme à 16 ans n'est jamais descendu en-dessous de 100000 et serait actuellement de 150000. Pourquoi l'Ecole, quand elle perçoit le risque de décrochage, ne parvient-elle pas à l'enrayer ? L'accès à l'apprentissage ou à des formations en lycée professionnel permet-il le raccrochage ? Qui sont ces jeunes, que veulent-ils ? Quelles initiatives, globales ou individuelles sont-elles mises en œuvre ? Quels succès, quelles résistances, quels échecs, quels espoirs pour qu'aucun jeune ne reste sur le bord du chemin de la réussite humaine et professionnelle ?

Lire la présentation :

Solidarité avec Patricia, salariée du Théâtre du Merlan licenciée

Infos Mille babords - il y a 0 s

Au Merlan scène nationale, nos collègues et camarades Zora et Patricia ont été respectivement licenciée et blâmée pour "insubordination" et "déloyauté" pendant les congés d'été. Ces sanctions s'inscrivent dans une longue séquence de conflits entre la direction du théâtre et les salarié-e-s.

Après 3 mois de mobilisations, un premier dossier, celui de Patricia, déléguée SYNPAC-CGT, arrive aux prudhommes. JEUDI 2 OCTOBRE à 14H se tient une première audience. Il faut que ce soit une première victoire !

Nous devons être nombreuses et nombreux pour montrer notre détermination à défendre nos valeurs : autant sur le respect du droit du travail que sur la défense d'une culture de qualité et populaire, bien commun en lien avec les populations de notre territoire.

Un rassemblement est prévu le 2 Octobre à 14 H devant le conseil de Prud'hommes de Marseille pour accompagner Patricia.

Nous comptons sur vous.

Signer la pétition :
>https://www.change.org/p/au-c-a-et-aux-tutelles-du-th%C3%A9%C3%A2tre-du-merlan-sc%C3%A8ne-nationale-%C3%A0-marseille-pour-la-culture-contre-la-r%C3%A9pression#share]
ou ici :
http://goo.gl/ZusZG9

Appel signé de la section locale du SYNPTAC-CGT au Merlan scène nationale, SYNPTAC-CGT PACA, UL La Rose

L'école républicaine, le Diable n'est pas que dans les détails

Infos Mille babords - 1. octobre 2014 - 19:38

Dur dur d'être devant "des enfants qui n'ont pas envie d'être là", disent les enseignants... A qui le disent-ils !
Au delà des sacro-saints actuels décrocheurs scolaires qui se sentent, eux, "décrochés" (voir émission de juin Envie d'école, ennui d'école"), pourquoi, tôt, très tôt, si tôt, des enfants, de 6, 7 ans, se sentent mal dans la classe, pas "adaptés", ont ce "chagrin d'école" qui les hante, qui hante leurs parents, qui culpabilise les enseignants, et beaucoup de ces enseignants cherchent, ailleurs, loin de l'école, les responsabilités de ces chagrins. Mais bonnes, mauvaises notes, devoirs, classements, effectifs, place dans la classe, masses d'élèves, pédagogies à l'oeuvre, mots dits, assénés, tout cela joue, bien sûr... et pèse. Et l'engrenage de la mésestime de soi va bon train...

Marilaure Mahé, psychopédagogue et pas que ! accompagne ces enfants, leurs parents aussi dans la ré-estime d'eux mêmes, dans une nouvelle confiance et un Plaisir d'apprendre enfin. Des outils, un regard, une écoute, un lien... Une exigence d'un autre accompagnement. Comédienne, éducatrice, formatrice et psychopédagogue, Marilaure Garcia Mahé est passionnée par les questions d'apprentissage et a donc créé l'association « Plaisir d'apprendre » à Marseille. Du théâtre à la programmation neuro linguistique en passant par la sophrologie, elle explore les moyens de réactiver les fonctions cognitives des enfants et adolescents.

Avec Amir, enfant de dix ans qui travaille dur sa réintégration scolaire, avec sa maman, Nadia et avec MariLaure
Avec Lilas, petite comédienne en herbe, qui nous lit "Les mauvaises notes d'Emmy", pièce de Marilaure sur la souffrance dans un système scolaire compétitif
Avec MariLaure, et son association Plaisirs d'apprendre à Marseille
Et Erwan ( au micro défaillant), Benoit et Annie-Claude

EN ECOUTE sur RADIO GALERE
http://www.radiogalere.org/node/6199

ou
https://soundcloud.com/annieclaudejeandot/lecole-republicaine-les-mauvaises-notes-au-bucher-les-chagrins-decole-itou?utm_source=soundcloud&utm_campaign=share&utm_medium=email

Les mauvaises notes d'Emmy Par Marilaure Garcia Mahé
Pièce de théâtre, édité par Edilivre, sur la souffrance scolaire vécue par les enfants, les parents, les enseignants, bientôt au théâtre du Tétard à Marseille, avec Lilas dans le rôle d'Emmy.

« Verdades verdaderas. La vida de Estela », film de Nicolás Gil Lavedra

Infos Mille babords - 1. octobre 2014 - 19:30

Dans le cadre du cycle mensuel ALcine

Projection, débat, apéro et buffet sud-américain
Ouverture des portes à 19h30
Projection à 20h

« Verdades verdaderas. La vida de Estela » VOSTF (Les vérités vraies. La vie d'Estela • Argentine • 2011 • 100' • Nicolás Gil Lavedra• Fiction) Verdades Verdaderas raconte la vie d'Estela de Carlotto, présidente de l'association des Grands-mères de la place de Mai depuis la disparition de sa fille jusqu'à aujourd'hui. Sa lutte permanente met en avant son histoire, reflet de milliers de familles qui luttent depuis 30 ans pour connaitre l'identité des disparus.

C'est la recherche d'une épouse, d'une mère, d'une grand-mère, la lutte pour des idéaux de justice, pour la réconciliation, pour les retrouvailles.


En raison de l'actualité, nous projetons une nouvelle fois ce film. En effet, le 5 aout 2014, Estela Carlotto a retrouvé son petit-fils après des années de lutte. La présentation du film et le débat vous permettront de tout connaître de cet évènement qui a fait le tour du monde et donné de l'espoir à de nombreuses familles.

Le film a obtenu le Prix du Public lors de nos 16es Rencontres du cinéma sud-américain.

Le film sera suivi d'un débat et d'un buffet sud-américain

Entrée : 3€ euros + 2€ d'adhésion annuelle au cycle ALcine.

ALcine est un cycle de projection mensuel dédié au cinéma sud-américain. RDV une fois par mois à l'AKDmia del tango
3A rue des Héros, 13001 Marseille (métro / tramway Réformés)

L'actualité de la révolution de 1848 (2)

Infos Mille babords - 1. octobre 2014 - 19:00

Ouvert à tous et gratuit, sans inscription (mais il est recommandé de suivre tout le cycle). Conformément à l'esprit de l'Université populaire, chaque séance comporte un exposé d'un peu plus d'une heure, le reste étant consacré à la discussion, à l'échange d'idées ou aux extensions souhaitées par le public.

Présentation

La Révolution de 1848, que certains historiens n'hésitent pas à qualifier de "révolution oubliée", n'a pas une place de choix dans notre historiographie. Elle est dépourvue de l'auréole glorieuse de la Révolution de 1830 ("les Trois Glorieuses") dont la liberté guidant le peuple de Delacroix est devenu l'emblème. Révolution oubliée ? peut-être parce que recouverte par l'avènement de la République, sans doute parce qu'écrite par les vainqueurs.

Interroger la Révolution de 1848, c'est essayer de redonner la parole aux vaincus, en questionnant le processus révolutionnaire par lequel la "classe la plus nombreuse et la plus pauvre" (selon l'expression de Saint-Simon, en 1822) est entrée dans l'histoire comme sujet politique.

Lire la suite :
http://www.millebabords.org/spip.php?article26638

Rassemblement charivari

Infos Mille babords - 1. octobre 2014 - 10:00

Pour dénoncer une convention UNEDIC inacceptable et inapplicable en l'état, dans la droite ligne des plans d'austérité dictés par le MEDEF, et qui est sensé réaliser 2,5 milliards d'économies sur les droits des chômeurs, alors que 25 millions des cotisations sociales patronales restent dues.

Pour dénoncer les dysfonctionnements du fait de la désintégration et de la déshumanisation de toutes les caisses sociales (CAF, Pôle emploi, Caisses de retraite, Sécurité sociale…)

La lutte continue !

Munissez vous d'accessoires sonores divers et variés
(n'oubliez pas vos bouchons d'oreilles) et soyons visibles !

CGT spectacle, Comité CGT chômeurs et précaires, CIP Marseille

CGT spectacle • spectaclecgtpac(at)free.fr

Recours collectif au Conseil d'État contre la CONVENTION UNEDIC 2014

Infos Mille babords - 30. septembre 2014 - 21:39

Dans la rue, sur les toits, autour de la table, devant les tribunaux de proximité, au Conseil d'État...
Partout à la fois, nous combattons les destructeurs de nos droits !

Ce 1er octobre, la deuxième partie de la convention d'assurance chômage du 14 mai 2014 entre en vigueur. Nous clamons depuis plusieurs mois, bien en amont de son agrément par le gouvernement, que le projet qu'elle porte va à l'encontre du DROIT et est une calamité pour les chômeurs et les salariés.

C'est parti ! La machine à broyer est en route : les droits rechargeables, l'activité réduite, l'activité conservée, les règles relatives aux nouveaux « trop perçus », la suppression de la demande expresse d'une ouverture de droits et la nouvelle réglementation sur les démissions, sont désormais applicables.

Voilà le sort réservé à 4 chômeurs indemnisés sur 10, sachant que les 6 autres ne le sont pas :
la réduction des droits
l'incitation à reprendre un emploi quel qu'il soit
les différés qui n'en finissent pas
le détournement des indemnités accordées par le tribunal des Prud'hommes pour réparer un licenciement abusif
les nouveaux « trop perçus » induits par cette convention 2014

Et ceci quelle que soit la date d'ouverture des droits.

Les droits rechargeables sont de véritables GADGETS, brandis par le gouvernement et les partenaires dits sociaux : l'UNEDIC, le MEDEF, l'UPA, la CGPME, la CFTC, FO et la CFDT. En effet, cette mesure, à l'intérêt plus qu'incertain pour les chômeurs s'avère à coup sûr pénalisante pour les personnes dont les droits ont été calculés sur une fin de contrat avec des revenus très faibles : temps partiel, contrats aidés….

Les chiffres communiqués par l'UNEDIC sur l'impact de cette convention parlent d'eux même. Les plus grosses économies prévues pour 2015 sont :
sur l'activité réduite/reprise (cumul d'une indemnisation avec un emploi, 86% des embauches sont aujourd'hui des CDD) : moins 230 Millions d'euros
sur le différé spécifique d'indemnisation : moins 270 Millions d'euros
sur les séniors + de 65 ans, contributions : moins 130 Millions d'euros

C'est donc au détriment des plus précaires, qu'ils soient chômeurs ou salariés à temps réduit, que l'UNEDIC prétend résorber sa dette.

Nous nous battons pour de nouveaux droits. Nous agissons partout pour inciter les institutions à remplir leurs missions et à respecter les droits des usagers par nos actions collectives, en tenant des permanences, des forums, en intervenant auprès du Défenseur des Droits, devant les tribunaux...

Aujourd'hui, nous, Recours Radiation, AIP/Coordination des Intermittents et Précaires, LCLM Le Collectif Les Matermittentes, SUD Culture, allons devant le Conseil d'État pour faire annuler l'agrément du gouvernement de cette Convention UNEDIC, demain nous irons devant la cour de Justice Européenne s'il le faut... car nous ne lâcherons pas !

Pour finir un petit jeu "qui a dit ?" :
1) "Dans un contexte de chômage élevé et de croissance faible, il convient de soutenir la consommation intérieure et par là même le pouvoir d'achat des allocataires de l'assurance chômage"
2) "Pour des raisons de stratégie économique... le moment est mal venu pour diminuer les droits des demandeurs d'emploi. En effet, il faut les sécuriser dans leur indemnisation et sécuriser leur accompagnement..."
3) "Il n'est pas envisageable de jouer sur l'indemnisation des demandeurs d'emploi comme variable d'ajustement..."
Réponses : 1) FO, 2) CFDT, 3) CFTC lors du Conseil d'Administration de l'UNEDIC du 7 janvier 2014 - Fallait pas y aller !

Recours Radiation/06.20.32.30.60/recours-radiation.fr
Coordination des Intermittents et Précaires/06.72.03.60.11/cip-idf.org
Le Collectif Les Matermittentes/06.09.05.20.97/matermittentes.com
SUD Culture Solidaires/06.74.29.63.99/sud-culture.org

Quinzaine thématique Inclus nous, exclus toi : l'exclusion ou la mauvaise conscience sociale

Infos Mille babords - 30. septembre 2014 - 19:30

Présentation programme de la quinzaine

Exclu E s, le sommes nous vraiment, les "exclus" le sont ils ces, (dé)placés, handicapés, drogués, délogés ? Ce sont des étudiantes en travail social qui sont venues nous le dire un soir alors que le collectif se réunissait et ça tombait bien, dans notre grand navire du 54 Cours Ju, on avait vraiment envie d'en parler !!!

De montrer, un aperçu, à notre sauce « équitablienne », ce qui se trame derrière des dispositifs, des volontés citoyennes émanant de travailleurs sociaux ou pas, de voir aussi comment on peut bien modestement et en faisant preuve de beaucoup d'imagination contrer la litanie des chiffres, qu'on vous épargnera, par des actions quotidiennes et concrètes dans notre ville et aussi un peu plus loin.

La suite et le programme complet (et en pj) sur : http://equitablecafe.org/

mardi 30 septembre : 19h30
Projection-discussion
« L'ordre », film de Jean Daniel Pollet
Avec : Julien Bourgeois de l'association Esp Errange (La bagagerie Marseille) ,
Nicolas Celeguegne, formateur en travail social, animateur radio, auteur.
Roland Magnaudet : coordinateur de Voisins Citoyens en Méditerranée.
Animation : Catherine Binon, ergonome

mercredi 1er octobre : 15h30 à 17h30
Atelier rencontre et découverte
Après midi découverte et sensibilisation aux différents handicaps avec les associations marseillaises et les membres du collectif travail social de l'Equitable Café La Luciole, Dascla,

jeudi 2 octobre : 19h30
Les habitants voyageurs. Chroniques de la folie en mouvement.
Arpentage du livre de Célia Carpaye
Animé par l'An 02
HORS LES MURS à Transit Librairie 45 boulevard de la Libération

vendredi 3 octobre : 19h30
Les habitants voyageurs : chroniques de la folie en mouvement #2
Soirée autour du livre de Célia Carpaye, éducatrice spécialisée et blogueuse ici Avec un, bénéficiaire du dispositif et Carole Coquantif « Colette » du livre, infirmière au « Chez soi » Animé par Cyril Meunier

samedi 4 octobre : 14h00
Portage de paroles
Question posée aux passants, venez lire et/ou apporter vos réponses !!
Animation : Association Pulse
HORS LES MURS Cours Joseph Thierry 13001 Marseille dès 14h.

mardi 7 octobre : 19h30
d'autres manières de vivre l'économie, l'humain !
Animation : PILES de Marseille Intervenants. Serge Davin : administrateur de VCM

mercredi 8 octobre : 19h30
représentations sociales : sexualité et personnes handicapées
Avec : Emilie Parent : Association Pulse ; Milena Rafaillac : Planning Familial 13 ; Animation : Fabrice Malaval

vendredi 10 octobre : 19h30
la dignité au travers du travail
Avec : Gepij Olivier Maury ; Joëlle Maccioni ; Cyril Sluki Animation : Julien Darel

Prpgramme exclusion

« L'ordre », film de Jean Daniel Pollet

Infos Mille babords - 30. septembre 2014 - 19:30

Avec : Julien Bourgeois de l'association Esp Errange (La bagagerie Marseille) ,
Nicolas Celeguegne, formateur en travail social, animateur radio, auteur.
Roland Magnaudet : coordinateur de Voisins Citoyens en Méditerranée.
Animation : Catherine Binon, ergonome

L'exclusion peut être un bon moyen de mettre à distance, de qualifier celui ou celle qui ne participerait pas à ce fantastique et illusoire grand ensemble, clos sur lui-même : le monde des inclus. Face à la pauvreté, et ce n'est qu'un exemple, les politiques sociales de contrôle se sont succédées depuis plusieurs décennies fournissant des définitions du mot "exclusion", renouvelées au gré de nouveaux dispositifs, de nouveaux critères.

en savoir plus

Pour Georges Abdallah, contre l'exception française !

Infos Mille babords - 29. septembre 2014 - 23:37

La France est le seul pays au monde à maintenir derrière les barreaux un combattant de la cause libanaise et palestinienne pour des faits qui remontent à l'invasion du Liban en 1982. La France a été le seul pays au monde à interdire des manifestations de solidarité avec les victimes de l'agression de Gaza en juillet et août 2014. Pourquoi cette « exception française » ?

Ces deux faits sont évidemment liés entre eux. Car ils expriment précisément ce qu'est l'impérialisme français aujourd'hui, ici, en métropole comme dans sa politique, là-bas, au Proche-Orient. Pour le comprendre, il faut revenir sur les faits. Georges Ibrahim Abdallah est un prisonnier politique détenu en France depuis 30 ans. Il est enfermé actuellement dans la prison française de Lannemezan dans les Hautes Pyrénées. C'est un communiste révolutionnaire libanais qui n'a jamais renié ses engagements. Suite à l'invasion de son pays en 1982, son organisation, les FARL, va mener des actions armées contre des dirigeants de l'armée sioniste et des services secrets américains présents alors en France. Il est en prison pour « complicité » dans ces actions armées ciblées. C'est le plus vieux prisonnier politique d'Europe. Le pouvoir politique français le maintient en détention en accord et sous l'influence directe de ses alliés américain et israélien.

Aujourd'hui, nul ne peut nier qu'il est un prisonnier politique. Il n'y a plus depuis longtemps de raison judiciaire à son maintien en prison. Le 21 novembre 2012, Georges Abdallah a obtenu un avis favorable du tribunal d'application des peines de Paris pour sa libération, « sous réserve qu'il fasse l'objet d'un arrêté d'expulsion du ministère de l'intérieur » à destination du Liban. L'arrêté n'a jamais été prononcé par Manuel Valls alors ministre de l'intérieur. Pour les autorités françaises, l'acharnement se justifie. En effet, selon les services de renseignements la libération de Georges Ibrahim Abdallah le transformerait en « héros » au Liban et cela s'opposerait aux « intérêts français » dans ce pays. Cette justification officielle est un aveu.
L'emprisonnement de Georges en France est le symbole même de la participation et de la complicité des dirigeants français à l'oppression des peuples du Proche-Orient. Comprenons bien. Georges Abdallah est un otage de l'impérialisme français. Si on veut être exact, c'est un prisonnier de guerre. Une guerre plus ou moins déclarée, qui se mène depuis des décennies, pour que le Proche-Orient reste sous domination occidentale et sous la menace immédiate de l'armée sioniste.

Le refrain sur « l'importation du conflit » et l'internationalisme

Dans cet affrontement, l'argument dérisoire des grandes puissances, qui sèment la terreur sur des peuples entiers, consiste à accuser toute résistance d'être une forme sauvage de « terrorisme ». On connaît bien l'amalgame entre résistance à l'occupation et terrorisme. La solidarité avec la cause de ces peuples étant elle-même taxée d'« antisémitisme » ou de « communautarisme religieux ». Cette accusation vient pourtant des pays qui soutiennent des régimes théocratiques et toutes sortes de démembrement ethniques de la région comme en Irak et en Syrie.

Dans le cas de Georges Abdallah comme dans le cas des manifestations de solidarité, la propagande qui doit couvrir cette « exception française » repose sur le même refrain : il est interdit d'« importer le conflit » du Proche-Orient en France. C'est un argument à sens unique. Si on soutient les opprimés, on importe un conflit. Si c'est l'inverse, on exprime un point de vue citoyen.

Cet argument de l'importation ne fonctionne qu'à la condition d'occulter la nature coloniale du conflit en Palestine et dans le monde arabe. Il faut alors occulter l'implication directe et prolongée de la France impérialiste dans cette affaire. Pourtant, depuis la livraison de la bombe nucléaire en 1956 jusqu'à la déclaration de Hollande le 9 juillet dernier sur le droit d'« Israël » à bombarder Gaza, les dirigeants français arment, financent et soutiennent les agressions contre les peuples du Proche-Orient.

L'argument de l'importation ne fonctionne aussi qu'à la condition de considérer la solidarité internationaliste comme suspecte par nature. Une suspicion qu'on jette d'abord au visage de la jeunesse populaire, considérée comme un « ennemi de l'intérieur », jusqu'à interdire son expression comme pendant la première Intifada en 1987, ou la guerre du Golfe en 1991.

Surtout, cet argument ne fonctionne qu'a condition d'ignorer ce qu'est l'impérialisme actuel qui configure le monde. Car les conflits ne sont pas « importés » par ceux qui s'en indignent. Ils sont au contraire alimentés et parfois créés de toutes pièces par les puissances qui captent l'essentiel des échanges économiques mondiaux. Les profits de quelques uns qui équivalent à la richesse de dizaines de pays se paient par des guerres. Pour maintenir l'ordre international capitaliste il faut que celui-ci déploie des techniques de « maintien de l'ordre », c'est-à-dire des moyens gigantesques de contrôle et de répression. Pour faire la guerre à l'extérieur, il faut pacifier l'intérieur. Le libre marché des inégalités a besoin de son bras armé comme il a besoin de désarmer les mouvements de solidarité. En canalisant les consciences. En affirmant par exemple que ce qui se passe « là-bas » et ce qui passe « ici » n'a rien à voir. On vise ainsi à détruire la conscience politique qui s'élève toujours à chaque fois que s'exprime une solidarité avec un peuple opprimé. Ce fut le cas pour l'Algérie. Ce fut le cas pour le Vietnam. Ce fut le cas pour l'Afrique du Sud. Ceux qui agitent le spectre de « l'importation des conflits » refusent le combat global contre les injustices ici et là-bas. Ce n'est pas notre cas. Mais ne cachons pas que c'est un combat qui reste à généraliser. Georges Abdallah sert de révélateur aux faiblesses du mouvement de solidarité avec les peuples opprimés. Le mouvement de solidarité avec le peuple palestinien en particulier ne doit plus laisser en marge le combat pour sa libération. Il est temps d'« importer » sa demande de libération au sein des mots d'ordre centraux du mouvement de solidarité. Ce sera alors un révélateur de sa force.

Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah PACA-Marseille

UN BUS POUR LANNEMEZAN !

RASSEMBLEMENT POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
DEVANT LA PRISON DE LANNEMEZAN LE 25 OCTOBRE 2014
Contact pour Marseille : par téléphone (0667009251) ou par mél (pc05936 chez gmail.com)
Site du collectif national : liberonsgeorges.over-blog.com

Les crises, les conflits et les guerres dans le monde subordonné du travail : de quoi parle-t-on ? qu'est-ce qui se vit ?

Infos Mille babords - 29. septembre 2014 - 19:00

Dans cette séance introductive nous regarderons ensemble ce que l'on peut qualifier de crises et de conflits (voire de guerres) dans les relations que le droit a voulu subordonnées au travail.
A partir de l'expérience des auditeurs et celle spécifique de Luc Justet, longtemps au centre des conflits individuels et collectifs comme inspecteur du travail mais aussi conciliateur dans les grèves, formateur national et international au sein du Ministère du travail sur la conflictualité, la négociation et les relations sociales, et aujourd'hui formateur en entreprise, pour les syndicats et à l'université sur ses questions, positionnements de conflits, litiges, souffrance, affrontements, soumission, grèves etc.
Une séance pour mieux comprendre le cadre historique, juridique et relationnel dans lequel nous entrerons par la suite.

Droit du travail avec Luc Justet, formateur en droit du Travail et Relations Sociales, ex-inspecteur du travail.

« Une Université Populaire qui ne dérange pas le système, l'arrange… » Michel Tozzi de l'UP de Narbonne.

L'éducation à l'école, au service de qui, de quoi ?

Infos Mille babords - 29. septembre 2014 - 19:00

Ce forum-actif, accueilli par le Théâtre Toursky, Richard Martin et l'Association des Amis de Richard Martin, a pour ambition d'interroger publiquement, et dans un esprit de contradiction constructif, les enjeux que porte encore l'école dans notre société.
Enjeux de construction personnelle, mais aussi sociale, enjeux éducatifs donc, au coeur de la Cité, de son projet.

Quelles pédagogies sont mises en oeuvre pour ce vaste chantier ? Que disent-elles du projet social organisé ? Qu'induisent-elles, qu'empêchent-elles, dans la formation de l'individu qu'est l'enfant, dans la formation du citoyen qui est en germe dans cet enfant, ces enfants ?

Ces pédagogies ne peuvent être mises en place indépendamment des espaces et des temps dans et/ou autour desquels elles s'appliquent. Elles ne sont pas mises en place indépendamment des éducateurs et plus globalement des personnels qui entourent et accompagnent les enfants, individuellement, collectivement. Cet encadrement, quelle est sa fonction ? Que signale-t-il aux enfants ? Que signale-t-il de notre projet éducatif pour les enfants ?
Ces temps, ces rythmes, ces espaces, cet encadrement, que signalent-ils de notre projet éducatif ? Que devraient-ils être, pour "grandir l'élan du cœur, de la main et de l'esprit" de l'enfant ?

Cette soirée est organisée par des citoyens, parents, enseignants, soucieux d'éducation, en lutte notamment ce printemps pour les écoles de la Belle de Mai, saturées, asphyxiées. Les questionnements sur l'école et l'éducation qui y sont portés datent de bien avant la compliquée mais très prévisible rentrée "Rythmes Scolaires à Marseille" qui n'est qu'un révélateur des orientations éducatives et pédagogiques que les écoles de Marseille et de France suivent .

Il est question ici de réfléchir au projet éducatif que porte l'école aujourd'hui, dans ses orientations globales, dans sa contemporanéité, pas dans une contextualisation politique locale, quand bien même tristement polémique et signifiante.

Avec nous, et autour de JM Calvi, C. Leconte, C. Lefort, M. Maximin, Les CEMEA, les FRANCAS, éducateurs et/ou spécialistes de l'éducation et de l'enfant, parents, associations de parents (MPE13), encadrants, chercheurs, éducateurs, médecins, collectifs ou associations citoyens, enseignants et tous ceux soucieux de la question de l'Éducation sont attendus...

Nous vous invitons à débattre de ces pratiques de terrain, de leurs conditions de pratique et de ce qu'elles induisent, en profondeur, dans la construction des petits bouts de gens que nous confions aux écoles.

À lundi 29 septembre 2014, à partir de 19h, au Théâtre Toursky, Espace Léo Ferré.

Soirée accueillie par l'Association des Amis de Richard Martin, sur proposition d'Annie-Claude et Erwan, enseignants-parents, animateurs de l'émission Radio Galère « l'École Républicaine, le diable n'est pas que dans les détails » et de Rahma, Vincent et Nicolas, éducateurs parents en lutte de la Belle de Mai.

Assemblée Générale des professionnels du spectacle

Infos Mille babords - 29. septembre 2014 - 10:00

Préparons ensemble la journée de mobilisation du 1er octobre.

CAF = guichets fermés, contrôles, radiations, ne nous laissons pas faire !

Infos Mille babords - 29. septembre 2014 - 9:00

Les Bouches-du-Rhône sont le laboratoire d' un nouveau dispositif de gestion des CAF :
seuls les préaccueils de gibbes et de malaval restent ouverts
3 heures de queue au minimum
numéro payant pour prendre rendez-vous
(et environ une heure d'attente en ligne soit une vingtaine d'euros)
dossiers qui se perdent
augmentation des contrôles et radiations
temps d'attente de plusieurs mois pour obtenir un rendez-vous ...

Quelles que soient les raisons qu'ils invoquent, c'est inacceptable ! Leur objectif est de rendre l'accès aux allocations encore plus compliqué, nous décourager et réduire le nombre d'allocataires tout en réduisant le nombre d'agents pour faire des économies sur notre dos.
Cette restructuration de la CAF n'est que le début des politiques d'austérité, dont nous allons faire les frais... Le plan Valls prévoit d'étendre ce type de mesures à la SECU et au Pôle Emploi. Le capitalisme est en crise. Pour sauver ce système et ceux qui
en profitent, c'est aux pauvres qu'on impose de payer l'addition.

LA SITUATION EMPIRE :
Organisons-nous collectivement pour lutter contre la
fermeture des CAF et pour exiger l'arrêt des radiations et le
traitement immédiat de nos dossiers !

RASSEMBLEMENT
DEVANT LA CAF DE MALAVAL
LE LUNDI 29 SEPTEMBRE À 9 H

Les précédents rassemblements et occupations de CAF ont permis le traitement immédiat de nombreux dossiers bloqués. Venez avec votre numéro d'allocataire.

Autodéfense des précaires en lutte : apl13 chez riseup.net

Pour chaque arbre, pour chaque animal : Libération de la Terre !

Infos Mille babords - 28. septembre 2014 - 23:23

Que se passe-t-il à Gardanne ?

Un projet consiste à mettre en fonctionnement une centrale électrique à biomasse, en transformant la centrale thermique de Gardanne, se situant dans les Bouches-du-Rhône.

Mais pour faire fonctionner cette centrale à biomasse, il faudra du combustible, beaucoup de combustible, énormément de combustible ... Qu'à donc l'entreprise E.ON derrière la tête ?

Elle veut tout simplement utiliser le bois issus des forêts autour de Gardanne. La centrale aura besoin d'au moins 800 MILLIONS DE TONNES de combustible par an pour fonctionner, le projet veut également exploiter les forêts des Cévennes !

E.ON c'est quoi ?

E.ON est une compagnie allemande qui se classe deuxième sur le podium mondial en tant que distributeur d'énergie avec un chiffre d'affaires de 169.8 MILLIARDS de dollars.
Malgré des bénéfices de plus de 400 %, l'entreprise s'est débarrassée d'environ 20 000 employé.e.s en 5 ans…

Pourquoi il est important de se mobiliser pour que ce projet ne voie pas le jour ?

E.ON annonce qu'il brûlera des millions de tonnes de déchets verts notamment issus des pistes DFCI. Mais la réalité en est tout autre : le bois de coupe représentera plus de 80 % du combustible et E.ON en partenariat avec l'État, compte exploiter les forêts aux alentours de Gardanne et sous-traite déjà pour pouvoir exploiter les forêts des Cévennes (comprenant des forêts de châtaigniers très âgées).

De plus, E.ON a dans ses projets d'utiliser au moins quatre zones classées Natura 2000 (Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats).
Pour démarrer sa centrale durant les premiers temps, 50 % du bois coupé sera importé par E.ON, exploitant ainsi encore d'autres forêts loin des regards. Les autres 50 % seront recherchés et abattus dans les régions PACA, Languedoc Roussillon et Rhône-Alpes.

C'est bien un projet titanesque et destructeur des forêts, dans un seul but : accumuler du profit à tout prix, sans se soucier des conséquences et des réserves naturelles exploitées.
Les forêts sont des espaces à défendre de toute exploitation capitaliste !

E.ON et autres industries, hors des forêts ! Capitaliste, dégage de la Terre !

LE PROJET E.ON NE DOIT PAS VOIR LE JOUR !

Qu'est-ce que nous défendons ?

Nous défendons les forêts et toutes les vies qu'elles abritent : la faune et la flore, les différents écosystèmes, les espèces qu'elles soient protégées ou non.
De part sa nature écocidaire, le capitalisme met en péril l'existence de cet ensemble. Nous devons préserver tout cela.
Ce n'est pas assez de demander aux politiciens et aux entreprises de détruire moins.

Nous devons arrêter cette machine infernale qui empoisonne notre air, notre eau et nos sols.
Nous devons inverser cette tendance et être porteur d'une écologie dite radicale, une écologie dénuée de démagogie politicienne et carriériste, dont le réel but est de libérer la Terre de l'écocide* afin que la vie sauvage (végétale et animale) perdure.

La Nature tout comme les animaux qu'ils soient humains ou non ne sont pas du capital !

En tant que vegan (personnes refusant l'exploitation animale), nous participerons à ce rassemblement afin de porter la libération animale et l'écologie radicale à l'ensemble des revendications contre cette centrale et cela toujours dans une démarche antifasciste et populaire.


Le Collectif 'Les Lutins de la Forêt' répond ainsi présent à l'appel lancé par le Collectif SOS Forêts du Sud pour un :

RASSEMBLEMENT DIMANCHE 5 OCTOBRE 2014 À 10H30 À GARDANNE (13)

Lien vers l'article et le tract d'appel => http://sosforetdusud.wordpress.com/2014/09/26/grande-manifestation-a-gardanne-le-5-octobre-2014/


Liens annexes :

Agenda Mille Bâbords => http://www.millebabords.org/spip.php?article26612

1. http://www.reporterre.net/spip.php?article4598
2. https://www.sauvonslaforet.org/petitions/959/e-on-veut-bruler-les-forets-francaises-a-gardanne#
3. http://www.reporterre.net/IMG/pdf/e.on_information.pdf

Dossier en anglais : « Biomass the chain of destruction »
http://www.reporterre.net/IMG/pdf/e.on_information.pdf

*Ecocide : Destruction totale d'un écosystème

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE