Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Soutien et appel à dons : Liberté pour Mohamed

Infos Mille babords - 18. juillet 2016 - 13:30


Le procès de Mohamed aura lieu le 18 juillet prochain.

El Manba/ Collectif Soutien Migrants 13 se mobilise depuis plusieurs
mois pour sa liberté et pour dénoncer les dispositifs arbitraires et
mensongers de l'Etat au départ de Calais, notamment dans le CAO
d'Istres. Mohamed est en effet dans la même situation emblématique que
beaucoup d'autres migrants qui ont cru aux promesses offertes par les
centres de répit en échange d'un départ volontaire de la jungle cet
hiver.

RDV au rassemblement du 18 devant le TGI d'Aix-en-Provence. Plus
d'information sur le flyer joint !

Mais ses frais de défense sont importants et toute participation est la
bienvenue... Un Pot Commun a été lancé pour collecter des dons viaInternet, facile d'accès et d'usage ICI

Vous pouvez également adresser vos dons par chèque (Asso El Manba c/o
Mille Bâbords -61 rue Consolat -13001 Marseille) ou par virement
bancaire ( IBAN : FR76 1027 8089 7100 0207 5940 107), en précisant le
nom de la campagne de soutien "Liberté pour Mohamed ".

Des événements et caisses de solidarité seront aussi appréciés. Pour
tout besoin de coordination : collectifsoutienmigrantes13 chez riseup.net

Merci de votre soutien et de la large diffusion de cette
campagne/collecte de dons !

El Manba / Collectif Soutien Migrants 13

Conférence internationale sur le sida: l’OMS indique les principaux défis à relever pour la riposte mondiale au VIH

Actualités OMS - 18. juillet 2016 - 12:36
L’OMS souligne la nécessité de redoubler d’attention sur la prévention, tout en maintenant la dynamique de l’extension de l’accès au traitement. Elle signale également l’émergence croissante de la résistance aux médicaments antirétroviraux (ARV) et la nécessité d’un financement pérenne de la riposte mondiale.

Universités d'Été Euroméditerranéennes des Homosexualités

Infos Mille babords - 18. juillet 2016 - 10:00

Universités d'Été Euroméditerranéennes des Homosexualités (UEEH) Du 18 au 31 juillet - Gardanne

Les Universités d'Été Euroméditerranéennes des Homosexualités sont une manifestation féministe qui promeut les échanges, la transmission et le partage des savoirs dans un espace de vie et de gestion collective, en direction des personnes Lesbiennes, Gays, BisexuellEs, Trans*genres, Queer, Intersexes, Asexuelles, Non-BinaritéXs, Gender and Sexually Diverse People (GSD) et Féministes. La thématique de cette édition « Espaces de luttes. Du corps au collectif : quelles visibilités ? » sera abordée à travers des ateliers, des moments de discussion, des performances artistiques, des temps paillettes, luttes, colères et rigolades,etc.

Plus d'infos sur
Site internet des UEEH
Page Facebook des UEEH

Chasse aux migrants à Mayotte : le symptôme d'un archipel colonial en voie de désintégration

Infos Mille babords - 16. juillet 2016 - 18:18

Lire cette article avec l'ensemble des notes sur le site de la Revue des Droits de l'Homme

1 Une chasse aux migrants aux cris de « la France aux Français »1. Partout ailleurs en France, des tels événements auraient provoqué un émoi considérable et une réaction vigoureuse des pouvoirs publics. Mais ils ne sont pas arrivés près de chez nous – en Corrèze, dans le Pas-de-Calais ou les Alpes Maritimes – mais loin de la Métropole, à Mayotte, une île de l'archipel des Comores dans l'Océan Indien possession de la France depuis 1841… Loin des yeux, loin du cœur.

2 Les faits sont pourtant sidérants : de janvier à juin 2016, des collectifs informels de villageois mahorais se sont constitués pour « chasser » de chez eux leurs voisins, le plus souvent Comoriens, avec ou sans papiers, pour la seule raison qu'ils sont étrangers et occupent, au sein de bidonvilles, des terrains qu'on leur loue. Plus largement, les étrangers sont collectivement accusés d'être responsables de tous les maux de la commune et de l'île : « voles [sic], agressions et meurtres [sic] au quotidien, climat de psychose installé, image de notre ile souillée, une économie meurtrie… », selon un des tracts diffusés. À une autre époque et dans d'autres lieux on aurait appelé de telles violences xénophobes des « pogroms »2. Mais dans le 101ème département français ces événements se sont déroulés en toute impunité et dans l'indifférence (métropolitaine) quasi générale3.
3Le mode opératoire a été systématiquement le même : ces collectifs établissaient d'abord une liste d'hébergeurs identifiés comme louant ou hébergeant à titre gratuit des étrangers, réguliers ou non. Sur cette base, un courrier était ensuite adressé aux propriétaires ou gérants des lieux leur donnant injonction de faire « partir les clandestins de leurs maisons ». Le collectif communiquait alors aux autorités la liste des « hébergeurs » afin que des poursuites soient engagées contre elles. Enfin, si celles-ci ne se pliaient pas à ces injonctions, des « marches » et « actions d'expulsions pacifiques [sic] contre l'immigration clandestine » se déroulaient – sans aucune déclaration préalable en mairie ni arrêté d'interdiction. Celles-ci aboutissent presque systématiquement au « décasage » des intéressés, souvent de manière violente : incendie volontaire des cases, destruction de biens, menace avec des armes par destination comme des marteaux, des pierres, des pieds de biche, etc., insultes à caractère raciste, etc. etc. Parfois, même, un événement « festif » traditionnel - un « grand voulé » ( = barbecue sur la plage) – a marqué le succès de l'opération.
4Face à des événements aussi graves on aurait pu s'attendre à une réaction vigoureuse des pouvoirs publics pour protéger ces populations et mettre immédiatement fin à ces manifestations xénophobes. Il n'en fut rien.

5 Au contraire l'État a délibérément laissé faire pendant près de six mois. « Les gendarmes sont là et regardent » ont rapporté des témoins4. Comble de l'ironie, le nouveau préfet a même justifié, peu après sa prise de fonction, cette passivité par la crainte que l'intervention des forces de l'ordre ne contribue à « augmenter le trouble à l'ordre public » (Mayotte hebdo 27 mai). Quant aux élus des municipalités concernées, ils se montrent souvent bienveillants à l'égard des manifestants voire même les soutiennent en catimini.
6 La seule action des forces de l'ordre face à ces marches a été d'escorter les « décasés » sur la Place de la République à Mamoudzou, lieu où plusieurs centaines de migrants, dont une moitié d'enfants, se sont réfugiés depuis la mi-mai sans la moindre prise en charge par l'État, si ce n'est la mise à disposition d'une citerne d'eau.

7 Pire, au lieu de mettre fin à ces marches et de poursuivre les fauteurs de trouble, l'État a, par ses actions, contribué à légitimer leurs revendications. D'une part le préfet a placé en reconduite à la frontière plusieurs centaines de Comoriens victimes de ces opérations5. D'autre part, il a annoncé qu'un contrôle systématique des attestations d'hébergement délivrées par les hébergeurs serait dorénavant effectué, avec potentiellement un refus de séjour à la clef6. Enfin, et surtout, l'État a lui-même organisé un immense « décasage » en procédant début juin à la destruction d'un des plus grands bidonvilles de Mamoudzou7.
8Les autorités ministérielles n'ont pas été en reste puisque, dans un communiqué du 17 mai 2016 qui – tout de même – condamnait « les violences commises ces derniers jours à Mayotte à l'encontre de familles, ayant par ailleurs conduit à la destruction de leurs habitations », elles ont annoncé que serait poursuivie « l'action déterminée des forces de sécurité intérieure » ayant abouti à 18 763 reconduites à la frontière en 2015 et qui sera « encore rehaussée par l'arrivée de 76 policiers et gendarmes cette année »….

9 Le seul sursaut est venu des associations (Gisti, Cimade, LDH, Secours catholique ou Médecins du Monde) qui, outre le soutien concret apporté aux « décasés » sur place, ont développé des actions contentieuses8, grâce aussi à la détermination et au courage de Me Marjane Ghaem9.

10 Dans un premier temps, elles ont déposé un référé-liberté visant à ce que soit interdite une manifestation non déclarée qui devait avoir lieu le 5 juin 2016 à Kani-Kéli10. Se fondant sur les considérants de principe des affaires M'bala M'bala11 et AGRIF12, le juge des référés du Tribunal administratif de Mayotte a fait droit à cette requête en donnant injonction au maire de la commune d'interdire la manifestation et au préfet de Mayotte de mobiliser les forces de police et de gendarmerie nécessaires pour garantir la sécurité (TA Mayotte 4 juin 2016, Cimade et a., n° 1600461). Même si finalement la marche interdite a bien eu lieu ce 5 juin, elle n'a réuni qu'une vingtaine de personnes et ne s'est conclue par aucune action de « décasage »13. Mais surtout cette ordonnance et le début du ramadan ont contribué à un retour (provisoire ?) au calme sur l'île.

11 Dans un second temps, les associations ont déposé un référé liberté sur le modèle de la procédure menée pour les migrants du bidonville de Calais14 pour que l'État et la commune de Mamoudzou assurent la prise en charge des 200 personnes réfugiées dans des conditions abominables la Place de la République15. Cette procédure ne s'est pas avérée inutile : le jour même de l'audience16, tout en niant par la voix de son représentant toute obligation légale de prise en charge, l'État a assuré l'hébergement provisoire des occupants de la place dans un gîte17.

12 Ces succès contentieux risquent toutefois de n'être que des victoires à la Pyrrhus. Il est en effet à craindre que la situation de tension qui règne sur l'île aille en empirant dans les années à venir. Les racines du mal colonial qui ronge l'archipel des Comores sont en effet profondes18 et ces marches xénophobes interviennent dans un contexte de crise économique et sociale19 laissant les jeunes mahorais sans réelle perspective, comme cela a été dénoncé par la grève générale pour « l'égalité réelle avec l'Hexagone » en avril 2016, à laquelle l'État n'a pas réellement répondu si ce n'est en déployant encore plus de forces de l'ordre contre les « coupeurs de route ».

13 L'instauration du « visa Balladur » en 199420 puis l'industrialisation des reconduites à la frontière depuis 2003 (15 à 20 000 reconduites par an dont près de 5000 enfants) ont fini par creuser un fossé désormais presque infranchissable – hormis par les kwassas kwassas – et provoqué 8 à 10 000 morts en mer. Pour preuve : à plusieurs reprises ces dernières années des maires ont refusé, sous pression de la population, d'inhumer des Comoriens morts noyés et retrouvés sur le littoral mahorais.

14 De même, la construction d'un embryon d'État providence à Mayotte depuis 2000 se fait entièrement au détriment des étrangers, particulièrement des sans-papiers, qui représentent pourtant près d'un tiers des habitants de l'île (70 000 pour 210 000 habitants). Et contrairement à une idée reçue la départementalisation en œuvre depuis 2014 n'a fait qu'aggraver la déstabilisation de l'île21. Mal préparée22, elle a accentué encore davantage le clivage entre Mahorais (titulaires des droits sociaux en leur qualité de citoyens français) et Comoriens (relégués dans un infra droit surtout s'ils sont irréguliers). Elle a eu pour résultat que Mayotte tourne encore davantage le dos à son environnement naturel de l'Océan indien. Ces populations sont pourtant originaires d'un même archipel avec la même culture, la même religion, la même langue et d'importants liens sociaux, familiaux et économiques ancrés de longue date. Comme le résume un auteur, en paraphrasant Césaire, « peau comorienne et masque français »…23.

15 Si l'État français ne change pas radicalement de politique en prenant en charge la demande sociale et en resituant Mayotte dans son environnement naturel que sont l'Océan Indien et les Comores, cette désintégration risque de s'accentuer encore davantage – dans un contexte démographique où il pourrait y avoir plus de 300 000 habitants sur l'île en 2030. On peut même craindre qu'une telle dérive et l'exacerbation du clivage entre Mahorais et Comoriens n'aboutissent à des émeutes et des affrontements communautaires toujours plus violents. Qu'attend l'État ? Qu'il y ait des morts ?

Fête des cours de français

Infos Mille babords - 16. juillet 2016 - 14:00

(14h ouverture des portes / 19h30 repas)

Les cours de français pour adultes ont débuté à La Rétive en octobre dernier.
À l'issue de cette 1ère année, apprenant-es et animatrices-eurs vous invitent à partager une après-midi animée (karaoké, chansons, expo, jeux pour enfants,...) puis un repas à prix libre.

L'argent récolté permettra l'achat de manuels, fournitures et le paiement des photocopies nécessaires aux cours de l'année 2016‐1017.

Soyez les bienvenu-es !

laretive chez riseup.net

« Baraque de Foire » de Jeremy Beschon

Infos Mille babords - 16. juillet 2016 - 10:15

Cette pièce s'appuie sur des archives et articles de divers auteurs de sciences sociales pour proposer en douze courtes scènes un aller-retour entre les représentations d'un monde « parfait » et un monde réel, nettement plus prosaïque… Il est question de propagande, d'éducation, de colonialisme & de post colonialisme, de démocratie occidentale et de ses politiques culturelles en prise à la logique entrepreneuriale...

Lecture par l'auteur, suivie d'une présentation du livre de son appareil critique : introduction de Alèssi Dell'Umbria, ainsi que les textes de Jean-Pierre Faguer, Michèle Tobia Chadeisson, Philippe Geneste, Benoit Eugène...

En partenariat avec le Théâtre des 1001 Portes, les Eat Med et le théâtre de l'Espoir, avec le soutien des EAT.

entrée libre

+ d'info sur la pièce et le livre

Le Rallumeur d'Étoiles, café associatif

Infos Mille babords - 13. juillet 2016 - 18:00

voir le programme :

13 juillet 18 h réunion publique collectif Alternatiba Martigues
14 juillet 18 h création de l'association Rallumeur d'étoiles
15 juillet 18 h projo "Même la pluie" - prix libre
16 juillet 18 h échanges sur la mise en place d'un SEL

tous les soirs concerts à partir de 20h30
le 13 avec Don Maleko & Selecta Red Mat : Reggae / prix libre
le 14 avec Accordémon : latino musette / prix libre
le 15 avec Sidi Wacho : hip-hop / 7 euros sur place
le 16 avec Mon Vier : chansons marseillaise pagnol rock / prix libre

asso chez tousazilluttes.fr

La déportation des homosexuels

Infos Mille babords - 13. juillet 2016 - 18:00

M. Boulligny prépare un livre sur la déportation pour motif d'homosexualité qui doit être publié prochainement. Il a participé à l'écriture du Livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression réalisé par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et publié en 2004 aux éditions Tirésias. Il a publié plusieurs études sur les français arrêtés au sein du Reich et internés en camp de concentration, et sur la déportation pour motif d'homosexualité.

Sous le soleil, La Plaine

Infos Mille babords - 13. juillet 2016 - 9:35

Après un premier journal "numéro 0" sorti en Avril 2016.... voici le numéro d'Été !

Où trouver le journal ?
Cyber @ thé (rue des Trois Mages)
Cantini - boucherie (rue Saint Michel)
Le Steack Paradis - boucherie (rue Saint Michel)
ô Pakistan - restaurant (rue des Trois Rois)
Chez Ida - restaurant (rue Ferdianand Rey)
La Passerelle - bar, cave à vin, restaurant(rue des Trois Mages)
What's up - restaurant (rue Curiol)
Sabre Tooth - disquaire (rue des Trois Mages)
Éléphant Rose - glacier (rue des Trois Rois)
Ache de Cuba (place Paul Cézanne)
Bar à vrac - Épicerie (Allées Gambetta)
Librairie de l'arbre (rue des Trois Mages)
Histoire de l'oeil - librairie (rue Fontange)
La liste des lieux de dépôts sera actualisée

Au sommaire :
"Ne touchez pas à la Plaine" (p2)
Réaménagement - Les nouvelles du front (p3)

Le marché

Aveuglement de la mairie sur le marché : Pourquoi changer une formule qui marche ? (p4)
Les stands de fripes, ennemis de la montée en gamme ? (p4)
À Aix, les forains ont gagné une bataille. (p4)
Portraits de forains (p5)
La vie commerciale du centre-ville menacée (p5)

Les transformations urbaines à Marseille, pour qui ?

L'îlot des feuillants "une Canebière pour tous les marseillais" ? (p6)
La rénovation urbaine : pratique de division sociale (p6)
Le marché aux puces de Marseille : incompatible et inacceptable...(p7)
À qui profitent les opérations de rénovation urbaine ? (p8)
Un quartier monumental au détriment des besoins des habitants... Et les écoles dans tout ça ? (p8)
Les terrasses, privatisation de l'espace public / Sur La Plaine, y'a moins de barrières sociales entre nous (p9)
Scénarios types pour caméra de surveillance (p9)

Vie du quartier

L'eau est rétablie sur la Plaine ! (p10)
Tradition de quartier (p10)
À table ! (p11)

La page de jeux

De mémoire vive, mais où est ce lieu ? À vous de jouer... (p12)
KIDIKOI (p12)

Lundimatin #68 | Juillet

Infos Mille babords - 12. juillet 2016 - 21:44

Pilot
https://lundi.am/La-presidentielle-n-aura-pas-lieu-Episode-1
Le premier épisode de notre grand feuilleton feuilleton estival

1er septembre 2016.
Après un été chaud et convulsif, les troupes de la social-démocratie finissante se mettent en ordre de marche pour la rentrée des classes. Les syndicats combatifs, eux, préparent la rentrée de la lutte des classes, et appellent à une manifestation monstre le 2 septembre. Les lycées vibrent encore de la colère du printemps dernier. On s'agite plus que jamais dans les ministères. Les rayons jardinage des magasins de bricolages sont déjà vides de masques à gaz. L'année 2017 sera une guerre, et l'on voit déjà venir la première bataille.
Mais les jeunes contestataires ne sont pas les seules à préparer leur offensive ...

Horaires d'été
https://lundi.am/Horaires-d-ete

Chers lecteurs,
Bien qu'il pleuve, que l'équipe de France de football soit qualifiée pour les demi-finales et que le Parti Socialiste ait lâchement annulé son université d'été, lundimatin adopte un rythme estival pour les mois de juillet et août. Il n'est pas impossible qu'une partie de notre rédaction s'abandonne à cette activité proprement terrifiante que sont les vacances à la plage ; ou bien qu'une autre, inlassable, oeuvre à quelques ambitieux projets pour la rentrée. Quoi qu'il en soit, jusqu'à (...)

Tarnac - Défait, le parquet se pourvoit en cassation
https://lundi.am/Tarnac-Defait-le-parquet-se-pourvoit-en-cassation

Les 28 et 29 juin dernier, l'affaire dite « de Tarnac » a connu d'énièmes rebondissements. Patate chaude pour certains, balle rebondissante pour d'autres, voilà presque 8 ans que cette célèbre affaire occupe les chroniques judiciaires et ponctue l'actualité politique.
Afin de comprendre ces deux derniers épisodes, il faut revenir au moins un an en arrière.
Août 2015, après 7 ans d'enquête, la juge d'instruction du pôle antiterroriste Jeanne Duye, crée la surprise. Les 10 personnes poursuivies depuis de (...)

Université d'été du PS : la destitution est en marche
https://lundi.am/Universite-d-ete-du-PS-la-destitution-est-en-marche

L'élection présidentielle aura-t-elle lieu ?

L'annulation, annoncée hier en catimini par Jean-Christophe Cambadélis, de l'université d'été du PS a pris tout le monde de court. À commencer par les partisans de la Belle Alliance Populaire qui, réunis samedi, s'étaient donnés rendez-vous pour la fin août à Nantes.

[MàJ : Expulsion ce jeudi] Bure, deux semaines d'occupation : ils expulsent ? On réoccupe !
https://lundi.am/Bure-deux-semaines-d-occupation-ils-expulsent-On-reoccupe

Contre l'enfouissement de déchets nucléaires, l'occupation du bois de Mandres continue...
Mise à Jour : Depuis jeudi matin à 6h, la police est en train d'expulser l'occupation du bois. Pour suivre la situation, http://vmc.camp/fil-info/
Un communiqué vient d'être diffusé afin d'appeler au soutien.
Voilà maintenant près de deux semaines que nous occupons le Bois Lejuc, la forêt communale de Mandres-en-Barrois. Nous l'occupons depuis le 19 juin, où un pique nique familial à l'orée du bois s'est transformé (...)

Vandalisme, épigraphie
https://lundi.am/Vandalisme-epigraphie

Les meilleurs graffitis du mouvement contre la Loi Travail.

C'est sur l'espace d'un mur - vertical, solide, public, universellement visible - que le Pouvoir a commencé à brandir sa Parole et son Droit ; la loi a commencé à se publier sur les murs. C'est sur ce même espace que, pendant des siècles, on a enregistré les mesures, les pric, les règlements commerciaux.
C'est sur les murs que le temps, solaire et astronomique, est devenu mesurable, et c'est encore sur les murs que, depuis toujours, se sont conservés la mémoire du temps vécu, les noms des morts, leurs derniers mots. La même « chose » qui assurait à la ville (antique ou moderne) sa forme et sa réalité, a toujours été utilisée pour enregistrer son histoire, pour glorifier ses héros, pour célébrer le rosaire des noms du pouvoir et représenter la guirlande des empereurs, des gouverneurs, des rois et des dieux.
Mais la pierre des murs ne fut pas dépositaire des seules écritures et images officielles, grandiloquentes et pleines d'autorité : elle n'a cessé de recevoir les humeurs des peuples, les opinions des individus, les graffitis de protestation, d'acclamation, de rébellion, puis les chants et les louanges.
Si parmi toutes les choses le mur est la « chose politique » par excellence, c'est parce qu'il nous apprend que la ville n'est pas seulement un espace de vie commune mais aussi et surtout un espace de projection imaginaire partagé, [...] comme un immense organe de pierre, capable de multiplier l'expérience à l'infini, de transformer la ville en un kaléidoscope d'images, de sensations, de signes, mais aussi de tenir le registre de tout ce qui se pense et de tout ce qui se dit ; il amplifie nos sens, il en constitue une sorte d'extension prosthétique. [...] C'est pourquoi les inscriptions murales de toutes les époques offrent une forme de tatouage spirituel, le premier signe à travers lequel une époque inscrit sa présence et la réfléchit.

Nouvelles stratégies pour mettre fin à la violence à l’encontre des enfants

Actualités OMS - 12. juillet 2016 - 20:07
L'OMS et ses partenaires lancent aujourd’hui 7 stratégies liées les unes aux autres pour réduire la violence à l’encontre des enfants. En 2015 près d'un milliard d’enfants ont subi des violences physiques, psychologiques ou sexuelles.

Sortie du journal "Sous le soleil, La Plaine"

Infos Mille babords - 12. juillet 2016 - 20:00

Après un premier journal "numéro 0" sorti en Avril 2016.... voici le numéro d'Été !

Au sommaire :
"Ne touchez pas à la Plaine" (p2)
Réaménagement - Les nouvelles du front (p3)

Le marché

Aveuglement de la mairie sur le marché : Pourquoi changer une formule qui marche ? (p4)
Les stands de fripes, ennemis de la montée en gamme ? (p4)
À Aix, les forains ont gagné une bataille. (p4)
Portraits de forains (p5)
La vie commerciale du centre-ville menacée (p5)

Les transformations urbaines à Marseille, pour qui ?

L'îlot des feuillants "une Canebière pour tous les marseillais" ? (p6)
La rénovation urbaine : pratique de division sociale (p6)
Le marché aux puces de Marseille : incompatible et inacceptable...(p7)
À qui profitent les opérations de rénovation urbaine ? (p8)
Un quartier monumental au détriment des besoins des habitants... Et les écoles dans tout ça ? (p8)
Les terrasses, privatisation de l'espace public / Sur La Plaine, y'a moins de barrières sociales entre nous (p9)
Scénarios types pour caméra de surveillance (p9)

Vie du quartier

L'eau est rétablie sur la Plaine ! (p10)
Tradition de quartier (p10)
À table ! (p11)

La page de jeux

De mémoire vive, mais où est ce lieu ? À vous de jouer... (p12)
KIDIKOI (p12)

AG ouverte du collectif Al Manba

Infos Mille babords - 12. juillet 2016 - 19:00

le collectif Al Manba (collectif soutien migrants 13) se réunit en AG ouverte
tous les mardi à 19h, à Crist.o.fol [en attendant].
au Crist.o.fol, 31 rue Jean Cristofol, 13003

Point info sur le réaménagement de La Plaine

Infos Mille babords - 12. juillet 2016 - 18:00

Point info hebdomadaire de l'avancement du projet de la Soleam (société publique chargée du réaménagement du "Grand Centre Ville" par la mairie de Marseille et MPM) ... et de la mobilisation du quartier.

« Les guérir », de Olivier Charneux

Infos Mille babords - 12. juillet 2016 - 17:30

Dans le cadre de l'université d'été de l'ARES et en association avec mémoires des sexualités.

Olivier Charneux sera à la librairie pour une rencontre autour de son livre « Les guérir » chez R.Laffont.

« L'homme le plus important du Reich après Hitler avait affrété spécialement un avion militaire pour acheminer le docteur Carl Værnet et sa famille du Danemark à Berlin. Himmler l'avait reçu dans son bureau en pleine guerre, le 15 février 1944, entouré de ses principaux collaborateurs. Il lui avait ouvert les portes du camp de concentration de Buchenwald. Il l'avait financé. Carl Værnet n'en revenait toujours pas de leur complicité. Il entendait encore le Reichsführer évoquer son père éleveur de chevaux dans le Jütland, comme si Himmler l'avait connu au Danemark et qu'il était de la famille. Il l'entendait aussi parler des paysans, dont il se sentait proche, et de l'élevage, qui était son premier métier. Sa préoccupation de la question homosexuelle les avait définitivement rapprochés. Était-ce un crime de vouloir les guérir ? »

Dans cette biographie romancée, Olivier Charneux révèle l'entreprise délirante et monstrueuse d'un médecin danois, Carl Værnet, obsédé par l'idée de régler la question de l'homosexualité pour « le bien de l'humanité ».

librairiedelarbre chez gmail.com

Rassemblement de solidarité avec Fadela devant le tribunal

Infos Mille babords - 12. juillet 2016 - 14:00

Suite à sa convocation de ce matin concernant l'affaire du 4 juillet pour avoir scandé un slogan lors de la venue de Cazeneuve, Fadela a été placée en garde à vue.

Elle comparaitra cet après-midi à 14 h au TGI à Marseille.

Rassemblement devant le tribunal à 14 h rue Emile Pollack

Rassemblement de solidarité avec Fadela devant le TGI

Infos Mille babords - 12. juillet 2016 - 11:41

Suite à sa convocation de ce matin concernant l'affaire du 4 juillet pour avoir scandé un slogan lors de la venue de Cazeneuve, Fadela a été placée en garde à vue.

Elle comparaitra cet après-midi à 14 h au TGI à Marseille.

Rassemblement devant le tribunal à 14 h rue Emile Pollack

Quelle-s solidarité-s aujourd'hui ? Construire, ensemble, les solidarités du 21e siècle

Infos Mille babords - 11. juillet 2016 - 19:00

Avec la participation :

– de la Cimade
– du Collectif Agir ici !
– du RESF 13
– de la LDH 13
– du Secours Populaire d'Aubagne

à 21h30 verre de l'amitié et de la solidarité

repairedaubagne chez free.fr

Rétablir les subventions de la "Politique de la ville" aux associations de l'Estaque

Infos Mille babords - 10. juillet 2016 - 13:00

« Mme FRUCTUS, adjointe à la ville de Marseille, déléguée à la politique de la Ville, et M. ROUSSET, Préfet à l'égalité des chances, ont décidé de façon unilatérale, sans aucune concertation préalable, l'arrêt total des subventions pour certaines associations ainsi qu'une baisse de plus de 50 % pour d'autres structures ancrées sur l'Estaque et le Bassin de Séon et qui oeuvrent dans le champ social, culturel, sportif, ou de loisir, c'est-à-dire pour l'intérêt général. De plus, cette décision vient de tomber six mois après le démarrage des projets !

C'est un arrêt de mort pour certaines associations et des licenciements secs !

C'est la disparition programmée de nombreux services publics dispensés par des associations ! […] »

Lire et signer la pétition :
https://www.change.org/p/la-solidarit%C3%A9-et-la-culture-en-danger-sur-notre-territoire ?

Sans sucre, de N. Esinencu

Infos Mille babords - 9. juillet 2016 - 20:00

SANS SUCRE
de N. Esinencu, Trad. du roumain par Mirella Patureau
2005, éd. L'espace d'un instant
Cies L'Oiseau bleu et Scène directe, 30 min.

Sans sucre, c'est un dialogue de sourds en cinq actes entre un frère et une sœur dont le discours atteint le degré d'absurdité qu'ils décèlent aujourd'hui dans une Europe naguère idéalisée. Ils sont « en colère » contre leur famille, contre l'école, contre la société moldave « en post-transition », contre le reste du monde et déroulent avec humour noir et ironie les fils de l'histoire moldave, de leurs espoirs, de leurs déceptions, de leurs désespérances.

Nicoleta Esinencu fait partie des jeunes auteurs Moldave au ton souvent violent ou impudique, sans aucun compromis.

En savoir plus : http://www.theatre-contemporain.net/biographies/Nicoleta-Esinencu/textes/

Suivi d'un petit imprécis d'histoire moldave et d'une discussion ouverte autour de la Moldavie, de son histoire, de l'auteure…. Buffet tendance moldave, à prix libre !

laretive chez riseup.net

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE