Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 
 Archives par animateur[trice]     Créer un contenu     Forum

 

Agrégateur de flux

Domination masculine et résistances féminines dans le capitalisme

Infos Mille babords - 15. mars 2016 - 18:30

Le féminisme n'est pas simplement une revendication d'égalité, il met en cause les bases mêmes du capitalisme : ses formes de pouvoir, ses lois de fonctionnement économique, ses rapports avec la nature. En positif, le féminisme est nécessaire pour penser le dépassement du capitalisme.

Avant cet atelier vous pouvez lire une fiche de présentation de la question :

Tableau récapitulatif

http://www.millebabords.org/IMG/pdf/dom_masc_ds_capsme_tableau_mb.pdf

extraite d'un travail de recherche plus large :
Féminisme en chantier

Les participant.e.s pourront proposer d'autres thèmes pour des ateliers à venir sur la domination masculine et les fondamentaux du féminisme.

L'anarchisme : histoire, idées, actualité

Infos Mille babords - 15. mars 2016 - 18:30

Le Centre international de recherches sur l'anarchisme (Cira) existe à Marseille depuis cinquante ans. Il collecte tout ce qui a un rapport avec l'anarchisme (livres, journaux, brochures, images, films...) et en permet la consultation à toute personne intéressée : militant, étudiant, chercheur, écrivain, journaliste ou simplement curieux.

Thierry Bertrand, qui collabore au Maitron des anarchistes, Felip Équy, qui rédige chaque mois La feuille d'infos du Cira, et Bernard Hennequin, membre du collectif de la revue Réfractions, viendront tous trois nous présenter le Cira, mais aussi l'histoire et les grandes idées de l'anarchisme dans toute leur diversité, en France et ailleurs.
Une conférence pour mieux connaître l'anarchie, dont les idées sont souvent mal connues et parfois déformées.

Cycle Sciences et idées en partenariat avec le Cira (Centre international de recherches sur l'anarchisme) - Auditorium de la médiathèque, entrée libre.

Rencontre avec Armand Patrick Gbaka-Brédé alias Gauz

Infos Mille babords - 11. mars 2016 - 18:00


Rencontre avec Gauz
vendredi 11 mars 2016 - 18h00
Bibliothèque des Cinq Avenues
Prévue de longue date, la résidence de Gauz à Marseille pour les deux prochains mois représente une belle manière de commencer cette nouvelle année. A l'occasion de son passage éclair en 2015, nous avions déjà eu un aperçu du regard incisif et de l'ouverture d'esprit de l'auteur de Debout-payé (Le Nouvel Attila, 2014, Le livre de poche 2015), un roman au succès mérité.

C'est dans le cadre de cette résidence que la bibliothèque des Cinq-Avenues acceuille Peuple & Culture Marseille. L'occasion d'échanger avec l'auteur sur ses écrits et son parcours.
La librairie l'Odeur du Temps sera également présente et proposera ses ouvrages.

Résidence programmée du 28 janvier au 30 mars 2016
Dans son roman Debout-payé, Gauz porte son regard sur les inégalités sociales, la consommation, la société de surveillance contemporaine et dresse un portrait sur le vif de la France contemporaine. Mêlant une approche documentaire à un récit fictionnel, le roman se construit autour d'Ossiri, jeune ivoirien arrivé à Paris sans papier en 1990. A la manière de Jean Rouch dans Petit à Petit, l'auteur écrit la découverte de la ville par un immigré et son regard sur la France d'aujourd'hui.

Le roman raconte l'immigration ivoirienne, de 1960 à nos jours à travers plusieurs récits qui s'entrecroisent autour de deux lieux parisiens, la MECI (Maison des étudiants de Côte-d'Ivoire) et les Grands Moulins de Paris. Découpé en trois parties, « l'âge de bronze 1960-1980 », « l'âge d'or 1990-2000 » et « l'âge de plomb », on découvre les histoires de ces immigrés, sans-papiers, devenu vigiles à Camaïeu ou encore au Séphora des Champs-Elysées. Se dessine au fil du récit une histoire de la surveillance et de l'évolution du métier de vigile de la Françafrique jusqu'à l'après 11-septembre.

Un vigile gagne sa vie à rester debout, il a le temps d'observer. Il pense, établit ainsi ses propres statistiques, maximes, et autres lois sociologiques, en croisant les données morphologiques des clientes, leur nationalité. Gauz s'amuse avec le vocabulaire et invente une langue. En revisitant et détournant des langages techniques, professionnels, et quotidiens, l'auteur sous la forme d'un lexique décline les réflexions de celui qui observe sans être vu. L'oralité et le langage sont au cœur du livre.
Les relations politiques entre la France et ses anciennes colonies sont interrogées en filigrane tout au long du récit. Cette interrogation sur la mémoire, sur notre Histoire, les liens entre histoire singulière et histoire politique, Gauz souhaite la poursuivre dans son prochain roman. Ces questions qui nous travaillent et offrent une lecture de l'aujourd'hui, sont particulièrement vives à Marseille. La recherche que l'auteur mènera aux archives d'Outre-mer nourrira notre démarche, nos réflexion et nos ateliers.

L'auteur
Armand Patrick Gbaka-Brédé alias Gauz est né à Abidjan en 1971. Pendant les cinq années qui suivent l'obtention de son diplôme de biochimie, il décide de ne rien faire et sillonne la Côte d'Ivoire pour mieux connaître son pays. Gauz considère, d'ailleurs, cette période comme son premier poste en tant qu'observateur de l'autre.

Après cette période, il part poursuivre ses études en France à l'Université de Paris-Jussieu et exerce successivement divers métiers, de vigile à jardinier avant d'être photographe et rédacteur-en-chef d'un journal économique, News & co. Il participe à la rédaction d'un scénario sur l'immigration des jeunes Ivoiriens Après l'océan, film d'Eliane Delatour. Gauz réalise des courts métrages documentaires dont Quand Sankara…, lors du Forum Social Mondial de Bamako en janvier 2006, donnant la parole à des jeunes qui reprennent le discours que prononça Thomas Sankara à l'assemblée de L'ONU en 1984 à New York.

Oeuvre

Debout-payé, le nouvel Attila, 2014, 1er prix des libraires Gibert Joseph, Meilleur premier roman français par la rédaction de Lire. Edité chez Livre de poche, en octobre 2015

« At(h)ome », d'Élisabeth Leuvrey

Infos Mille babords - 3. mars 2016 - 19:00

Les Écrans du Large en partenariat avec SDN Est13, le Collectif de Transisition Citoyenne, l'Association des Médecins Français pour la Prévention de la Guerre Nucléaire et Ballon Rouge.

Plus de cinquante ans après la fin de la guerre, une cinéaste et un photographe, issus des deux camps du conflit et enfants héritiers de l'histoire coloniale franco-algérienne, nous ramènent en 1962 en plein Sahara algérien.
D'une zone désertique irradiée aux faubourgs d'Alger, ils suivent le parcours d'une explosion nucléaire expérimentale.
De l'essai à l'accident, des retombés environnementales au « recyclage » des lieux du passé…
Le point de départ est historique mais l'histoire contée nous rattrape au présent et vient nous chercher là où nous sommes – at home – pour un face à face avec des retombées sans frontière.

Vous trouverez toutes les infos du film sur le site :
http://lesecransdularge.fr/films/athome/
distrib chez lesecransdularge.fr

appel à souscription pour dvd :
http://us12.campaign-archive1.com/?u=811c820dcd28f88902eba8544&id=244214c0d2

*************
At(h)ome, film d'Élisabeth Leuvrey
Production Les Écrans du Large (France), 53', 2013
Jeudi 3 mars 2016 au cinéma Le Pagnol à Aubagne
de 19 h à 21 h

Stage d'autodéfense pour Femmes Riposte

Infos Mille babords - 28. février 2016 - 9:30

STAGES D'AUTODÉFENSE POUR FEMMES RIPOSTE À MARSEILLE


** dimanches 21 et 28 février*
** dimanches 20 et 27 mars*
** samedi 16 et dimanche 17 avril*

de 9h30 à 17h
dans les locaux du Planning Familial 13

* La participation aux 2 journées est nécessaire.*

CONTENU DU STAGE :

Le but de l'autodéfense pour femmes est d'acquérir des moyens de se défendre, de PRÉVENIR les agressions, de prendre conscience de sa force et de (re)prendre CONFIANCE EN SOI.

Suivre le cours RIPOSTE c'est :

S'encourager à RIPOSTER lors de harcèlements ou d'agressions, qu'elles soient physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles, par des proches ou des inconnus.

Pratiquer des TECHNIQUES PHYSIQUES ET VERBALES simples et efficaces par le biais de discussion, de mises en situation et de jeux de rôle.

Apprendre à SE PROTÉGER dans une ambiance coopérative et chaleureuse avec d'autres femmes (une animatrice pour un groupe de 10 à 14 participantes).

S'AFFIRMER au quotidien, se sentir plus libre et plus confiante.

Se concentrer sur ce que l'on PEUT faire, et non sur ce que l'on ne peut pas faire.

Cette forme d'autodéfense est adaptée à toutes, quel que soit votre âge et votre condition physique.

Les animatrices se sont formées avec des formatrices spécialisées dans l'autodéfense pour femmes et sont diplômées de la méthode RIPOSTE, issue du programme ACTION du Centre de Prévention des Agressions de Montréal.

TARIFS :

Parce que nous voulons que nos stages soient accessibles à toutes, nous proposons une fourchette de prix selon les revenus.
Merci de nous écrire pour plus d'informations à ce sujet.

ACCÈS :

Le stage se déroulera dans les locaux du Planning Familial 13 :

106, boulevard National
13003 Marseille
Tram 2 arrêt National, Métro 1/2 arrêt Saint Charles, Bus 33/34 arrêt National Guibal

CONTACTS :

Pour s'inscrire ou pour toute information sur les stages ;
Pour s'informer, soutenir, adhérer à l'association :

e-mail : latrousseaoutils13 chez gmail.com
tel : 06 37 50 95 82

Des stages adaptés pour adolescentes et pour femmes ayant des limitations
fonctionnelles physiques peuvent être proposés. De plus, si vous faites partie d'une association, d'un organisme ou autre, et que vous souhaitez organiser un stage dans ce contexte, c'est possible
N'hésitez pas à nous contacter !

Association La Trousse à Outils - Marseille
106, boulevard National
13003 MARSEILLE
e-mail : latrousseaoutils13 chez gmail.com
tel : 06 37 50 95 82


** dimanches 21 et 28 février*

** dimanches 20 et 27 mars*
** samedi 16 et dimanche 17 avril*

de 9h30 à 17h
dans les locaux du Planning Familial 13

* La participation aux 2 journées est nécessaire.*

CONTENU DU STAGE :

Le but de l'autodéfense pour femmes est d'acquérir des moyens de se défendre, de PRÉVENIR les agressions, de prendre conscience de sa force et de (re)prendre CONFIANCE EN SOI.

Suivre le cours RIPOSTE c'est :

S'encourager à RIPOSTER lors de harcèlements ou d'agressions, qu'elles soient physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles, par des proches ou des inconnus.

Pratiquer des TECHNIQUES PHYSIQUES ET VERBALES simples et efficaces par le biais de discussion, de mises en situation et de jeux de rôle.

Apprendre à SE PROTÉGER dans une ambiance coopérative et chaleureuse avec d'autres femmes (une animatrice pour un groupe de 10 à 14 participantes).

S'AFFIRMER au quotidien, se sentir plus libre et plus confiante.

Se concentrer sur ce que l'on PEUT faire, et non sur ce que l'on ne peut pas faire.

Cette forme d'autodéfense est adaptée à toutes, quel que soit votre âge et votre condition physique.

Les animatrices se sont formées avec des formatrices spécialisées dans l'autodéfense pour femmes et sont diplômées de la méthode RIPOSTE, issue du programme ACTION du Centre de Prévention des Agressions de Montréal.

TARIFS :

Parce que nous voulons que nos stages soient accessibles à toutes, nous proposons une fourchette de prix selon les revenus.
Merci de nous écrire pour plus d'informations à ce sujet.

ACCÈS :

Le stage se déroulera dans les locaux du Planning Familial 13 :

106, boulevard National
13003 Marseille
Tram 2 arrêt National, Métro 1/2 arrêt Saint Charles, Bus 33/34 arrêt National Guibal

CONTACTS :

Pour s'inscrire ou pour toute information sur les stages ;
Pour s'informer, soutenir, adhérer à l'association :

e-mail : latrousseaoutils13 chez gmail.com
tel : 06 37 50 95 82

Des stages adaptés pour adolescentes et pour femmes ayant des limitations
fonctionnelles physiques peuvent être proposés. De plus, si vous faites partie d'une association, d'un organisme ou autre, et que vous souhaitez organiser un stage dans ce contexte, c'est possible
N'hésitez pas à nous contacter !

Association La Trousse à Outils - Marseille
106, boulevard National
13003 MARSEILLE
e-mail : latrousseaoutils13 chez gmail.com
tel : 06 37 50 95 82

Être ouragans : écrits de la dissidence

Infos Mille babords - 27. février 2016 - 17:00

Georges Lapierre parlera de la critique de deux conceptions de l'être et de la réalité dominantes de notre époque, celle d'individu et celle de nature.
Il se propose de parler de la cosmovision dominante dans notre civilisation. Il entend par cosmovision la perception d'un univers ordonné par une pensée (cosmos). Cela concerne nos représentations collectives de l'être et de la réalité (si nous faisons référence à Durkheim) ou encore notre mode d'identification du monde et d'autrui (si nous faisons référence à Philippe Descola ou à Claude Lévi-Strauss).

Nos représentations dominantes de l'être et de la réalité ont une évidence si remarquable qu'il est difficile de les contester ou même, tout simplement, de les relativiser.

La première question qui se pose, ou devrait se poser, concerne cette pensée ordonnatrice de l'univers. Dieu ? Les hommes ? La nature ?
Quelles sont nos représentations de l'être et de la réalité auxquelles nous tenons tant ? Comment les définir ? À quel moment ont-elles émergé ? Dans quelles circonstances ?

Des sociétés, des civilisations ont connu et connaissent encore d'autres manières d'appréhender le monde et l'être humain. Doit-on, au nom d'un supposé (et implacable) progrès de la pensée, les rejeter dans les limbes de l'histoire et de l'oubli ou bien peuvent-elles encore nous apporter une ouverture nous permettant d'envisager notre futur ?

Georges Lapierre est l'auteur de plusieurs ouvrages : L'Incendie millénariste avec Yves Delhoysie (Os Cangaceiros, 1987), Le Mythe de la raison (L'Insomniaque, 2002), La Commune d'Oaxaca préfacé par Raoul Vaneigem (Rue des Cascades, 2008) et La voie du jaguar avec Rubén Valencia et David Venegas (L'Insomniaque, 2008). Il partage son temps entre l'État d'Oaxaca au Mexique et le sud de la France.

Être ouragans : écrits de la dissidence par Georges Lapierre. L'Insomniaque, 2015. 608 pages. Réunit : « De la réalité et des représentations que nous en avons » ; « Six thèses pour une brève histoire du capitalisme des origines à nos jours » ; « L'expérience mexicaine ». 20 euros. Ce livre sera disponible au CIRA le jour de la causerie.

CIRA 50 rue Consolat 13001 Marseille Téléphone : 09 50 51 10 89
Courriel : cira.marseille chez gmail.com Site Internet : cira.marseille.free.fr
Permanences : mardi, mercredi, jeudi de 15 heures à 18 heures

En soutien à Christine Ribailly et à tou-te-s les enfermé-e-s

Infos Mille babords - 27. février 2016 - 16:00

La liberté n'existe pas, la prison est là pour nous le rappeler.

Nous qui ne sommes pas en prison, avons la liberté...de travailler, de voter, de consommer, de nous prostituer...de chercher du sens à tout ça. Nous sommes dehors et allons nous enfermer dans nos maisons, écoles, usines, bureaux, supermarchés, églises ou mosquées... Notre liberté se façonne au béton qui nous entoure, aux rôles sociaux qui nous incombent et à travers lesquels nous reproduisons l'aliénation qui nous tient.

Notre "liberté" se mesure alors à notre compte en banque, nos possessions, notre prestige, notre obéissance... Notre destin appartient aux politiciens, patrons, bureaucrates, missionnaires qui dictent et surveillent...que tout va bien pour leurs affaires.
Nous sommes dehors mais même dehors est enfermé, propriété privée, espace surveillé, tout est policé, tousTES policierEs...

La liberté s'émiette au contact des brutes qui décident de nous et des chaînes qui vont avec. Tant que nous aurons ces chaînes, il y aura des prisons. Car la prison est au bout de la chaîne : ce sont des prolétaires auxquelLEs les miettes de liberté ne suffisent pas qui les remplissent. La transgression qui les a conduit à cette incarcération met en péril l'état, les propriétaires, les donneurs de leçons aussi faut-il les punir à l'extrême...casser cet être qui veut échapper aux lois bourgeoises. La prison prolonge le conditionnement à l'obéissance, la résignation.

La violence qui s'y exerce à l'encontre des détenuEs rebelles (ou pas), morale et physique, est du même ordre que celle qui règne dehors, quand l'état déclenche une guerre ou mate une révolte mais avec moins de témoins... En prison il n'y a que les matons qui ont raison.
Nous qui ne sommes pas (encore) en prison, voulons rester solidaires avec les incarcéréEs...
Sommes nous persuadés que cette « solidarité » peut faire changer quelque chose ? Si elle doit aboutir à une amélioration des conditions des entauléEs dans leurs conflits avec la pénitentiaire, pourquoi pas , Mais ça changera quoi ? Nous aurons participé à mettre un pansement aseptisé sur une blessure béante mais rien ne sera changé dans le pourquoi ce sont toujours les mêmes qui vont en prisons et toujours les mêmes qui sont en liberté surveillée avant d'y aboutir.

Si nous voulons nous battre contre l'enfermement carcéral, battons nous d'abord pour changer la donne du système qui ne peut exister sans la domination, l'exploitation, la torture et la punition et l'acceptation de ceux et celles qui en sont les victimes consentantes. Pour faire tomber les chaines de celles et ceux qui sont DEDANS il faut en même temps faire tomber celles de ceux et celles qui sont DEHORS.

anticarceral84 chez riseup.net

Pique nique de soutien Notre Dame des Landes

Infos Mille babords - 27. février 2016 - 12:00

Un comité de soutien à la lutte contre l'aéroport de Notre-Dames-des-Landes a été créé à Avignon (Avignonleslandes chez mailoo.org).
Il vous invite le samedi 27 février (journée nationale de mobilisation) à un pique-nique de soutien à la lutte à 12h à Avignon, Place Pie.

Venez nombreux manifester votre désaccord contre ce projet dans notre temps et votre solidarité avec l'ensemble des composantes de la lutte qui concrétise de nouvelles façons de résister et de vivre le monde demain.

Anticapitalistes. Une sociologie historique de l'engagement

Infos Mille babords - 25. février 2016 - 19:00

Florence Johsua est docteure en sociologie politique, chargée de cours et chercheure associée au Centre de recherche sur l'action politique de l'Université de Lausanne.

Le renouveau des gauches radicales en Europe a suscité un regain d'intérêt à leur égard.

Toutefois, peu d'études se sont intéressées aux individus qui militent contre le capitalisme, pour un autre monde. Qui sont ces hommes et ces femmes ? Quels parcours personnels, quelles expériences nourrissent l'audace de penser qu'on peut changer la société ? Comment ces engagements se sont-ils transformés et renouvelés ?

Grâce à une enquête au long cours combinant entretiens, observations et analyses statistiques, ce livre propose une sociologie de l'engagement anticapitaliste en France

Du milieu des années 1960 aux années 2000. À travers le cas de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) devenue Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), l'auteure interroge les liens entre les évolutions du recrutement partisan et celles à l'œuvre dans la société et explore les trajectoires et les pratiques des militants, leurs visions du monde, leurs questionnements et leur idéal, pour apporter un éclairage inédit sur les nouveaux visages de l'anticapitalisme à l'aube du XXIe siècle..

Ce faisant, l'ouvrage invite à penser sous un nouveau jour de grandes questions de société, comme celle de la fin des utopies, la prétendue désaffection des jeunes pour la politique, la production sociale de la révolte ou encore ce que signifie prendre parti aujourd'hui. Il rend compte d'une aventure à la fois minoritaire et universelle : la contestation de l'ordre établi.

Ce livre est publié aux éditions la Découverte dans la collection Science Humaines / Laboratoire des sciences sociales, dirigée par Bernard Lahire au prix de 23€.

Cette soirée est organisée dans le cadre des « Rendez-vous socio de Transit »

Réunion du RESF 13

Infos Mille babords - 24. février 2016 - 17:30

resf13 chez no-log.org / 06 31 32 48 65
www.educationsansfrontieres.org

Pour la justice climatique : quelles actions maintenant ?

Infos Mille babords - 23. février 2016 - 19:00

Quel bilan de la COP21 ?
Que font les différents acteurs :
gouvernements, grandes entreprises, collectivités locales, mouvements citoyens ?

Débat introduit par
Nicolas Haeringer, responsable France de la campagne du réseau 350.org pour le désinvestissement des énergies fossiles

et les associations (premiers signataires)
ALTERNATIBA-Marseille, ATTAC-Marseille, EAU BIEN COMMUN-Paca

Cette réunion publique commencera par une analyse de la situation ouverte par les décisions et les non-décisions de la conférence de Paris.
Pour la première fois, 195 États s'accordent sur un texte qui reconnaît la nécessité de mesures d'urgence pour limiter la hausse de la température moyenne à 2°, et qui définit pour la suite un objectif de 1,5°.
Cet accord conforte la légitimité des mouvements citoyens pour la sauvegarde du climat. Et si les États ne prennent pas les décisions nécessaires, on peut maintenant invoquer cet accord pour justifier, y compris devant les tribunaux, des actions de désobéissance civique.
On peut agir sur les décideurs politiques et économiques à la fois par la pression de l'opinion et par la jurisprudence.

Et c'est ce que les citoyens doivent faire car la COP21 n'a pris aucune mesure décisive pour répondre à l'urgence. Pas de perspective précise d'arrêt des énergies fossiles, pas de taxes mondiales, pas de règles contraignantes pour les Etats, pas de programme sur la gestion de l'eau, ni sur la relocalisation de l'agriculture …
L'addition des engagements pris par les Etats (à supposer qu'ils soient tenus) conduit à une hausse de 3° de la température moyenne.
De ce point de vue on peut presque dire que le bilan de la COP21 est qu'elle laisse les mains libres aux fauteurs de la catastrophe climatique.
Les gouvernements freinent. La première raison en est probablement qu'ils veulent ménager les intérêts des grandes entreprises des énergies fossiles, de l'automobile, des transports, et des fonds d'investissement engagés dans ces activités. La non-remise en cause de l'aéroport de Notre-Dame des Landes en est un exemple.
Les multinationales profitent du flou et de l'absence de programmes concrets issus de la COP21 pour avancer leurs solutions qui vont dans le sens d'une gestion privée de l'environnement, ouverte à la spéculation financière.
En outre les entreprises font miroiter la promesse de nouvelles technologies (géo-ingénierie, stockage du CO2, « agriculture intelligente », etc.) en fait dangereuses pour l'environnement mais qui dans l'esprit de leurs promoteurs auront l'avantage d'ouvrir de nouveaux marchés.

Le mouvement des citoyens pour la sauvegarde du climat continue :
à travers des actions locales de dénonciation voire de blocage des projets climaticides. Nous parlerons notamment de la grande centrale électrique à biomasse de Gardanne, un projet qui repose sur l'exploitation à outrance de la forêt à la fois dans le sud de la France et à des milliers de kilomètres.
en organisant le retrait des investissements des énergies fossiles, par les citoyens qui peuvent par exemple changer de banque, mais aussi par des collectivités locales, des caisses de retraite, etc.
en renforçant et en faisant connaître les alternatives portées par la société civile, comme l'ont fait les festivals Alternatiba depuis plus d'un an. Face aux carences des Etats, les collectivités locales peuvent elles aussi être porteuses d'alternatives, par exemple au niveau de la gestion de l'eau et de la protection du cycle naturel de l'eau, qui est nécessaire pour atténuer au niveau local les effets du dérèglement climatique.

Sur les perspectives du mouvement, voir
http://350.org/fr/nos-perspectives-pour-2016/

Debout-payé

Infos Mille babords - 23. février 2016 - 19:00


Rencontre littéraire
Rencontre avec Gauz
mardi 23 février 2016 - 19h00
Bibliothèque municipale de Fuveau

Prévue de longue date, la résidence de Gauz à Marseille pour les deux prochains mois représente une belle manière de commencer cette nouvelle année. A l'occasion de son passage éclair en 2015, nous avions déjà eu un aperçu du regard incisif et de l'ouverture d'esprit de l'auteur de Debout-payé (Le Nouvel Attila, 2014, Le livre de poche 2015), un roman au succès mérité.

C'est dans le cadre de cette résidence que la bibliothèque municipale de Fuveau acceuille Peuple & Culture Marseille. L'occasion d'échanger avec l'auteur sur ses écrits et son parcours.
Entrée Libre

Résidence programmée du 28 janvier au 30 mars 2016
Dans son roman Debout-payé, Gauz porte son regard sur les inégalités sociales, la consommation, la société de surveillance contemporaine et dresse un portrait sur le vif de la France contemporaine. Mêlant une approche documentaire à un récit fictionnel, le roman se construit autour d'Ossiri, jeune ivoirien arrivé à Paris sans papier en 1990. A la manière de Jean Rouch dans Petit à Petit, l'auteur écrit la découverte de la ville par un immigré et son regard sur la France d'aujourd'hui.

Le roman raconte l'immigration ivoirienne, de 1960 à nos jours à travers plusieurs récits qui s'entrecroisent autour de deux lieux parisiens, la MECI (Maison des étudiants de Côte-d'Ivoire) et les Grands Moulins de Paris. Découpé en trois parties, « l'âge de bronze 1960-1980 », « l'âge d'or 1990-2000 » et « l'âge de plomb », on découvre les histoires de ces immigrés, sans-papiers, devenu vigiles à Camaïeu ou encore au Séphora des Champs-Elysées. Se dessine au fil du récit une histoire de la surveillance et de l'évolution du métier de vigile de la Françafrique jusqu'à l'après 11-septembre.

Un vigile gagne sa vie à rester debout, il a le temps d'observer. Il pense, établit ainsi ses propres statistiques, maximes, et autres lois sociologiques, en croisant les données morphologiques des clientes, leur nationalité. Gauz s'amuse avec le vocabulaire et invente une langue. En revisitant et détournant des langages techniques, professionnels, et quotidiens, l'auteur sous la forme d'un lexique décline les réflexions de celui qui observe sans être vu. L'oralité et le langage sont au cœur du livre.
Les relations politiques entre la France et ses anciennes colonies sont interrogées en filigrane tout au long du récit. Cette interrogation sur la mémoire, sur notre Histoire, les liens entre histoire singulière et histoire politique, Gauz souhaite la poursuivre dans son prochain roman. Ces questions qui nous travaillent et offrent une lecture de l'aujourd'hui, sont particulièrement vives à Marseille. La recherche que l'auteur mènera aux archives d'Outre-mer nourrira notre démarche, nos réflexion et nos ateliers.

L'auteur
Armand Patrick Gbaka-Brédé alias Gauz est né à Abidjan en 1971. Pendant les cinq années qui suivent l'obtention de son diplôme de biochimie, il décide de ne rien faire et sillonne la Côte d'Ivoire pour mieux connaître son pays. Gauz considère, d'ailleurs, cette période comme son premier poste en tant qu'observateur de l'autre.

Après cette période, il part poursuivre ses études en France à l'Université de Paris-Jussieu et exerce successivement divers métiers, de vigile à jardinier avant d'être photographe et rédacteur-en-chef d'un journal économique, News & co. Il participe à la rédaction d'un scénario sur l'immigration des jeunes Ivoiriens Après l'océan, film d'Eliane Delatour. Gauz réalise des courts métrages documentaires dont Quand Sankara…, lors du Forum Social Mondial de Bamako en janvier 2006, donnant la parole à des jeunes qui reprennent le discours que prononça Thomas Sankara à l'assemblée de L'ONU en 1984 à New York.

Oeuvre

Debout-payé, le nouvel Attila, 2014, 1er prix des libraires Gibert Joseph, Meilleur premier roman français par la rédaction de Lire. Edité chez Livre de poche, en octobre 2015

21e Rassemblement à la mémoire d'Ibrahim Ali

Infos Mille babords - 21. février 2016 - 13:00

Le 21 février 1995 Ibrahim Ali Abdallah est assassiné par un colleur d'affiche du Front National. Ce soir là vers 23h00, il court avec les membres du groupe de rap B.VICE dans la rue Lechatelier, dans le XVe arrondissement de Marseille, pour attraper le dernier bus de nuit qui dessert leur quartier. De retour de leur répétition pour un concert en faveur d'une association caritative, ils veulent rentrer au plus vite à la savine car beaucoup sont affamés pour cause de ramadan. Peu avant le carrefour des Aygalades, les premiers jeunes croisent trois colleurs d'affiches du Front National qui décident de les poursuivre en voiture. Mais apercevant dans le rétroviseur de la 205 un second groupe de jeunes venant dans leur direction, ils s'arrêtent au feu rouge. Ils descendent de leur voiture et commencent à tirer dans le tas. Ibrahim est atteint d'une balle perforante dans le dos et s'effondre dans les bras d'un de ses amis.

21e Rassemblement à la mémoire d'Ibrahim Ali

Ses proches, ses amis, des partisans du vivre ensemble, des militants antiracistes et antifascistes, des citoyens ordinaires…

Vous invitent comme chaque année à ce
21e Rassemblement citoyen et apolitique à la mémoire d'Ibrahim Ali Abdallah

Contre le racisme, le fascisme, l'intolérance et la xénophobie.

Le dimanche 21 février 2016 de 13 h à 15 h 30

aux 4 chemins des Aygalades
13015 Marseille

(Bus Numéro 30 et 27)

Le rassemblement sera suivi d'une projection débat à 16 heures

au Tropical Palace
47, Bd Frédéric Sauvage
13014 Marseille

Bus Numéro 30

Venez nombreux et faites passer l'information

Ni Oubli, Ni Silence, Ni Pardon !

Stage d'autodéfense pour Femmes Riposte

Infos Mille babords - 21. février 2016 - 9:30

STAGES D'AUTODÉFENSE POUR FEMMES RIPOSTE À MARSEILLE

** dimanches 21 et 28 février*

** dimanches 20 et 27 mars*
** samedi 16 et dimanche 17 avril*

de 9h30 à 17h
dans les locaux du Planning Familial 13

* La participation aux 2 journées est nécessaire.*

CONTENU DU STAGE :

Le but de l'autodéfense pour femmes est d'acquérir des moyens de se défendre, de PRÉVENIR les agressions, de prendre conscience de sa force et de (re)prendre CONFIANCE EN SOI.

Suivre le cours RIPOSTE c'est :

S'encourager à RIPOSTER lors de harcèlements ou d'agressions, qu'elles soient physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles, par des proches ou des inconnus.

Pratiquer des TECHNIQUES PHYSIQUES ET VERBALES simples et efficaces par le biais de discussion, de mises en situation et de jeux de rôle.

Apprendre à SE PROTÉGER dans une ambiance coopérative et chaleureuse avec d'autres femmes (une animatrice pour un groupe de 10 à 14 participantes).

S'AFFIRMER au quotidien, se sentir plus libre et plus confiante.

Se concentrer sur ce que l'on PEUT faire, et non sur ce que l'on ne peut pas faire.

Cette forme d'autodéfense est adaptée à toutes, quel que soit votre âge et votre condition physique.

Les animatrices se sont formées avec des formatrices spécialisées dans l'autodéfense pour femmes et sont diplômées de la méthode RIPOSTE, issue du programme ACTION du Centre de Prévention des Agressions de Montréal.

TARIFS :

Parce que nous voulons que nos stages soient accessibles à toutes, nous proposons une fourchette de prix selon les revenus.
Merci de nous écrire pour plus d'informations à ce sujet.

ACCÈS :

Le stage se déroulera dans les locaux du Planning Familial 13 :

106, boulevard National
13003 Marseille
Tram 2 arrêt National, Métro 1/2 arrêt Saint Charles, Bus 33/34 arrêt National Guibal

CONTACTS :

Pour s'inscrire ou pour toute information sur les stages ;
Pour s'informer, soutenir, adhérer à l'association :

e-mail : latrousseaoutils13 chez gmail.com
tel : 06 37 50 95 82

Des stages adaptés pour adolescentes et pour femmes ayant des limitations
fonctionnelles physiques peuvent être proposés. De plus, si vous faites partie d'une association, d'un organisme ou autre, et que vous souhaitez organiser un stage dans ce contexte, c'est possible
N'hésitez pas à nous contacter !

Association La Trousse à Outils - Marseille
106, boulevard National
13003 MARSEILLE
e-mail : latrousseaoutils13 chez gmail.com
tel : 06 37 50 95 82

Nettoyage ethnique, Colonisation, Jerusalem résiste

Infos Mille babords - 20. février 2016 - 17:30

Deux soirées pour tout savoir (ou presque) sur la situation spécifique à Jérusalem avec MUSTAPHA MOHAMMED, urbaniste palestinien, une collaboration BDS France Marseille, Femmes en Noir, Palestine 13 et la Librairie Transit

>>> vendredi 19 février à 19h à Mille Bâbords
>>> samedi 20 février à 17h30 à la librairie Transit

Mustapha Mohammed est originaire de Jérusalem et est urbaniste à l'Université de Bir Zeit en Palestine occupée. En connaisseur de l' histoire antique et récente de la Palestine ainsi que l'histoire liée aux religions, il nous éclairera sur la colonisation, le nettoyage ethnique et la résistance du peuple palestinien à travers l'Intifada al Aqsa.

Une petite PAF est souhaitée
Merci de faire circuler largement l'information

Nettoyage ethnique, Colonisation, Jerusalem résiste

Infos Mille babords - 19. février 2016 - 19:00

Deux soirées pour tout savoir (ou presque) sur la situation spécifique à Jérusalem avec MUSTAPHA MOHAMMED, urbaniste palestinien, une collaboration BDS France Marseille, Femmes en Noir, Palestine 13 et la Librairie Transit

>>> vendredi 19 février à 19h à Mille Bâbords
>>> samedi 20 février à 17h30 à la librairie Transit

Mustapha Mohammed est originaire de Jérusalem et est urbaniste à l'Université de Bir Zeit en Palestine occupée. En connaisseur de l' histoire antique et récente de la Palestine ainsi que l'histoire liée aux religions, il nous éclairera sur la colonisation, le nettoyage ethnique et la résistance du peuple palestinien à travers l'Intifada al Aqsa.

Une petite PAF est souhaitée
Merci de faire circuler largement l'information

« 1336 jours : des hauts, débats, mais debout »

Infos Mille babords - 18. février 2016 - 19:00

soirée organisée par les Déconnomistes et les Amis du Monde diplomatique

1336 : c'est le nombre de jours que les ouvriers de Fralib Gémenos auront eu à lutter pour réussir à faire d'un drame social annoncé une nouvelle aventure collective. Avec « 1336 jours : des hauts, débats, mais debout », Claude Hirsch livre son deuxième film sur cette histoire, symbolique de notre époque, et nous fait découvrir ce quotidien bouleversé, qui amènera les ouvriers à décider, ensemble, leur modèle de société.

En présence du réalisateur et de SCOP-Tistes
Ils nous proposeront de déguster, acheter et nous informer sur les productions en cours et à venir.

La présentation du film sur le site des productions
http://www.asspolart.com/1336/

L'infotour de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

Infos Mille babords - 18. février 2016 - 18:30

Depuis quelques mois, gouvernement et porteurs de projets accroissent la pression sur les occupants de la ZAD résistant au chantier d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes : interventions dans les médias, procès d'expulsion, répression des habitants et des soutiens. Pour toutes celles et ceux qui ont lutté depuis des années contre ce projet, cette campagne de dénigrement qui accompagne la répression résonnent comme des menaces, mais aussi comme un nouveau défi pour le mouvement de lutte.

Au côté des habitant-e-s historiques de la ZAD et de tous les groupes, organisations, membres du mouvement de lutte, nous, qui sommes "nouveaux occupant-e-s" de la ZAD ne cessons de refuser la fatalité et l'impuissance. Nous sommes déterminés à continuer à construire et habiter ce qui nous semble aujourd'hui une expérience sociale, politique et écologique inouïe.

Un collectif de soutien local a invité l'Infozad pour en parler de vive voix avec un habitant de la ZAD : controns la propagande médiatique des porteurs du projet et écoutons un autre son de cloche !

Durant ces échanges, nous pourrons débattre de l'histoire de la lutte contre l'aéroport, en nous concentrant sur ce qui se construit de si particulier sur la ZAD depuis 2008 et l'appel à occupation. Nous pourrons évoquer les réalisations, les perspectives concrètes et les enjeux politiques du mouvement d'occupation.

Enfin, nous aborderons l'avenir du territoire que nous défendons ensemble. Nous réfléchirons sur notre stratégie dans le cas d'une tentative de démarrage de travaux, et surtout, nous parlerons de l'avenir commun que nous souhaitons porter pour obtenir l'abandon du projet d'aéroport dans les mois qui viennent.

La discussion sera illustrée par de nombreuses photos et brochures.

http://04.demosphere.eu/files/import-images/resized-7ef822a2b39fb33f88059b45a7e5d176.png

http://solidarites04.free.fr/

Saint Valentin des Amoureux au Ban Public

Infos Mille babords - il y a 6 heures 49 min

Programme en cours d'élaboration / sous réserve de modif.

A partir de 15 heures : Après-midi Tout-est-Gratuit pour les minots
Goûter
Atelier – maquillage
Projections
Spectacle musical par le clown Celsius

Dès 18 heures
Projection des extraits du film du clip et docu. des Amoureux au Ban Public
Infos ludiques sur les pratiques discriminatoires à l'encontre des couples franco-étrangers
Buffet
Venez vous faire tirer le portrait en couple d'Amoureux au Ban Public
Concert

Entrez libre !

amoureuxauban13 chez gmail.com
www.amoureuxauban.net
04 91 90 49 70 / 06 68 79 55 48

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE