Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Actualités OMS

Syndiquer le contenu
Mis à jour : il y a 41 min 10 sec

Situation de la maladie à virus Ebola au Nigéria et en Guinée: des signes encourageants

19. août 2014 - 3:27
La flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest continue à évoluer, des cas ayant été confirmés en Guinée, au Libéria, au Nigéria et en Sierra Leone. À l’heure actuelle, aucun cas n’a été confirmé nulle part ailleurs dans le monde.

La situation à Lagos, au Nigéria, où le premier cas importé a été détecté en juillet, paraît rassurante. À l’heure actuelle, les 12 cas confirmés dans cette ville font tous partie d’une seule chaîne de transmission. Les personnes infectées à partir du cas initial sont des membres du personnel médical ayant participé au traitement, un patient du même hôpital et un agent du protocole ayant été en contact très étroit avec le patient.

Journée mondiale de l’aide humanitaire: l’OMS appelle à protéger les personnels de santé lors des conflits et catastrophes

18. août 2014 - 11:00
L’ampleur, la complexité et la fréquence des situations d’urgence majeures étant en augmentation dans le monde, l’Organisation mondiale de la Santé appelle à ce que l’on cesse de viser les personnels de santé dans les conflits et autres crises humanitaires, en violation du droit fondamental à la santé.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’aide humanitaire célébrée comme chaque année le 19 août, l’OMS attire l’attention sur la poursuite des attaques contre des personnels de santé, des hôpitaux, des dispensaires et des ambulances en Syrie, à Gaza, en République centrafricaine, en Iraq, au Soudan du Sud et dans d’autres régions.

Ebola: thérapies expérimentales et rumeurs concernant d’éventuels traitements

15. août 2014 - 3:27
L’ampleur et la durée de la flambée de maladie à virus Ebola et le taux de létalité qui lui est associé ont engendré un niveau élevé de peur et d’anxiété dans l’opinion publique, et cela bien au-delà de l’Afrique de l’Ouest. Ces réactions sont compréhensibles, compte tenu du taux de létalité élevé et de l’absence de vaccin ou de traitement.

La large couverture donnée récemment par les médias aux médicaments et vaccins expérimentaux suscite des attentes irréalistes, notamment dans un climat émotionnel de peur intense. L’opinion publique doit comprendre que ces produits médicaux sont encore à l’étude. Ils n’ont pas encore été testés chez l’homme et n’ont pas été approuvés par les autorités de réglementation, autrement que pour un usage à des fins compassionnelles.

Pas de terme prévisible proche à la flambée d'Ebola en Afrique de l'Ouest

14. août 2014 - 22:27
La flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest continue à prendre de l’ampleur avec 1975 cas et 1069 décès notifiés par la Guinée, le Libéria, le Nigéria et la Sierra Leone.

Aucun nouveau cas n’a été détecté au Nigéria suite à l’importation d’un cas ˗ un voyageur arrivé par avion le mois dernier. La recherche élargie et le suivi des contacts mis en œuvre avec l’appui des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis (CDC) ont permis de contenir le nombre de cas additionnels.

Les voyages par avion ne présentent qu’un faible risque de transmission de la maladie à virus Ebola

14. août 2014 - 14:00
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a rappelé aujourd’hui sa position concernant le risque de transmission de la maladie à virus Ebola au cours des voyages aériens, qui reste faible.

«Contrairement au virus de la grippe ou au bacille de la tuberculose, par exemple, le virus Ebola n’est pas véhiculé par l’air», a déclaré le Dr Isabelle Nuttall, Directeur, Capacités mondiales, alerte et action à l’OMS. «Le virus ne se transmet que par contact direct avec les liquides biologiques d’une personne malade.»

Considérations éthiques liées à l’utilisation d’interventions non homologuées contre la maladie à virus Ebola

12. août 2014 - 12:01
L’Afrique de l’Ouest est en train de subir la flambée de virus Ebola la plus étendue, la plus sévère et la plus complexe enregistrée dans l’histoire. Les flambées de cette maladie peuvent être contenues en mettant en œuvre des interventions disponibles comme le dépistage et l’isolement précoces des cas, la recherche et le suivi des contacts et le respect de procédures rigoureuses de lutte contre l’infection. Néanmoins, disposer d’un traitement ou d’un vaccin spécifique serait un atout puissant pour contrer le virus Ebola.

Au cours de la dernière décennie, des efforts de recherche ont été consacrés à la mise au point de médicaments et de vaccins contre la maladie à virus Ebola. Certains des produits en cours de développement ont donné des résultats prometteurs en laboratoire, mais leur efficacité et leur innocuité n’ont pas encore été évaluées chez des êtres humains. Le grand nombre de personnes touchées par la flambée de 2014 en Afrique de l’Ouest et le fort taux de létalité ont suscité des appels à utiliser des interventions médicales encore à l’étude pour tenter de sauver les vies des malades et d’infléchir la tendance de l’épidémie.

Déclaration de l’OMS sur la réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international concernant la flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014

8. août 2014 - 10:18
La première réunion du Comité d’urgence convoquée par le Directeur général au titre du Règlement sanitaire international (2005) [RSI 2005] pour la flambée de maladie à virus Ebola en 2014 s’est tenue par téléconférence le mercredi 6 août 2014 de 13 heures à 17h30 et le jeudi 7 août 2014 de 13 heures à 18 h 30 (heure de l’Europe centrale).

Les membres et conseillers du Comité d’urgence se sont réunis par téléconférence les deux jours.1 Les États Parties suivants du RSI (2005) ont participé à la séance informelle de la réunion le mercredi 6 août 2014: Guinée, Libéria, Nigéria et Sierra Leone.

L’OMS convoque des experts pour un examen éthique du traitement expérimental contre le virus Ebola

6. août 2014 - 14:01
Au début de la semaine prochaine, l’OMS convoquera un tableau d’experts en matière d’éthique médicale pour étudier la possibilité de recourir à un traitement expérimental dans le cadre de la flambée de virus Ebola en cours en Afrique de l’Ouest. Il n’existe actuellement aucun médicament ou vaccin homologué contre ce virus, mais plusieurs options expérimentales sont en cours de mise au point.

Le traitement récent de deux membres du personnel médical de l’ONG Samaritan Purse avec un médicament expérimental amène à se demander si ce médicament, qui n’a jamais été testé et dont l’innocuité pour l’homme n’a pas été démontrée, devrait être utilisé dans le cadre de la flambée et, compte tenu des quantités extrêmement limitées dont on dispose pour ce produit, à qui il devrait être administré si l’on venait à l’employer.

Ebola: le Directeur général de l’OMS et les présidents des pays d'Afrique de l’Ouest vont présenter un plan de lutte intensifiée contre la flambée épidémique en cours

31. juillet 2014 - 19:17
Le Directeur général de l’OMS et les présidents des pays d’Afrique de l’Ouest touchés par la flambée de maladie à virus Ebola vont se rencontrer vendredi pour présenter un nouveau plan de riposte commun, d’un montant de 100 millions de dollars (US $), dans le cadre d’une campagne internationale, régionale et nationale de lutte intensifiée destinée à maîtriser la flambée.

«L’ampleur de la flambée de maladie à virus Ebola exige de la part de l’OMS, de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone une riposte encore plus énergique et cela va demander davantage de ressources, de compétences médicales dans les pays mais aussi plus de préparation au niveau régional et plus de coordination», dit le Dr Chan. «Les pays ont déterminé ce dont ils avaient besoin et l’OMS fait appel à la communauté internationale pour promouvoir ce plan de riposte», a-t-elle ajouté.

L’OMS se déclare consternée par les attaques contre les établissements de soins à Gaza

28. juillet 2014 - 14:01
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) est consternée de voir que, de manière constante, les établissements de soins, les personnels de santé et les véhicules sanitaires se retrouvent directement exposés aux tirs à Gaza, et ce depuis le début de l’escalade de la violence le 8 juillet 2014.

Un apaisement durable est nécessaire pour pouvoir fournir d’urgence les soins dont les milliers de blessés ont besoin. Il est indispensable que les établissements de soins et les personnels de santé puissent faire leur travail et sauver des vies sans craindre d’attaque.

L’OMS se félicite de l’élan mondial en faveur de la lutte contre l’hépatite virale

23. juillet 2014 - 11:00
À l’occasion de la Journée mondiale contre l’hépatite, qui sera célébrée le 28 juillet prochain, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) se félicite des récents progrès accomplis dans la lutte contre l’une des maladies les plus graves. Des millions de personnes dans le monde contractent les virus A, B, C, D et E de l’hépatite, responsables de pathologies aiguës et chroniques du foie. L’hépatite virale entraîne près de 1,4 million de décès chaque année.

«L’hépatite virale est une maladie assez négligée depuis plusieurs années», dit le Dr Margaret Chan, Directeur général de l’OMS. «Mais aujourd’hui, nous commençons à constater qu’elle suscite davantage d’intérêt et qu’un nouvel élan est en train de naître pour la combattre», a-t-elle ajouté.

Déclaration de l’OMS au sujet de M. Glenn Thomas, chargé des médias à l’OMS, qui a perdu la vie sur le vol MH17

18. juillet 2014 - 14:01
Nous avons le regret de vous informer, avec une profonde tristesse, de la disparition d’un de nos collègues de l’OMS dans l’appareil de la Malaysian Airlines qui s’est écrasé hier. Glenn Thomas, du Département Communication, se rendait à la Conférence internationale sur le sida en Australie. Sa sœur jumelle a déclaré qu’il était mort en faisant ce qu’il aimait.

Glenn travaillait pour l’OMS depuis une bonne dizaine d’années. Il était arrivé de la BBC et avait d’abord passé de nombreuses années au service de la communication du Département Tuberculose. Depuis 2012, il avait rejoint l’équipe de l’information à DCO, organisant régulièrement des conférences de presse et travaillant auprès de vous au Palais et d’autres journalistes à promouvoir l’action de l’OMS. Son rire et sa passion de la santé publique resteront dans nos mémoires.

Déplacement du Secrétariat du Partenariat Halte à la tuberculose

16. juillet 2014 - 14:01
L’OMS prend acte de la décision prise par le Conseil du Partenariat Halte à la tuberculose de confier l’hébergement et la gestion administrative du Secrétariat, qu’elle assurait depuis la fondation du Partenariat en 2001, au Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS). Ce changement aura lieu début 2015.

Ce changement ne modifiera pas les liens étroits de collaboration et la complémentarité entre l’OMS et le Partenariat, chacun agissant dans le cadre de son mandat. L’OMS continuera à jouer un rôle de chef de file dans la lutte contre la tuberculose et, à ce titre, définira des politiques et des objectifs au niveau mondial, dirigera des travaux en vue d’établir des normes, contrôlera la charge de morbidité et la riposte au niveau mondial et fournira un appui technique aux États Membres. Le Partenariat continuera à diriger les efforts de sensibilisation, le financement et la lutte contre la tuberculose au niveau mondial et, à ce titre, il coordonnera les efforts déployés par ses 1000 organisations membres.

Les personnes les plus exposées au risque d’infection à VIH ne bénéficient pas des services de santé dont elles ont besoin

11. juillet 2014 - 11:00
Les groupes clés (hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, prisonniers, consommateurs de drogues injectables, professionnels du sexe et personnes transgenres) ne bénéficient pas toujours de services adéquats de prise en charge de l’infection à VIH, ce qui menace de balayer les progrès mondiaux de la lutte contre le VIH, avertit l’Organisation mondiale de la Santé.

Alors que ces groupes de population sont les plus exposés au risque d’infection à VIH, ce sont aussi eux qui ont le moins accès aux services de prévention, de dépistage et de traitement. Dans de nombreux pays, ils ne sont pas couverts par les plans nationaux de lutte contre le VIH, et les lois et politiques discriminatoires constituent pour eux des obstacles majeurs à l’accès.

L’OMS insiste sur la nécessité pour les pays de renforcer l’action contre les maladies non transmissibles

10. juillet 2014 - 14:00
Alors que l’Assemblée générale des Nations Unies réunit les dirigeants mondiaux pour évaluer les efforts accomplis depuis 2011 dans la lutte contre les maladies non transmissibles (MNT) comme les maladies cardiaques, le cancer, le diabète et les pneumopathies chroniques, les nouveaux profils MNT de pays 2014 (WHO NCD Country Profiles 2014) établis par l’OMS font état de progrès insuffisants et inégaux.

Le rapport offre une vue d’ensemble actualisée de la situation des maladies non transmissibles et notamment des dernières tendances et de l’action gouvernementale menée dans 194 pays. Il révèle que:

L’OMS vise l’élimination de la tuberculose dans plus de 30 pays

3. juillet 2014 - 9:00
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a présenté aujourd’hui, de concert avec la European Respiratory Society (ERS), un nouveau cadre pour éliminer la tuberculose dans les pays où cette maladie est peu répandue. Actuellement, 33* pays et territoires enregistrent moins de 100 cas de tuberculose pour un million d’habitants.

Le cadre définit une phase initiale de «pré-élimination», consistant à ramener le nombre annuel de nouveaux cas de tuberculose dans ces pays à moins de 10 pour un million d’habitants d’ici 2035. Le but est ensuite l’élimination complète de la tuberculose à l’horizon 2050, soit moins d’un cas par an pour un million d’habitants.

Le virus Ebola continue de défier les pays d’Afrique de l’Ouest alors que l’OMS intensifie sa riposte

26. juin 2014 - 11:01
L’émergence de la flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014 est un défi pour les trois pays concernés, alors que les gouvernements de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone collaborent intensivement avec l’OMS et d’autres partenaires pour renforcer une série de mesures visant à endiguer l’épidémie.

Depuis mars 2014, plus de 600 cas et 390 décès ont été notifiés en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Tandis que le nombre de cas suspects, probables et confirmés et de décès évolue rapidement, la flambée ne laisse pas d’inquiéter les autorités sanitaires car la maladie peut se transmettre dans les communautés et les établissements de soins, et elle est apparue dans les villes comme dans les zones rurales et frontalières.

Déclaration de l’OMS à l’issue de la sixième réunion du Comité d'urgence du Règlement sanitaire international concernant le MERS-CoV

17. juin 2014 - 12:01
La sixième réunion du Comité d’urgence convoquée par le Directeur général au titre du Règlement sanitaire international (2005) concernant le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) s’est tenue par téléconférence lundi 16 juin 2014 de 12 h 15 à 16 h 19, heure de Genève (heure de l’Europe centrale).

En plus des membres du Comité d’urgence, trois conseillers experts ont participé uniquement à la séance informelle, mais pas à la formulation de l’avis à adresser au Directeur général.

Journée mondiale du donneur de sang 2014: un sang sécurisé pour sauver des mères

10. juin 2014 - 9:00
À l’occasion de la Journée mondiale du donneur de sang, qui sera célébrée le 14 juin prochain, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle les pays à améliorer l’accès au sang sécurisé pour sauver des mères.

Près de 800 femmes meurent, chaque jour, de complications survenant pendant la grossesse ou l’accouchement. Les hémorragies sévères au cours de la grossesse ou pendant ou après l’accouchement sont la première cause de décès maternel. En l’absence de soins, une hémorragie sévère peut entraîner le décès d’une femme en bonne santé en deux heures. L’accès immédiat à du sang sécurisé pouvant être transfusé est essentiel pour sauver ces femmes.

Investir dans la pratique de sage-femme peut sauver des millions de vies de femmes et de nouveau-nés

3. juin 2014 - 9:00
Un rapport publié aujourd'hui par l'UNFPA, Fonds des Nations Unies pour la population, de concert avec la Confédération internationale des sages-femmes (ICM), l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et leurs partenaires, révèle que 73 pays où leurs services sont le plus nécessaires disposent d'un nombre de sage-femmes extrêmement insuffisant. Le rapport recommande de nouvelles stratégies pour faire face à ces insuffisances et sauver des millions de vies de femmes et de nouveau-nés.

Les 73 pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine représentés dans l'État de la pratique de sage-femme dans le monde 2014: Sur la voie de l'universalité – Le droit des femmes à la santé supportent 96% du fardeau mondial des décès maternels, 91% des cas de mortinatalité et 93% des décès néonatals, mais ne disposent que de 42% des sages-femmes, infirmières et médecins du monde entier.
Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE