Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914)

Infos Mille babords - 12. décembre 2014 - 19:00

Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914) raconte l'histoire de l'opposition ouvrière à la montée vers la guerre, et notamment celle de sa fraction antimilitariste et « antipatriote » la plus radicale, incarnée par la Fédération communiste anarchiste (FCA), qui menace ouvertement de « saboter la mobilisation ». Animée par de jeunes ouvriers révolutionnaires de la « génération de 1906 », cette organisation était jusqu'ici très mal connue, n'ayant fait l'objet d'aucune étude spécifique.

En suivant le fil rouge de la FCA, ce livre dévoile le contexte de l'avant-guerre, souvent éclipsé par le cataclysme de 1914, et explore le mouvement ouvrier d'alors : son organisation, ses passions, ses fractions, ses controverses, ses petites et ses grandes luttes.

Il fait le récit des grèves des PTT en 1909, du rail en 1910, du bâtiment en 1911, marquées par le sabotage des lignes de communication et par la « chasse au renard ». Il narre les grandes affaires : Ferrer, Aernoult-Rousset, Métivier, Bonnot. Il raconte l'enthousiasme de la FCA pour la Révolution mexicaine, six ans avant la Révolution russe. Il explique la force motrice qu'a représenté l'hebdomadaire La Guerre sociale, adoré puis renié par les révolutionnaires. Il aborde la résurgence de l'antisémitisme et de l'antimaçonnisme en 1911, et les affrontements du Quartier latin.

Le livre explore également une période négligée du syndicalisme révolutionnaire français, alors que l'âge « héroïque » de la CGT (1901-1908) est révolu et que, frappée par l'État, elle se déchire sur la stratégie à adopter. Il pointe la montée des femmes et de la « main d'œuvre étrangère » dans le débat syndical à cette époque. Enfin, dans un climat militariste et belliciste que l'on peine aujourd'hui à imaginer, il détaille la répression contre les syndicalistes et les anarchistes : le retour des « lois scélérates » de 1894, la menace du bagne militaire (« Biribi »), du Carnet B et du peloton d'exécution.

Guillaume Davranche (né en 1977) est journaliste et chercheur indépendant en histoire sociale. Il a codirigé le Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone, dit le « Maitron des anarchistes ». Cette œuvre collective réalisée sous les auspices du CNRS et de l'université Paris-I a paru le 1er mai 2014 aux Éditions de l'Atelier.

cira.marseille chez free.fr / http://cira.marseille.free.fr/

Rudolf Rocker ou la liberté par « en bas »

Infos Mille babords - 6. décembre 2014 - 17:00

Né à Mayence (Allemagne), et mort aux États-Unis en 1958, Rudolf Rocker (1873-1958) a été durant des décennies une des figures marquantes de l'anarchisme et de l'anarcho-syndicalisme au niveau international. Pourtant, il demeure encore peu connu en France. La récente publication du livre collectif Rudolf Rocker ou la liberté par en bas[1] apporte au public francophone des éléments essentiels pour connaître sa vie et ses idées. En attendant, peut-être, de nouvelles traductions de ses œuvres, elle devrait inciter tous ceux qui sont soucieux de penser les conditions d'une véritable émancipation sociale à revenir à ses écrits déjà traduits en français[2].

Dans le pays qui fut le berceau de la social-démocratie internationale et du marxisme de parti, dont on mesure chaque jour l'ampleur de l'échec historique, Rudolf Rocker démontre qu'une autre voie était possible, qu'il s'employa sa vie durant à explorer malgré des difficultés de tous ordres et les différents visages que prit la contre-révolution.

Il s'agira ici de rappeler quel fut son itinéraire en insistant sur deux aspects : sa contribution au mouvement anarcho-syndicaliste allemand et à l'Association internationale des travailleurs de Berlin, fondée en 1922, et sa critique du bolchevisme et de l'Union soviétique.

Alors que ce que l'on nomme par antiphrase le « débat d'idées » est de plus en plus dominé par des faussaires réactionnaires auxquels le « pluralisme » médiatique oppose quelques rares nostalgiques du « camp socialiste » et de « l'idée communiste », Lénine et Mao à la boutonnière, la lecture de Rudolf Rocker apporte une bouffée d'air frais et quelques idées claires sur les fondements de l'émancipation sociale, en particulier sur le fait que « la dictature est le moins adapté de tous les moyens pour donner naissance à une nouvelle communauté humaine ».


Notes
[1] À contretemps, « Rudolf Rocker ou la liberté par en bas », Les Éditions Libertaires et éditions Nada, 2014, 300 pages, 18 euros.
[2] En particulier : Théorie et pratique de l'anarcho-syndicalisme (Aden, 2011) ; Nationalisme et culture (Les Éditions Libertaires et éditions CNT-RP, 2008) ; Les soviets trahis par les bolcheviks (Spartacus, 1998).
Ces livres sont disponibles au CIRA.

cira.marseille chez free.fr / http://cira.marseille.free.fr/

Le film Se Battre de Jean Pierre Duret et Andrea Santana

Infos Mille babords - 2. décembre 2014 - 20:00

SE BATTRE

Synopsis

Aujourd'hui, pour plus de 13 millions de Français, la vie se joue chaque mois à 50 euros près. Derrière

ces statistiques, se livrent au quotidien des combats singuliers menés par des hommes et des

femmes qui ont la rage de s'en sortir et les mots pour le dire. À leurs côtés, des bénévoles se donnent

sans compter pour faire exister un monde plus solidaire.

Note d'intention des réalisateurs

Il y a dans ce film ce que nous sommes, ce qui nous anime en tant que citoyens et cinéastes.

Nous sommes arrivés à Givors en novembre 2011 pour ouvrir le chantier du film. Pourquoi Givors ?

C'est une ville moyenne de 20000 habitants, sise entre le Rhône et le Gier, adossée à la campagne et

traversée par l'autoroute qui de Lyon conduit à Saint-Étienne. Elle fut une grande ville ouvrière, son

bassin industriel a créé beaucoup d'emplois et attiré nombre d'immigrés venus de toute part. Et puis

tout s'est écroulé très rapidement, il n'y a pas si longtemps.

Givors nous semble être emblématique d'une histoire telle que la connaissent une grande majorité de

français.

Les personnes que nous avons filmées sont quelques unes parmi les millions qui, dans notre pays,

ont des fins de mois difficiles, qu'elles aient un travail ou non.

Ce n'est pas un film sur la précarité ou la pauvreté. C'est un film fait avec des êtres qui traversent

cette précarité dans la banalité du quotidien, du chômage, de la survie ou du travail mal payé. Ils sont

le paysage à découvrir avec leur vitalité, leur détermination à vivre, leur culture de résistance. En effet,

ce n'est pas parce qu'on est pauvre, qu'on est dénué de parole, de rêves, de sentiments, ou qu'on

n'est pas dépositaire de mémoire et d'envie de transmettre à ses enfants l'idée d'un monde meilleur.

Nous sommes en train d'accepter petit à petit en France l'idée d'une société à deux vitesses, entre

ceux qui ont plus au moins, et ceux qui n'ont plus. Mais être pauvre aujourd'hui chez nous, c'est aussi

ne plus être entendu, ne plus être vu ou regardé, c'est se cacher, se taire, et subir un vrai racisme

social. Tous ces mots par lesquels on les stigmatise, assistés, déclassés, et tant d'autres qui font mal,

provoquent ainsi chez eux un sentiment de culpabilité, tout en les séparant de plus en plus de nous.

Filmer, c'est prendre soin de l'autre. Chacun de nous construit sa vie en se confrontant aux regards

des autres. Si ce regard n'existe plus, la vie s'arrête.

C'est pourquoi nous voulions aussi rendre hommage au travail des bénévoles des associations

d'entraide, une véritable armée de l'ombre, qui aux côtés des plus démunis essaye de ne pas les

laisser seuls. L'évidence avec laquelle certains êtres aident les autres, leur don de soi, est quelque

chose d'admirable.

Nous avons eu le sentiment de filmer à Givors la substance d'un pays, sa moelle. Nous avons

rencontré le peuple français tel qu'il est tel et tel qu'il maintient vive sa culture de résistance et de

générosité, sa part de singularité.

A condition de lui prêter attention. A condition de le considérer et ne pas le laisser dans la solitude.

Fiche technique

Un film de Jean-Pierre Duret et Andrea Santana - Image et son Jean-Pierre Duret et Andrea

Santana - Montage Catherine Rascon - Montage son et mixage Roman Dymny - Musique originale

Bruno Courtin - Étalonnage Herbert Posch - Vidéo de Poche - Produit par Muriel Meynard - Une

production AGAT Films & Cie - Avec la participation du Centre National du Cinéma et de l'Image Animée et du Festival Ciné 32 – Distribution ALOEST/VEO - 2014 – documentaire – 1h30 – 1,85 –

http://www.sebattre.com/

« Mais où est passé Robin des bois ? »

Infos Mille babords - 1. décembre 2014 - 20:30

Les pauvres s'appauvrissent et se multiplient, la crise n'en finit plus de faire des ravages, mais où est Robin des bois ? En le cherchant, un personnage, un peu déluré, va décortiquer les discours économiques et politiques. Ce n'est pas comique et pourtant...
Il va arbitrer, caricaturer les débats actuels dans un dialogue où les points de vues vont se confronter.

Le chômage, l'impôt, le TAFTA, comment vont-ils se sortir de cette crise ? Aurons-nous du beurre dans les épinards surgelés ? Vous le saurez en assistant à ce spectacle…

Entrée libre, sortie au chapeau

Solidarité avec le Peuple Palestinien

Infos Mille babords - 29. novembre 2014 - 14:30

OCCUPATION – COLONISATION – APARTHEID !
CA SUFFIT !
SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE PALESTINIEN

Alors que chaque jour des palestiniens tombent sous les balles de l'occupation,
Alors que les tombes des 2100 palestiniens de Gaza sont encore fraiches et que certains des 11000 blessés continuent de mourir,
Alors que les colons fascistes israéliens attaquent quotidiennement la Mosquée Al Aqsa,
Alors que les constructions de colonies s'intensifient à Jérusalem et dans sa région ………….

Alors que l'ONU et la « communauté internationale » ont fait de 2014 l'année de Solidarité avec la Palestine et du 29 novembre la journée internationale de solidarité avec le peuple Palestinien ET RESTENT muets et complices du viol du droit international et des crimes de guerre impunis !
Merci de faire circuler largement l'information, et de nous aider à faire de cette action un grand moment de solidarité entre les PEUPLES !

En Pièce Jointe l'affiche de la Manifestation à faire circuler et à poster sur votre page Facebook

Palestine, islamophobie les questions qui fâchent

Infos Mille babords - 28. novembre 2014 - 18:30

Dans le cadre de la journée de solidarité avec le peuple palestinien le 29 novembre 2014 qui commémore la tragédie du plan de partage de la Palestine - le vote de la résolution 181 a l'ONU du 29 novembre 1947 des grandes puissances partage la terre arabe qui ne leur appartient pas –
Un collectif de citoyens engagés organise un week-end pour la décolonisation du soutien à la résistance palestinienne
VENDREDI 28 NOVEMBRE 2014 18H30
« PALESTINE, ISLAMOPHOBIE LES QUESTIONS QUI FACHENT »
Christophe OBERLIN
Chirurgien des hôpitaux et professeur la faculté Denis Diderot à Paris ; il dirige régulièrement des missions chirurgicales en Palestine, particulièrement dans la bande de Gaza où il a effectué près d'une trentaine de séjours Il présentera son livre chronique de gaza
Abdelaziz Chaambi
Président du CRI « coordination contre le racisme et islamophobie » Cofondateur du collectif des musulmans de France acteur du monde associatif et politique pour la promotion et la défense des droits des héritiers de l'immigration et des quartiers populaires
Espace Accueil aux Etrangers 22 RUE Mathieu-Stilatti 13003 Marseille
SAMEDI 29 NOVEMBRE 2014 14H campagne SAVE EL AQSA
Manifestation au départ du vieux port direction préfecture en soutien à la résistance dans toute la Palestine occupée et plus particulièrement aux résistants d'EL QODS « Jérusalem » qui luttent contre la profanation des lieux saints et la judaïsation de la ville sainte et pour dénoncer la complicité de la France dans la colonisation de la Palestine par soutien inconditionnelle aux crimes contre l'humanité
Nous vous attendons nombreux vous avez donnez l'exemple cette été malgré le ramadan et la chaleur

L'école, les minoritaires et les priorités

Infos Mille babords - 28. novembre 2014 - 18:30

Depuis deux ans sont lancées de grandes refondations et réformes : l'éducation, la politique de la ville, l'éducation prioritaire, l'intégration, ... avec pour chacune son lot de priorités nationales.
Au-delà des effets médiatiques et des enjeux de mise en oeuvre, quelle ligne politique peut-on (ou pas) voir derrière ses annonces, face au « défi d'une recomposition de notre monde commun qui n'a plus trop l'air d'une société et dont la physionomie reste à redessiner. »

Vendredi 28 novembre 2014 à 18h30
Salle Phocea de la Cité des Associations, 93 la Canebière - Marseille 1er

La rencontre sera suivie, le samedi matin, d'une rencontre avec le Collectif des Quartiers Populaires de Marseille (CQPM).

En savoir plus :
http://www.approches.fr/L-ecole-les-minoritaires-et-les

On démantèle le programme du Conseil National de la Résistance. Jusqu'où êtes-vous prêts à vous soumettre ?

Infos Mille babords - 26. novembre 2014 - 19:00

Casse du code du travail, des services publics, chômage, précarité CDD, esclavage moderne…

Résister Aujourd'hui vous convie à réagir lors d'une conférence-débat au Toursky le 26 novembre à 19 heures.

Avec Christiane Hessel, Gérard Filoche, Rose-Marie Célavi, Catherine Lecoq et Gilles Vanderpooten interviewer de Stéphane Hessel dans Engagez-vous, et la participation de Richard Martin.

Les mobilisations dans les quartiers populaires entre hier et aujourd'hui

Infos Mille babords - 25. novembre 2014 - 18:30

Les mobilisations dans les quartiers populaires entre hier et aujourd'hui
Rencontre-débat avec Rachida Brahim, Karima Berriche et Hanifa Taguelmint, ACT - Théâtre de la Mer, 25 novembre 2014, Marseille

Pour cette deuxième soirée dans le cadre de Paroles & Actes, notre rendez-vous mensuel avec le Théâtre de la Mer, nous vous proposons une table-ronde autour des mobilisations dans les quartiers populaires, passées et présentes.

Avec :

Rachida Brahim, doctorante en histoire contemporaine au LAMES et à l'EHESS .

Karima Berriche, militante, membre du Collectif des Quartiers Populaires de Marseille (CQPM)

Hanifa Taguelmint, militante, membre du Collectif « Mémoires en Marche »

Pour le sociologue Saïd Bouamama, l'aggravation de la situation économique et des conditions de vie, la déconnexion avec les militants associatifs, culturels, etc., et un vieux modèle d'intervention publique qui marginalise les quartiers populaires et refuse de considérer que le populaire peut s'organiser en éducatif, en culturel et ainsi retrouver de la fierté, « tout ceci cumulé fait que plus personne ne veut » aller dans les mobilisations des quartiers populaires.

Ensemble, les trois intervenantes reviendront notamment sur leurs expériences de militantes pour nous livrer une réflexion qui viendra nourrir l'échange avec le public, cher à cet espace de débats ouvert par ACT et le Théâtre de la Mer.

Entrée libre

Rencontre-Expo photos « Rojava » (Y. Renoult)

Infos Mille babords - 23. novembre 2014 - 16:00

De 16h à 19h.
Avec à 17h la présentation par Y. Renoult de son voyage au Rojava et de son travail là-bas.

RWANDA 20 ans après

Infos Mille babords - 22. novembre 2014 - 20:00

Soirée pour mémoire en présence de :
Gaël Faye, Samuel Kamanzi,
Duval MC, Edgar Sekloka,
Et bien d'autres...

Au programme, 2h de plateau avec :
Live musical // Projection // Témoignages et Prises de paroles // Lectures de texte // Exposition
L'association Survie et la librairie Transit tiendront une table de presse.

Le 22 novembre, à 20h
à la Dar Lamifa, 127 rue d'Aubagne
Entrée libre ! Attention - nombre de places limité !

Cet événement s'inscrit dans la continuité avec le mois de commémoration organisé par le collectif Rwanda en avril dernier : "Rwanda, 20 ans après le génocide des Tutsis, comprendre une histoire Franco-Rwanda". Plusieurs spécialistes et témoins sont venus à cette occasion expliquer ce qui s'était passé, et le rôle néfaste qu'y avait joué la France.

Le collectif Rwanda regroupe des associations citoyennes qui travaillent sur les relations entre les peuples - L'association Survie, La Ligue des Droits de l'Homme, le Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples, Jeunesse Arménienne de France.

Depuis le génocide des juifs et des tziganes, nous scandons : « Plus jamais ça ! » Et pourtant. En 1994, sur les collines du Rwanda, « ça » a recommencé. Alors que les yeux du monde étaient tournés vers Mandela et la guerre en Bosnie, Le génocide des Tutsis se déroulait au Rwanda.

Des enfants, des femmes et des hommes massacrés, par leurs voisins d'à côté. Par le simple fait d'avoir « l'étiquette » Tutsi, ou pour avoir voulu s'opposer aux massacres.

En trois mois, près d'un million de personnes exterminées. Cette histoire paraît lointaine. Mais un génocide concerne toute l'humanité. Cette histoire paraît lointaine. Mais elle est pourtant intimement liée à la France.

Les autorités civiles et militaires de notre pays se sont impliquées directement au Rwanda à partir de 1990, en soutenant un régime de plus en plus raciste, jusqu'au génocide commencé en avril 1994 et au delà.

Comment en est-on arrivé là ? Que pouvons-nous nous en apprendre pour aujourd'hui et pour demain ? 20 ans après, nous vous proposons de revenir sur cette histoire complexe.

Comprendre l'horreur du génocide ainsi que les différentes dimensions du rôle politique et militaire joué par la France.

Mais aussi, comprendre les lueurs d'espoirs dans cette tragédie : à travers l'histoire d'hommes et de femmes qui ont risqué leur vie et celle de leur famille pour sauver des Tutsis, à travers ces citoyens français qui se mobilisent pour faire reconnaître le rôle de leur pays, à travers la vie qui renaît aujourd'hui au Rwanda où la population tente de revivre ensemble.

Luttes sociales en Bosnie-Herzégovine

Infos Mille babords - 22. novembre 2014 - 19:00

19h - projection de deux courts documentaires
puis discussion avec un camarade qui nous parlera de la situation sociale et politique en Bosnie

ENTRETIEN AVEC DES TRAVAILLEURS DITA A TUZLA
8min. , 2014, Labournet.tv

LE SOULÈVEMENT EN BOSNIE
12min. 2014, Labournet.tv

Au début des années 80 surgissent en Yougoslavie, dans le même mouvement qu'en Europe occidentale, une vague de restructurations socio-économiques violemment imposées aux différents secteurs du prolétariat. C'est dans ce contexte que se développe en Yougoslavie à partir de 1984 la plus importante vague de résistances, en Europe, aux nouvelles normes d'exploitation. En une demi-douzaine d'années, la vigueur et la persévérance de ces luttes aboutissent à paralyser la capacité de l'État yougoslave d'imposer la poursuite des directives exigées par les instances financières internationales. C'est par la segmentation de l'ancienne Fédération Yougoslave que la « Communauté des Nations » obtient une série de petits États plus malléables, et mieux adaptables à l'imposition du nouvel ordre mondial. L'aspect social de la dissolution de la Yougoslave est une guerre de restructuration qui se concrétise, avec près de 150 000 morts, par l'écrasement militaire des résistances ouvrières.

L'État de Bosnie-Herzégovine, créé par les accord de Dayton, est le résultat de cette segmentation. Après 19 ans de calme relatif, les révoltes de février 2014 annoncent un processus d'usure du cadre politico‑jurique nationaliste qui a servi depuis 20 ans à écraser le prolétariat de cette région.

Concert contre le racisme et pour la régularisation des sans-papiers

Infos Mille babords - 22. novembre 2014 - 18:00

Samedi 22 novembre à partir de 18h à la salle du Grès : concert au profit du RESF
avec Daryl & Marc (musique du monde) / Kawa guinguette (chants traditionnels français et orientaux) / Zoulouzbek band (musique franco-tsigano-irlandaise) et..... Kamel Flouka (feat. Saïdou du groupe Z.E.P).

Entrée libre et repas sur place.

Programme du Festival :
http://www.millebabords.org/spip.php?article26893

25 années de mensonges sur le TAV

Infos Mille babords - 22. novembre 2014 - 15:00


← Un camarade tué au Testet – Appel à manifester contre la violence d'Etat – à Nantes et ailleurs
Ces jours-là, ces nuits-là, nous étions tou(te)s présent(e)s !
Posted on 17 novembre 2014 by notavfrance

25 années de mensonges sur le TAV, voilà ce qui se dégage et que le mouvement No Tav dénonce depuis toujours.

Aucune estimation de coûts sérieuse, des financements européens toujours plus incertains, l'absence d'un projet exécutif et d'une d'analyse coûts-bénéfices recevable, mais surtout l'inutilité de ce projet milliardaire confirmée noir sur blanc par experts et techniciens de toute Europe. Que se passe-t-il maintenant ?

Ministres et politiciens intéressés uniquement par la sauvegarde de leur fauteuil et autres chargés du projet répètent comme une litanie “tout est réglementaire, le TAV se fera” et pendant ce temps la mafia remercie et les poches des habituels se remplissent.

Tous ces milliards qu'ils veulent dépenser pour le TAV, ils pourraient l'utiliser pour restaurer les écoles qui s'écroulent, pour mettre en sécurité les territoires, pour soutenir ceux qui sont restés sans revenu et sans maison et qui, malgré tous leurs efforts, n'arrivent pas à la fin du mois.

2014_11_22_appellocorteoCes faits ont toujours été clamés par les No Tav qui depuis toujours luttent pour bloquer ce projet inutile et dévastateur.

Le parquet de Turin, avec les procès au No Tav, tente d'arrêter le mouvement, en créant un précédent avec l'accusation de terrorisme dans l'objectif de voir tous les mouvements sociaux enquêtés avec des hypothèses criminelles.

Le 14 novembre, 9 ans et 6 mois ont été requis contre les No Tav Chiara, Claudio, Mattia et Niccolo', en prison depuis le 9 décembre dernier avec l'accusation de terrorisme pour acte de sabotage (l'incendie d'un compresseur) bien que la Cassation de Rome aie déjà exclu que l'on puisse parler de terrorisme. La sentence sera émise en décembre. Trois autres camarades sont en prison pour le même épisode en attente de procès.

Au mois de janvier, tombera également la sentence du maxi-procès contre 53 No Tav pour les faits du 27 juin et 3 juillet 2011, dates historiques de la lutte No Tav. Les procureurs ont demandé en tout presque 200 ans d'emprisonnement et plus de 2 millions d'euros pour dommage à personnes, matériel et à « l'image de l'Etat italien » !

CES JOURS-LA, CES NUITS-LA, NOUS ETIONS TOU(TE)S PRESENT(E)S !

LIBERTE POUR TOU(TE)S LES NO TAV

SAMEDI 22 NOVEMBRE

15h PIAZZA CASTELLO, TURIN

texte publié sur Comité No Tav Paris :
https://notavparis.wordpress.com/2014/11/17/ces-jours-la-ces-nuits-la-nous-etions-toutes-presentes/

Halte au Féminicide, de Sinjâr à Kobanê les femmes résistent !

Infos Mille babords - 22. novembre 2014 - 14:00

Le 25 Novembre sera la "journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes", la grande résistance des femmes kurdes et de toutes les femmes de la planète.

Mais aussi, la commémoration de l'assassinat des sœurs Mirabal, Patria, Minerva et María Tereza, exécutées par le régime dictatorial de Trujillo le 25 novembre 1960.

À la dernière ère du système patriarcal, les forces de la modernité capitaliste se noient dans un grand chaos. Les politiques violentes perdurent actuellement au plus haut degré à l'égard des femmes, des peuples, et de l'environnement. Le féminicide qui se traduit par une situation de guerre perpétuelle à l'égard des femmes perdure depuis 5000 ans. Il s'appelle aujourd'hui "DAESH".

Daesh, avec ses attaques génocidaires contre les populations de Sinjâr, s'en est pris en premier lieu aux femmes kurdes yézidies, pour s'attaquer à Kobanê à partir du 15 septembre 2014.

7000 femmes et enfants yézidis ont été kidnappés par ces bandes de barbares.

Les femmes ont été violées, exécutées ou vendues dans les bazars de l'esclavagisme sexuel. Des centaines de milliers de personnes ont été obligées de fuir et de quitter leur village natal.

Le féminicide a atteint aujourd'hui un niveau mondial !

Ces atrocités ne sont pas l'apanage du Kurdistan : 286 femmes ont été exécutées dans la République autonome du Donetsk, 400 femmes ont été kidnappées ; au Niger des centaines de femmes ont été assassinées, violées et enlevées par les bandes de Boko Haram. Mais encore…

Il est urgent de dépasser et construire ensemble notre propre système alternatif et notre société libre basée sur la libération des femmes, sur la libération de toutes les femmes opprimées.


Le système d'autodéfense basé sur une grande mobilisation permet aux combattantes féminines du YJA STAR et de l'YPJ de s'opposer héroïquement aux attaques de Daesh. De Sinjâr à Kobanê, du Kurdistan jusqu'en Afghanistan, de l'Europe à l'Amérique latine le combat de ces femmes kurdes est devenu un symbole pour la libération des femmes et représente une nouvelle étape de cette lutte universelle.doc8048

Par ce soulèvement populaire, c'est une force de détermination et de solidarité à l'échelle internationale qui s'est engagée pour contrer les violences des forces colonisatrices représentées aujourd'hui par Daesh.

Ensemble exprimons notre colère :

• Mobilisons nous et condamnons ces politiques génocidaires appliquées par Daesh aux femmes et à l'Humanité.

• Soutenons les campagnes pour la libération des femmes yézidies de Sinjâr.

• Participons activement à la campagne de soutien humanitaire.

Vive la résistance des femmes kurdes à Sinjâr et Kobanê

Vive la lutte solidaire des femmes de la planète

Vive la "journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes"

À bas le système de la domination masculine et sa créature Daesh !

Centre Démocratique Kurde Marseille (CDKM) - Mouvement des femmes Kurdes en Europe (TJKE)

Les organisations souhaitant être signataires, peuvent nous faire parvenir leur accord au plus tard mercredi 19 novembre, aux adresses suivantes :
Nezahat : sertaw chez hotmail.fr
Aydin : mirebotan84 chez hotmail.com

Un mort dans une manifestation, pour qui, pour quoi ?

Infos Mille babords - 22. novembre 2014 - 11:00

Samedi 25 octobre, plusieurs milliers de personnes venues de toute la France, se sont rassemblées au Testet (Tarn) en opposition au projet de barrage et à la répression violente des opposant-e-s qui a lieu sur place depuis plusieurs mois. Des affrontements violents ont opposé une partie des militant-e-s aux gendarmes jusqu'à tard dans la nuit.

Flashball, lacrymos et grenades de désencerclement ont blessé plusieurs opposant-e-s aux abords du chantier.

Lors de ces affrontements Rémi, 21 ans, est décédé. Ce mort par les forces dites de l'ordre est le dernier en date d'une longue série. Il fait suite aussi aux nombreuses mutilations subies lors de différentes mobilisations les dernières années. Rien qu'à Nantes le 22 février, trois personnes ont perdu un œil par des tirs de flash ball.

Le mouvement existant contre les grands projets nuisibles imposés, cristallisé dans les ZAD, ces Zones à Défendre, se doit de répondre à cette situation.

Le collectif ZAD Partout-Idées fixes (sous-section Les Ami-e-s de Christophe) vous invite à venir vous informer et échanger sur ce sujet, et d'autres, samedi 22 novembre, place du Bourguet autour d'un pique-nique de 11h00 à 15h00.

http://04.demosphere.eu/files/docs/f-9d5af74c96-empty-fname.pdf

Plus d'infos sur :
http://zad.nadir.org
http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com

http://mediaslibres.org

Venez nombreu.x.ses à cette assemblée ! Apportez votre pique-nique à partager !
En soutien au Testet et à toutes les ZAD !

Et faites passer le message !

http://04.demosphere.eu/rv/575

Manifestation contre les violences policières et pour le désarmement de la police

Infos Mille babords - 22. novembre 2014 - 11:00
Exigeons le désarmement total de la police et de la gendarmerie !

Organisons-nous pour manifester notre solidarité aux occupant-e-s de la ZAD du Testet, contre ce barrage nuisible et les violences policières ayant causé la mort de Rémi le 25 octobre sur site.

Multiplions les actions contre les grands projets nuisibles et imposés, ici et ailleurs !
Collectifs de soutien à la lutte de la ZAD de Notre Dame des Landes, contre la centrale biomasse de Gardanne, contre la ferme des 1000 vaches dans la Somme, anti-THT dans la vallée de la Durance, contre l'autoroute A 51 et bien d'autres, unissons-nous car nous résistons contre la même logique capitaliste et industrielle qui détruit les humains et la planète !

De nouvelles actions vont avoir lieu dans le 05 pour soutenir la ZAD du Testet et d'autres luttes contre les grands projets nuisibles (prochain rendez-vous le jeudi 27 novembre à partir de 18h30 place grenette à Gap pour une soirée projection-discussion-soupe party).
Restons attentifs et actifs. Les personnes pouvant passer, séjourner, apporter du matériel sont toujours les bienvenues dans la forêt de Sivens et sur toutes les ZAD occupées actuellement.

La coordination 05 de lutte contre les grands projets nuisibles et imposés

affiche
tract

Plus d'info :
www.tantquilyauradesbouilles.wordpr...
http://05.demosphere.eu/

solidaritenddl05 chez calucha.lautre.net

Festival "les bienvenus" n°7

Infos Mille babords - il y a 0 s

Le RESF Ouest Etang de Berre est heureux de vous inviter à la 7° édition de son festival annuel.

vendredi soir et samedi après midi à la MJC de Martigues : ateliers, débats dessinés, rencontres... sur les liens BD/Immigration (avec des auteurs comme clément baloup, leyla benabid, yann madé... mais aussi les sans-papiers de Martigues et Port de Bouc qui travaillent la mise en récit de leur quotidien).

VENDREDI 21 NOVEMBRE à 20 h 30 à la MJC de Martigues : débat dessiné BD et immigration autour du film "bulles d'exil", en présence du réalisateur et d'illustrateurs (Clément Baloup, Layla Benabid, Yann Madé)

SAMEDI 22 NOVEMBRE à partir de 18h à la salle du Grès : soirée contre le racisme au profit du RESF - Entrée libre et repas sur place

avec entre autres :

  • Daryl & Marc
  • Kawa guinguette, le groupe rock oriental
  • Kamel Flouka (Y'a baba, djibou la police, salamaleikoum…). La voix de Rachid Taha, les mots de baaziz, le chaabi dans la peau, Kamel décortique la société française et algérienne avec humour et talent. Accompagné pour cette soirée de Saïdou du groupe ZEP.
  • Zoulouzbek band, qui animeront musicalement la soirée en acoustique
  • ..... et plein d'autres surprises.....

C'est une soirée importante pour les combats que nous menons contre le racisme ... On rappellera nos mots d'ordre sur la régularisation des sans-papiers, on fêtera les cartes de séjours nouvellement obtenues et une victoire importante du collectif de solidarité Rom qui a su déjouer le discours dominant du type « les Roms n'ont pas vocation à rester en France » !
Les sans-papiers suivent un atelier « chants du monde » à Martigues et ils viendront aussi chanter, il y aura aussi le repas sur place préparé par les militants du RESF et de la LDH, le thé et les gâteaux des bénévoles de l'ASTI, une expo photo sur les roms

Bref, la 7° édition du festival "les bienvenus"...

Éboueurs de Marseille. Entre luttes syndicales et pratiques municipales

Infos Mille babords - il y a 0 s

Ce livre retrace l'histoire du service public de la propreté urbaine à Marseille. Il analyse les différents conflits sociaux qui ont jalonné sa mise en place et qui se sont intensifiés à partir du milieu des années 1970. Il les replace dans le contexte des évolutions techniques et économiques qui ont affecté les métiers de la filière des déchets dans les dernières décennies.

Les auteurs décrivent l'incapacité des municipalités successives à gérer la conflictualité et à conduire, sur une base sociale élargie, les négociations sur la modernisation du service public. Ils mettent en évidence la contradiction entre un souci de préservation de la paix sociale par le maintien d'une cogestion clientéliste des relations professionnelles et les pressions économiques grandissantes tendant à la dérégulation de l'ensemble de la filière des déchets.
Mais les Marseillais n'acceptent plus un système qui coûte de plus en plus cher et qui leur paraît tellement opaque qu'il est parfois qualifié de mafieux. Même si certains trouvent opportun de cultiver cette image, il y a aussi, au-dela du folklore, une lutte pour l'avenir du service public...

Éboueurs de Marseille. Entre luttes syndicales et pratiques municipales,
un livre de Pierre Godard et André Donzel
Préface de Michel Samson

contact chez ballonrouge.org / http://ballonrouge.org

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE