Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Comment lutter (vraiment) contre le racisme ?

Infos Mille babords - 19. mai 2017 - 19:00

Dans le cadre du cycle de débats : Comment lutter contre le racisme ? Mille Babords organisera un débat le 19 mai prochain autour de l'ouvrage collectif Une parole juive contre le racisme (Syllepse), avec la participation de Pierre Stambul, membre de l'UJFP (Union juive française pour la paix), et le soutien de l'association des Travailleurs Maghrébins de France Aix en Provence.

Une parole juive contre le racisme est une initiative de l'UJFP, Union juive française pour la paix, pour qui l'un des axes essentiels du combat antiraciste aujourd'hui est la lutte contre l'islamophobie.

Voici, en guise de mise en train, un extrait tiré du préambule du livre :

Il s'adresse à un large public de jeunes, d'enseignants, d'éducateurs, de militants, qui souhaitent faire le point sur le racisme et entendre ce que des Juifs ont à dire sur la manière de le combattre avec tous […]
C'est du racisme dont nous voulons parler, pas seulement de sa variante antisémite.
Nous voulons montrer ici comment la lutte contre le racisme est indivisible. Toutes les attitudes et toutes les politiques de rejet, d'exclusion, de persécution et d'épuration ethnique sont à combattre.
Bien sûr, l'histoire de beaucoup d'entre nous, le souvenir des persécutions et du génocide juif nous incitent à une vigilance particulière, nous enjoignent de ne jamais être du côté des bourreaux, quels qu'ils soient.
Nous avons certes dans le cœur cette blessure liée à l'antisémitisme et à Auschwitz, comme une écharde purulente. Mais nous vivons maintenant et nous devons constater que les principales victimes du racisme ne sont plus les Juifs.
Il faut en parler aujourd'hui, dans l'après-Charlie, dans l'après-Bataclan, quand l'islamophobie se déchaîne, quand la négrophobie perdure, dans la crise des migrants dont on sait qu'elle n'est pas éphémère, quand les discours violents d'exclusion se répandent.
Proposer notre parole juive contre le racisme aujourd'hui, c'est prendre le parti de l'universel, contre tous les nationalismes ; celui de la fraternité, contre tous les replis sur soi ; celui de l'action solidaire en faveur des réfugiés, des musulmans, des Noirs, des Rroms, des peuples en lutte contre l'oppression…

Le débat est donc ouvert : à Mille Babords le VENDREDI 19 MAI, à 19H00.

contact chez millebabords.org

Tél. 04 91 50 76 04

Un cheminement théâtral, littéraire et poétique

Infos Mille babords - 13. mai 2017 - 17:00

Marie-Claire Calmus pré­sen­te­ra di­vers as­pects de son tra­vail et de son par­cours. Cette ren­contre fait suite à sa par­ti­ci­pa­tion au ca­len­drier 2017 du CIRA. Elle y évoque son che­mi­ne­ment théâ­tral. En plus des poèmes, chan­sons, chro­niques in­ter­ac­tives qui consti­tuent son ré­per­toire ac­tuel chez Adel (près du ca­nal Saint-Mar­tin à Pa­ris) et dans d'autres lieux, elle a in­ter­pré­té des sketches dont on peut trou­ver trace dans les quatre pre­miers vo­lumes des Chro­niques de la Flèche d'or (Ra­fael de Sur­tis, 2008, 2009 et 2014) dé­nonçant di­verses formes d'abus et de do­mi­na­tion. Elle est aus­si l'au­teure-in­ter­prète de pièces fé­mi­nistes comme La Vi­trio­go­lade ou Bonne Se­maine, bon week-end.

Elle a écrit plu­sieurs es­sais, d'Où est pas­sé l'hu­main et Mode La­té­ral (Édi­tin­ter, 1998) jus­qu'à De la tem­po­ra­li­té (Édi­tin­ter, 2015) qui dé­borde phi­lo­so­phi­que­ment les pré­oc­cu­pa­tions so­ciales et mi­li­tantes. C'était dé­jà le cas avec De la re­pré­sen­ta­tion, Dures pro­cé­dures et Le sym­bo­lisme au quo­ti­dien (Ra­fael de Sur­tis, 2009, 2011 et 2012). En 2015 est ré­édi­té et ac­tua­li­sé le Pe­tit trai­té de la dé­struc­tu­ra­tion (1992). Ce livre montre la désa­gré­ga­tion à l'œuvre, dans l'école, les col­lec­tifs dont les spor­tifs, le couple et la créa­tion ar­tis­tique. In­con­fis­cable anar­chie, sur la pra­tique exis­ten­tielle de l'anar­chie, n'a pas en­core été pu­blié.

Elle est l'au­teure de nom­breux ar­ticles so­cio­po­li­tiques pour Le Monde Li­ber­taire, L'Éman­ci­pa­tion et la re­vue Mou­ve­ments. S'y ad­joignent de nom­breuses cri­tiques de films et de pièces de théâtre ain­si que des re­cen­sions de livres, à l'ori­gine de liens d'ami­tié avec des phi­lo­sophes et des éco­no­mistes comme Jacques Ran­cière ou Ber­nard Friot.

Elle a écrit des ro­mans. L'un deux parle du Por­tu­gal, mê­lant po­li­tique et fic­tion : L'Œillet d'Avei­ro (Édi­tin­ter, 2003). Elle est l'au­teure de plu­sieurs re­cueils de nou­velles. Le der­nier Corps étran­gers (2016-2017) est pu­blié en par­tie dans la re­vue Scri­bu­la­tions.

La poé­sie est pré­sente dès les pre­miers écrits comme en té­moigne Alexan­drines, ré­di­gé dans les an­nées 70 et qui vient de pa­raître chez Édi­tin­ter. Les plus ré­cents re­cueils sont Ciel Va­riable (Les Adex, 2009), et deux autres pa­rus au Grand large dont Chant Vi­tal (Le Grand large, 2016) qui pour l'es­sen­tiel consti­tue le ré­per­toire d'un spec­tacle pré­sen­té en sep­tembre 2016 à Pu­bli­co. Les édi­tions Les Adex ont pu­blié dans la col­lec­tion Les Gra­phi­poèmes, plu­sieurs re­cueils de pho­tos-poèmes.

D'autre part, elle a en­re­gis­tré des disques com­pacts de ses chan­sons, elle ex­pose sa pein­ture et a réa­li­sé deux courts mé­trages (His­toire de Ma­rie, 1987 et Sage comme une image, 1990).

cira.marseille chez gmail.fr / cira.marseille.free.fr

Rendez-les nous vivants ! Une histoire orale des attaques d'Ayotzinapa

Infos Mille babords - 6. mai 2017 - 18:00

« Le flic est arrivé et il a braqué son gros calibre sur ma tête. Il a dû hésiter : “Je le tue, maintenant ?” » Erick Santiago Lopez, 22 ans, étudiant en deuxième année.

La nuit du 26 septembre 2014 à Iguala, dans l'État de Guerrero au Mexique, 6 personnes ont été assassinées et 43 étudiants de l'école rurale d'Ayotzinapa ont disparu. Au Mexique, où l'État et le narcotrafic ont fusionné, où plus de 29 000 personnes sont portées disparues, cette tragédie a été celle de trop. « L'affaire » des 43 étudiants d'Ayotzinapa a réveillé la société mexicaine dans ses bases les plus profondes et a suscité un élan de solidarité internationale.
Le gouvernement s'est empressé de répandre de fausses rumeurs et de conclure l'enquête par des théories aussi fumeuses que mensongères. John Gibler, lui, s'est rendu sur les lieux quelques jours après les faits pour comprendre ce qui s'était passé. Pendant près d'un an, il s'est entretenu avec les rescapés, les témoins des attaques et les parents des disparus. Ce livre est fait de leurs voix.

Mut Vitz 13 mutvitz13 chez no-log.org

Alexandre Chayanov, pour un socialisme paysan

Infos Mille babords - 5. mai 2017 - 19:00

La collection Les précurseurs de la décroissance propose des petits recueils d'extraits de grands penseurs qui peuvent être utilisés en vue de promouvoir de nouvelles relations entre la nature et les activités humaines. Même si l'on peut questionner la réduction de ces pensées au statut de « précurseurs » d'une notion plutôt pauvre comme la décroissance, il n'empêche que plusieurs de ces recueils offrent l'occasion de redécouvrir des idées particulièrement intéressantes pour faire avancer la pensée politique actuelle.
C'est le cas de l'un des derniers titres parus, consacré à Alexandre Chayanov (1888-1937), économiste russe fusillé par le NKVD, qui présente le grand mérite de penser en pleine collectivisation stalinienne, autrement dit en plein développement de ce qui deviendra sous d'autres latitudes l'agro-industrie, une économie paysanne auto-limitée, excluant d'emblée la catégorie du salariat, et recherchant en permanence un équilibre entre les besoins d'une famille élargie et la dépense de travail nécessaire pour les combler. Au lieu de supprimer radicalement un mode de vie et une culture entière par la mise en place d'une imitation capitaliste d'État, il aurait été possible de bâtir, de bas en haut, un socialisme paysan que Chayanov pensait sur le mode d'un maillage de coopératives. Si l'on admet que Chayanov est, en un sens, mort pour la vérité, alors sa vision de la paysannerie mérite d'être réactualisée, à l'heure où de nombreux mouvements paysans tentent à l'échelle internationale de défendre des lieux et des mondes soustraits à l'emprise capitaliste. Renaud Garcia présentera ici les grandes lignes de son ouvrage sur cet économiste hétérodoxe.
Annick Stevens évoquera aussi brièvement l'opuscule de la même collection consacré à Murray Bookchin (1921-2006), l'un des premiers militants anarchistes à avoir indissolublement lié la critique radicale du productivisme, du capitalisme, des mégapoles et de l'esclavage consumériste, avec une proposition politique de municipalisme libertaire, sans laquelle il montre que toute réelle avancée écologique serait impossible. Le choix des extraits met en évidence la globalité de cette pensée dont l'ambition était de reconstruire tous les aspects de la vie pour sortir d'une misère autant éthique et culturelle qu'économique. Par ailleurs, c'est une œuvre qui suscite beaucoup de controverses par sa recherche d'une technologie émancipatrice et par son opposition à l'écologie « profonde » ou « holistique ».
Cette discussion vise donc à intégrer plus nettement dans le questionnement libertaire la question écologique, paysanne et « anti-industrielle », tout en évitant que les appels à la « décroissance » se limitent à une démarche de simplicité volontaire.

Renaud Garcia est enseignant de philosophie au lycée Artaud, Marseille 13e. Auteur du Désert de la critique (L'Échappée), de La nature de l'entraide (sur Kropotkine et les rapports entre biologie et anarchisme, ENS éditions) et de trois petits opuscules dans la collection des « précurseurs » (Tolstoï contre le fantasme de toute-puissance ; Kropotkine ou l'économie par l'entraide ; Chayanov, pour un socialisme paysan). Collaborateur occasionnel du mensuel La décroissance et de CQFD. Membre du groupe constitué à l'initiative de l'appel de Beauchastel contre l'école numérique.

Manifestation du 1er MAI

Infos Mille babords - 1. mai 2017 - 10:30

Vieux Port

- L'agenda /

La Révolution russe de 1917 à travers le parcours d'un militant

Infos Mille babords - 29. avril 2017 - 19:00

Écoutez Marcel Body documentaire de B. Baissat et A. Skirda (1984)

Discussion présentée par Alexandre Skirda

Pour le centenaire de la Révolution russe, la Rétive invite Alexandre Skirda, historien et militant spécialiste des courants révolutionnaires de Russie et d'Ukraine. Pour faire un tour d'horizon de la Révolution de 1917, Skirda s'appuiera sur la projection de son film Ecoutez Marcel Body. Ce témoignage direct d'un militant français est exceptionnel. Socialiste mobilisé pendant la 1 ère Guerre mondiale, il est envoyé en Russie en 1917 et rentre au parti bolchevik puis retourne en France où il se rapproche des idées anarchistes de Bakounine. Ce parcours permet de faire revivre les soulèvements d'Octobre 1917, les paysans occupant les terres, les soldats désertant et se réunissant en soviet, la guerre civile et la famine, la création de la III e Internationale, l'enthousiasme qui éclata parmi les prolétaires, les anarchistes, les futurs communistes…

Nous en profiterons pour évoquer la révolte en Ukraine, avec Nestor Makno, la situation de Cronstadt et la présence active et critique des anarchistes en Russie et en Ukraine. Malgré la terrible guerre civile menée par les pays occidentaux et l'armée blanche, l'essoufflement de la mobilisation révolutionnaire, l'écrasement des anarchistes et des révolutionnaires après la prise du pouvoir par les bolcheviks, la Révolution russe est l'une des plus profondes tentatives de renversement du capitalisme et de l'État bourgeois jusqu'à nos jours. L'évolution de l'URSS et de la III e Internationale ont encore des conséquences dans la vie politique actuelle telle la démoralisation du prolétariat et de l'ensemble des courants révolutionnaires. La révolution est bien la seule perspective dans cette société capitaliste mais son échec se paye au prix fort. Toutes ces expériences peuvent nous servir aujourd'hui : inspirer nos révoltes, analyser les politiques des uns et des autres, comprendre les erreurs, les trahisons passées et l'apathie actuelle…

laretive chez riseup.net

Cabaret migratoire

Infos Mille babords - 29. avril 2017 - 18:30

samedi 29 avril à partir de 18h30 à la Cimenterie

Première partie de 19h à 20h avec une courte présentation du collectif Migrants 04 puis des séquences de contes, témoignages, lectures et chansons.
repas de 20h à 21h
deuxième partie : séquences de contes, lectures et musique.

Puis, si les musicien.nes ont envie, la fête peut continuer.

Présentation :

Il y a quelques siècles, la Renaissance a sorti l'Europe du Moyen-Âge pour entrer dans notre monde moderne, démocratie et séparation des pouvoirs…

Le projet n'est pas abouti, nous avons fait un bon pas, fragile mais le roi n'est plus de droit divin.

Tout ça à cause d'un rien … Du Zéro plus exactement, ce petit signe vide a ouvert la porte aux mathématiques modernes qui me permettent aujourd'hui d'écrire sur un clavier binaire 0-1.

Inventé en Inde, adopté par les Arabes qui l'ont transmis aux savants occidentaux et de là une révolution technologique qui nous porte à aujourd'hui.

Bien sur le raccourci est court, mais c'est juste pour montrer que les échanges en intelligence même sur un rien, un zéro ont alimenté l'humanité dans toute sa lumière.

Les fermetures ont apporté toujours le contraire, l'histoire à travers les siècles nous donne pléthore d'exemples…

Aujourd'hui les parallèles avec la crise de 29 deviennent de plus en plus évidents et tout droit c'est le chaos !

Le risque de plonger dans une nouvelle barbarie mondiale n'a jamais été aussi grand depuis la Seconde Guerre mondiale.

Au demeurant nous attendons toujours la Paix Mondiale car la guerre ravage la terre en exponentielle.

Du coup les habitants de ces tragédies fuient leurs pays pour donner à leur enfant un avenir…

Et nous Europe, qui avons érigé en principe les droits de l'homme, fermons nos frontières et laissons noyer en Méditerranée des milliers innocents demandeurs d'asile, fous éblouis par nos néons qui clignotent « Liberté - Égalité - Fraternité »…

Nous pouvons feindre l'indifférence mais en France les descendants de migrants sont la force de ce pays et la mauvaise conscience nous oblige souvent à décharger notre culpabilité sur nos dirigeants…

Basta nous avons la liberté d'agir, c'est un luxe qui ne s'use que si nous nous en servons pas.

Essayons d'apporter notre pierre au pont entre les humains pour accueillir au mieux ceux qui fuient les conflits et crises qui pour la plupart sont la conséquences de l'avidité des multinationales et des pantins sanguinaires mis au pouvoir pour servir au mieux leurs finances…

Ce n'est pas en organisant un cabaret que nous allons changer le sort du monde du jour au lendemain. Mais c'est de la responsabilité des artistes qui se nourrissent des migrations (jazz, afro music, rock, surréalisme etc.) de donner un petit exemple et de récolter des fonds pour aider tous ceux qui œuvrent au quotidien, au risque de leur liberté, pour accueillir ces fous flamboyants qui traversent désert et mer déchaînée pour arriver ici dans l'espoir de construire un monde meilleur….

Souvent ils ne trouvent que désert d'humanité et mer amer où se noie, se perd tout espoir en l'Europe… Et alors que reste-t'il ?

Nous sommes humains et nos cœurs ne sont pas des déserts salés !

Venez ! Venez nombreux pour soutenir cette initiative qui s'inscrit dans le mouvement international Xclus !

https://www.facebook.com/Xclus-1718673735028763/

http://xclus.over-blog.com

http://contes.blog.lemonde.fr/2016/09/13/le-collectif-xclus-prend-la-parole-du-23-au-25-septembre-en-soutien-aux-migrants/

Si un échange de Zéro, de presque rien a bouleverser la face du monde alors votre soutient pourra sûrement faire un grand mieux pour demain …

Les Artistes et Compagnie de spectacles vivants présents pour témoigner de la poésie trans-frontière, espoir en l'Humanité

Musiciens :

Ioanes, Riton & leurs amis http://ioanes.free.fr
Neda Cainero http://nedacainero.wordpress.com
& Yannis Bazis http://www.facebook.com/yannis.baziz.9?fref=ts
Les Passeurs de Silence - Lucile Vialard - Yor Pfeiffer - Albine Sueur - Luigi Rignanese

http://www.lacompagnieda.fr/passeur-de-silence/

https://www.youtube.com/watch?v=FdzU3KJ-UB0

Acteurs , Conteurs, Témoins

Collectif Migrants 04
Mohamad Zaman Hossein Khel "Quarghaiwal", poète afghan, réfugié
Marie Fouillet comédienne https://www.facebook.com/marie.fouillet.7
Luigi Rignanese, Conteur Musicien http://www.lacompagnieda.fr

https://04.demosphere.eu/rv/1675

7èmes Rencontres Nationales des Luttes de l'Immigration et des Quartiers Populaires

Infos Mille babords - 29. avril 2017 - 9:00

A la veille des élections présidentielles, dans un contexte politique délétère, la situation dans les quartiers populaires se dégrade. Les discriminations sont toujours plus grandes en matière d'emploi, de logement et d'éducation.
Le racisme d'État décomplexé et institutionnalisé a l'encontre des habitants des quartiers populaires se durcit. La justice de classe (rendue par les plus riches) a pris le pas, avec son lot d'enfermements, physique et psychologique : prison, hôpital psychiatrique…Le tout sécuritaire s'inscrit dans la logique raciste de gestion coloniale des quartiers au détriment de la formation et de l'emploi.
Les violences policières restent impunies depuis des décennies : les gouvernements qui se succèdent abdiquent devant les syndicats majoritaires de droite de la police. Cette police, bras armé de la toute puissance de l'État, se voit donner les pleins pouvoirs, pour preuve : la promulgation d'une loi qui permet aux policiers dans l'exercice de leur fonction de faire usage de leur arme sans garde-fous : c'est le permis de tuer !
Aujourd'hui se renforcent l'islamophobie, la romophobie, la négrophobie, … La spécificité de ces racisme ne doit pas empêcher la convergence des luttes et le rassemblement des forces vives ! Les tentatives, déjà anciennes d'auto-organisation, de mouvements autonomes doivent être encouragées pour donner la parole à ceux qui subissent les oppressions. C'est ce que souhaite continuer à construire le FUIQP en soutenant les initiatives locales contre la hogra de l'État.
Nous le verrons, le racisme d'État a aussi pour but de justifier des politiques impérialistes et néocolonialistes. Nous dénoncerons les guerres, le pillage par les multinationales, les mensonges d'État pour justifier le massacre de population, la destruction de pays berceau de civilisation…
Ces 7èmes rencontres nationales organisées à Marseille par le FUIQP offre des opportunités d'échanges : tables rondes, débats, retours d'expériences de militant-e-s issu-e-s de l'immigration et des quartiers populaires et paroles des familles dans leur combat quotidien pour la vérité et la justice.
Ces 7èmes rencontres se concluront à la fois par une manifestation publique le dimanche 30 avril a 15 heures dans les rues de marseille pour dénoncer encore et toujours les violences policières, mais aussi par une invitation à nous rejoindre le 1er mai dans notre cortège revendiquant l'égal l'accès à l'emploi pour tous dans des conditions dignes.

PROGRAMME

Samedi 29 avril
BOURSE DU TRAVAIL
23 Boulevard Charles Nedelec
13003 Marseille
8h30 – 9h15
Accueil/ Présentation des rencontres
9h15 -9h45
Généalogie d'une police coloniale
Soraya Chekkat .FUIQP

9h45 -10h45. Table ronde 1
Parole aux familles victimes de violences policières
Familles : Ajimi, Touat, Traoré
10h45- 11h45. Table ronde2
Stratégies collectives pour lutter contre les violences policières :
Almamy Mam Kanouté et Samir Baaloudj du comité Adama Traoré
11h45-12h45 Echange avec la salle

13h14h -Repas sur place. PAF 5 euros

14h15 -15h30 Table ronde 3
Racisme d'État, Guerres impérialistes et Discrimination Comprendre et agir :
Fatima Ouassak, Politologue - Saïd Bouamama, FUIQP - Mohamed Bedouche, Délégué syndical - Heurtault Romain,FUIQP
15h30-16h30 Echange avec la salle

18h30.20h Chorba du FUIQP. PAF 5 Euros

20h Soirée Festive
NADIA AMMOUR & SON GROUPE
Chant du Nord de l'Afrique

Dimanche 30 avril
Manifestation contre les violences policiières
rdv 15 heures PORTE D'AIX

fuiqp.org / fuiqp13 chez riseup.net

Réunion de la coordo contre la gentrification

Infos Mille babords - 28. avril 2017 - 19:00

Réunion de travail de la coordination contre la gentrification
avec l'Assemblée de la Plaine, Un Nouveau Centre Ville, On ne se laisse pas faire des Crottes, Laisse Béton, les Brouettes de la Belle de Mai

Ordre du jour :
Le point sur les travaux de carottage sur la Plaine
L'immeuble menacé de la rue de Lyon
les attaques administratives des lieux militants autour de la Plaine

collectifmeus chez gmx.fr

+ : http://www.meus13.com/agenda/reunion-de-la-coordo-contre-la-gentrification-1.html

« Les Citronniers », film d'Eran Riklis

Infos Mille babords - 28. avril 2017 - 19:00

19 h : auberge espagnole
20 h 30 : projection

« Les Citronniers », Eran Riklis, 2008, 106 min.

Une palestinienne de Cisjordanie possède une plantation de citronniers sur la ligne qui sépare Israël des territoires palestiniens occupés. Le ministre israélien de la Défense qui vient de s'installer en face de la plantation, ordonne de raser celle-ci, prétextant des questions de sécurité.

La veuve palestinienne est confrontée à diverses formes d'oppression, y compris de la part du voisinage situé de son côté de la ligne de démarcation. Une complicité entre l'épouse du ministre et cette paysanne va naître sans pour autant réussir à dépasser le fossé qui les sépare. Salma se bat avec détermination et dignité pour ses citronniers qu'elle aime. Dans ce combat, elle réussit à sortir de sa solitude et cette lutte en appelle de nombreuses autres…

laretive chez riseup.net

Regarde, elle a les yeux grand ouverts. Film de Yann Le Masson, 1980

Infos Mille babords - 28. avril 2017 - 19:00

Cycle Printemps 2017 :

1er film fin avril : "MON CORPS M'APPARTIENT"
2ème film 19 mai : " THE MAGDALENE SISTERS"
3ème film 23 juin : " BOY I AM"

Ce documentaire exceptionnel relate l'expérience vécue par des femmes du MLAC d'Aix en Provence, inculpées et jugées pour avoir pratiqué elles-mêmes des avortements.
Leur lutte consistait non seulement à pratiquer des avortements, mais aussi des accouchements à domicile. Ces femmes militaient pour que l'accouchement
et l'avortement soient contrôlés et voulus par les femmes elles-mêmes.
L'expérience du MLAC ne se limite pas à la connaissance du corps et à ces pratiques d'auto-avortements et d'accouchements. C'est aussi une expérience de vie plus solidaire où les rapports à l'autre sont plus humains car chaque personne à l'écoute de ses désirs (avoir ou non un enfant, choisir son accouchement, décider de sa vie)
est aussi capable d'entendre ceux des autres.
La caméra de Yann Le Masson s'attarde sur les visages des femmes qui prennent la parole, se livrent avec confiance autour de leurs histoires, dans la pure tradition du cinéma direct.

Migraines migrantes et médecines naturelles

Infos Mille babords - 28. avril 2017 - 9:00

de 9 h à midi

A-t-on vraiment le choix, en France, des techniques de soin ?
Est-ce qu'on se demande vraiment quelles médecines sont les mieux adaptées à chacun ?
Peut-on imaginer un échange entre praticien et patient, lorsque les cultures et les traditions se rencontrent ?
Comment s'articulent santé et salut dans les pratiques et dans les représentations ?
À quoi ça ressemblerait, si on prenait vraiment le temps ?

Soirée soutien Migrant-e-s

Infos Mille babords - 27. avril 2017 - 18:30

À l'occasion de l'exposition participative « QX1 – Permission de jeter l'ancre », le Théâtre de l'Œuvre accueille une soirée de soutien aux personnes migrantes à Marseille co-organisée par le Collectif Transbordeur et Soutien Migrant-e-s 13.


Plusieurs collectifs / associations présenteront la situation des personnes migrantes à Marseille, les actions menées au quotidien, les initiatives à venir.


L'argent récolté pendant cette soirée sera versé à Soutien Migrant-e-s 13.

Programme :
18h30 : Accueil / Exposition participative « QX1 – Permission de jeter l'ancre »

19h : Projection de film : Le Manba la source المنبع , du collectif Primitivi
19h30 : Présentation et débat sur la situation des migrant-e-s à Marseille avec Soutien Migrant-e-s 13 , Planète sans visa, Casa Mete c a et d'autres collectifs

20h30 : Repas marocain
21h 30 : Concert du groupe Sonatolia

Jeudi 27 avril 2017 à partir de 18h30
http://theatre-oeuvre.com/events/soiree-soutien-migrant-e-s/

Lulu-tte des classes

Infos Mille babords - il y a 1 heure 40 min

Un autre futur : l'Espagne en rouge et noir !

Infos Mille babords - il y a 2 heures 10 min

Nous projetterons ce soir la troisième partie du film de Richard PROST • COUL extraits d'époque N&B • VF et VO Esp sous-titré en français

50 ans après, l'histoire des anarcho-syndicalistes espagnols, qui menèrent une révolution autogestionnaire au cœur de la guerre civile.

Ce film est né de la volonté des vieux libertaires espagnols de reconstituer la mémoire collective de leur génération, et de nous en laisser témoignage. Dispersés par l'exil, affaiblis par l'âge, ils ont gardé une étonnante jeunesse lorsqu'il s'est agit de se lancer, une fois encore, dans une aventure commune.

A Barcelone en 1936, la révolution qu'ils faisaient, ils l'ont filmée.

Aujourd'hui, ils donnent à voir ces images lyriques arrachées au temps et aux persécutions, pour que leur témoignage et leurs vies ne se dissolvent pas dans l'oubli.

1re partie : Je demande la parole période de 1870 à 1936
2e partie : Sous le signe libertaire période de 1936 à 1937 • projetée à la Casa Consolat le 26 novembre 2016 pour le 80e anniversaire de la Révolution espagnole

- 3e partie : Il n'y a plus de fous période de 1937 à 1945 • Durée : 55 mn
La fin de la guerre et l'exil...

Le film sera suivi d'un débat et d'un repas

Entrée libre • PAF libre

Secteur vidéo de la CNT-F • Un autre futur : l'Espagne en rouge et noir !

autour du cahier spécial du dernier numéro de CQFD sur les violences policières

Infos Mille babords - il y a 2 heures 40 min

Le 15 mars, journée internationale de lutte contre les violences policières, des centaines de flics ont manifesté à Paris pour réclamer plus de laxisme de la part des juges après la condamnation d'un de leurs collègues pour le meurtre d'Amine Bentounsi. Ce même jour au TGI de Pontoise (Val-d'Oise), Yacouba, frère d'Adama Traoré, mort étouffé sous trois gendarmes à Beaumont-sur-Oise le 19 juillet 2016, a été condamné à 18 mois de prison pour avoir frappé un gars ayant sali la mémoire du frangin dans les pages du Parisien. La même juge a déjà condamné Bagui, autre frère d'Adama, à 8 mois de prison pour outrage et violences, et l'a ensuite inculpé de « tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique ». Il est en fait accusé sans preuve d'avoir tiré sur les forces de l'ordre lors des troubles consécutifs à la mort d'Adama – comme les frères Kamara à Villiers-le-Bel après les émeutes qui suivirent la mort de Lakhamy Samoura et Moushin Sehhouli en 2007. Une vie volée par un flic : cinq ans avec sursis. Un nez cassé : 18 mois ferme. La police tue, la justice enterre.

La dérive de ce pays sur la pente du tout-sécuritaire, l'état d'urgence permanent, la répression du mouvement social, l'autonomisation quasi séditieuse d'une frange de la police, la multiplication des « bavures » à connotation raciste… L'actualité a porté CQFD vers Paris et sa banlieue. Ce qui ne veut pas dire qu'à Marseille, Clermont-Ferrand ou Colmar il ne se passe rien. Nous y reviendrons prochainement.

http://transit-librairie.org/event/rencontre-et-discussion-autour-du-cahier-special-du-dernier-numero-de-cqfd-sur-les-violences-policieres/

« Roms de Marseille »« La maison, le violon et le sac Tati »

Infos Mille babords - il y a 2 heures 40 min

19 h Vernissage de l' exposition : « Roms de Marseille » de Kamar Idir
L'exposition « Roms de Marseille » retrace dix ans d'une quête à vivre décemment dans un pays qui semble avoir oublié ses propres principes d'accueil et du vivre ensemble dans la liberté, l'égalité et la fraternité.
Exposition du 7 avril au 2 mai

20 h Projection du film : « La maison, le violon et le sac Tati » de Dominique Idir
Marseille. De 2008 à fin 2012. Histoires de plusieurs familles originaires de Roumanie qui ont émigré en France pour des raisons économiques, et se sont installées dans le quartier de la Capelette. Sans aucun droit, à part l'aide médicale d'état, elles occupent les marges abandonnées de nos villes. Elles parlent romanès, le hongrois, le roumain, l'italien et le français (surtout pour les plus jeunes). Elles doivent résister au rythme des évacuations, des expulsions, et des pressions de tous genre. Elles trouvent l'énergie de survivre grâce à nos surplus, d'envoyer leurs enfants à l'école, de faire la fête et de respecter leurs traditions familiales. Juin 2012 : les terrains se font rares et les conditions de vie s'aggravent. Les évacuations s'intensifient…..C'est une petite partie de la vie de Sabina, Estera, Daniele, Vandana, Dorin, Samson, Mamushka, Moise, Razvan et les autres …
Documentaire, France 2013
Autoproduction ARTRIBALLES

plus d'infos :
http://cafeculturelcitoyen.org/

Brulez-moi, comme ça, je peux chanter

L'engrenage identitaire

Infos Mille babords - il y a 3 heures 40 min

Tous les pays abritent des minorités ethniques, religieuses, régionales ou linguistiques, des populations indigènes ou des immigrants. Perçue comme une richesse ou comme une menace, cette diversité s'accompagne souvent d'inégalités. Comment les pouvoirs publics y font-ils face ? Benoit Bréville explorera les politiques mises en place pour organiser la cohabitation, en s'attachant particulièrement au prétendu « modèle français d'intégration ».
*Benoit Bréville est rédacteur - chef adjoint au Monde diplomatique. Il a piloté le Manière de Voir « L'engrenage identitaire ».
https://www.monde-diplomatique.fr/mav/152/

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE