Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Alain Badiou en sept rencontres

Infos Mille babords - 8. octobre 2014 - 19:00

le 8 octobre à 19 heures au théâtre Toursky autour de théâtre/philosophie/poésie, « Vers une discipline des conséquences », conçue et animée par Florence Pazzottu, et à laquelle sera invité également le philosophe Quentin Meillassoux.

le 9 octobre à 19 heures au cinéma les Variétés une soirée autour des luttes luttes ouvrières et des luttes d'émancipation : projection de Souffles de vie de S. Waultier et en présence des ouvriers ex-Nestlé et ex-Fralib.

le 10 octobre à 10 heures, une conférence de presse sur le site de l'usine ex-Fralib à Gémenos, puis à 19 heures à l'Espace Culturel Busserine, une soirée autour du Réveil de l'histoire et de la place des habitants des quartiers populaires.

le samedi 11 octobre à 10 h 30, Pensons le Matin au théâtre Gyptis à sur le thème "la Culture à l'épreuve de l'urbain". Le même jour, au théâtre Gyptis, à 20 h 30, « Elever l'impuissance à l'impossible » : soirée autour de Lacan, animée par Florence Pazzottu. Alain Badiou dialoguera avec Hervé Castanet, et Pascal Lièvre projettera deux de ses courts films et fera une performance,

le dimanche 12 octobre à 16 heures, Alain Badiou sera l'invité du festival les Littorales à bord du Don du Vent et au Magic Mirror quai de la Fraternité. Il sera présenté par Thierry Guichard du Matricule des Anges.

Cet événement est entièrement libre et gratuit, sans réservation, à l'exception de la séance spéciale au cinéma les Variétés (prévente au tarif unique de 6 euros).

Retrouvez le programme complet et la liste de nos nombreux partenaires sur le site d'Alt(r)a Voce :
http://www.altravoce-marseille.com/#!a-venir/c9vr

L'éducation à l'école, au service de qui, de quoi ?

Infos Mille babords - 29. septembre 2014 - 19:00

Ce forum-actif, accueilli par le Théâtre Toursky, Richard Martin et l'Association des Amis de Richard Martin, a pour ambition d'interroger publiquement, et dans un esprit de contradiction constructif, les enjeux que porte encore l'école dans notre société.
Enjeux de construction personnelle, mais aussi sociale, enjeux éducatifs donc, au coeur de la Cité, de son projet.

Quelles pédagogies sont mises en oeuvre pour ce vaste chantier ? Que disent-elles du projet social organisé ? Qu'induisent-elles, qu'empêchent-elles, dans la formation de l'individu qu'est l'enfant, dans la formation du citoyen qui est en germe dans cet enfant, ces enfants ?

Ces pédagogies ne peuvent être mises en place indépendamment des espaces et des temps dans et/ou autour desquels elles s'appliquent. Elles ne sont pas mises en place indépendamment des éducateurs et plus globalement des personnels qui entourent et accompagnent les enfants, individuellement, collectivement. Cet encadrement, quelle est sa fonction ? Que signale-t-il aux enfants ? Que signale-t-il de notre projet éducatif pour les enfants ?
Ces temps, ces rythmes, ces espaces, cet encadrement, que signalent-ils de notre projet éducatif ? Que devraient-ils être, pour "grandir l'élan du cœur, de la main et de l'esprit" de l'enfant ?

Cette soirée est organisée par des citoyens, parents, enseignants, soucieux d'éducation, en lutte notamment ce printemps pour les écoles de la Belle de Mai, saturées, asphyxiées. Les questionnements sur l'école et l'éducation qui y sont portés datent de bien avant la compliquée mais très prévisible rentrée "Rythmes Scolaires à Marseille" qui n'est qu'un révélateur des orientations éducatives et pédagogiques que les écoles de Marseille et de France suivent .

Il est question ici de réfléchir au projet éducatif que porte l'école aujourd'hui, dans ses orientations globales, dans sa contemporanéité, pas dans une contextualisation politique locale, quand bien même tristement polémique et signifiante.

Avec nous, et autour de JM Calvi, C. Leconte, C. Lefort, M. Maximin, Les CEMEA, les FRANCAS, éducateurs et/ou spécialistes de l'éducation et de l'enfant, parents, associations de parents (MPE13), encadrants, chercheurs, éducateurs, médecins, collectifs ou associations citoyens, enseignants et tous ceux soucieux de la question de l'Éducation sont attendus...

Nous vous invitons à débattre de ces pratiques de terrain, de leurs conditions de pratique et de ce qu'elles induisent, en profondeur, dans la construction des petits bouts de gens que nous confions aux écoles.

À lundi 29 septembre 2014, à partir de 19h, au Théâtre Toursky, Espace Léo Ferré.

Soirée accueillie par l'Association des Amis de Richard Martin, sur proposition d'Annie-Claude et Erwan, enseignants-parents, animateurs de l'émission Radio Galère « l'École Républicaine, le diable n'est pas que dans les détails » et de Rahma, Vincent et Nicolas, éducateurs parents en lutte de la Belle de Mai.

De l'avènement de la République au coup d'État de Napoléon Bonaparte (1792-1799)

Infos Mille babords - 27. septembre 2014 - 18:00

18 h - début de la présentation, pause bouffe
20 h 30 - fin de la présentation
21 h 30 - débat

DE L'AVÈVEMENT DE LA RÉPUBLIQUE AU COUP D'ÉTAT DE NAPOLÉON BONAPARTE (1792-1799)

La République proclamée, les divisions au sein de la bourgeoisie se développent. Les Montagnards, plus proches des professions libérales et des petits propriétaires, réalisent qu'ils ne peuvent pas vaincre sans le concours des classes populaires.
Or, les revendications de celles‐ci constituent une menace pour les intérêts de la bourgeoisie d'affaire que défendent les Girondins. L'amplification du mouvement populaire alliée à la volonté des montagnards permettent l'élimination de la Gironde. Dans un contexte de guerres extérieure et intérieure, de crise économique, les classes populaires exercent des actions directes contre les accapareurs, les spéculateurs, les contre-révolutionnaires...
et réclament la Terreur. Les dirigeants montagnards au pouvoir, dont Robespierre, récupèrent ce mouvement mais le retournent contre le prolétariat. Les travailleurs sont alors désarmés. Avec la chute des robespierristes et la fin de la Terreur, le 9 Thermidor (27 juillet 1794) amorce un recul de la Révolution. La bourgeoisie d'affaire à nouveau au pouvoir veut conserver ses acquis issus de la Révolution et redoute autant la contre‐révolution royaliste qu'un retour des classes populaires sur la scène politique.

CYCLE LUTTE DES CLASSES PENDANT LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

L'histoire grand-public montre la Révolution française comme un moment de violence extrême et aveugle exercée par des classes populaires manipulées par des leaders révolutionnaires. Les médias comme certains historiens se focalisent sur la Terreur, vue comme une dérive regrettable. Loin de ces clichés servant des intérêts de classe, les faits montrent comment les travailleurs urbains et ruraux ont mené des luttes autonomes pour un monde meilleur. Elles ont dépassé ainsi le contenu bourgeois de la Révolution et forgé des expériences pour les combats à venir du prolétariat.
Cette approche de la période révolutionnaire entend rappeler que la lutte des classes n'est pas un concept construit de toute pièce. Aujourd'hui, face aux ravages du capitalisme dont les origines remontent à la fin du XVIIIe siècle, les prolétaires d'ici et d'ailleurs ne peuvent rien attendre d'un réformisme qui n'en finit pas de nous resservir les mêmes recettes miracles pour « humaniser » ce système.

laretive (at) riseup.net

« Les Raisins de la colère », de John Ford

Infos Mille babords - 26. septembre 2014 - 19:00

19 h auberge espagnole
20 h 30 proj.

Crise de 1929. Les terres grises de l'Oklahoma ne sont pas assez rentables. Le métayage a fait son temps et les banquiers propriétaires expulsent par milliers des familles de fermiers. S'ensuit une course au travail, un exode massif vers « l'Eldorado », l'Ouest, la Californie.
Expulsée, la famille Joad au grand complet prend la route à bord d'un camion de fortune. La Nationale 66, route des migrations, des réfugiés, de la fuite, se couvre de pauvres éclopés qui s'en vont vers un grand rêve commun. Ces expropriés deviennent des émigrants, des Okies. D'un camp de fortune à l'autre, ils se retrouvent confrontés à l'exploitation féroce des capitalistes profitant du grand nombre d'émigrants pour baisser toujours plus les salaires.
Mais les raisins de la colère se gonflent et mûrissent, annonçant les vendanges prochaines.

« Les Raisins de la colère », 129 mn, John Ford, 1940
adapté du roman de J. Steinbeck (1939)

laretive (at) riseup.net

« Salariés sans frontières », de Gilles Balbastre

Infos Mille babords - 26. septembre 2014 - 18:30

En route vers le Paradis …

C'est au cœur même de l'Europe que, depuis 40 ans, avec la fin de la sidérurgie lorraine, se développe un véritable « laboratoire de services », un Eldorado pour les requins des finances et des multinationales : le Luxembourg, « place forte financière qui est une pompe d'aspiration pour les régions de plus en plus pauvres qui sont autour » (G.Balbastre).

Le réalisateur nous entraîne dans son documentaire riche en détails significatifs, en interrogations et nuances, à découvrir les conditions de travail et de vie de ces salarié(e)s transfrontaliers – lorrains mais aussi allemands et belges –, expérimentant de force et différemment (genre, âge, formation …) les lois d'airain du capitalisme actuel : précarité, mobilité, flexibilité, productivité, exploitation et aliénation.

« Les Lorrains, on l'entend souvent, sont les bougnoules du Luxembourg » (G.B.).

Mais dans cette région, devenant un désert économique, social et citoyen où se sont perdues les solidarités de la culture ouvrière, quelques noms de la « vallée des anges », Florange, Hayange..., nous amènent à nous poser les questions des responsabilités politiques, syndicales, associatives aux échelles de l'Europe, de la France et de la région.

« Salariés sans frontières »
2012, 50 minutes
par Gilles Balbastre, le co-réalisateur des « Nouveaux chiens de garde »

Interview du réalisateur :
Censuré par France 5, Gilles Balbastre revient sur "Salariés sans frontières", un documentaire sur les travailleurs frontaliers

L'actualité de la révolution de 1848

Infos Mille babords - 24. septembre 2014 - 21:00

Dates : les mercredis 24 septembre, 1er, 15, 22 et 29 octobre, 5 novembre ; de 19 à 21 heures.

Lieu : Théâtre Toursky, 16 Promenade Léo Ferré, 13003 Marseille (métro National).

Ouvert à tous et gratuit, sans inscription (mais il est recommandé de suivre tout le cycle). Conformément à l'esprit de l'Université populaire, chaque séance comporte un exposé d'un peu plus d'une heure, le reste étant consacré à la discussion, à l'échange d'idées ou aux extensions souhaitées par le public.

Présentation

La Révolution de 1848, que certains historiens n'hésitent pas à qualifier de "révolution oubliée", n'a pas une place de choix dans notre historiographie. Elle est dépourvue de l'auréole glorieuse de la Révolution de 1830 ("les Trois Glorieuses") dont la liberté guidant le peuple de Delacroix est devenu l'emblème. Révolution oubliée ? peut-être parce que recouverte par l'avènement de la République, sans doute parce qu'écrite par les vainqueurs.

Interroger la Révolution de 1848, c'est essayer de redonner la parole aux vaincus, en questionnant le processus révolutionnaire par lequel la "classe la plus nombreuse et la plus pauvre" (selon l'expression de Saint-Simon, en 1822) est entrée dans l'histoire comme sujet politique.

C'est essayer de faire surgir les espoirs qu'une révolution rend possibles, c'est aussi inscrire ce moment historique de confrontation dans plus de trente ans d'expériences ouvrières, d'effervescence intellectuelle et politique.

La Révolution de 1848 est à situer dans la dynamique de 1830 qu'elle veut reprendre et achever, une "révolution escamotée" - les insurgés de 1848 auront cet escamotage bien présent à l'esprit - qui ouvre cependant une période de politisation et permet la prise de parole à des groupes jusqu'alors invisibles ou inaudibles, la parole ouvrière, la parole des femmes.

Le peu de gloire qui frappe la Révolution de février 1848 tient sans doute au fait qu'elle ait tourné court. La République, une fois proclamée République légale par les premières élections au suffrage "universel" (masculin), a évolué très vite vers le conservatisme et la remise en cause des acquis des deux mois de la République démocratique et sociale (du 24 février 1848, République proclamée, au 4 mai 1848, république instituée). Cette deuxième République, née pourtant d'une Révolution pleine de ferveur humanitaire, de volonté de changer les conditions de vie des plus pauvres, d'une effusion de fraternité sans précédent, ("l'illusion lyrique") s'est livrée à la répression féroce de l'insurrection ouvrière : en juin 1848, elle mitraille le peuple qui l'a portée au pouvoir.

Nous tenterons d'éclairer cet apparent paradoxe qui se présente comme un retournement complet, de montrer comment ce durcissement réactionnaire a ouvert un boulevard au coup d'Etat de Napoléon III.

Interroger la Révolution de 1848, c'est aussi l'inscrire dans un mouvement révolutionnaire européen "le printemps des peuples", répétition de la première révolution européenne de 1830.

Que retenir alors de 1848 : l'universalité du suffrage, l'abolition de la peine de mort en matière politique, la suppression de l'esclavage, la reconnaissance du droit au travail, l'apprentissage de la République ?

Au delà de cet héritage, les enjeux politiques de 1848 se posent en des termes qui ressurgissent dans l'histoire conflictuelle de notre temps : telle est l'actualité de 1848.

« We Feed the World » de Erwin Wagenhofer

Infos Mille babords - 24. septembre 2014 - 20:00

Attac Marseille et le Centre Culturel de Luminy proposent au cours de cette année un cycle cinéma sur le thème « Agriculture et Alimentation » avec la projection le Jeudi 24 septembre à 20h00 la projection du film de Erwin Wagenhofer :
WE FEED THE WORLD
Durée : 96 minutes
Date de sortie : 25 Avril 2007

Synopsis : chaque jour à Vienne, la quantité de pain inutilisée, et vouée à la destruction, pourrait nourrir la seconde plus grande ville d'Autriche, Graz... Environ 350 000 hectares de terres agricoles, essentiellement en Amérique latine, sont employés à la culture du soja destiné à la nourriture du cheptel des pays européens alors que près d'un quart de la population de ces pays souffre de malnutrition chronique. Chaque Européen consomme annuellement 10 kilogrammes de légumes verts, irrigués artificiellement dans le Sud de l'Espagne, et dont la culture provoque des pénuries d'eau locales...

Avec We Feed the World, le documentariste Erwin Wagenhofer propose aux spectateurs un regard sur l'agriculture mondiale moderne. En passant par la Roumanie, l'Autriche, le Brésil, la France et l'Espagne, son enquête se focalise sur la manière dont est fabriqué ce qui arrive dans notre assiette. Il montre que la domination du Nord sur le Sud est prégnante. Comment est-il possible qu'en Afrique l'on achète des produits européens ou asiatiques comme le poulet thaïlandais ? Le réalisateur présente une face peu connue de la mondialisation : en achetant un poulet industriel, on contribue au défrichement de l'Amazonie car le Brésil déforeste pour cultiver le soja qui sert à nourrir les volailles élevées en batterie (90 % de la production de soja du Brésil sont exportés). Le documentaire souligne également la différence entre industrie agroalimentaire et petite exploitation. We Feed the World adopte un style « coup de poing » visant à éveiller les consciences1.

Le film se déroule dans les plaines agricoles d'Autriche, à Concarneau en France, à Almeria en Espagne, à Braila en Roumanie, dans le Mato Grosso.

Le film s'achève par une interview du PDG de Nestlé, Peter Brabeck-Letmathe.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Et on pourra un peu causer après sur le thème de l'action individuelle et de l'action collective ainsi que sur les formes d'actions qui restent à inventer ensemble...

Marseille Brésil : le combat des « sans-terre » pour une agriculture paysanne alternative à l'agro-business

Infos Mille babords - 24. septembre 2014 - 19:00

Projection d'un documentaire brésilien : Lutar sempre (30 mn/ VO ST)
Conférence/ débat avec Rosana Cebalho Fernandes, membre de la coordination nationale du Mouvement des Sans Terre du Brésil, membre de la coordination de l'École Nationale Florestan Fernandes/ Monique Murga, membre de France Amérique Latine Toulouse, présidente du Comité des Amis du Mouvement des Sans Terre de France

Le Brésil, ce n'est pas que le foot !
On l'a bien vu lors de la dernière coupe du monde qui n'a pas empêché syndicats et mouvements sociaux brésiliens de continuer à exiger des moyens pour la santé, l'éducation, les transports, le logement et la réforme agraire…..

Au cœur des luttes, le Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST) dénonce les méfaits de l'agro-industrie, remet en cause les choix de développement de la sixième force économique mondiale, questionne le modèle « Lula/ Roussef », se bat pour la justice sociale, occupe des terres pour y construire une vie
digne et « rendre visibles les invisibles... »

À l'approche de l'élection présidentielle d'octobre,
quel bilan tirer des combats des « sans-terre » ?
Quelles solidarités construire entre ici et là-bas ?

Réunion publique sur l'ouverture d'un potager communautaire

Infos Mille babords - 24. septembre 2014 - 18:00

18 h : réunion publique sur l'ouverture d'un nouveau projet - Le jardin communautaire de Luminy
Un nouveau jardin est en cours de construction sur Luminy, un lieu pédagogique ouvert à tous où les dernières techniques d'agro-écologie et de permaculture sont testées sur plus de 2000m² de jardin méditerranéen.

Si vous avez envie de passer un moment les mains dans la Terre, tester une technique de pousse ou planter un arbre, si vous souhaitez construire une cabane autonome ou chercher un système de récupération d'eau de pluie, si vous voulez dessiner une portion de ce jardin ou mettre en pratique les conseils de professionnels, si vous voulez venir arroser deux fois par semaine ou juste pique-niquer avec vos amis, rejoignez-nous en haut du campus et prenez part à ce projet qui se lance juste cette année !

En parallèle : réunion d'information et inscriptions à la distribution de paniers bio tous les jeudis sur Luminy. Tarifs préférentiels pour étudiants et jeunes actifs.

À 20 heures, Ciné-club d'Attac Marseille et le Centre culturel de Luminy :
« We Feed the World » de Erwin Wagenhofer
voir la présentation :
http://www.millebabords.org/spip.php?article26621

Le Dictionnaire des anarchistes

Infos Mille babords - 23. septembre 2014 - 18:00

Avec Françoise Fontanelli, professeur d'histoire, collaboratrice du Maitron des anarchistes/ Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone
Et Claude Pennetier, historien, directeur du Maitron – Dictionnaire biographique / Mouvement ouvrier. Mouvement social / De 1940 à mai 1968

Marseille Brésil : le combat des « sans-terre » pour une agriculture paysanne alternative à l'agro-business

Infos Mille babords - 23. septembre 2014 - 18:00

Avec Rosana Cebalho Fernandes, membre de la coordination nationale du Mouvement des Sans Terre du Brésil, membre de la coordination de l'École Nationale Florestan Fernandes/ Monique Murga, membre de France Amérique Latine Toulouse, présidente du Comité des Amis du Mouvement des Sans Terre de France

Le Brésil, ce n'est pas que le foot !
On l'a bien vu lors de la dernière coupe du monde qui n'a pas empêché syndicats et mouvements sociaux brésiliens de continuer à exiger des moyens pour la santé, l'éducation, les transports, le logement et la réforme agraire…..

Au cœur des luttes, le Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST) dénonce les méfaits de l'agro-industrie, remet en cause les choix de développement de la sixième force économique mondiale, questionne le modèle « Lula/ Roussef », se bat pour la justice sociale, occupe des terres pour y construire une vie
digne et « rendre visibles les invisibles... »

À l'approche de l'élection présidentielle d'octobre,
quel bilan tirer des combats des « sans-terre » ?
Quelles solidarités construire entre ici et là-bas ?

Contre l'abattage des cèdres de Forcalquier… PIQUE-NIQUE

Infos Mille babords - 21. septembre 2014 - 12:00

Le PIQUE-NIQUE, initialement prévu le 14, aura lieu dimanche 21 septembre à 12 h.

En effet, se tiendront justement les 20 et 21 les journées européennes du patrimoine, dont le thème est cette année : « Patrimoine culturel, patrimoine naturel », thème qui « ouvre résolument le champ du patrimoine (monuments historiques, espaces protégés ou domaines naturels abritant du patrimoine) ».

Pas de doute, nous allons, toutes et tous, ouvrir résolument ce champ !

règle du jeu : chacunE amène un plat ou une boisson (et ses couverts), à partager avec d'autres convives.

collectifcedres chez orange.fr

http://04.demosphere.eu/files/import-images/resized-72e437343c288a601384ad32596ea662.png

Anarchist Black Cross Marseille Fest

Infos Mille babords - 20. septembre 2014 - 16:00

Samedi 20/09

16H : Atelier d'écriture de lettres aux prisonnier.e.s
Squat Mazagran - Entrée libre
20H : Concert à La Salle Gueule (8 rue d italie)- prix libre -
The chemist and the Acevities /// anarcho-surf /// Dijon
http://thechemistandtheacevities.bandcamp.com/
Milenrama /// Anarchopunk /// Espagne
http://milenrama.bandcamp.com/music
Compagnie KTA /// Punk à texte /// Marseille
http://kta-cie.e-monsite.com/

Dimanche 21/09

16H : Projection du documentaire "Ivan à la mémoire de notre amie"
Le Molotov - Entrée libre
18H : Débat "Drôle de France" par la compagnie KTA
La Salle Gueule (8 rue d italie) - Entrée libre
20H : Knocking on vegan's doors - Repas vegan en soutien à l'ABC.
La Salle Gueule (8 rue d italie)- prix libre

anarchistblackcross-mars.antifa-net.fr

Il y a 100 ans, les partis socialistes ont ouvert la voie au déchaînement de la Première Guerre mondiale

Infos Mille babords - 20. septembre 2014 - 15:00

Avec la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, toute la
bourgeoisie cherche aujourd'hui à nous faire oublier la vérité historique : ce sont les partis “socialistes” qui ont voté les crédits de guerre et embrigadé des dizaines de millions de prolétaires dans cette infâme boucherie. En trahissant les principes et le mot d'ordre du mouvement ouvrier : “Les prolétaires n'ont pas de patrie, prolétaires de tous les pays unissez-vous !”, ce sont les partis “socialistes” qui ont été les principaux responsables du massacre. Mais cette trahison, qui a signé l'entrée du capitalisme dans sa période de décadence et l'intégration définitive des PS dans le camp de la bourgeoisie, ne s'est pas faite du jour au lendemain. Le vote des crédits de guerre par les députés “socialistes” au Parlement a été le couronnement d'un long processus de dégénérescence opportuniste, notamment au sein du parti phare du mouvement ouvrier, le Parti social-démocrate allemand.

Nous invitons nos lecteurs à venir participer au débat qui suivra l'exposé du CCI.

RÉUNION PUBLIQUE DU COURANT COMMUNISTE INTERNATIONAL
LE SAMEDI 20/09/2014 A 15H A L'ASSOCIATION MILLE BÂBORDS 61 RUE CONSOLAT 13001 MARSEILLE MÉTRO ET TRAMWAY RÉFORMÉS

Marche contre la vivisection et contre Air France

Infos Mille babords - 20. septembre 2014 - 14:00
MANIFESTATION CONTRE LA VIVISECTION & CONTRE AIR FRANCECampagnes en cours : "Marseille Contre la Vivisection" et "Air Souffrance"CO-ORGANISÉE PAR AIR SOUFFRANCE ET L'ALARM.

Air France KLM est le principal transporteur d'animaux à destination des laboratoires d'expérimentation. C'est une cible cruciale pour mettre à genoux l'industrie de la vivisection maintenant que tous les autres transporteurs aériens ont abandonné ce commerce honteux.

L'industrie de la vivisection se montre très inquiète par rapport à l'impact de ces campagnes (articles dans des revues, spécialisées, conférences entièrement dédiées à ce sujet etc.).

La difficulté pour se procurer des animaux entraînant l'augmentation de leur prix pousse des laboratoires à se tourner vers les méthodes substitutives, plus fiables et moins coûteuses, notamment dans le domaine universitaire.

Lien vers le site internet de la campagne Air Souffrance

La campagne « MARSEILLE CONTRE LA VIVISECTION » a pour but la libération des animaux des laboratoires marseillais - publics et privés - et notamment concernant l'Institut de Neurosciences de la Timone, dont une nouvelle animalerie de 1000 m2 a été créée au sein du campus de Joseph Aiguier ; Institut de Neurosciences qui est alimenté (concernant les primates non humains) par la station de primatologie de Rousset, où 600 singes de 4 espèces différentes y sont emprisonnés.

Cette marche marquera le début d'un mouvement déterminé pour faire cesser l'exploitation des animaux dans les laboratoires de vivisection et pour une science sans souffrance qui évoluerait vers les méthodes substitutives.

Lien vers le site internet de l'ALARM

La vivisection est un massacre qui prend plusieurs centaines de millions de vies animales chaque année.

CETTE PRATIQUE DOIT DISPARAITRE !

Mobilisons-nous et marchons contre la vivisection ce samedi 20 septembre 2014 à Marseille !

Rendez-vous au KIOSQUE A MUSIQUE ("Les Mobiles" / haut de la Canebière), Place Léon Blum, 13001 MARSEILLE."
Départ à 14h00.
Métro Ligne1, arrêt : Les Réformés.

Marche s'intégrant dans le programme de l'édition 2014 du
Festiv'ALARM, qui se déroulera du 17 au 20 septembre.

Événement facebook de la marche ICI


(EN)


MARCH AGAINST VIVISECTION & AIR FRANCEOn going campaigns : « Marseille Against Vivisection » and « Air Souffrance » (Gateway To Hell),CO-ORGANISED BY AIR SOUFFRANCE AND ALARM.

Air France KLM is the main company still transporting animals to supply laboratories for animal experiments. It is a major target to bring the vivisection industry to the ground now that all the other major airlines have stopped this bloody business.

The vivisection industry is getting very worried as our campaigns are paying off (articles in scientific magazines, entire conferences to talk about this topic etc.).

Having trouble being supplied with animals leads to higher prices forcing labs to work with alternatives methods, more reliable and cheaper specially in universities.

Information about the campaign (in English)

The « Marseille Against Vivisection » campaign has set as a goal the freedom for all animals being encaged across Marseille's labs whether public or private ones and with a special note to the Neuroscience Institute of la Timone, in which a new animal facility of 10 800 sq ft has been built and opened back in October 2013. The Neuroscience Institute is being supplied with primates that directly come from the station of primatology of Rousset, where 600 primates of 4 species are being detained.

This march will be the beginning of a determined mouvement that wants to put an end to the use of animals in laboratories and for a science moving toward the use of sound scientific and alternative methods.

Link to the ALARM's website (in French)

Vivisection is a massacre killing hundreds of million animals lives each year, as well as hundreds of thousand human lives.

VIVISECTION MUST DISAPEAR !

Let's march and protest against vivisection on 20th September in Marseille (France) !

Meeting point at : KIOSQUE A MUSIQUE ("Les Mobiles" / haut de la Canebière), 13001 MARSEILLE."
Beginning at 2pm.
Métro Ligne1, arrêt : Les Réformés.

This demo is part of the program of our second festival for animal liberation (and human !) called « Festiv'ALARM » which will occured from 17th to 20th of September 2014.

Manifestation des écoles samedi à Marseille

Infos Mille babords - 20. septembre 2014 - 10:30

Casanova démission. Du Vieux Port, qu'elle prenne le large...et que par un prompt renfort nous nous retrouvions 5000 ! (Christophe G.)

Rythmes Scolaires

Le maire n'entend pas ! Parlons plus fort !!!

À l'appel des Coordinations de Parents, de Syndicats, d'Associations et de Collectifs, Parents, citoyens, personnels, Retrouvons-nous nombreux

Samedi 20 septembre à 10h30 au Vieux-Port

Pour une Manifestation Unitaire

En direction de la mairie


Coordination_actions chez googlegroups.com

Fête de l'Agriculture Paysanne

Infos Mille babords - 20. septembre 2014 - 10:00

La Confédération Paysanne du Var, l'ADEAR (Association pour le Développement de l'Emploi Agricole et Rural), Solidarité Paysans et Alliance Provence (les AMAPs) vous invitent à la 4ème édition de la Fête de l'Agriculture Paysanne. Cette année, elle se déroulera le 20 septembre 2014, à l'Espace René Autran, à La Roquebrussanne (83).

Au programme : marché paysan, repas paysan le midi (méchoui ou menu végétarien, pensez à réserver au 06 84 37 56 88), Conférence-débat sur le traité de libre échange transatlantique (TAFTA) en présence de José Bové, Projection du film-documentaire « La guerre des graines », Concerts avec Gari Grèu et Z Zitoun, etc. Programme détaillé ci-dessous.

Projet ITER : eau dans le gaz à tous les étages

Infos Mille babords - 20. septembre 2014 - 7:05

Emission Terre à terre (tous les samedi de 7 h 05 à 8 h)

Avec : Monique et Raymond Sené, physiciens nucléaires, membres du GSIEN (groupement de scientifiques pour l'information sur l'énergie nucléaire) ; Christian Ribaud et Alain Champarnaud, délégués CGT de Cadarache et Samuel Autexier, de Solidarités 04.

Thème(s) : Information - Ecologie - Environnement - Industrie

http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-projet-iter-eau-dans-le-gaz-a-tous-les-etages-2014-09-20

http://solidarites04.free.fr/spip.php?article142

« L'expérience Cecosesola » (Venezuela) de Ronan Keneur et David Ferret (59 mn)

Infos Mille babords - il y a 2 heures 21 min

À l'heure où les médias occidentaux donnent de la situation vénézuélienne une vision déformée, partiale et peu documentée, ce film vous permettra de découvrir une expérience humaine et sociale exceptionnelle et de débattre sur la participation populaire dans ce pays. L'expérience Cecosesola tente d'illustrer l'ingéniosité et la pérennité d'une expérience collective qui a choisi une voie indésirable pour les uns, utopique pour les autres. En 1967, quelques habitants de la ville de Barquisimeto au Venezuela s'associent pour enterrer dignement leurs morts : la coopérative Cecosesola est née. Malgré les pressions politiques, leur modèle autogestionnaire progresse et se diversifie. Aujourd'hui, ce sont plus de 1200 travailleurs associés qui gèrent des supermarchés populaires, les ferias, où affluent chaque semaine des milliers de consommateurs. Égalité des revenus, rotation des postes, absence de hiérarchie et relations de confiance sont devenus les piliers de l'organisation.

Ce documentaire a été sélectionné pour participer à la compétition de la 23ème édition du festival de cinéma latino-américain de Biarritz (29 septembre/ 5 octobre 2014). Venez le découvrir en avant-première !
6€ la séance / pré-vente en caisse du cinéma dès le 8 Septembre.

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE