Ecouter le live sur Galère  Discutez avec les autres auditeurs de radio galère : 

 

Infos Mille babords

Syndiquer le contenu Mille Babords
Mis à jour : il y a 8 heures 29 min

Projection du film : Taste of Cement

9. février 2018 - 19:30

Un très beau film de Ziad Kalthoum (2017) sur les réfugiés syriens au Liban.

Ce film sera suivi d'un débat.

Chaque jour, des ouvriers syriens construisent un gratte-ciel dans le ciel de Beyrouth. Chaque nuit, un couvre-feu leur imposent de s'enfoncer dans leurs entrailles de ciment. Au même moment, la guerre détruit leurs maisons, en Syrie. Peu à peu, les sons et les images de destruction et de reconstruction se mélangent dans une cacophonie onirique : un essai éblouissant sur le sens d'une vie en exil.

Attac Marseille
04 91 90 28 05 • accueil.marseille chez attac.org

« Tes cheveux démêlés cachent une guerre de sept ans »

3. février 2018 - 17:00

Colonisation et guerre d'indépendance en Algérie - Récits de femmes en luttes

Après « La langue de Zahra » et « Les gracieuses », deux films liés à l'immigration au féminin, ce troisième opus explore, de manière toujours très personnelle, le silence attaché à la guerre d'Algérie. Un silence pesant troublant puisque, plus de soixante ans après les faits, il se perpétue.

samedi 03 février au Mas de Granier

Cinéma en présence de la réalisatrice Fatima Sissani

17h : la salle ouvre ses portes
18h : le rideau tombe suivi par un débat avec la réalisatrice Fatima Sissani
21h : petit repas et musique

entrée libre, participation aux frais appréciée

chaque réservation nous facilitera l'organisation

-

Mas de Granier Longo MaÏ • 13310 St. Martin de Crau • 04 90 47 27 42
lmcrau chez wanadoo.fr

« Je ne me souviens de rien » Film de Diane Sara Bouzgarrou

25. janvier 2018 - 19:30

Décembre 2010 : la révolution éclate en Tunisie, le pays de mon père. Les cris de fureur du peuple tunisien rejoignent d'une étrange manière l'agitation intérieure qui grandit en moi depuis quelques semaines. Traversant au même moment un épisode maniaco-dépressif d'une grande intensité, je suis diagnostiquée bipolaire et entre en clinique psychiatrique. Au sortir de cette longue dépression, je n'ai presque aucun souvenir de ce moment de vie.

Me restent des dizaines d'heures de rushes, des centaines de photos, deux carnets remplis d'écrits, de collages, de dessins, précieuses traces palliant à mon amnésie. Plus de quatre ans après, ces quelques mois de ma vie restent encore inaccessibles à ma mémoire. Le projet de ce film : la reconstituer et tenter de montrer la réalité de cette maladie.

Rendez-vous le 25 janvier à 19h30, entrée à prix libre

Retrouvez l'événement sur facebook.
Plus d'info sur le site de Doc(k)66

Je ne me souviens de rien - Diane Sara Bouzgarrou - bande annonce from Triptyque Films on Vimeo.

L'écoféminisme et les luttes des femmes pour l'environnement, notamment dans les pays du Sud

23. janvier 2018 - 18:30

Attac-Marseille/groupe Genre et Féminisme et France-Amérique Latine-Marseille vous invitent à une soirée film et débat :

L'ÉCOFÉMINISME

et les luttes des femmes pour l'environnement,
notamment dans les pays du Sud

mardi 23 janvier à 18h30 au local d'Attac, 29 boulevard Longchamp

Tramway National, métro Réformés

Détails ci-dessous.
http://www.franceameriquelatine.org/6197-2/

Du bruit contre la perte des CUI

22. janvier 2018 - 17:00

La « Coordination Ecoles/Associations » appelle à un rassemblement lundi 22 janvier à 17h00 aux fontaines du Cours Julien.

Jusque-là composée de travailleurs asociatifs ou de l'Education Nationale ainsi que de parents et autres représentants de la société civile, la Coordination dénonce le Plan social du gouvernement qui, en supprimant des milliers de Contrats Aidés dans nos écoles et nos associations met en péril leur fonctionnement, voire leur existence.

Contre le mépris et l'injustice que subissent les contrats aidés.
Pour des moyens à la hauteur des missions essentielles que remplissent les asociations, les centres sociaux et les écoles, organisons-nous pour nous faire entendre.

Faisons du bruit ! Sifflets et casseroles bienvenus.

Contact : coordecoleassos chez googlegroups.com

De Clichy à Marseille les "invisibles" de la sous-traitance hôtelière se font entendre !

20. janvier 2018 - 14:30

En solidarité avec la grève des salarié-e-s sous-traité-e-s de l'Holiday Inn Paris porte de Clichy (92) qui dure depuis 94 jours, rassemblons-nous devant l'hôtel Intercontinental (Panier) à partir de 14h30 le samedi 20 janvier, propriété du groupe IHG. Une délégation de grévistes sera présente en parallèle à une autre action à Genève.

Sous-traitants voyous, IHG complices !

HOLIDAY INN comme INTERCONTINENTAL est l'une des marques du groupe hôtelier britannique IHG Intercontinental Hôtels Group, premier groupe hôtelier mondial en nombre de chambres.
Basée à Londres, cette multinationale qui a fait 400 millions de bénéfices, détient pas moins de 4400 hôtels dans le monde et 6 marques : Crowne Plaza Hotels&Resorts, InterContinentalHotels&Resorts, Holiday Inn, Holiday Inn Express, Hotel Indigo et Staybridge Suites .
IHG tire une partie de ses profits de l'exploitation forcenée des salariés de la sous-traitance mais refuse d'intervenir dans ce conflit avec son sous-traitant HEMERA. Ce rassemblement sera l'occasion de leur rappeler leur responsabilité sociale, à Clichy comme à Marseille !
3 mois de grève à l'Holiday Inn Paris porte de Clichy (92)

Depuis le 19 octobre des femmes de chambre, gouvernantes, plongeurs et équipiers de la sous-traitance avec leur syndicat CNT-SO et avec le soutien de la CGT-HPE, de l'US CGT commerce de PARIS, et de l'UL CGT de CLICHY sont en grève reconductible à l'hôtel Holiday Inn de Clichy.

Les surexploité-e-s de la sous-traitance HEMERA revendiquent :

  • l'internalisation chez Holiday Inn et leur embauche directe
  • le respect des contrats de travail
  • la suppression de la clause de mobilité
  • l'augmentation des qualifications et des salaires avec le passage en catégorie B
  • le respect des accords de site passés avec l'ancienne société, sur la durée du travail
  • le paiement de toutes les heures travaillées
  • le versement d'une prime de panier, comme pour les salarié(e)s de l'hôtel
  • l'attribution d'une prime de 13ème mois, égale à 1/12e du salaire annuel
  • la suppression de l'abattement de 8 % sur la base des cotisations
  • l'élection de délégués de proximité au sein de l'hôtel Holiday Inn de Clichy.

LE TRAVAIL DISSIMULÉ, LES HEURES NON PAYÉES, LES DOS CASSÉS, YA BASTA !

Dans les hôtels, les personnels qui s'occupent du ménage, le plus souvent sous-traités sont des invisibles auxquels on consacre le budget le plus serré au mépris de leurs droits. Ce sont les surexploitées de ces hôtels mais ils-elles en ont assez de travailler dans des conditions abusives et ont décidé de sortir de l'ombre et de lutter ! Les grèves se sont multipliés ces dernières années à Marseille comme ailleurs. Soutenons ce mouvement emblématique de la lutte contre la casse de nos droits !

Contre le système de sous-traitance qui surexploite et pressurise les travailleurs-euses, mobilisons-nous !

CNT-SO 13

Débats et actions en faveur de la libération de Salah Hamouri

20. janvier 2018 - 14:30

La section du PCF du 9ème arrondissement de Marseille vous invite à une après-midi de discussions, de débats et d'actions en faveur de la libération de Salah Hamouri et pour la reconnaissance de l'Etat Palestinien.

L'événement se tiendra le samedi 20 janvier à partir de 14h30 au 8 Rue Ernest Rouvier, 13009 Marseille.

Au programme des débats :
Intervention sur Salah Hamouri par les camarades de la section
Présentation du conflit par une représentante de l'association France-Palestine
Témoignage d'une ressortissante palestinienne sur la vie sur place

lire la suite :
http://www.assopalestine13.org/spip.php?article1598&id_evenement=242

« Les enfants (de Verdi) nous éclairent », documentaire d'Alain Ricco

19. janvier 2018 - 19:00

Regard sur les possibles

vendredi 19 janvier à partir de 19h00 au CEM à Serres. (Localisation ici)

Pour penser ce monde en transition, plusieurs attitudes sont possibles :
S'arrêter et réfléchir
Analyser pour comprendre
On peut aussi préférer suivre le regard de l'artiste. Celui d'Alain Ricco s'est porté sur 300 enfants de Trappes et Elancourt dans le département des Yvelines en banlieue parisienne, destinés à chanter dans le coeur d'un opéra, au sein de l'orchestre Prométhée et ses 70 jeunes musiciens professionnels dirigés par Pierre-Michel Durand.
Une fois par semaine durant une année, ils se sont exercés au chant avec des artistes de métier, sous la direction de Gabriella Boda-Rechner et Juliette Decelle.
Et ils en sont ressortis transformés d'émerveillement…

Alain Ricco a réalisé de nombreux documentaires, parmi lesquels : « Les enfants de Verdi », « L'enfance de l'art », « La vigne en héritage », « Citoyens de demain », « Le carré de mémoire » ou encore « Châlons, piste ouverte ».

Cette projection, organisée avec Serres Lez'Arts, sera suivie d'un débat en présence d'artistes et d'un apéro !

source : L'agenda partagé de Kheper

Espèce, de Frédérique Guétat-Liviani

19. janvier 2018 - 19:00

Espèce est un livre-monde qui nous transporte de l'infra-ordinaire aux cataclysmes, tohus-bohus de l'univers, raz-de-marée, orages, saccages et guerres, de l'infiniment petit à l'infiniment grand, de l'homme à l'animal et de l'animal à l'homme sans nous prévenir, sans même que nous ne nous en rendions compte parfois. Il n'y a pas de différenciation, de hiérarchie entre les vivants. Tous les êtres vivants naissent, souffrent et meurent. Toute souffrance, toute mort provoquée est inadmissible. D'où sa dédicace à Timur Kacharava, militant antispéciste assassiné le 13 novembre 2005 à Saint-Pétersbourg par des néo-nazis.

Frédérique Guétat-Liviani, Espèces, Le Temps des Cerises Éditeurs

vendredi 19 janvier 2018 à 19 heures.

transit.librairie chez gmail.com / http://transit-librairie.org/

"I am not your negro" d'après James Baldwin

19. janvier 2018 - 18:15

Vendredi 19 janvier à 18h15, un ciné-débat est organisé au cinéma LE LIDO, à Manosque autour du film
"I am not your negro", d'après l'œuvre de James BALDWIN et réalisé par Raoul Peck, auteur du "Jeune Karl Marx".
Ce film revisite les luttes sociales et économiques des Afro-Américains au cours de ces dernières décennies. Une réflexion intime en écho à la réalité française.
La séance sera animée par Pierre TARTAKOWSKY, président de la LDH (Ligue des Droits Humains) de Manosque en partenariat avec l'Assemblée Citoyenne de Manosque et Attac 04.

tel : 0492720085

Liberté pour tous les prisonniers politiques palestiniens

19. janvier 2018 - 17:30

Pour exiger ensemble la libération de
Ahed TAMIMI, Khalida JARRAR, Salah HAMOURI

La question de l'organisation

18. janvier 2018 - 19:30

Jeudi 18 janvier - 19h30
Séance du groupe de lecture : La plateforme
(https://laretive.info/?news=plate-forme-dorganisation-de-lunion-generale-des-anarchistes)

la question de l'organisation
La plateforme anarchiste (Suite. Préface lue en décembre)
Le Groupe anarchiste russe à l'étranger, 1926, 18 p.

La thématique de « l'organisation », choisie à la première réunion, fait
écho à la volonté de faire vivre les idées révolutionnaires et de
s'organiser en conséquence pour participer aux luttes sociales
actuelles. À quoi servirait une organisation ? Quelle forme
anti-autoritaire pourrait-elle prendre en assumant des positions
révolutionnaires ? La spontanéité et l'autonomie dans la lutte des
classes rendent-elles inutiles tout type d'organisation ?

Nous tenterons d'y voir clair dans ces questions en lisant ensemble des
textes anciens et actuels qui traitent de l'organisation en parti, en
syndicat, en collectif révolutionnaires ou par l'absence d'organisation.

Pour les deux prochains mois, nous poursuivrons la lecture de « la
plateforme », à peine commencée, proposée par Archinov et le Groupe
anarchiste russe à l'ensemble des courants anarchistes en 1926. En
tirant les expériences de la révolution en Ukraine en 1921, ce groupe
cherche à fonder une organisation révolutionnaire basée sur la lutte de
classes. Nous poursuivrons le mois suivant par la lecture de textes sur
l'autonomie.

Comme à notre habitude, ceux qui le désirent liront les textes à haute
voix et nous nous arrêterons sur un point ou un autre afin de partager
nos réflexions. Cette lecture s'accompagnera de ce que nous aurons
apporté à grignoter. Une bibliographie et les textes sont mis en ligne
sur le site de la Rétive (onglet « à lire à relire »).

laretive chez riseup.net

Soirée de soutien à CQFD

18. janvier 2018 - 19:00

Au programme, présentation du journal, discussions avec l'équipe de rédaction autour du dernier numéro en kiosque puis apéro musical avec : Maura Guerrera (Chant sicilien) et Monsieur Vertigo (Rock folk).

« Irrintzina, le cri de la Génération Climat »

16. janvier 2018 - 20:00

Séance unique, Mardi 16 janvier à 20h

C'est l'histoire d'un pari fou lancé par quelques militants de l'organisation basque Bizi ! face à l'extrême urgence du dérèglement climatique : construire en quelques années une mobilisation sans précédent en vue de la COP21 et lancer un grand mouvement non-violent pour le climat : Alternatiba.

De Bayonne à Paris en passant par Martigues, sur des vélos multiplaces, coup de pédale après coup de pédale, le film raconte les étapes de ce tour de France 2015 et de toutes les initiatives qui ont suivi partout sur le territoire jusqu'à ce jour : multiplication des villages des alternatives, Action Non Violente COP21, Faucheurs de chaises dans les banques liées aux paradis fiscaux, blocage du sommet pétrolier, ...

Classé premier documentaire de l'année 2017 sur Allociné par les spectateurs, ce film produit par le media marseillais FOKUS21 a été s outenu par plus de 1250 contributeurs,.

Irrintzina n'est pas un énième film sur le dérèglement climatique qui laisse le spectateur dans l'angoisse de la catastrophe qui vient. Irrintzina c'est aussi un cri de joie de milliers de gens qui ont réalisé que si ensemble ils ne faisaient rien, personne ne le ferait à leur place. Le film montre la manière créatrice et festive dont ce mouvement s'organise et se fait entendre. C'est le film d'une génération qui crée et invente un avenir désirable où bataille écologique et sociale rime avec plaisir et joie d'être ensemble. Et ça éveille une irrésistible envie de s'y mettre aussi !

Parce que ce mouvement n'est pas prêt de s'arrêter. Savez-vous que le Tour Alternatiba s'élancera à nouveau sur les routes de France et d'Europe du 9 juin au 6 octobre 2018 et fera étape à Martigues le 15 septembre ! 5800 km et 200 étapes pour mettre en valeur les initiatives face au dérèglement climatique, dénoncer les projets climaticides et penser aux reconversions économiques et sociales à mettre en place ! Cette soirée est le coup d'envoi pour préparer leur accueil !

. Presse et Photos du film : http://www.irrintzina-le-film.com/presse-credit/
. Allociné : http://www.allocine.fr/film/meilleurs/genre-13007/decennie-2010/annee-2017/
. Bande annonce : https://vimeo.com/222184301

Alternatiba Martigues : alternatiba.martigues chez orange.fr
page FaceBook : https://www.facebook.com/Alternatiba-Martigues-1545377142388603/
site : https://alternatibamartigues.wordpress.com/

Cinéma Le Renoir / 04 42 44 32 21

Galette participative et citoyenne

16. janvier 2018 - 19:30

Afin de bien commencer l'année, nous vous proposons de nous retrouver autour d'une galette participative et citoyenne, mardi 16 janvier à 19h30, à la salle du Cèdre au Jas de Bouffan.

Nous amenons les galettes, et nous vous invitons à apporter du salé ou une boisson.

Ce sera l'occasion de faire plus ample connaissance avec les nouveaux arrivés dans l'association et d'échanger tous ensemble sur l'actualité, nos campagnes ou tout autre sujet.

Convivialité et partage seront à l'ordre du jour.

Le seul point “imposé” sera bien sûr le procès de Nicole Briend, militante d'Attac.
Des mobilisations sont en cours d'organisation le 27 janvier à Aix et les 19 janvier 5 et 6 février à Carpentras.
Ce sera l'occasion d'en discuter et de commencer à s'organiser.

Nous espérons vous retrouver nombreuses et nombreux.

Pour celles et ceux qui n'ont pas de véhicules, nous proposons un co-voiturage
A l'aller : 19h au départ du Ligourès (drapeau Attac sur la voiture)
Au retour on vous ramène.

06 83 41 89 51 // aix chez attac.org
www.local.attac.org/13/aix
facebook.com/attac.paysdaix

Émergence d'un système économique mondialisé et rôle de l'État

16. janvier 2018 - 19:00

accueil 18 h 30 - début des cours 19 h

Procès en appel d'Ibrahim Osman Ali

16. janvier 2018 - 13:30

Mardi 16 janvier à 14H, le militant soudanais Ibrahim Ali comparaîtra en appel de sa détention à Marseille au tribunal d'Aix en Provence. Le Collectif Migrant-e-s 13 Al Manba appelle à venir le soutenir massivement dès 13H30 car un second rejet pourrait signer son arrêt de mort.
Si Ibrahim est renvoyé aux Pays-Bas où sa demande d'asile a été rejetée deux fois, il risque l'expulsion immédiate vers le Soudan où il a été un militant notoire contre les massacres dans les monts Nuba.
A Marseille le juge des libertés et de la détention a rejeté dimanche en 1ère instance sa demande de libération du CRA du Canet où sa détention était pourtant illégale.

Voir articles et pétition publié-e-s sur le site :

http://www.millebabords.org/spip.php?article31221
http://www.millebabords.org/spip.php?article31232

Signez d'urgence la pétition pour Ibrahim Osman Ali

15. janvier 2018 - 20:08

Veuillez trouver ci-dessous la pétition pour la libération et la protection d'Ibrahim Osman Ali qui risque la mort s'il est expulsé vers le Soudan via les Pays-Bas, pétition à signer, faire signer et diffuser le plus largement possible. On ne baisse pas les bras !

Lettre pétition adressée à Mr. le préfet des Bouches-du-Rhône
IBRAHIM RISQUE LA MORT AU SOUDAN
EXIGEONS SA LIBÉRATION ET SA PROTECTION !
Objet : alerte humanitaire sur la situation de M. OSMAN ALI Ibrahim. Demande d'annulation de l'arrêté de placement en rétention et de l'arrêté portant remise aux autorités néerlandaises.
Nous nous permettons de vous solliciter sur la situation alarmante de M. Osman Ali Ibrahim, demandeur d'asile en procédure Dublin, qui a été placé en Centre de rétention du Canet (Marseille), vendredi 12 Janvier 2018, en vue de son transfert vers les Pays Bas.
M. Osman Ali est un dissident politique notoire au régime dictatorial et sanguinaire d'Omar Al Bachir (premier chef d'état en exercice poursuivi par un mandat d'arrêt international). M. Osman Ali est engagé contre la répression des Noubas au Sud du Soudan et de sa propre ethnie, les Zagawha au Darfour. Il a poursuivi son engagement au sein de la diaspora soudanaise aux Pays Bas et en France, ainsi que l'attestent de nombreux témoignages et photos de sa participation active dans des manifestations devant l'ONU, le Parlement Néerlandais et les représentations soudanaises.
Il est sans aucun doute recherché par les agents du régime soudanais en raison de ses activités politiques.
Pour ce dernier motif, il a sollicité la protection des autorités néerlandaises, premier pays où il s'est identifié.
Malgré ses engagements politiques connus et médiatisés, M. Osman Ali s'est vu refuser sa demande de protection et ne dispose plus d'aucun droit de recours. Ainsi, un renvoi vers les Pays Bas l'exposerait à une expulsion imminente et mortelle vers le Soudan.
Au vu du positionnement des autorités néerlandaises, M. Osman Ali a alors demandé protection à la France en déposant une demande d'asile auprès de votre préfecture au mois de mai dernier. Bénéficiaire du Dispositif d'accueil des demandeurs d'asile, résident du PRAHDA de Vitrolles, il a toujours honoré les convocations et assignations à résidence dans le respect des obligations de la procédure Dublin. Il a aussi toujours cru à la capacité de l'État français à prendre en compte et à entendre sa demande de protection à l'issue de cette procédure.
Fort de cette confiance en l'Etat, il s'est présenté spontanément le 12 Janvier au service Asile de la Préfecture, afin d'éclaircir l'évolution de son dossier : c'est à cette occasion qu'il a été arrêté et placé en rétention, sans finalement jamais avoir pu demander asile et protection en France.
Nous sommes profondément choqués de ce procédé d'arrestation, compte tenu de l'exemplarité de son parcours administratif et de son empressement à respecter les règles du droit français.
Par ailleurs, nous tenons à rappeler l'illégalité du placement en rétention des personnes demandeuses d'Asile, reconnu par l'arrêt de la Cour de Cassation n°1130 du 27 Septembre 2017.
Le placement en rétention a fini de l'anéantir. L'état psychologique de M. Osman Ali s'avère particulièrement inquiétant aujourd'hui, puisqu'il a abandonné tout espoir de « trouver place sur cette terre », selon ses propres mots. Ce désespoir est aggravé par la situation d'isolement en cellule, alors qu'il n'a commis aucun délit. A ce jour, M. Osman Ali présente un état dépressif sévère, ne parvenant plus à exprimer ses volontés, remplacées par larmes et silences.
Ses perspectives de voir reconnaître ses droits sont aujourd'hui réduites à néant aux Pays Bas comme en France. Son expulsion vers le Soudan lui sera sans aucun doute fatale. C'est pourquoi son arrestation a suscité une vague d'émotions et d'indignation dans une société civile, le connaissant bien pour sa générosité et ses engagements associatifs, largement mobilisée pour sa libération.
Pour ces motifs politiques et humanitaires, nous faisons appel à votre humanité et à votre pouvoir discrétionnaire pour annuler les arrêtés préfectoraux de remise aux autorités néerlandaises et de placement en rétention, de manière urgente, afin de mettre un terme à son parcours de souffrances et qu'il puisse exposer la réalité de ses craintes de persécutions auprès des services de l'OFPRA.
COLLECTIF SOUTIEN MIGRANT.ES 13 AL MANBA

La gouvernance collégiale et participative dans un village

15. janvier 2018 - 19:00

Expérience de la commune de Saillans dans la Drôme, depuis les élections de 2014. Comment des habitants ont mis en place une gouvernance collégiale et participative pour construire ensemble une vie de la cité respectueuse de l'autre et de l'environnement.

universite-populaire-aix chez orange.fr
www.universitepopulairedupaysdaix.com

Ibrahim, militant soudanais, risque la mort s'il est expulsé

15. janvier 2018 - 18:00

le procès en appel de la détention d'Ibrahim Osman Ali a lieu :

Mardi 16 janvier - 14h - Cours d'appel d'Aix-en-Provence

Rdv 13h30 devant le tribunal : 20 Place de Verdun, 13616 Aix-en-Provence

Soyons nombreu.ses à témoigner de notre soutien total pour la libération et la protection de notre ami !!

Dimanche 14 janvier

Communiqué de Dimanche après le JLD par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

On baisse pas les bras !

« Je remercie toutes les personnes venues ce matin. J'ai beaucoup d'affection pour elles, je les considère comme des membres de ma famille » (Ibrahim, au JLD)

Aujourd'hui, le juge des libertés et de la détention a décidé de suivre le réquisitoire glacial du représentant de la préfecture : Ibrahim dormira dans une cellule du centre de rétention pour 28 jours supplémentaires. Les risques d'expulsion (vers les Pays Bas, puis le Soudan) sont maintenus.

Audience lamentable comme souvent au JLD : avocate de permanence bredouillante, qui n'a défendu que très peu des motifs juridiques pourtant relevés en nombre. Le plus important, l'illégalité du placement en rétention de tout demandeur d'asile en procédure Dublin, a été malmené et très vite évacué. Comme beaucoup d'autres qu'on aurait bien eu la rage d'envoyer nous-mêmes à la face de l'Etat représenté. LAS, des larmes ont coulées. Quand on sait que le JLD de Marseille est encore l'une des rares juridictions en France à ne pas appliquer cette jurisprudence, on ne s'étonne même plus des motivations farfelues de la juge pour justifier son rejet : et ça vient nous expliquer la loi...
Les seules éclaircies d'intelligence ce matin sont venues des mots d'Ibrahim lui-même, répondant à la juge : " Je remercie toutes les personnes venues ce matin. J'ai beaucoup d'affection pour elles, je les considère comme des membres de ma famille. Je suis opposant au régime du Soudan, je sais ce qu'il peut m'arriver si je retourne en Hollande. Je suis venu en France pour faire une demande de protection à la Préfecture. J'ai été surpris ce vendredi d'être accueilli par un policier qui voulait m'envoyer en prison."

On salue aussi le courage de ses amis soudanais des PRAHDA et d'ailleurs, qui sont venus affronter, yeux dans les yeux eux aussi, dans cette minable et triste salle d'audience le seul destin qui leur est aujourd'hui offert par la FRANCE.

Mais surtout SURTOUT, vous tous et toutes, FAMILLE d'Ibrahim, où que vous soyez et qui vous sentez touchés, ne lâchez rien ! Nous n'avons pas abattu toutes nos cartes et beaucoup restent à jouer :
Demain après-midi ou mardi matin, aura lieu l'audience en appel à la Cour d'Appel d'Aix en Provence : tenez vous informé.es, tenez vous prêt.es ! Le soutien qu'on peut témoigner à Ibrahim à cette occasion est primordial.
Des actions de soutien auront également lieu au cours de la semaine : infos ici dès demain.
Vous pouvez également continuer à écrire des courriers à la préfecture pour demander la libération d'Ibrahim et le retrait de la décision d'expulsion : nombreuses sont les associations, collectifs, personnalités (politiques, élus ou autres) ou anonymes qui ont déjà participé à cette action.
A votre tour, adresser votre courrier de soutien à Ibrahim Osman Ali sur ces emails : david.lambert chez bouches-du-rhone.gouv.fr et pref-etrangers chez bouches-du-rhone.gouv.fr
cc : collectifsoutienmigrantes13 chez riseup.net (afin de les transmettre à Ibrahim)
Ou par faxer-le à la Préf : 04 84 35 53 45

Nous n'avons pas de téléphone rouge avec Monsieur le Préfet : si c'est votre cas, n'hésitez pas non plus ! Rien ne sera de trop pour tirer Ibrahim de l'horrible machine à l'aspirer vers les geôles d'Omar Bachir.

https://fr-fr.facebook.com/collectifmigrants13/posts/1750448768594533


Samedi 13 janvier 2018
Collectif migrants13, Al Manba et RESF

Le juge de la détention et des libertés (JLD) du TGI de Marseille à Bougainville pourrait prendre dimanche matin 10 janvier une décision qui condamnerait un militant soudanais, Ibrahim Osman Ali, à une mort quasi certaine s'il est renvoyé dans son pays.

Ibrahim Osman Ali est soudanais, dissident notoire au régime d'Omar Bachir, qui a poursuivi son engagement au sein de la diaspora soudanaise aux Pays-Bas, puis en France (voir les différentes photos prises de lui dans des manifestations à la Haye devant les représentations de l'ONU, les institutions soudanaises et hollandaises -MAE, Parlement).>
Demandeur d'asile en procédure Dublin depuis mai dernier, expulsable vers les Pays-Bas, il est résident du PRAHDA de Vitrolles depuis septembre, un des nouveaux centres d'assignation à résidence et d'expulsion des demandeurs d'asile "dublinés".
Il est également très impliqué dans les mobilisations de demandeurs d'asile dublinés à Marseille, au collectif Al Manba et dans la coordination régionale sud-est (marche Vitrolles-Marseille le 29 octobre 2017, coordination sud-est, soutien aux demandeurs d'asile du PRAHDA de Montpellier)
Il a été arrêté hier alors qu'il se présentait spontanément en préfecture de Marseille pour faire avancer sa demande d'asile.
Dans une énième tentative de s'opposer à l'enregistrement de sa demande d'asile, la préfecture lui a indiqué à la même occasion qu'elle l'avait placé en fuite (avec pour conséquence de prolonger ses délais d'attente et d'expulsion de 12 mois supplémentaires) : or Ibrahim a toujours tenu à respecter ses obligations de convocations et pointage au commissariat et est resté dans le dispositif du PRAHDA malgré les risques et les arrestations de proches dont il a été témoin (et très affecté) ces dernières semaines. Il tenait à faire valoir ses droits.
Joint par téléphone et au parloir ce matin, il nous a dit être usé par les procédures et les traitements réservé aux demandeurs d'asile en Europe. Pour cette raison, il a d'abord refusé, puis finalement accepté samedi soir, de déposer un recours devant le JLD pour demander sa libération : la spirale de la procédure Dublin ne cessera pas à sa sortie du CRA du Canet, c'est la même prison dit-il.
Oui, mais... la rétention des demandeurs d'asile en procédure Dublin est toujours illégale !
Et surtout, cet abandon signifie son arrêt de mort ! Ibrahim fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire aux Pays-Bas, où il ne dispose plus de droit de recours. A son arrivée à l'aéroport dans ce pays, il sera expulsé vers Khartoum sans plus de procès. Il le sait... et se laisse aller à son destin en pleurant. Le sort des dissidents expulsés et récupérées par la police de Khartoum est connu.
Dehors, ses amis n'abandonnent pas, sont en contact permanent pour le convaincre de ne pas baisser les bras. Son état est alarmant.
Ibrahim a besoin de soutien par tout moyen : nous demandons à tous et en urgence d'agir et de faire pression sur le Préfet, par tout moyen, puisque lui seul a désormais le pouvoir d'annuler l'arrêté de remise aux Pays-Bas et l'arrêté de placement en rétention.
Nous appelons aussi à se retrouver massivement devant le Juge des Libertés et de la détention, où Ibrahim doit passer demain dimanche, à 10h du matin (JLD centre de rétention du Canet, 49-51 bd Ferdinand de Lesseps, 13015 Marseille, métro Bougainville).
Merci pour votre soutien

 
 
 
 
DESIGN DARK ELEGANCE | PORTED FOR DRUPAL 6 | ADAPTE PAR: JEREMY BASTIDE 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"