Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Le mouvement ouvrier dans les Bouches-du-Rhône pendant la Grande-GuerreEntre union sacrée, pacifismes et luttes sociales

Infos Mille babords - 14. novembre 2014 - 9:00

9 h : accueil des participants et du public.
9 h 20 : introduction de la journée, Marie-Claire Pontier, directrice des archives départementales.

Matinée - Présidence Gérard Leidet co-président de Promémo :
9 h 30 : contribution de Jean-Louis Robert [1], Ouvriers et mouvement ouvrier pendant la Grande-Guerre.
10 h 15 - 10 h 45 : débat avec la salle.
10 h 45 - 11 h 00 : pause.
11 h - 12 h : Table ronde 1, Grèves et mouvement ouvrier dans les Bouches-du-Rhône pendant la Grande-Guerre avec Colette Drogoz (Promémo), Julien Chuzeville, Thierry Bertrand (CIRA) et Bernard Régaudiat (Promémo).
12 h - 12 h 30 : débat avec la salle.

Après-midi - Présidence Colette Drogoz co-présidente de Promémo :
14 h - 14 h 45 : contribution de Julien Chuzeville [2], Pacifisme(s)/pacifistes pendant la Grande-Guerre.
14 h 45 - 15 h 15 : débat avec la salle.
15 h 15 - 15 h 30 : pause.
15 h 30 - 16 h 15 : Table ronde 2, Union sacrée, pacifisme(s) et militants pacifistes dans les Bouches-du-Rhône pendant la Grande-Guerre avec Françoise Fontanelli (Telemme), Frédéric Grossetti, Gérard Leidet (Promémo), Jean-Louis Robert, Nicolas Viant (CIRA).
16 h 15 - 16 h 45 : débat avec la salle.
16 h 45 - 17 h : conclusion(s) de la journée : Robert Mencherini [3].

17 h : Final, chorale Voix en sol mineur, Chansons pacifistes 1914-1918

Colloque organisé par Promémo (Provence, Mémoire et Monde Ouvrier) et le CIRA (Centre International de Recherches sur l'Anarchisme) avec la participation des Archives départementales.
Vendredi 14 novembre 2014 aux Archives départementales, 18 rue Mirès, 13003 Marseille (tél. : 04 13 31 82 08)


[1] Jean-Louis Robert est historien, spécialiste de l'histoire sociale de la Première Guerre mondiale, sa thèse portait sur les ouvriers parisiens pendant ce conflit : Ouvriers et mouvement ouvrier parisien 1914-1919, histoire et anthropologie, Université Paris 1, 1989.

[2] Julien Chuzeville est historien, il travaille sur l'histoire du socialisme et du communisme. Il a publié Fernand Loriot Le fondateur oublié du Parti communiste ; et très récemment Militants contre la guerre 1914-1918, éditions Spartacus, Paris, 2014.

[3] Robert Mencherini est historien, spécialiste de l'histoire du mouvement ouvrier en Provence et de la Résistance.

Manipuler l'atome après Fukushima - Débat

Infos Mille babords - 13. novembre 2014 - 17:15

TECHNOlogos
Marseille-Aix

En 2008, deux ans avant la catastrophe de Fukushima (et alors que les brèches du réacteur 4 de Tchernobyl ne sont toujours pas colmatées), le sociologue allemand Ulrich Beck écrivait : « censés garantir la sécurité et la rationalité, l'État, la science et l'industrie nous exhortent à monter dans un avion pour lequel aucune piste d'atterrissage n'a été construite ». A l'entendre, nous ne vivrions donc plus dans la société du risque mais celle du suicide. Qu'en est-il exactement ?

Pour le déterminer, il importe de dépasser la question traditionnelle : un démantellement des infrastructures nucléaires est-il techniquement et financièrement concevable ? Il s'agit en revanche de savoir si un changement de cap est collectivement et profondément souhaité et si, au lendemain des tragédies de Tchernobyl et Fukushima, nous privilégions encore le goût du risque à l'instinct de survie ?

Face à la potentialité de rendre des territoires entiers radioactifs pendant des siècles, comment du reste définir ce goût du risque ? N'avons-nous pas à pousser notre réflexion au delà des seuls cadres sociologiques, économiques et politiques, dans le champ anthropologique, et à interroger le rapport que nous entretenons à la technique dans son ensemble ?

Pour parler plus concrètement : ne portons-nous pas tous, individuellement, une part de responsabilité dans les "choix" opérés par nos décideurs en matière énergétique ? Sommes-nous prêts, psychologiquement, à modifier nos propres comportements pour infléchir ces choix, les réviser, en formuler de nouveaux ?

.DÉBAT.

Manipuler l'atome après Fukushima
Quelles leçons (ne) veut-on (pas) tirer de l'expérience ?

avec
Monique Sené (physicienne, GSIEN),
(Groupement des scientifiques pour l'information sur l'énergie nucléaire)
Roland Desbordes (physicien, Criirad)
Commission de recherche et d'Information Indépendantes sur la radioactivité),
Michèle Rivasi (députée européenne),
Gilles Joly (Technologos).
jeudi 13 novembre 2014
17h15 - 19h45

Maison de la Région
61, Canebière
Marseille 1er arr.

En pièce jointe : l'affiche du débat


Technologos Marseille-Aix
2, rue des Tyrans
13007 Marseille
http://marseille-aix.technologos.org

Les gauches radicales nées dans les années 20internationalisme et autonomie prolétarienne

Infos Mille babords - 8. novembre 2014 - 15:30

Discussion avec Philippe Bourrinet,
auteur de différents articles et livres sur le mouvement ouvrier révolutionnaire
et membre des éditions Smolny

Résumé :

Dans les années 20, dans différents pays européens (en particulier en Italie, en Allemagne et en Hollande), se développent différents courants qui mettent au centre du débat l'internationalisme et l'autonomie prolétarienne contre l'état (démocratique, socialiste ou fasciste).

Aussi, même s'ils ne représentent qu'une minorité, ils développeront une réflexion théorique intense, sur le rôle des conseils ouvriers, sur le rapport entre organisation et classe, sur l'expérience prolétarienne et sur le sens profond de la révolution. A Marseille, dans les années 30, on retrouvera des traces de cette expérience.

Organisateurs :
groupe de discussion Marseille
http://zombidiscussion.blogspot.fr/

samedi 8 novembre à 15h30
Local Cnt-SO
12 rue de l'Évêché , Marseille

Discussion sur la place du bénévolat au Planning 13

Infos Mille babords - 4. novembre 2014 - 18:30

Dans le cadre des réunions des adhérents·e·s et sympathisant·e·s du Planning 13 qui ont lieu tous les premiers mardis du mois (ou presque !), nous avons décidé de choisir le thème du bénévolat, un vieux serpent de mer au Planning et dans de très nombreuses autres associations.

La préparation de cette discussion n'est pas finalisée mais ce que l'on peut déjà vous dire, c'est qu'on y parlera de la place respective des bénévoles et des salariés·e·s au sein du Planning 13, du projet de charte qui est en cours d'élaboration au sein de la fédération régionale Paca du Planning Familial, des exemples possibles d'actions des bénévoles au Planning d'Aix, de Lyon.

Venez avec vos questions, vos idées. On compte sur vous pour que le débat soit riche.

Ça se passe au 106 boulevard National, 13003 Marseille.

Pour les personnes qui ne connaissent pas le Planning 13 vous pouvez venir entre 18h et 18h30 pour un temps d'accueil et de présentation du Planning 13.

Pacifisme et laïcité

Infos Mille babords - 4. novembre 2014 - 18:00
PACIFISME et LAÏCITÉ le mardi 4 novembre à partir de 18 heures ... seront en débat ouvert libre (café laïque) à MOUANS – SARTOUX 06 370 salle de l'aquarium (jouxtant le hall des cinémas) à l'initiative de l'ALPAM (Libres Penseur-e-s 06)



Participations et contradictions bienvenues !
Introduction et interventions courtes (café laïque).

Palestine : quelle réponse à l'impunité coloniale ?

Infos Mille babords - 3. novembre 2014 - 18:30

*Boycott, Désinvestissement, Sanctions

Soirée No Border Maroc

Infos Mille babords - 2. novembre 2014 - 18:00


Le dimanche 02 novembre 2014 à 18H au Kiosque à la Belle De Mai à Marseille, soirée de présentation du réseau No Border Maroc, animée par un de ses membres basé à Tanger, suivie d'une bouffe vegan. Ci-jointe l'affiche de la soirée.
En plus du témoignage, il y aura des photos et des vidéos sur la situation des migrantes/s aux frontières extérieures européennes en général et à la frontière hispano-marocaine en particulier.

No Border Maroc est un réseau d'européennes/s et de migrantes/s qui se battent pour l'abolition des frontières. Le but est double, d'abord aider les migrantes/s dans leur lutte quotidienne contre le dispositif mortel des frontières européennes au nord du Maroc, nous les aidons à se faire entendre et apportons du soutien à leurs actions politiques. Nous essayons d'éveiller les consciences au sujet des frontières européennes qui tuent et créent souffrances, tragédies, violences, répression à ses frontières directes (Espagne) mais aussi secondaires (Maroc).
Nous nous organisons sur des bases anti-autoritaires. Nos principes sont ceux de l'anti-racisme, de la solidarité, du respect des différentes formes d'action et du refus de la hiérarchisation.

A dimanche !

Théâtre-forum sur les cancers des femmes et leur dépistage

Infos Mille babords - 2. novembre 2014 - 15:00


Le Planning Familial 13 propose dans ses locaux une séance de théâtre-forum sur les cancers des femmes et leur dépistage.
«  PILIER DE FAMILLE  » par la compagnie 6Tthéâtre

À partir de l'histoire de Violette qui veut faire un dépistage du cancer du sein, le théâtre-forum engage la discussion avec le public sur les cancers qui touchent les femmes (cancer du sein, cancer du col de l'utérus), sur les moyens de les prévenir et sur leurs rapports avec les médecins.

Dimanche 2 novembre 2014 à 15 h

106 boulevard National, 13003 Marseille (métro 1-2 : St-Charles / Bus 33-34 : National-Guibal)

Durée : 2 heures

ENTRÉE LIBRE dans la mesure des places disponibles

Appel à la solidarité avec Kobanê à Marseille

Infos Mille babords - 1. novembre 2014 - 14:00

Le 15 septembre dernier, l'organisation Daesh (EI - Etat Islamiste en français) a lancé une vaste offensive sur plusieurs fronts contre la ville de Kobanê, dans le nord de la Syrie (Ouest-Kurdistan, dit aussi Rojava).
L'objectif étant outre la conquête de la ville, de contrôler la frontière et de mettre fin au système d'administration autonome et démocratique, mis en place dans le Rojava, par les Kurdes, qui comprend trois cantons kurdes en Syrie.

Des centaines de milliers de civils sont confrontés à la menace d'un génocide !

A Kobanê, la population résiste avec des armes légères contre les attaques brutales de ces gangs barbares surarmés. Pour les défendre, ils ne peuvent compter que sur le soutien des combattant-e-s du YPG et des YPJ, les unités de défense du peuple.

Il y a urgence à se mobiliser
au niveau local et mondial pour Kobanê et contre Daesh...

Lire la suite de l'appel :
http://www.millebabords.org/spip.php?article26848

Le regard des pieds noirs progressistes sur l'histoire de la France en Algérie

Infos Mille babords - 31. octobre 2014 - 20:00

*Association Nationale des Pieds Noirs Progressistes et leurs Amis.

ANPNPA,
BP 30045
13068 Marseille cedex 11
www.anpnpa
contact chez anpnpa.org

La police tue encore une fois

Infos Mille babords - 31. octobre 2014 - 18:00

Samedi soir, sur le chantier du barrage de Sivens, aux alentours de 2h du matin, Rémi est mort.

Pour ceux qui ont été présents ces six derniers mois au Testet, pour ceux qui ont été des batailles de la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes, pour tout ceux qui au moins une fois se sont retrouvés face aux violences policières, une évidence s'impose : ni bavures, ni « mort suspecte », nous parlons ici d'assassinat.

La mort de Rémi survient après des mois de lutte où la police a très violemment réprimé le mouvement ;joué au foot avec la tête des militant qui s'enterrent, grenade offensive dans les caravanes et tirs tendus décomplexés dans la tête.

Ce qui est arrivé à Rémi aurait pu arriver à n'importe lequel d'entre nous, ici ou ailleurs. À n'importe qui d'un peu déterminé ce jour-là et qui mettait en actes son refus.

lire la suite :
http://www.millebabords.org/spip.php?article26877

Nous appelons à un rassemblement
pour se retrouver et pouvoir exprimer notre rage !
Vendredi 31 Octobre
à 18H, au Kiosque des réformés

Reçu par mail
Voir aussi : http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

Appel à manifesterContre le productivisme et la violence d'État

Infos Mille babords - 31. octobre 2014 - 18:00

Pendant la nuit de samedi à dimanche un manifestant, Rémi a été tué au cours des affrontements qui se sont déroulés lors du rassemblement contre le barrage de Sivens au Testet. Environ 7000 personnes ont convergé sur la ZAD du Testet après des mois d'attaques policières, de destruction de la zone humide et des habitats de ceux qui la défendaient. En fin d'après midi puis plus tard dans la nuit, des dizaines de personnes s'en sont pris aux forces de l'ordre qui protégeaient le chantier. Elles souhaitaient ainsi marquer leur colère et retarder la reprise des travaux, initialement prévue pour lundi.

Elles ont été repoussées à coups de flash-balls, de grenades assourdissantes ou de désencerclement et de gaz lacrymogènes. D'après les témoignages des camarades du Testet, la personne décédée se serait écroulée suite à des tirs de grenade puis aurait été emmenée par les forces de l'ordre. Le gouvernement a déjà commencé à stigmatiser les manifestants, et tente de diviser pour noyer le poisson. Mais ils savent bien que, quoi qu'ils fassent, cette mort aura des conséquences explosives.

Nous ne les laisserons pas nous tuer avec leurs armes dites « non létales ». Réagissons avec force pour qu'il y ait un avant et un après cette mort. Affirmons plus fort que jamais notre solidarité avec toutes celles et ceux qui luttent au Testet et ailleurs contre leurs projets guidés par les logiques de contrôle et de profit, barrage de Sivens mais aussi avec toutes celles et ceux qui tombent plus silencieusement sous les coups de la répression partout ailleurs.

Nous ne nous laisserons ni diviser ni paralyser par la peur. Nous continuerons à vivre et lutter sur les espaces qu'ils rêvent d'anéantir, et à leur faire obstacle.

Nous n'appellerons pas au calme, nous ne laisserons pas le silence retomber, nous n'oublierons rien !

RASSEMBLEMENT - Vendredi 31 octobre à 18h00 - Devant la sous-préfecture à Alès

Exploités Énervés...

La police tue encore une fois

Infos Mille babords - il y a 0 s

Samedi soir, sur le chantier du barrage de Sivens, aux alentours de 2h du matin, Rémi est mort.

Pour ceux qui ont été présents ces six derniers mois au Testet, pour ceux qui ont été des batailles de la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes, pour tout ceux qui au moins une fois se sont retrouvés face aux violences policières, une évidence s'impose : ni bavures, ni « mort suspecte », nous parlons ici d'assassinat.

La mort de Rémi survient après des mois de lutte où la police a très violemment réprimé le mouvement ;joué au foot avec la tête des militant qui s'enterrent, grenade offensive dans les caravanes et tirs tendus décomplexés dans la tête.

Ce qui est arrivé à Rémi aurait pu arriver à n'importe lequel d'entre nous, ici ou ailleurs. À n'importe qui d'un peu déterminé ce jour-là et qui mettait en actes son refus.

Quand Alexis en Grèce ou Zyad et Bouna à Clichy-sous-Bois se font tuer par la police, ce sont des milliers de personnes qui descendent dans la rue, des villes et des pays qui s'embrasent. Laisser la peur et le sentiment d'impuissance donner le ton et prendre le pas sur la colère serait envoyer la mort de Rémi directement aux oubliettes. C'est le devenir de nos vies et de nos luttes qui se joue.

Peu importe que nous ayons ou non pris part à la lutte contre le barrage. La réaction qui doit aujourd'hui éclater dépasse très largement son caractère local.
Peu importe ce que disent les experts.
Peu importe ce que disent les médias. La vérité on la connaît : les flics ont tué Rémi.
Nous ne voulons pas de martyr mais faire en sorte que cette énième mort empêche tout retour en arrière.

Se ressaisir ensemble de cette situation, c'est en premier lieu en faisant vivre ce qui avait poussé Rémi et des milliers de personnes autour de ces grilles !

Nous appelons à un rassemblement
pour se retrouver et pouvoir exprimer notre rage !
Vendredi 31 Octobre
à 18H, au Kiosque des réformés
(haut Canebière)

Reçu par mail
Voir aussi : http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

Rémi : un meurtre d'état

Infos Mille babords - il y a 6 heures 17 min

Alors que ce rassemblement de soutien à la lutte contre le barrage du Testet s'annonçait festif et pacifique, l'Etat a tout fait pour provoquer la violence et les conséquences tragique de la mort de Rémi.
L'état, dans son entêtement stupide à maintenir ce projet inutile (dénoncé même par ses propres services...) et dans ses habitudes de plus en plus fréquentes de vouloir criminaliser et réprimer violemment tout mouvement social, est DIRECTEMENT RESPONSABLE DE LA MORT DE REMI !

Tout se présentait pourtant bien : le temps était magnifique ce 26 octobre, le monde affluait de toute la France, d'Espagne, d'Italie, de Bretagne, etc., des jeunes, des vieux, des poussettes, des chiens... Des débats et ateliers intéressants se mettaient en place (notamment d'intéressants témoignages sur les longues et victorieuse luttes sur la Loire dans les années 80 et un jouissif atelier de resistance passive et non violente ).
Une petite transhumance de brebis non-pucées se taillait un certain succés.
seule ombre au tableau : un hélico des flics nous survole presqu'en rase-motte dans un bruit assourdissant pendant plusieurs heures ; ambiance de guerre garantie...

au début
des brebis
helico

Puis quand on s'éloignait des lieux de fêtes et de débat, on entrait dans un décor d'apocalypse : là où était une forêt abritant une rivière qui y serpentait, n'était plus que plateau rasé sur 1,5km, recouvert de d'éclats de bois débités, parsemé de racines tronçonnées, de tranchées boueuses, d'un ruisseau souillé et dénudé de ses berges boisées.

massacre à la tronçonneuse
massacre à la tronçonneuse
reforestation

Puis au bout de cette zone de destruction : le "chateau fort" : une grande dalle de béton, entourée de grillages et de profondes douves remplies d'eau ; une étroit passage pour camions et engins de destructions dont c'était le parking. C'était, car tout ce beau matériel avait été évacué la veille. Seuls trônent dans cet espace de néant, les restes calcinés d' un Algeco et pour garder ce néant, une trentaine de flics patibulaires.

un accord
des flics
fin tragique d'un algéco

tranchées

C'est la présence de ces flics qui va déclencher la colére de nombreux-ses manifestant-es car un accord avait été passé la veille entre les organisateurs et les flics : pas de flics visibles sur la zone. Lorqu'on leur demande pourquoi ils sont là, ils le justifient par le malheureux Algéco cramé la veille...Ils ne seraient donc là que pour garder un Algéco cramé ???. "C'est Valls qui nous a demandé d'être là", lance un flic guoguenard (plaisanterie sur fond de vrai ?...). 200 jeunes et moins jeunes s'avancent alors vers eux pour leur demander de dégager conformément à l'accord fait. C'était un piège : aussitôt déboulent une trentaine de cars de flics en embuscade quelques mètres derrière et ce n'est plus 30 flics qui sont en face nous mais 300 ! La violence commence sans prévenir : pluie de lacrymos et de diverses grenades, tirs aveugles directement sur les manifestants, départs de feu en orée de la forêt par les grenades, des blessé-es sont évacué-es. L'affrontement durera toute l'après midi et fera une dizaine de blessé-es.

gazage
manifestants visés
blessé évacué

résistance
résistance
gazage pour tous

Les flics étant toujours inutilement là, les affrontements reprendront dans la nuit, les flics éclairant les manifestants avec de puissants projecteurs ; Vers 2h du mat, après une violente charge de flics accompagnée de tirs nourris de lacrymos et autres grenades tirées à hauteur d'homme , c'est le drame : Rémi s'effondre touché par une grenade. Il sera ramassé par les flics, les manifestant-es n'en sauront rien (la nuit, dans les nuages de lacrymos, éblouis par les projecteurs...). cela durera jusqu'a 4h du matin puis brusquement, les projecteurs s'éteignent et les flics repartent.

rémi est mort

Cerclée de bleu : une tâche du sang de Rémi ; Ce sont des militants qui ont sécurisé l'endroit pour l'enquête. Les enquêteurs ne daigneront se déplacer que le lendemain...

La triste nouvelle ne sera apprise qu'en fin de matinée alors que le rassemblement avait repris ses activités sereinement si ce n'était le vacarme de l'hélico des flics pendant de nouvelles heures (au prix de l'heure de vol !...) juste au dessus de nos têtes pour sciemment nous pourrir l'ambiance (une foule de doigts vengeurs se dressait dans sa direction...).
Inutile de dire que l'ambiance se glace immédiatement ; Une opération escargot au rythme des vélos se dirige sur Gaillac (10km). des banderoles sont improvisées et une manifestation rentre dans Gaillac. Arrivée au monument aux morts, les drapeaux français en sont arrachés et brûlés pour dénoncer ce crime de l'Etat français. le monument est tagué en hommage à Rémi, mort d'avoir voulu protéger la planète ; Puis une émouvante minute de silence, le poing dressé, le chant des partisans fredonné.

départ manif
minute de silence
in memoria
in memoria
état français assassin

Le lendemain à Marseille, quelques centaines de personnes se rassemblait en silence pour dénoncer ce crime d'état :

minute de silence
marseille

Questions à Mrs Valls et Cazeneuve :
- Pourquoi des flics étaient-ils positionnés pour garder une carcasse d'Algéco brûlé alors qu'un accord avait été fait la veille : pas de présence policière visible sur les lieux ?
- Pourquoi une présence de vos flics encore plus massive et agressive la nuit alors que le calme était revenu le soir ?
- Pourquoi ces tirs massifs de grenades lacrymos mais aussi assourdissantes, offensives, souvent à hauteur d'homme ?
- Pourquoi cet hélico inopportun, nous empêchant de nous entendre, pendant des heures au dessus de nos têtes, si ce n'est pour attiser la colère ?
- Pourquoi aucun enquêteur ne s'est rendu sur les lieux du décès (où une tâche du sang de Rémi brillait encore tristement au soleil) dès le lendemain matin ? et pourquoi le procureur a-t-il menti prétextant une présence hostile empêchant leur accés aux lieux alors qu'à part une dizaine de personnes totalement pacifiques, la zone était déserte et extraordinairement calme du fait du départ de vos flics ?
- Pourquoi la nouvelle a mis tant de temps avant d'être annoncée ?
- Pourquoi pas un mot réconfort à la famille et aux proches de ce jeune, ni de vous ni de personne de votre gouvernement ?

le lendemain, Cazeneuve et Valls s'étendaient indécemment sur la "violence des manifestants", Hollande en rappelait "au droit" (le droit des flics à tuer dans les manifs ???).

Que se vayan tod@s !!!

Palestine : Quelles perspectives politiques aujourd'hui ?

Infos Mille babords - 29. octobre 2014 - 19:00


Khaled Barakat, militant et écrivain palestinien, coordinateur de la campagne pour la libération d'Ahmad Saadat.
Il présentera « la situation actuelle en Palestine après l'offensive israélienne à Gaza et les perspectives politiques ».

Charlotte Kates, avocate et membre de Samidoun, organisation de défense des prisonniers palestiniens.
Elle interviendra sur « les conditions de détentions de prisonniers palestiniens et le combat du mouvement de solidarité pour leur libération. »

L'événement sur Facebook : https://www.facebook.com/events/1490502864536262/

| GUPS Aix-Marseille | Collectif Nosotros | Génération Palestine Marseille |

L'actualité de la révolution de 1848 (5)

Infos Mille babords - 29. octobre 2014 - 19:00

Ouvert à tous et gratuit, sans inscription (mais il est recommandé de suivre tout le cycle). Conformément à l'esprit de l'Université populaire, chaque séance comporte un exposé d'un peu plus d'une heure, le reste étant consacré à la discussion, à l'échange d'idées ou aux extensions souhaitées par le public.

Présentation

La Révolution de 1848, que certains historiens n'hésitent pas à qualifier de "révolution oubliée", n'a pas une place de choix dans notre historiographie. Elle est dépourvue de l'auréole glorieuse de la Révolution de 1830 ("les Trois Glorieuses") dont la liberté guidant le peuple de Delacroix est devenu l'emblème. Révolution oubliée ? peut-être parce que recouverte par l'avènement de la République, sans doute parce qu'écrite par les vainqueurs.

Interroger la Révolution de 1848, c'est essayer de redonner la parole aux vaincus, en questionnant le processus révolutionnaire par lequel la "classe la plus nombreuse et la plus pauvre" (selon l'expression de Saint-Simon, en 1822) est entrée dans l'histoire comme sujet politique.

Lire la suite :
http://www.millebabords.org/spip.php?article26638

les mercredis 24 septembre, 1er, 15, 22 et 29 octobre, 5 novembre ; de 19 à 21 heures au Théâtre Toursky

« La double face de la monnaie », film de Vincent Gaillard et Jérôme Polidor

Infos Mille babords - 29. octobre 2014 - 19:00

SEVE13 vous convie à une projection d'extraits de « La double face de la monnaie » suivie d'une réflexion autour de l'échange et des monnaies locales complémentaires.

http://seve13.org/agenda/projection-debat-mille-babord/

L'Éducation à l'école, au service de qui, de quoi ?

Infos Mille babords - 29. octobre 2014 - 15:12

A l'origine de ce Forum, organisé par quelques citoyens de Marseille, parents et/ ou enseignants, des luttes, de parents et un enseignant de la Belle de Mai de ce printemps autour des écoles National, Busserade et Strasbourg. Ecoles surchargées s'il en est (cf. mille babords, rubrique Education, mai et juin). "Il faut parer au plus pressé", "situation d'urgence", "scolariser les enfants, c'est la priorité dans cette situation d'urgence", nous disent les Institutions en responsabilité depuis tant d'années, Mairie, IA et même les syndicalistes enseignants, qui négocient au mieux quelques aménagements au milieu du désastre. Sauf que cela dure depuis des années et cela s'installe.
Cette surcharge change la donne éducative. Sur les espaces, mais aussi les temps éducatifs, la prise en charge par les éducateurs et enfin le projet pédagogique. Qui construisant la capacité de penser et de s'affirmer dans sa singularité, ou non, de l'enfant porte un projet politique évident.
Ce qui est structuré autour des enfants, ce qui structure nos enfants-élèves dans les espaces scolaires, les temps scolaires, les contenus scolaires, tant cloisonnés, aujourd'hui n'est pas un projet de l'émancipation et de la prise en compte de l'enfant et de sa singularité. L'école (dans une société éducative ô combien scolaro-centrée !), porte des responsabilités écrasantes dans le projet politique qui s'écrit. La réforme des rythmes scolaires, ou plutôt ce qui en a été fait (et pas fait) et encore plus à Marseille, en est la dernière démonstration.

La première partie de la soirée pose les enjeux du débat de fond, loin des habituelles polémiques sur la gestion locale des écoles qui ne laisse dupe personne. Le rapport aux espaces-temps scolaires, le périmètre de l'école et ses différents acteurs, les pédagogies qui s'y inscrivent : que nous disent ils de nos enfants et de notre regard sur nos enfants ?
1/ Témoignages de deux parents et de l'enseignant de Strasbourg sur leurs observations du fonctionnement scolaire aujourd'hui, et des capacités à interroger ce fonctionnement.
2/ Prises de parole des invités, à partir de ces témoignages. Dans l'ordre : Corine Lefort, directrice d'école à Marseille, Jean Michel Calvi, enseignant, pédagogue, Mohamed robert des Francas, Claire Leconte, chronobiologiste et Marc Maximin, psychiatre...

https://soundcloud.com/annieclaudejeandot/forum-education-a-lecole-1-les-enjeux-en-direct-du-theatre-toursky?utm_source=soundcloud&utm_campaign=share&utm_medium=email

La deuxième partie est un débat avec le public, parents, enseignants, citoyens, qui interroge le quartier de la Belle de Mai et ses grandes difficultés déjà, la capacité et volonté ou non d'actions des enseignants et des parents, l'empêchement dans notre société, la construction de l'enfant, réduit à l'élève trop souvent, le projet éducatif de territoire et la continuité éducative, qui semble oui empêchée sur Marseille, les propositions des associations de l'Education Populaire, la capacité de "trahir", de "subvertir" des Institutions qui bradent l'idée de l'Education, qui "trahissent" les enfants (Claire Leconte)

https://soundcloud.com/annieclaudejeandot/emission-lecole-republicaine-2-en-direct-du-theatre-tourssky-le-27-09-2014?utm_source=soundcloud&utm_campaign=share&utm_medium=email

Quelques jours après ce Forum et deux mois après avoir contesté l'ouverture d'une 6eme classe dans son école (après une 4eme et une 5eme...) et donc la suppression obligée d'une salle d'activités pour les enfants de l'école et autres "adaptations" qui en découlaient, Erwan Redon enseignant de l'école Strasbourg a été convoqué à l'IA, pour sa "manière de servir"...
Visite médicale exigée ! et si bon état mental, inspection et commission disciplinaire. CQFD.

Nous continuons, pourquoi pas au Toursky, en tout cas sur Radio Galère, 88. 4, le 2eme et 4eme lundi du mois de 19h à 20h, émission "L'Ecole Républicaine, le Diable n'est pas que dans les détails", Annie-Claude Jeandot et Erwan Redon, un espace de paroles, de débats autour des pratiques éducatives et des enfants.

Rien n'a changé depuis un 31 juillet 1977

Infos Mille babords - 29. octobre 2014 - 15:09

La mort de Rémi Fraisse nous ramène 37 ans en arrière, à ce 31 juillet 1977 ou disparaissait Vital Michalon tué par une grenade offensive. Ce jour là deux autres manifestants furent mutilés : Michel Grandjean qui perd un pied et Mandfred Schultz qui perd une main. À la suite de témoignages publiés par le journal Le Monde d'un manifestant touché par un tir tendu de grenade, le président de la République Valéry Giscard d'Estaing interdira l'usage de ces tirs dans les corps à corps.

À Sivens, dans la nuit du 24 au 25 octobre 2014, Hollande, Valls et Cazeneuve qui se targuent de vouloir faire du socialisme autrement, prouvent qu'ils ne sont, en fait, que les tristes héritiers de Guy Mollet et de Jules Moch et les dignes successeurs des très réactionnaires Valery Giscard d'Estaing, Raymond Barre et Christian Bonnet.

La centrale nucléaire de Creys-Malville est en cours de démantèlement, Peut-être (!) que le barrage de Sivens ne verra pas le jour ? Mais aujourd'hui, quand nous pensons au sort réservé à Michalon et Fraisse, nous ne pouvons pas nous enlever de la tête que pour faire perdurer ce système productiviste , ceux qui ne se projettent pas plus loin qu'au bas de leurs colonnes comptables, sont prêts à entonner l'hymne des fascistes espagnols "Viva la Muerte" le cri de ralliement de tous les fossoyeurs de la vie.

Au moment ou le capitalisme tire sa force de l'industrialisation et des développements technologiques, ces enfoirés n'ont qu'une idée en tête pour pouvoir s'enrichir jusqu'à plus soif, c'est de détruire les fondements naturels qui servent de base à l'évolution.

Vital Michalon et Rémi Fraisse avaient choisi une autre voie, celle de leur faire entendre raison en s'engageant dans cette longue lutte pour notre émancipation.

Sur les chemins de traverse que nous parcourons, nous vous gardons aux fond de nos cœurs.

Marc

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE